Communiqué
  • 23 mai : Attention lorsque vous êtes contacté par message privé pour une petite annonce, ça peut être une arnaque, on a mis en place des petites protections mais ça peut tout de même arriver. N'hésitez pas à nous signaler ces messages si vous en recevez ! Merci Olivier
Accueil des forums
Philosophie du voyage nature
des instants de presque rien 8
(partager)
posté le 26 sept. 2010

michelg
Etourneau
(66 messages)
Inscription : 26/03/09
Lieu : 56

Message privé
Il n'y a pas de rubrique "poésie du voyage nature", alors je pose ça ici....des presque rien, des instants même pas de voyage...

Il faut dire que je ne conduit pas, alors le vélo c'est par tous les temps, pour aller d'ici, pas très marrant le ici, à là-bas, pas très loin... Du vélo par tous les temps, le seul vraiment problématique, c'est le grand vent, la pluie n'a aucune importance avec un kway et des bottes...

Il y a quelques jours, je vais donc vers Vannes, et je longe un beau champs retourné, une grande étendue de terre brun-jaune, avec des rouleaux de brume dans les sillons. Ce n'est pas gracieux, c'est frustre et large. La route est mauvaise ici, ça trépigne sous les bras, je crains toujours un peu pour mes pneus. Cette petite route, je la connais par coeur, je veux dire je la connais par tout le corps, je sais sans y penser qu'après ce granulé méchant sur le bitume il y aura un trou. C'est une route pas très emprunté, et donc les voitures déboulent comme des dingues. J'adore le qui-vive que cette route m'impose.
Bref, j'étais là, au niveau du champs, lorsqu'un faon ou un chevreuil, je sais pas trop la différence, surgit de sous un arbre assez proche et courre droit en direction de la route. Il y a arrive à une dizaine de mètres devant moi, il saute sur le bitume, et là, curieusement, il s'arrête. Moi aussi. Il ne me regarde pas, il s'arrete simplement, en plein milieu de la route, légèrement ramassé sur lui-même, j'ai presque la sensation physique du souffle qu'il est en train de reprendre. Cette position légèrement ramassée, est ce que ce n'est pas celle aussi que j'ai, moi, lorsque après avoir poussé un peu sur mon vélo, je reprends mon souffle en m'arrondissant sur le guidon ?
Il est brun aussi, il a la couleur du champs. Il y a des chasseurs quelques part, je le sais, j'ai entendu la veille le bruit mat du pétard imbécile. Mais lui, le bel animal, il est arreté juste à la sortie du virage. "Reste pas ici", je lui dis, " il y a des voitures ! ". Il me regarde sans peur, et puis en effet il s'en va, et je le regarde bondir avec cette légèreté incroyable très loin, de l'autre côté du champs, ça prend du temps, son souffel m'emerveille, j'ai largement le temps de voir ce corps massif danser sur ses pattes incroyablement fines, et puis il finit par disparaitre au niveau des premiers arbres, là-bas.

Voilà, c'est ça, je me dis. Le vélo, c'est ça aussi. Sur un chemin banal, un animal magnifique, un homme - pas bien heureux - qui parle à un animal; un animal - probablement menacé par les chasseurs - qui remplit de joie le coeur de cet homme, et qui lui "parle" aussi, de tout son corps, de tout ce qu'il ont de commun, et de tout ce qu'ils n'ont pas en commun — une vraie rencontre.
http://lachouetteetleperroquet.blogspot.com
posté le 26 sept. 2010

tosca
Etourneau
(97 messages)
Inscription : 07/11/08
Lieu : Cévennes

Message privé
Merci pour ce très beau récit. :)
Photographe en Cévennes : ma galerie photos Cévennes Plurielles : parcourez les Cévennes à ma façon
posté le 27 sept. 2010

Jacques_L
Martinet
(23 messages)
Inscription : 04/08/10
Lieu : Vaulx en Velin

Message privé
michelg :
un faon ou un chevreuil, je sais pas trop la différence.

Le chevreuil est le plus vraisemblable, en ce terrain ouvert.
Les enfants sont la fleur de la vie, et la raison de notre combat. A.C. (1924-1973).
posté le 27 sept. 2010

michelg
Etourneau
(66 messages)
Inscription : 26/03/09
Lieu : 56

Message privé
Mais est-ce qu'un chevreuil n'est pas moucheté ? Celui-ci ne l'était pas. C'était peut-être une jeune biche...?
http://lachouetteetleperroquet.blogspot.com
posté le 27 sept. 2010

tosca
Etourneau
(97 messages)
Inscription : 07/11/08
Lieu : Cévennes

Message privé
michelg :
Mais est-ce qu'un chevreuil n'est pas moucheté ? Celui-ci ne l'était pas. C'était peut-être une jeune biche...?

Il me semble que c'est le faon qui est moucheté. Le chevreuil ne l'est pas.
Photographe en Cévennes : ma galerie photos Cévennes Plurielles : parcourez les Cévennes à ma façon
posté le 27 sept. 2010

Dominic
Martinet
(41 messages)
Inscription : 18/12/09

Message privé
Un jour que je traversai la forêt de Perseigne à bord de mon automobile une biche apparue et sauta par dessus. Le choc fut énorme. Comment aurai-je pu laisser cette pauvre bête sur le bord de la route ? Depuis environ seize ans, elle fait partie de mon jardin. On retourne dans la forêt de Perseigne mais à pieds, c'est plus cool. C'est bon la biche parfois. Surtout en civet !
posté le 28 sept. 2010

michelg
Etourneau
(66 messages)
Inscription : 26/03/09
Lieu : 56

Message privé
:huh: je comprends pas... Tu veux dire que tu as vraiment ramené une biche chez toi ? Ou c'est juste une plaisanterie ?:huh:


( A propos de chocs, on m'a raconté il y a quelques jours l'histoire d'un type qui s'est pris un cheval sur le capot en passant sous un pont... La voiture était dans un sale état... Le cheval: mort )
http://lachouetteetleperroquet.blogspot.com
posté le 28 sept. 2010 mis à jour le 28 sept. 2010

Dominic
Martinet
(41 messages)
Inscription : 18/12/09

Message privé
Aucune plaisanterie, c'est du vécu depuis plus de quinze ans. Il n'empêche que le choc fut brutal. Mais une biche dans son jardin c'est cool, plus qu'un cheval un peu mort sur le capot d'une voiture presque bonne pour la casse.
posté le 01 oct. 2010

locololo
Martinet
(19 messages)
Inscription : 08/06/10

Message privé
Revenons à ces petits moments, s'il vous plaît !

Eté 1995, petite balade romantique avec ma douce, à Bleau, entre bouleaux , fougères et autres bruyères .
Temps orageux où le soleil tend ses haubans entre les enclumes du ciel.
Une petite grimpette pour déboucher sur un plateau et là, devant nous , à dix mètres au plus, notre seigneur des lieux : un cerf , une superbe ramure, ce port altier .
Quelques secondes à s'observer puis en trois bonds d'une légèreté incroyable pour une telle masse, il s'est évanouï .
Il y eut de nombreux autres instants de ce type avant et après qui restent toujours magnifiques et qui m'interroge sur mon existence .
Une belle rencontre parmi d'autres, mais qui a donné le gout de la rando à ma compagne .
(partager)
Remonter