Russie : Sibérie et Altaï guide pratique

par alr dans Dans le monde 10 oct. 120 lecteurs 1 Soyez le premier à commenter share(partager)
Rivière Dodot.
Photo Hugues Le Tennier.
Rivière Dodot.
Photo Hugues Le Tennier.

Voyager en Russie, Sibérie et Altaï

Vers les confins de l'Eurasie... L'Altaï, c’est là que se rassemblent la taïga de Sibérie, les steppes du Kazakhstan et les semi-déserts de Mongolie.

Texte : Alba Moreno Gañan et Thomas Millischer, lespiedsobretierra.com, Romain Auclair physio-on-hand.com
Photos : Alba et Thomas et Hugues Le Tennier

Cette fiche s'inscrit dans le dossier Asie Centrale Guide Pratique de Carnets d'Aventures #61 qui comprend plusieurs récits de voyages en Russie, à vélo, à pied et en packraft.

République de l’Altaï

Les forêts couvrent 25% du territoire et les montagnes forment une belle frontière naturelle dont fait partie le mont Beloukha (4506m), point culminant de la Sibérie.
C’est un lieu vraiment magique, plein de culture et de contrastes : s’y mêlent le mysticisme des natifs de l’Altaï et leurs pratiques chamaniques aux paysages de montagnes désertes, aux lacs et rivières remplis de légendes...
 

Russie : Sibérie et Altaï guide pratique
Fleuve Ienissei.
Photo Hugues Le Tennier
Fleuve Ienissei.
Photo Hugues Le Tennier

Les monts Saïan de la province d’Oka 

Cette région montagneuse possède une culture bouddhiste, des sources chaudes et une nature magnifique mais très isolée : il faut compter depuis le sud du lac Baïkal 8 à 10 heures de route pour atteindre Orlik, et passer une zone frontalière.
Pour l’anecdote, Gengis Khan est passé par là avec son armée (Nicolas Vanier aussi en hiver).

Bivouac sur les berges du fleuve. Voyage trek et packraft.
Photo Hugues Le Tennier.
Bivouac sur les berges du fleuve. Voyage trek et packraft.
Photo Hugues Le Tennier.

La république autonome de Touva 

Surnommée la petite Mongolie russe, elle est un des berceau de la civilisation scythe, des chants gutturaux (écouter, par exemple, le groupe Huun Huur) et du chamanisme.
Elle est passée aux mains des mongols, des chinois et des russes au fil des siècles.
Il s’agit d’un état indépendant au milieu de la confédération de Russie. Kyzyl, sa capitale, est le centre géographique de l’Asie.
C’est une terre bordée de montagnes et taiga au nord et à l’est; le centre, le sud et l’ouest sont constitués de montagnes, désert et steppes. Une région à explorer de long en large ! Le fleuve Ienisseï, évoqué par Jules Verne dans Michel Strogoff, se forme ici.

Touva, la petite Mongolie russe.
Photo Hugues Le Tennier.
Touva, la petite Mongolie russe.
Photo Hugues Le Tennier.

Visa 

C’est l’un des visas qu’il est vraiment conseillé de faire avant de commencer le voyage, à l’ambassade de Russie de votre pays d’origine. Les règles et les prix dépendent beaucoup de votre nationalité. N’ayant pas la possibilité de demander le visa touristique, nous avons demandé le visa en transit depuis Almaty au Kazakhstan. Nous avons alors obtenu un visa de 10 jours pour traverser les 1300 km de la Sibérie jusqu’à la frontière mongole. Ce visa transit coûte 75$ et il faut attendre une semaine pour le recevoir. L’ambassade est toujours pleine parce qu’il y a beaucoup de kazakhs qui travaillent en Russie. Avec la Chine, c’est le visa le plus long et le plus difficile d’Asie !

Pour les moins de 30 ans qui souhaitent réaliser une expédition en Russie sur plusieurs mois,  le PVT (Programme Vacances Travail) est une solution à étudier.
Ce visa prend plusieurs mois à obtenir et coûte environ 500€ avec l’ensemble des démarches administratives et de traduction, mais il offre la possibilité de rester 4 mois sur le territoire.

Lac Khara Nur.
Photo Hugues Le Tennier.
Lac Khara Nur.
Photo Hugues Le Tennier.
Dans la vallée qui précède la rivière Dodot. Voyage trek et packraft.
Photo Hugues Le Tennier.
Dans la vallée qui précède la rivière Dodot. Voyage trek et packraft.
Photo Hugues Le Tennier.
Russie : Sibérie et Altaï guide pratique

Monnaie 

Rouble russe, 100 roubles correspondent à 1,10 euro en 2020. On trouve des distributeurs automatiques de billets et il est possible de payer avec la carte bancaire la plupart du temps.
Attention, il est illégal de se déplacer avec des devises étrangères, notamment avec des dollars
 

Internet

Le wifi est disponible dans de nombreux établissements (stations-service, restaurants...)
Une option pratique est de prendre une carte SIM (comptez au maximum 1000 roubles) : avec un opérateur comme Megafon on capte partout, à part au milieu de la taïga. Les applications Facebook et WhatsApp fonctionnent en Russie. 
 

Bivouac sur les berges du fleuve. Voyage trek et packraft.
Photo Hugues Le Tennier.
Bivouac sur les berges du fleuve. Voyage trek et packraft.
Photo Hugues Le Tennier.
Russie : Sibérie et Altaï guide pratique

Communiquer

Beaucoup de russes et de localités utilisent VK, l'équivalent russe de facebook, pour communiquer. Il est très utile de s’y inscrire pour rechercher des informations, l’entraide y étant de mise. Mais attention tout y est écrit en cyrillique, se munir d’un outil de traduction !
Munissez-vous de Google translate et téléchargez la langue anglaise et russe en hors connexion car la traduction de l’anglais vers le russe est plus performante qu’avec la langue française. Cet outil dispose d’un mode conversation et traduit des images et photos contenant du cyrillique, entre autres.

Russie : Sibérie et Altaï guide pratique

Cartes

Pour se déplacer, prenez Yandex plutôt que Google maps car vous y trouverez énormément d’inforations contextuelles que Google ne propose pas. Cet outil peut passer du cyrillique à l’anglais, ce qui est très pratique pour échanger avec les locaux.


Pour préparer une expédition en avance, il est très difficile de trouver des cartes topographiques ou satellites précises de bon nombre de régions en Sibérie (j’ai (Romain) écumé internet et les magasins russes de Paris). L’application Atlogis Sovietmaps permet de récupérer des cartes d’états major russe des années 90.

Quelques liens utiles pour la région autour du Baikal :
baikalex.com
baikalinfo.com
baikal-1.ru

Russie : Sibérie et Altaï guide pratique

Trackers et communications satellites

Pour pouvoir bénéficier du service Iridium, il faut inscrire votre appareil sur le site iridium-russie.com.
De plus, il faut plutôt emmener un appareil type tracker comme le Garmin Inreach Mini. Les téléphones satellites sont interdits (ça peut passer, mais vous pouvez avoir des problèmes aux douanes).
Attention, les autres services de type Balise Spot ne fonctionnent pas dans la région.

Russie : Sibérie et Altaï guide pratique

Matériel

Lorsque vous embarquez beaucoup de matériel avec vous, il est très utile d’obtenir auprès de la douane française une carte de libre circulation de marchandises mentionnant tous vos appareils, surtout si vous comptez en renvoyer chez vous via un transporteur (si par exemple vous faites un voyage au long cours).

Les lames de couteau mesurant moins de 9 cm sont légalement acceptées en soute, je (Romain) suis passé aux douanes. Vous risquez tout de même de vous les voir confisquer. Pour les lames plus grandes, surtout au-delà de 11/12 cm, il faut une autorisation spéciale. Si besoin, vous pourrez en trouver en armurerie avec votre passeport, ce que j’ai fait à mi-parcours de mon expédition (mais ça peut coûter particulièrement cher ! (Alba))
 
Pensez aux bombes anti ours à acquérir sur place (les marques américaines étant interdites). Ce n’est pas évident à trouver, vous pouvez vous aider de google translate pour commander sur un site internet, avec beaucoup de courage et la coopération de votre hôtel !
 

Russie : Sibérie et Altaï guide pratique

Nourriture

J’ai (Romain) pris 40 rations dans mon sac et c’est passé à la douane, mais vérifier sur leur site internet : la quantité limite peut varier.
La cuisine est plus variée que dans les pays en Stan. Plus de variété de soupes et plus de légumes, mais ils continuent à manger beaucoup de viande et de pommes de terre ! Petits restaurants dans tous les villages, et petits magasins avec des produits occidentaux dans les localités un peu plus grandes.

Russie : Sibérie et Altaï guide pratique

Bivouac

La région est idéale pour le camping sauvage, avec beaucoup de rivières et de forêts.
 

Russie : Sibérie et Altaï guide pratique

Moustiques

En été, l’omniprésence des moustiques peut être rapidement insupportable.
Une bonne moustiquaire de tête est absolument indispensable, et un coupe-vent de type goretex permet de se protéger des piqûres. Les répulsifs ne sont pas vraiment efficaces.
Le vent et la fumée arrivent à les éloigner (et encore..), et il y en a moins en altitude.

Russie : Sibérie et Altaï guide pratique

Pêche

Pas de soucis mais vérifiez les permis locaux, ce n’est pas rare d’avoir une autorisation dans certaines zones protégées.
Poissons abondants dans les rivières sibériennes, les locaux conseillent l’emploi de cuillères, ce qui marche très bien.
 

Flore

Pour le feu, profusion de bouleaux et de pins dont respectivement l’écorce et la résine font d’excellents allume-feux.
Il y a de nombreux marais où la progression est très difficile, et l'on trouve des baies prisées des ours.
 

Pour acquérir des connaissances sur ce milieu :
survieboreale.com

Russie : Sibérie et Altaï guide pratique

Vaccins indispensables

(liste non exhaustive)

Encéphalite, transmise par les tiques.
Rage, pouvant être transmise autant par une morsure d’une des fréquentes meutes de chiens friands des mollets de cyclistes dans les villages reculés, que par un éventuel ours mal luné... Le vaccin contre la rage n’immunise pas contre la maladie mais permet de se donner un délai supplémentaire pour rejoindre la civilisation et aller à l’hôpital !

Langue

Russe
Dans certaines régions isolées ils peuvent ne pas parler russe comme au nord de Tuva, ou en Bouriatie, et dans toutes les régions limitrophes de la Mongolie.
 

Circuler

Attention, pour tout projet il est très important de vérifier si votre itinéraire:
- passe le long d’une zone frontalière. A moins qu’il ne s’agisse d’un parc national touristique ou de la mecque de l’alpinisme (et encore), il vous faudra une autorisation écrite des rangers ou du KGB. Sinon, vous risquez de rencontrer des problèmes, dont un séjour en prison. L’astuce est de contacter les organismes via facebook, vk ou par leur mail de contact officiel. J’ai (Romain) essayé les bureaux locaux du KGB ou des mairies via mail et téléphone, sans aucun succès. Pareil pour l’ambassade française, elle ne vous aidera pas sur ce point.
- Pour passer dans une réserve ou biosphère de l’Unesco, il faut une autorisation officielle : demandez aux rangers, présentez votre projet. On m’a notamment demandé quand et combien de temps je comptais rester chez eux. Pour l’accès aux montagnes, il est important de se déclarer dans les bureaux des rangers/secours en haute montagne qui effectueront un suivi de votre projet : j’ai dû les appeler à mi-chemin, dans la ville étape, pour prévenir que tout allait bien. Sans appel de ma part et après un certain nombre de jours, ils auraient lancé les recherches. 
- Pour le train, vous pouvez prendre votre billet 60 jours à l’avance sur le site internet des chemins de fer russes.

Russie : Sibérie et Altaï guide pratique
Commentaires