Ciclomundi - Des Alpes à l'Himalaya à vélo

par Johanna dans Suivi voyageurs 18 févr. 118 lecteurs Soyez le premier à aimer ! : Soyez le premier à commenter share(partager)

Millán et Emilie sont partis en mai 2018 à vélo de chez eux à Chamonix, leur objectif est de pédaler jusqu'au Népal ; des Alpes à l'Himalaya !
Le projet a trois composantes principales. La première et la plus évidente : le vélo. La deuxième : la montagne. La troisième est d'apporter une aide financière à une école népalaise- via une campagne de crowdfunding réussie !
Ils nous en disent davantage ci-dessous !

Ciclomundi - Des Alpes à l'Himalaya à vélo

Millán et Emilie nous présentent leur projet en détails et en images !
Vous pouvez aussi les suivre sur leur site Ciclomundi.

Millán, l'Espagnol, Emilie, la Française, ensemble nous sommes les Ciclomundis, en route pour le Népal depuis le mois de mai sur nos vélos trop chargés.
Nous aimons les cartes, chez nous en France, les murs de notre maison en sont couverts. Le soir quand nous nous retrouvons après une journée de travail ou de promenade, nous en ouvrons une et rêvons avec, à l'itinéraire déjà parcouru ou à celui que nous parcourrons un jour, à pied, à vélo, à moto ou dans notre petit fourgon aménagé.
Nous aimons aussi la montagne, qui nous fait vivre et nous rend vivants. Nous y vivons, travaillons, passons nos congés, nos vacances. Notre pratique préférée de la montagne est celle qui nous permet d'observer les oiseaux, de les photographier et de rentrer ensuite chez nous déterminer les espèces de ceux que nous avons vus.
Mais par-dessous tout, nous aimons la route. Lente et progressive, dont chaque kilomètre est savouré et mérité, où chaque distance entre deux villes, deux vallées, deux points d'eau sera parcourue par tous nos sens, parfois amoindris par l'effort dû au dénivelé ou au vent de face.
Et les bivouacs en pleine nature. Faire le plein d'eau pour la douche, la cuisine et la plonge, et trouver l'endroit où nous planterons la tente et qui sera assez calme pour nous laisser dormir tranquilles, reposer jambes et cerveaux, lire et écouter la radio afin de nous changer les idées ou de les remplir de choses à penser pour la journée du lendemain. Et les gestes d'encouragement des gens qui nous doublent ou nous croisent, comme une fenêtre de voiture qui se baisse et un pouce qui se lève peut égayer un esprit lassé et un corps fatigué. Et les rencontres. Depuis que nous sommes sur le continent asiatique elles sont nombreuses et systématiques. Les gens nous arrêtent, nous posent des questions, nous offrent des fruits ou des bonbons, nous observent des pieds à la tête, nous demandent des selfies avec une facilité qu'on ne connaissait pas, nous invitent à manger, à dormir, ou juste à boire un thé.

Ciclomundi - Des Alpes à l'Himalaya à vélo

Nous sommes donc partis en mai de cette année de chez nous, au pied du Mont-Blanc. Notre fil conducteur étant l’orogenèse alpine, c'est à dire la ceinture montagneuse qui va de l'Atlas marocain à l'Himalaya en passant par les Pyrénées, les Alpes, les Alpes Juliennes, Dinariques, les monts Kaçkar au nord de la Turquie, Zagros en Iran, le Pamir en Asie Centrale... une route de la soie qui zigzaguerait entre les sommets pour parfois s'y aventurer après avoir laissé nos vélos dans une maison à leurs pieds.
Le projet a trois composantes principales. La première et la plus évidente : le vélo. Pendant quelques mois être des tortues, avec quelques affaires sous nos carapaces, et avancer doucement mais sûrement vers un but lointain.
La deuxième : la montagne. Crête du Lac en Albanie, Mont Olympe en Grèce, Mont Ararat en Turquie, le Damavand iranien nous a échappé à cause de la neige déjà trop présente. Chaque fois nous trouvons une bonne âme qui veuille bien garder nos vélos et nos bardas et nous partons à pied sur les flancs de la montagne jusqu'à en atteindre le sommet, redescendre, fatigués mais heureux, redécouvrant des muscles que la pratique du vélo avait ramollis.
La troisième, et pas des moindre, la solidarité pour aider une école népalaise. Notre devise a été pendant tout ce temps « Vers et pour le Népal », ces quelques mots ont motivé nos efforts et nous ont permis de tenir lorsque le moral flanchait. Nous avons mis en place un projet de participation collective, Ciclo-Sonrisas (cyclo-sourires), en partenariat avec une ONG espagnole, Nepal Sonríe, qui vise à collecter une petite somme d'argent que nous verserons à notre arrivée à l'école du village de Bastipur, dans la province rurale népalaise d'Hetauda. Cet argent sera destiné au financement d'un an de nourriture pour les trois repas par jour de la vingtaine d'enfants de l'école. Un crowdfunding est en place sur la plateforme OkPal et nous avons atteint la somme convenue !

Ciclomundi - Des Alpes à l'Himalaya à vélo

Des Alpes, où nous vivions avant le départ, nous sommes partis le 15 mai 2018. Après une première nuit juste avant la frontière suisse, nous avons remonté le Rhône jusqu'aux flancs du Cervin puis traversé en Italie et profité de la plaine du Pô pour rouler sur du plat pendant les deux premières semaines et nous faire ainsi les jambes avant de nous attaquer aux reliefs des Balkans. De Venise nous sommes remontés vers la Slovénie, avant de longer la côte adriatique croate d'où, chassés par le tourisme de masse, nous sommes entrés dans les terres bosniaques et avons découvert les séquelles de la guerre. Côte du Monténégro, parcs naturels du nord de l'Albanie, traversée à 8 roues par le plus beau des hasards, petite incursion en Macédoine qui nous a laissés sur notre faim, puis la Grèce : première rencontre avec un peuple dont nous ignorions tout et dont la générosité nous a enchantés.
De Grèce nous sommes passés directement en Turquie, nous sommes dépêchés d'atteindre Istanbul où nous avons passé presque deux semaines à explorer la ville, porte d'entrée de l'Asie et confluence des deux mondes. La transition entre les deux continents s'est faite progressivement, sur les bords de la Mer Noire, ralentis par un relief de montagnes russes et un climat écossais qui nous ont surpris, épuisés et éblouis. Puis les terres arides, jaunes à perte de vue de l'Anatolie Centrale, jusqu'à apercevoir au loin le cône parfait et toujours enneigé de l'Ararat, la montagne mythique, vers laquelle notre route se dirigeait inexorablement. Son ascension, en autonomie et presque en cachette, a été un moment-clé de notre voyage et nous a permis d'aborder la suite du parcours emplis d'une belle paix intérieure, celle d'un premier but atteint, celle d'une force personnelle redécouverte, qui laisse à penser que le but ultime, le Népal, sera aussi atteint, un jour. À partir de là, tout s'est enchaîné à une vitesse étourdissante : le tourbillon iranien, les invitations qui se succèdent et ne nous laissent que peu de moments de calme et de solitude, les arrêts systématiques sur la route pour répondre aux questions, s'adonner à cette étrange mode du selfie qui n'a de cesse de nous interroger sur son utilité et légitimité. Une telle intensité de moments partagés, de découvertes, de sorties de notre zone de confort, nous a jetés sur la route avec des forces nouvelles et permis de prendre des décisions que nous n'aurions pas imaginées depuis notre bulle alpine.
Notre itinéraire a connu des changements, progressifs ou soudains, et chacune de ces sautes d'humeur, de ces adaptations au climat ou aux possibilités réelles de telle ou telle route, nous ont gonflés d'un sentiment de liberté tout à fait agréable : la liberté de changer d'avis subitement, de dire non aux froids de l'hiver en Asie Centrale pour dire oui à des pays du Golfe Persique qu'on ne plaçait pas bien sur la carte à peine une semaine avant de mettre le pied sur leur territoire. C'est ainsi que trois jours avant de reprendre la route vers le Turkménistan depuis Téhéran, nous avons décidé de renoncer aux pays en-stan où nous attendait déjà la neige, et préféré la chaleur des Émirats Arabes Unis et de l'Oman, complètement inconnus de nos imaginaires et que nous avons traversés avec un plaisir d'autant plus grand que nous n'avions aucune idée préconçue de ces pays.
Nous avons quitté l'Oman, amoureux de ce pays et frustrés de ne pouvoir nous y attarder plus longtemps, mais le tic-tac des jours qu'il reste à pédaler est de plus en plus bruyant et, même si la somme des kilomètres qui nous sépare du Népal est chaque jour plus insignifiante, nous devons avancer, traverser le Nord de l'Inde, où des oiseaux aux couleurs inconnues nous attendent dans les parcs nationaux du Rajasthan que nous avons déjà repérés.
Aujourd'hui, nous sommes en Inde, à quelques milles kilomètres de notre but, Katmandou, où nous poserons nos vélos pour nous aventurer vers l'intérieur du pays à pied. Nous avons roulé 8000 kilomètres et atteindrons sûrement à peine les 10000. Et si nos emplois du temps et nos comptes en banque ne nous y obligeaient pas, nous rentrerions bien volontiers à la maison par l'autre côté du globe. Le retour en France ne nous effraie pas, c'est une conversation récurrente entre cyclistes au long cours, mais dans notre cas, cela signifie s'asseoir et penser, écrire peut-être pour réaliser ce qui vient de nous arriver, récapituler toutes ces émotions, sensations qui nous ont changés, grandis et nous ont rendus dépendants de ce si beau mode de vie qu'est le voyage à vélo, la lenteur et la liberté qu'il suppose, la découverte d'endroits où les touristes sont rares et donc souvent bienvenus. Rentrer en France signifie aussi préparer le prochain voyage, car un de nos principaux sujets de conversation quand nous sommes sur la route, ce sont les voyages que l'on fera quand l'occasion viendra à se représenter, nous rêvons d'un trip à moto en Amérique du Sud, d'explorer le Japon en vélos pliables, d'acheter un touctouc pour parcourir le sud de l'Inde... et bien sûr de découvrir les endroits que nous avons dû délaisser pendant ce voyage, l'Asie Centrale, la Chine, l'Arménie, le Nord de la Slovénie, le Sud de l'Italie... autant de pays et de destinations qui nous font espérer que la vie sera longue et clémente.

Ciclomundi - Des Alpes à l'Himalaya à vélo
Ciclomundi - Des Alpes à l'Himalaya à vélo
Ciclomundi - Des Alpes à l'Himalaya à vélo
Ciclomundi - Des Alpes à l'Himalaya à vélo
Ciclomundi - Des Alpes à l'Himalaya à vélo
Commentaires