Communiqué
  • 23 mai : Attention lorsque vous êtes contacté par message privé pour une petite annonce, ça peut être une arnaque, on a mis en place des petites protections mais ça peut tout de même arriver. N'hésitez pas à nous signaler ces messages si vous en recevez ! Merci Olivier
Accueil des forums
A cheval, en parapente, à ski et autres
Voyage ski pulkayak ! 5
(partager)
posté le 15 févr. 2013

Johanna
Milan noir
(441 messages)
Inscription : 06/05/06
Lieu : Chorges, Hautes-Alpes

Message privé
En vue d'un projet d'itinérance à ski et kayak, nous avons testé le concept... Voir notre article à ce sujet.
On ouvre cette discussion sur le concept, vos commentaires et idées sont bienvenus !
Vers l'infini et au-delà :-)
posté le 17 févr. 2013

H3
Sterne arctique
(150 messages)
Inscription : 12/02/11
Lieu : Vosges alsaciennes

Message privé
Fort intéressant et bien jolies photos !
J'ai dans mes tablettes un projet ressemblant avec départ de la maison en VéloBato (le vélo tracte le bato et les raquettes jusqu'à la neige ou la flotte) jusqu'au Nord d'avant la débacle.
Pour la partie "glisse sur terre" j'envisage des skis sous le bato.
Avec possibilité de règlage de l'assiette façon Dahut et aussi celui de la répartition de la charge sur l'axe transversal, le tout bien adapté au dévers.
Je pense aussi à un brancard plutôt qu'à une sangle pour mieux contrôler la conduite de l'attelage, en descente notamment.
Qu'en penses-tu Johanna ?
posté le 17 févr. 2013

Johanna
Milan noir
(441 messages)
Inscription : 06/05/06
Lieu : Chorges, Hautes-Alpes

Message privé
Ah c'est cool, je vois que tu as toujours des projets sympas et originaux ! :)
En effet qqch qui ressemblerait à un brancard pourrait être plus confortable que des sangles. Ce qui serait bien aussi (manquait dans notre "test") serait un harnais incluant les épaules (comme souvent fourni avec les pulkas) qui permettrait d'avoir la charge mieux répartie qu'avec un simple baudrier d'escalade où les lombaires sont beaucoup sollicitées.
Pour la glisse, les 2 kayaks que nous avons utilisés ici sont en polyeth et ils glissent donc seuls sur la neige (plus ou moins bien évidemment ! Il faudrait les poncer un peu et aussi les farter! Et parfois ça peut botter/coller selon la texture de la neige et la température). Pour un trip plus long itinérant, nous prendrions aussi des chariots à roulettes pour les portions non enneigées.
Pour les dévers (nous n'en avons pas trop eu), je ne sais pas s'il existe une solution ultime... :) Si tu arrives à bricoler un système de réglage de l'assiette, ça peut être pas mal! Mais dans tous les cas, si le bateau est long (5,1m environ pour nos kayaks), et si tu es tout seul pour un passage en dévers, cela peut devenir un peu galère. Sur la traversée du Vercors à ski pulka, nous avions une pulka pour 2, ce qui permettait pour les dévers que celui qui ne tirait pas la pulka la retienne par l'amont avec une sangle.
En tout cas, c'est intéressant ton projet, tiens-nous au courant (avec photos ! :))
Vers l'infini et au-delà :-)
posté le 18 févr. 2013

H3
Sterne arctique
(150 messages)
Inscription : 12/02/11
Lieu : Vosges alsaciennes

Message privé
Pour bien faire le dispositif anti-dévers devra permettre une prise de carre pour ne pas ripper.
Oui, je vous tiendrai au jus pour ce projet de trip :)
J'imagine assez bien le réaliser après celui à venir (le Htour 2013) qui fera appel au VéloBato et au BatoVélo uniquement "belle" saison oblige.
Concernant le harnais en config "brancard", j'utilise un sac à dos ordinaire muni de boucles rapides qui se clipsent sur les branches.
Cela, effectivement, charge les épaules et aussi emploie un article dont on a généralement l'usage de toute façon.
Application en PodoVéloNeige :
posté le 18 févr. 2013

Johanna
Milan noir
(441 messages)
Inscription : 06/05/06
Lieu : Chorges, Hautes-Alpes

Message privé
ah pas mal :)
Vers l'infini et au-delà :-)
posté le 25 févr. 2013

petit tetras
Etourneau
(66 messages)
Inscription : 23/02/10

Message privé
Bonjour,

Je vois que je ne suis pas seul a avoir ce genre d'idée farfelu. Je me souviens en avoir parlé Olivier il y a deux-trois ans lors d'une sortie en kayak sur le lac de Serre-Poncon. L'idée aurait elle fait son chemin ?

Je rêve d'une telle balade depuis que j'ai posé les skis dans notre Alaska Européen, il y a maintenant 7 ans. Seules contraintes trouver du temps (ça peut toujours s'arranger) et trouver des gens pour le faire. Car jusqu'à présent, même les plus endurcit des ours polaires (dont le plus célèbre d'entre, mon voisin, que vous connaissez bien;)) m'ont dit leurs craintes par rapport au froid. Car un -20°C bien sec, ça se supporte bien si on est rigoureux, mais le -5°C humide et gras de l'air marin, c'est tout autre chose, surtout s'il faut passer sa journée dans les vagues et dormir dans la tente le soir.

Malgré tout, je garde cette idée en tête et j'ai beaucoup réfléchit au problème du froid humide et j'ai trouvé des débuts de solutions : combinaison étanche, 3 tenues complète de rechanges (kayak, ski, bivouac), tente tipi avec petit poêle, ne pas fuir la population (les Norvégien sont accueillant et dispose tous d'un sauna !)...

De ce que je connais de la Norvège, la zone idéale serait à mon avis la portion de côte située entre Tromso et Alta : haute-montagne (jusqu'à 1800 m), mer pas trop ouverte (iles + fjord), pas trop de forêt, tous types de pente, bon enneigement jusqu'au mois de mai, belles périodes de beau temps au printemps... (plus au sud, il fait moins beau et les montagnes sont moins skiables "depuis la mer (forêt dense, falaises, altitude moindre...))

Vu les infinies possibilités offertes par cette région, je ne pense pas qu'il soit nécessaire de tracter les kayaks (chargés à bloc) dans la neige pour rejoindre des lacs, qui d'ailleurs à mon avis ne dégèlent qu'après la fonte des neiges. De plus, au printemps, en basse altitude, la neige peut être plus pourrit que la plus pourrit des neiges des Alpes. Car avec l'arrivée du jour permanent (dès avril), il peut ne plus geler la nuit et on peut se retrouver avec une des neige les plus lourde et collante qui soit ... jusqu'au bassin. Les arbres rabougris mais très très très denses peuvent aussi donner du fil à retordre à un skieur insuffisamment maigre !

Je garderai toujours le souvenir de mon arrivée dans les Alpes de Lyngen, le fjord bleu sombre, sans une ride, reflétant les montagnes violet-roses pastel. Bref, dès que je peux, j'y retourne avec ski et kayak !



A bientôt, peut-être sur les pentes du Piolit ou sur les eaux du lac de Serre-Ponçon.


Lygenalpen, mai 2006

Goalbori, Lygenalpen, mai 2006
(partager)
Remonter