Caucase guide pratique

par TSAGA dans Dans le monde 25 août mis à jour 26 oct. 244 lecteurs 1 Soyez le premier à commenter share(partager)

Voyager dans le Caucase

En complément du dossier Asie centrale et Caucase de Carnets d'Aventures 61 (comportant des récits de jolis voyages), vous trouverez notre article Asie centrale pratique nombre d'informations pratiques sur les divers pays de ces vastes territoires. En ce qui concerne plus précisément le Caucase, voici un petit carnet pratique de la Géorgie et de l’Arménie.
 

Texte : Sébastien Langlais, Carnets d'Aventures
Photos : Sébastien Langlais et Ariane Cristini, voir leur site tsagaventure.com

 

Le Shkhara (5193 m).
L’église de Lamaria (Svanétie), au pied du plus haut sommet du Caucase géorgien.
Le Shkhara (5193 m).
L’église de Lamaria (Svanétie), au pied du plus haut sommet du Caucase géorgien.

Asie centrale et Caucase en bref

De l’Asie centrale, l’imaginaire populaire retient les immenses steppes peuplées de bergers nomades, ou les hauts sommets enneigés du Pamir ou des Tian Shan, les Montagnes célestes. Mais ce territoire à la géographie complexe est bien plus que cela. On y rencontre également de vastes déserts (comme le Karakoum) ou de riches plaines agricoles (comme le Ferghana), dont l’irrigation déraisonnée est à l’origine de l’assèchement de la mer d’Aral.

Depuis longtemps, territoire d’échanges culturels et carrefour commercial, situé au cœur du faisceau de routes de la soie, l’Asie centrale – zone presque aussi étendue que l’Europe – possède des limites floues qui ont évolué au gré de l’histoire. Même si elle correspond généralement à une zone centrée sur l’ancien Turkestan – entre la mer Caspienne (ex-URSS) et le désert de Gobi (Chine) –, nous avons retenu d’intégrer également, pour ce dossier, des territoires aux marges de cet ensemble. Cette zone élargie s’étend ainsi des confins de l’Asie Mineure jusqu’au lac Baïkal, c’est-à-dire entre le Caucase (et notamment l’Arménie et la Géorgie) et la Sibérie méridionale (Russie), en passant par de nombreux pays en « stan » (joli pléonasme puisque ce nom signifie « pays », en persan), puis le Xinjiang (Chine) et la Mongolie. Aux pays Ouzbékistan, Kazakhstan, Kirghizistan, Tadjikistan, l'UNESCO élargit « l’Asie centrale » aux pays suivants (en intégralité ou partiellement) : Afghanistan, Chine, Mongolie, Iran, Pakistan, Inde, Russie.
En plus de l’héritage soviétique de certains pays, cet espace est marqué par une relative unité culturelle turco-mongole, autour de la pratique des langues turciques d’Asie centrale (à l’origine du turc moderne), même si la culture persane y a également imprimé son empreinte, essentiellement dans les villes-oasis méridionales, comme Samarcande.

Bivouac my(s)tique !
Monastère de Khor Virap (Arménie), face à l’Ararat.
Bivouac my(s)tique !
Monastère de Khor Virap (Arménie), face à l’Ararat.

Petit carnet pratique de la Géorgie et de l’Arménie

Géographie et climat

Ce sont deux petits pays où règne un climat continental. De mai à octobre, il est possible de parcourir les plateaux et la moyenne montagne sans être gêné par la neige. L’été est généralement chaud et sec, excepté au bord de la mer Noire, plus humide. En Arménie, en dessous de 1200 m d’altitude, les températures estivales sont souvent torrides (> 40°C). 

Visa

Entre l’Arménie et ces deux voisins avec lesquels elle est en conflit (Turquie et Azerbaïdjan), il n’y a pas de passage de frontière possible. Contrairement à la Russie et à l’Azerbaïdjan, l’entrée en Arménie et en Géorgie ne nécessite pas de visa. Le visa d’entrée dans la république autoproclamée du Haut-Karabagh s’acquiert désormais gratuitement lors du passage de frontière depuis l’Arménie. Attention de bien faire mentionner ce visa sur une feuille volante, car dans le cas contraire, il ne vous sera plus possible d’entrer en Azerbaïdjan, avec le passeport visé. Depuis fin septembre 2020 le Haut-Karabagh est en guerre  avec l'Azebaïdjan cette section n'est donc plus d'actualité.
Attention de ne pas entrer en Géorgie avec des médicaments codéïnés (cf. ge.ambafrance.org).

Argent

Les DAB sont assez développés, à partir des villes de taille moyenne. Vous trouverez aisément à échanger vos euros ou vos dollars dans les monnaies locales. Sans être dérisoire, le coût de la vie est faible (pour un Occidental) dans ces deux pays. Pour 3 à 5 euros, vous pourrez manger un repas en dehors des grandes villes. La nourriture est correcte, voire bonne par rapport aux standards de l’Asie centrale ! À noter qu’en Arménie, la visite des nombreux monastères est généralement gratuite.

Lac de cratère.
Le lac sommital de l’Ajdahak (3597 m) dans le massif des Geghama. Arménie.
Lac de cratère.
Le lac sommital de l’Ajdahak (3597 m) dans le massif des Geghama. Arménie.

Logement

Il existe très peu de campings en dehors de certaines zones plus touristiques (Svanétie, etc.). Au cœur de l’été, pensez à réserver pour trouver un logement à prix correct dans les capitales.

Le beau goudron réapparait en redescendant la valle de l’Inguri (Svanétie, Gérogie).
Le beau goudron réapparait en redescendant la valle de l’Inguri (Svanétie, Gérogie).
Invitation à prendre le café arménien chez des bergers yézidis.
Invitation à prendre le café arménien chez des bergers yézidis.
Lac Akna. Arménie.
Lac Akna. Arménie.

Langues

Chaque pays du Caucase possède sa propre langue. Le russe, hérité de l’époque soviétique, reste une langue partagée par le plus grand nombre. L’anglais est un peu parlé, dans les sites plus touristiques et par la jeunesse des grandes villes.

Bivouac d’altitude.
Face au petit et au grand Ararat (5137 m), et au-dessus des brumes de chaleur de la vallée de l’Araxe. Arménie.
Bivouac d’altitude.
Face au petit et au grand Ararat (5137 m), et au-dessus des brumes de chaleur de la vallée de l’Araxe. Arménie.

Transport en train

Depuis l’Europe, il est possible de se rendre en train jusqu’en Turquie. Avec du temps (4 à 6 jours), il est même possible d’aller jusqu’en Géorgie, voire en Iran. Dans ce dernier cas, les wagons traversent le lac de Van, en ferry !
Durant l’époque soviétique, plusieurs lignes de train ont été développées à travers le Caucase. Une ligne relie les capitales Tbilissi (Géorgie) et Erevan (Arménie). La plupart des trains sont lents, peu onéreux et avec un confort aux standards de l’époque soviétique ! Il existe également des trains plus modernes et plus rapides, notamment en Géorgie (pour rejoindre Zugdidi ou Batoumi, depuis la capitale). Le moyen de transport le plus usité reste le taxi collectif ou marchroutka, également peu onéreux.

Caucase guide pratique
Mère-fille.
Sur le plateau, avant de plonger sur l’impressionnant site troglodytique de Vardzia. Géorgie.
Mère-fille.
Sur le plateau, avant de plonger sur l’impressionnant site troglodytique de Vardzia. Géorgie.
Lac Sevan.
Monastère de Hayravank. Arménie.
Lac Sevan.
Monastère de Hayravank. Arménie.
Monastère de Khor Virap (Arménie), face à l’Ararat.
Monastère de Khor Virap (Arménie), face à l’Ararat.
Commentaires