Communiqué
  • 23 mai : Attention lorsque vous êtes contacté par message privé pour une petite annonce, ça peut être une arnaque, on a mis en place des petites protections mais ça peut tout de même arriver. N'hésitez pas à nous signaler ces messages si vous en recevez ! Merci Olivier
Accueil des forums
Bricolages, techniques, astuces et bidouilles
La nourriture en randonnée 17
(partager)
posté le 07 juin 2010

Johanna
Milan noir
(441 messages)
Inscription : 06/05/06
Lieu : Chorges, Hautes-Alpes

Message privé
Nous publions intégralement en ligne le dossier "Nourriture de bivouac, porter moins, manger mieux" de Carnets d'Aventures n°10.
Voir aussi le tableau des apports caloriques globaux et détaillés en protides, glucides et lipides, de nombreux types d'aliments transportables en randonnée.

N'hésitez pas à vous exprimer sur ce sujet dans ce forum.
Vers l'infini et au-delà :-)
posté le 13 juin 2010

Dominic
Martinet
(41 messages)
Inscription : 18/12/09

Message privé
Parfait l'article. C'est vraiment un sujet très intéressant. Comme personne ne s'y colle, à croire que personne ne mange en randonnée (!) alors je vais amener ma petite contribution. Ça n'engage que moi mais c'est une solution qui me convient très bien pour des randonnées en périodes clémentes, plaine ou moyenne montagne et du genre trois semaines. Comme le ravitaillement est presque toujours possible il est vrai que ça simplifie le problème.
Bien que ce soit bien moins complet que l'article de Carnets d'Aventures que je viens de lire, il y a environ un an j'avais écrit un truc à propos du même sujet. Ce qui est amusant c'est que hormis quelques détails c'est finalement très proche dans les grandes lignes. Personnellement j'ai banni le riz et jamais n'ai envisagé les lentilles, que j'adore par ailleurs, à cause du temps de cuisson. Pourtant je me moque un peu du carburant de chauffe n'utilisant plus que principalement un réchaud à alcool Trangia. Par contre le coup du trempage avant cuisson ça me plaît bien ; il faut que j'essaye.

Alors ce texte qui résume assez bien ma façon d'appréhender la nourriture en randonnée :


Comment assurer quatre jours (trois bivouacs) d'autonomie en nourriture sans pour autant ni exploser le poids de son sac ni passer par la case lyophilisés ?
Déjà pour ces derniers et pour ceux qui n'y ont jamais goûtés je suggère d'essayer avant pendant deux ou trois jours. C'est pas que ce ne soit vraiment pas bon, c'est pratique, c'est léger, mais d'une part c'est hors de prix, les parts ne sont jamais bonnes (une t'as faim, deux c'est trop encore que...) et d'autre part ça peut occasionner quelques effets secondaires. Sinon on peut considérer qu'un sachet de 100g donnera environ quatre fois plus soit 400 kcal une fois reconstitué. Il existe souvent les mêmes dosés pour deux. Certes c'est léger mais ça ne concerne que le "frichti" du soir.

Justement si l'on considère l'alimentation globale pour quatre jours et avec des méthodes plus traditionnelles il faut séparer les vivres de courses, pour la journée, et celles du bivouac.

Pour les premières en comptant le petit déjeuner c'est assez simple. Du pain, du beurre, un saucisson, du fromage, des fruits secs et des bonbons au miel, du thé ou du café. Le saucisson pour la journée c'est très pratique, très énergétique pour pas très lourd (en moyenne 450 kcal/100g) mais pour celles ou ceux qui ne mangeraient pas de porc il y a l'alternative du saucisson d'âne. Je le mentionne parce que j'ai eu l'occasion de faire découvrir les Pyrénées à un ami tunisien.

Maintenant au bivouac ! Comment ne pas manger tout les jours la même chose ? Pour cela j'ai trois ingrédients de base très faciles à utiliser en randonnée. Les pâtes chinoises, la semoule et la purée. Le tout est de bien préparer avant (sel, poivre, piment, ail...) et de mettre tout ça dans des ziplocs en mesurant le poids afin d'avoir des portions logiques.
Après bien sûr il faut agrémenter tout ça par des lipides. Certaines boites de conserve ne sont pas forcément la plus mauvaise des solutions. Le thon, le saumon, le jambon par exemple. Et puis il y a un truc génial, c'est le bœuf et le canard séché. On en trouve assez facilement dans les magasins bio. Tout ça permet déjà pas mal de combinaisons.

En fait rien de tout cela n'est révolutionnaire. Simplement ça permet de se préparer le soir un plat très correct pour moins de 400g transportés. Pour exemple, une boite de thon au naturel contenant 130g de poisson une fois égoutté pèse 230g (boites Leader Price qualité supérieur) En rajoutant 120g de pâtes ça en fait 350 dont seulement environ 70 de poids résiduel qu'il faudra porter jusqu'à la prochaine poubelle. Rien de bien méchant !

Personnellement j'emporte aussi un tube de concentré de tomate, un peu de sel et poivre mélangés d'avance, deux ou trois cubes de bouillon, des champignons séchés et une tête d'ail.

Voilà comment il est possible de faire sans dépasser 3000g (avec un pain de 500g) au départ d'une randonnée de quatre jours. Mais comment faire pour plus longtemps sans porter plus ?

Tout d'abord et c'est évident, se ravitailler en chemin. Encore faut-il que ce soit possible et être sûr de son coup. Mais un seul ravitaillement en quatre jours et ça en fait cinq.
Un autre truc parfois fort sympathique. Quand on bivouaque un peu à la sauvage dans des régions habitées c'est très souvent sur les terres d'une ferme. La moindre des choses étant de demander l'autorisation il est rare de ne pas pouvoir en profiter pour acheter quelques œufs. Et hop, un jour de plus, une omelette, et pas un gramme de plus à porter !

Encore une petite astuce afin d'économiser le poids d'un repas. Un jour j'étais parti pour le tour du Morvan. J'arrivais à Saulieu vers 14h et étais censé bivouaquer au bord d'un lac à environ 3h de marche. Je savais que le bivouac y était possible. Ce que je ne savais pas c'est que les feux y étaient aussi possibles sinon à la descente du train je serais allé acheter une superbe entrecôte (Charolaises oblige) qui aurait fini sur la braise avec vue sur le lac. Une façon agréable de gagner une journée de ravitaillement.

Pour se ravitailler lors de randonnées vraiment longues et dans des régions un peu désertées le système de la poste restante peut s'avérer utile. Encore faut-il qu'il existe encore des bureaux de poste et être sûr d'y être aux jours et heures d'ouverture. En fait c'est surtout intéressant pour se réapprovisionner en produits qu'il est impossible de se procurer en petites quantités.
En montagne, là où il n'y a plus de solution il reste le repas au refuge. C'est généralement pas mauvais du tout et puis c'est très convivial.

En conclusion, tout cela ne sont que des pistes qui correspondent à ma façon de faire mais c'est à chacun d'adapter à sa sauce.
Et puis ça n'interdit pas parfois un grain de folie. Bien que je sois très tatillon à propos du poids de mon sac, un jour je suis monté au lac d'Arratil depuis Cauterets soit environ 1000m de dénivelé avec un énorme bocal de coq au vin et deux bouteilles de Madiran. Je précise que nous étions deux !

Quelques préparations avant de partir. Quantité moyenne pour une personne.
-Les pâtes asiatiques : 120g de pâtes, quelques champignons séchés découpés en petits morceaux dans un sachet le tout dans un ziploc. Ne pas oublier arrivé au bivouac de faire tremper les champignons de préférence dans de l'eau pas trop froide. Cuire dans un bouillon de légumes par exemple. Excellent avec une boite de saumon.
-La "purée rando" : Mélanger 120g de purée en flocons, 30g de lait en poudre, une grosse petite cuillère de sel, de l'ail déshydraté, du poivre et de la noix de muscade. On peut aussi mettre un peu de piment doux. Mettre le mélange dans un ziploc. 50 cl d'eau bouillante sont très largement suffisants. Laisser sur feu doux environ 2 mn en incorporant un peu de beurre. Très bon avec le bœuf séché.
-Rien de particulier pour la semoule si ce n'est plutôt grain moyen. Sel, poivre, piment pourquoi pas et ziploc toujours. Pour la préparation au bivouac, faire bouillir l'eau avec des raisins secs et par exemple de l'abricot sec coupé en petit dés. Mouiller la semoule et rajouter un peu de beurre. C'est pas mal avec du thon préalablement passé à la poêle. Un petit filet de citron ne gâche rien mais encore faut-il en avoir sinon une petite sauce vite faite avec le concentré de tomate c'est pas mal aussi.

Bien évidemment, quand on peut se ravitailler, oublions les conserves. La purée ou la semoule avec des brochettes de bœuf ou les pâtes asiatiques avec des brochettes de porc c'est vraiment plus fun. Mais il faut pouvoir faire du feu.

Tout cela n'est pas de la haute cuisine gastronomique mais ça a au moins l'avantage de procurer 2500 kcal/j minimum, d'être facile à faire et de ne pas peser trop lourd. Et puis c'est meilleur que les lyophilisés et beaucoup moins cher.


Ce sujet m'importe énormément, au même titre que le matériel servant à se faire à manger en randonnée. En fait comme déjà dit, je suis très tatillon à propos du poids de mon sac et d'années en années ça diminue tranquillement souvent grâce à des astuces. J'en connais quelques unes mais ce sera pour une prochaine fois !
posté le 13 juin 2010

tosca
Etourneau
(97 messages)
Inscription : 07/11/08
Lieu : Cévennes

Message privé
Je n'utilise plus de lyophilisés (à l'exception des soupes instantanées que l'on trouve dans tous les magasins d'alimentation) depuis que je me suis équipée d'un déshydrateur. Les plats préparés sont un peu plus longs à réhydrater que le "lyo", mais c'est du fait maison, j'en maîtrise totalement la composition et les quantités, et je mets sous vide dans des sachets scellés.

Conservés au frais et à l'abri de la lumière (j'en ai toujours un petit stock dans le bac à légumes du frigo), il m'est couramment arrivé de déguster mes petits plats maison plusieurs mois (jusqu'à pas loin de 3 ans !) après leur préparation.

Parmi mes préférés : tajine d'agneau aux pruneaux, poulet basquaise + riz, daube aux olives + pâtes, haricot de mouton, saucisses aux lentilles, volaille aux marrons, couscous, hachis parmentier, etc .... j'arrête sinon je vais en dégoûter plus d'un :p

En randonnée, la préparation est des plus simples : de l'eau bouillante, puis conserver au chaud une bonne vingtaine de minutes (j'emmaillotte dans une polaire ou le duvet) et c'est prêt.
Un autre solution consisterait à faire tremper et réchauffer à feu doux mais, en rando pédestre, je n'emporte qu'un micro-réchaud à alcool (40g) qui permet seulement de faire chauffer de l'eau.
Photographe en Cévennes : ma galerie photos Cévennes Plurielles : parcourez les Cévennes à ma façon
posté le 16 juin 2010

patbald
Martinet
(32 messages)
Inscription : 20/02/08

Message privé
bonjour,

Je recopie ce que j'ai écris sur C2C puisque la même question y a été posée:

salut, Pour 2 à 5 jours, on peut ne pas varier mais après, ça devient aussi lassant qu'un dalbhat ou un tagine tous les jours

Pour un WE,j'emporte:

Semoule + chorba en sachet + pois chiche en flocons = couscous (tu peux rajouter des merguez précuites chez toi)

Semoule + Lyo norvégien Drytech (morue, baleine, cerf). On peut remplacer la semoule par des flocons d'Azuki (magasin Bio)

Nouilles japonaises + oeuf brouillés en poudre (magasin japonais)

Nouilles chinoises + bouchées crevettes ou boeuf (le chinois à emporter du coin)

Purée (snack allemand sans lait, acheté à Kiel) + gendarmes

ET surtout desserts: crème chocolat, crème amaretto et yaourt aux fruits rouges de Trek-n-Eat, fruits secs

Pour le premier jour, tu peux te faire lentilles pré cuites + morteau ou sardines + fromage frais ou un plat tout prêt à réchauffer ; c'est un peu lourd mais tu ne le portes qu'un jour.

Pas mal non plus: Riz thon tomate ou pâtes au jambon + oeuf dur mayonnaise (dosettes récupérées chez Mac Do)

Bonne rando
posté le 16 juin 2010

Renaud
Etourneau
(50 messages)
Inscription : 06/12/06

Message privé
Pour les lentilles je confirme. J'en avais en Islande cet été. Des lentilles corail. A midi je les mettais à tremper dans une gourde. Le soir elles étaient quasiment cuites. Ca ne prenait rien de temps de les chauffer. Bien moins que pour des pates. Et sur 20 jours d'autonomie, ça change un peu. Ce fut un de mes meilleurs repas.

Un truc qui est pas mal aussi, ce sont les capelleti vendu en sachet de 250g. Il y en a à la viande, au fromage... C'est fabriqué par les grandes marques de pates et ça se trouve un peu de partout. C'est léger, ça cuit relativement vite et le nombre de calories aux 100g est assez élevé. Agrémenté d'un peu d'huile d'olive ça fait un bon repas.

Un autre truc sympa: le nutella. Impressionant au niveau du rapport poids energie et super pour le moral. Certaines personnes que j'ai rencontrée m'on fait remarqué que je me tapais des petits dej grand luxe avec mon nutella et mes crêpes (toutes pretes vendu au rayon des gateau) et ils ont été fort surpris quand je leur ai fait remarqué que le rapport poids energie de mon petit dej était bien meilleur que celui de leur lyo.
posté le 19 juin 2010

Dominic
Martinet
(41 messages)
Inscription : 18/12/09

Message privé
tosca :
Je n'utilise plus de lyophilisés (à l'exception des soupes instantanées que l'on trouve dans tous les magasins d'alimentation) depuis que je me suis équipée d'un déshydrateur. Les plats préparés sont un peu plus longs à réhydrater que le "lyo", mais c'est du fait maison, j'en maîtrise totalement la composition et les quantités, et je mets sous vide dans des sachets scellés.

Conservés au frais et à l'abri de la lumière (j'en ai toujours un petit stock dans le bac à légumes du frigo), il m'est couramment arrivé de déguster mes petits plats maison plusieurs mois (jusqu'à pas loin de 3 ans !) après leur préparation.

Parmi mes préférés : tajine d'agneau aux pruneaux, poulet basquaise + riz, daube aux olives + pâtes, haricot de mouton, saucisses aux lentilles, volaille aux marrons, couscous, hachis parmentier, etc .... j'arrête sinon je vais en dégoûter plus d'un :p

En randonnée, la préparation est des plus simples : de l'eau bouillante, puis conserver au chaud une bonne vingtaine de minutes (j'emmaillotte dans une polaire ou le duvet) et c'est prêt.
Un autre solution consisterait à faire tremper et réchauffer à feu doux mais, en rando pédestre, je n'emporte qu'un micro-réchaud à alcool (40g) qui permet seulement de faire chauffer de l'eau.

Salut tosca
Pourrais-tu en dire plus par rapport à ta façon de faire et d'utiliser le déshydraté ? Suite à ton post j'ai un peu cherché et il m'a semblé que c'était un investissement un peu lourd. De l'ordre de 350 à 450€
Maintenant, comme je cuisine pas mal de plats un peu à l'ancienne (bœuf bourguignon, blanquette de veau ou de volaille, gibier en sauce…) toute l'année, ce serait peut-être une solution.
-Alors quelle est environ la différence de poids entre le plat sortant de la cuisine et une fois déshydraté ?
-Ça se conserve apparemment très bien et longtemps au réfrigérateur mais qu'en est-il durant trois ou quatre jours dans un sac à dos ?
-Et puis tout le reste, les sachets, l'appareil pour les souder, doit-on par exemple plutôt privilégier les pâtes déshydratées avec le bourguignon ou préférer les cuire au bivouac ? etc.
En tout cas ça ne semble pas mal comme solution. Personnellement j'essaye depuis plusieurs années de trouver un truc pour faire un four avec du matériel de randonnée tout ce qu'il y a de plus classique et sans détruire le paysage. Pour tout dire je sèche mais si quelqu'un avait une idée elle est la bienvenue.
posté le 05 juil. 2010

senechalmontagne
Sterne arctique
(162 messages)
Inscription : 29/03/08
Lieu : 38460 MOIRANS

Message privé
Tout ca c'est bien joli, mais des fois en expedition comme par exemple pour la traversée de l'islande Nord sud, on a besoin de 15 jours d'autonomie, et les lyophilisés, meme si c'est cher, ont fait beaucoup de progres, notament chez MX3....
On est jamais perdu, mais momentanément dans l'incertitude.
posté le 05 juil. 2010

two_feet_a_stick
Martinet
(25 messages)
Inscription : 15/02/10

Message privé
On est déjà parvenu à faire 21 jours d'autonomie sans utiliser de lyophilisés en appliquant ce type de méthode, donc ça marche (9.5 kg de bouffe par personne pour 21 jours, pour environ 2250 kcal par jour)

Niveau budget, je ne peux pas me permettre de manger principalement du lyoph sur la durée, même si quelques uns de temps en temps ça amène de la variété.

Après je suis d'accord pour dire que ça peut rendre de fiers services et que ça a fait des progrès.
posté le 05 juil. 2010

Régis Cahn
Etourneau
(91 messages)
Inscription : 08/11/06
Lieu : Grenoble

Message privé
Salut à tous,

Je viens de publier ce jour, un comparatif sur des plats lyophilisés. Il peut être intéressant notamment de consulter le tableau récapitulatif reprenant l'apport calorique par sachet...

@+
Régis
posté le 06 juil. 2010

phire
Martinet
(37 messages)
Inscription : 06/01/10

Message privé
Article super intéressant. Merci beaucoup.
Ce fil est pas mal non plus.
posté le 14 juil. 2010

grominet88
Martinet
(34 messages)
Inscription : 31/05/09

Message privé
Dominic :
Parfait l'article. C'est vraiment un sujet très intéressant. Comme personne ne s'y colle, à croire que personne ne mange en randonnée (!) alors je vais amener ma petite contribution. Ça n'engage que moi mais c'est une solution qui me convient très bien pour des randonnées en périodes clémentes, plaine ou moyenne montagne et du genre trois semaines. Comme le ravitaillement est presque toujours possible il est vrai que ça simplifie le problème.
Bien que ce soit bien moins complet que l'article de Carnets d'Aventures que je viens de lire, il y a environ un an j'avais écrit un truc à propos du même sujet. Ce qui est amusant c'est que hormis quelques détails c'est finalement très proche dans les grandes lignes. Personnellement j'ai banni le riz et jamais n'ai envisagé les lentilles, que j'adore par ailleurs, à cause du temps de cuisson. Pourtant je me moque un peu du carburant de chauffe n'utilisant plus que principalement un réchaud à alcool Trangia. Par contre le coup du trempage avant cuisson ça me plaît bien ; il faut que j'essaye.

Alors ce texte qui résume assez bien ma façon d'appréhender la nourriture en randonnée :


Comment assurer quatre jours (trois bivouacs) d'autonomie en nourriture sans pour autant ni exploser le poids de son sac ni passer par la case lyophilisés ?
Déjà pour ces derniers et pour ceux qui n'y ont jamais goûtés je suggère d'essayer avant pendant deux ou trois jours. C'est pas que ce ne soit vraiment pas bon, c'est pratique, c'est léger, mais d'une part c'est hors de prix, les parts ne sont jamais bonnes (une t'as faim, deux c'est trop encore que...) et d'autre part ça peut occasionner quelques effets secondaires. Sinon on peut considérer qu'un sachet de 100g donnera environ quatre fois plus soit 400 kcal une fois reconstitué. Il existe souvent les mêmes dosés pour deux. Certes c'est léger mais ça ne concerne que le "frichti" du soir.


Justement si l'on considère l'alimentation globale pour quatre jours et avec des méthodes plus traditionnelles il faut séparer les vivres de courses, pour la journée, et celles du bivouac.

Pour les premières en comptant le petit déjeuner c'est assez simple. Du pain, du beurre, un saucisson, du fromage, des fruits secs et des bonbons au miel, du thé ou du café. Le saucisson pour la journée c'est très pratique, très énergétique pour pas très lourd (en moyenne 450 kcal/100g) mais pour celles ou ceux qui ne mangeraient pas de porc il y a l'alternative du saucisson d'âne. Je le mentionne parce que j'ai eu l'occasion de faire découvrir les Pyrénées à un ami tunisien.

Maintenant au bivouac ! Comment ne pas manger tout les jours la même chose ? Pour cela j'ai trois ingrédients de base très faciles à utiliser en randonnée. Les pâtes chinoises, la semoule et la purée. Le tout est de bien préparer avant (sel, poivre, piment, ail...) et de mettre tout ça dans des ziplocs en mesurant le poids afin d'avoir des portions logiques.
Après bien sûr il faut agrémenter tout ça par des lipides. Certaines boites de conserve ne sont pas forcément la plus mauvaise des solutions. Le thon, le saumon, le jambon par exemple. Et puis il y a un truc génial, c'est le bœuf et le canard séché. On en trouve assez facilement dans les magasins bio. Tout ça permet déjà pas mal de combinaisons.


En fait rien de tout cela n'est révolutionnaire. Simplement ça permet de se préparer le soir un plat très correct pour moins de 400g transportés. Pour exemple, une boite de thon au naturel contenant 130g de poisson une fois égoutté pèse 230g (boites Leader Price qualité supérieur) En rajoutant 120g de pâtes ça en fait 350 dont seulement environ 70 de poids résiduel qu'il faudra porter jusqu'à la prochaine poubelle. Rien de bien méchant !

Personnellement j'emporte aussi un tube de concentré de tomate, un peu de sel et poivre mélangés d'avance, deux ou trois cubes de bouillon, des champignons séchés et une tête d'ail.

Voilà comment il est possible de faire sans dépasser 3000g (avec un pain de 500g) au départ d'une randonnée de quatre jours. Mais comment faire pour plus longtemps sans porter plus ?

Tout d'abord et c'est évident, se ravitailler en chemin. Encore faut-il que ce soit possible et être sûr de son coup. Mais un seul ravitaillement en quatre jours et ça en fait cinq.
Un autre truc parfois fort sympathique. Quand on bivouaque un peu à la sauvage dans des régions habitées c'est très souvent sur les terres d'une ferme. La moindre des choses étant de demander l'autorisation il est rare de ne pas pouvoir en profiter pour acheter quelques œufs. Et hop, un jour de plus, une omelette, et pas un gramme de plus à porter !


Encore une petite astuce afin d'économiser le poids d'un repas. Un jour j'étais parti pour le tour du Morvan. J'arrivais à Saulieu vers 14h et étais censé bivouaquer au bord d'un lac à environ 3h de marche. Je savais que le bivouac y était possible. Ce que je ne savais pas c'est que les feux y étaient aussi possibles sinon à la descente du train je serais allé acheter une superbe entrecôte (Charolaises oblige) qui aurait fini sur la braise avec vue sur le lac. Une façon agréable de gagner une journée de ravitaillement.

Pour se ravitailler lors de randonnées vraiment longues et dans des régions un peu désertées le système de la poste restante peut s'avérer utile. Encore faut-il qu'il existe encore des bureaux de poste et être sûr d'y être aux jours et heures d'ouverture. En fait c'est surtout intéressant pour se réapprovisionner en produits qu'il est impossible de se procurer en petites quantités.
En montagne, là où il n'y a plus de solution il reste le repas au refuge. C'est généralement pas mauvais du tout et puis c'est très convivial.


En conclusion, tout cela ne sont que des pistes qui correspondent à ma façon de faire mais c'est à chacun d'adapter à sa sauce.
Et puis ça n'interdit pas parfois un grain de folie. Bien que je sois très tatillon à propos du poids de mon sac, un jour je suis monté au lac d'Arratil depuis Cauterets soit environ 1000m de dénivelé avec un énorme bocal de coq au vin et deux bouteilles de Madiran. Je précise que nous étions deux !


Quelques préparations avant de partir. Quantité moyenne pour une personne.
-Les pâtes asiatiques : 120g de pâtes, quelques champignons séchés découpés en petits morceaux dans un sachet le tout dans un ziploc. Ne pas oublier arrivé au bivouac de faire tremper les champignons de préférence dans de l'eau pas trop froide. Cuire dans un bouillon de légumes par exemple. Excellent avec une boite de saumon.
-La "purée rando" : Mélanger 120g de purée en flocons, 30g de lait en poudre, une grosse petite cuillère de sel, de l'ail déshydraté, du poivre et de la noix de muscade. On peut aussi mettre un peu de piment doux. Mettre le mélange dans un ziploc. 50 cl d'eau bouillante sont très largement suffisants. Laisser sur feu doux environ 2 mn en incorporant un peu de beurre. Très bon avec le bœuf séché.
-Rien de particulier pour la semoule si ce n'est plutôt grain moyen. Sel, poivre, piment pourquoi pas et ziploc toujours. Pour la préparation au bivouac, faire bouillir l'eau avec des raisins secs et par exemple de l'abricot sec coupé en petit dés. Mouiller la semoule et rajouter un peu de beurre. C'est pas mal avec du thon préalablement passé à la poêle. Un petit filet de citron ne gâche rien mais encore faut-il en avoir sinon une petite sauce vite faite avec le concentré de tomate c'est pas mal aussi.


Bien évidemment, quand on peut se ravitailler, oublions les conserves. La purée ou la semoule avec des brochettes de bœuf ou les pâtes asiatiques avec des brochettes de porc c'est vraiment plus fun. Mais il faut pouvoir faire du feu.

Tout cela n'est pas de la haute cuisine gastronomique mais ça a au moins l'avantage de procurer 2500 kcal/j minimum, d'être facile à faire et de ne pas peser trop lourd. Et puis c'est meilleur que les lyophilisés et beaucoup moins cher.

Ce sujet m'importe énormément, au même titre que le matériel servant à se faire à manger en randonnée. En fait comme déjà dit, je suis très tatillon à propos du poids de mon sac et d'années en années ça diminue tranquillement souvent grâce à des astuces. J'en connais quelques unes mais ce sera pour une prochaine fois !

Sympa pour tes recettes, je vais les essayer pour cet été. je me cassais la tête pour le transport de la nourriture car cette fois ci je pars à pied dans les vosges et je serais plusieurs jours sans traverser de village. Il est vrai qu'en vélo, c'est plus simple et on a pas besoin de transporter plusieurs jours de nourriture sur soi.
http://vagabond88.skyrock.com/
posté le 14 juil. 2010

patbald
Martinet
(32 messages)
Inscription : 20/02/08

Message privé
Vraiment, cocorico!

Partout saucisson fromage qui n'est ni bon pour le cholestérol ni pour les apports en proteïnes et est d'un poids exagéré. Pas vu souvent de banane ou de pomme!
posté le 14 juil. 2010

Beaufortain
Martinet
(23 messages)
Inscription : 13/05/09

Message privé
patbald :
Partout saucisson fromage qui n'est ni bon pour le cholestérol ni pour les apports en proteïnes et est d'un poids exagéré. Pas vu souvent de banane ou de pomme!

Ok, sauf que l'été à part en fruit sec, en trek (en autonomie) t'as pas trop possibilité de conserver les fruits, qui pourrissent très vite avec la chaleur... remarque la tomme si il fait vraiment chaud fait la gueule aussi :D:)
posté le 18 juil. 2010

Dominic
Martinet
(41 messages)
Inscription : 18/12/09

Message privé
grominet88 :
Sympa pour tes recettes, je vais les essayer pour cet été. je me cassais la tête pour le transport de la nourriture car cette fois ci je pars à pied dans les vosges et je serais plusieurs jours sans traverser de village. Il est vrai qu'en vélo, c'est plus simple et on a pas besoin de transporter plusieurs jours de nourriture sur soi.

Salut grominet
C'est cool que mes recettes te donnent des idées mais en fait ce n'en sont pas vraiment. Ce ne sont que des ingrédients qui vont bien en randonnée même si les conserves ne sont pas ce qu'il y a de mieux. Au moins ça permet de varier un peu. Que c'est bon le soir de n'avoir comme simple question que : " Purée bœuf séché ou pâtes au crabe ce soir ?" "C'était quoi hier … ? Ah oui, alors thon semoule"

Et puis je pense qu'il serait bon d'arrêter de parler d'autonomie totale quand on part un peu longtemps. La randonnée ce n'est pas un sacerdoce. Et puis c'est contre-productif. On parcourt très souvent des régions à fortes cultures culinaires et ce serait ballot de passer à coté. Ça fait fonctionner le commerce local, c'est bon (en général), ça allège le sac et de toutes façons je ne me sens pas capable de randonner deux ou trois semaines en Auvergne par exemple sans tripoux au bivouac et en ne mangeant que des lyos. J'oubliais le vin, personne n'en parle, ça fait parfois un peu désordre, et bien je revendique ; un côte d'Auvergne ou du Rhône (le Laudun est excellent) avec des saucisses à la châtaigne au coin du feu c'est grand ! Bien sûr on ne part pas avec et pour le peu de transport on transfère dans une gourde ou une bouteille plastique.

Je n'ai rien contre le lyo, simplement je n'en mange plus. La randonnée tend à changer nos habitudes mais si on aime faire la cuisine il n'y a pas à en changer, juste à s'adapter. Il y a toujours eu de part le monde des peuples nomades, bien avant les lyos, leurs cuisines sont parfois réputées et ils ne meurent pas de faim malgré l'absence de nos gadgets occidentaux. La nourriture en randonnée c'est avant tout profiter du terroir et non des dernières avancées de la science.

Pour ce qui est du transport et comme nous randonnons toujours à deux nous avons depuis environ trois ans laissé tomber le réchaud à gaz pour :
http://www.trangia.se/english/2924.mini_trangia.html
Si ce réchaud est très suffisant pour deux, l'unique popote est insuffisante et de toutes façons trop petite. Une seconde d'environ 1L règle le problème et permet d'emporter déjà pas mal de trucs. Et puis sinon une boite tuperware plus quelques ziplocs ça le fait très bien. L'année prochaine nous aurons très certainement un réchaud à bois en plus alors on pourra commencer à faire de la vraie cuisine sans trop se soucier du carburant.

Evidemment derrière tout çà il y a comme un petit relent de guerre entre pro lyo et adeptes d'une alimentation plus traditionnelle. Ce que j'ai pu constater en général c'est que les mangeurs de lyo le sont pour une question de poids, mais ils ont souvent des sacs de 15 kg hors consommables. Le mien ne faisant plus qu'à peine plus de quatre, trois ou quatre kg de nourritures au départ ne sont pas vraiment un problème. Il est impératif de bien se nourrir en randonnée comme de bien dormir. 3000 c/j c'est quelques degrés gagnés sur la pseudo limite confort d'un sac de couchage rempli de certitudes naturelles ou synthétiques.

Une petite astuce qui marche bien. Quand il fait chaud, tout le monde le sait, le beurre ça fond. Pourtant au petit déjeuner ou pour certains trucs après avoir repris la chaleur on est bien content d'en avoir. Alors une plaquette de beurre indus dans son emballage enveloppée dans une double épaisseur de papier aluminium, le tout dans un tuperware, il ne sortira peut-être pas comme du frigo mais du sac à dos en étant consommable. Quelqu'un m'a dit qu'en rajoutant un morceau de mousse isolante de matelas au fond du tuperware c'était encore mieux. J'ai testé, ça n'a rien changé à première vue, mais après tout pourquoi pas ?
posté le 25 sept. 2010

grominet88
Martinet
(34 messages)
Inscription : 31/05/09

Message privé
Je n'est pas pus tester tes recettes cet été. Je devais partir avec mon frère et comme il avait mal à un genou, on a annulé.
http://vagabond88.skyrock.com/
posté le 06 août 2012

flamwolf
Hirondelle
(9 messages)
Inscription : 06/01/12

Message privé
Un peu en retard mais je me pose une question il me semble que les valeurs données sur les emballages concernent les extraits secs, mais je peux me tromper, ce qui fait que les pâtes à tartiner et autres miels ne seraient peut-être pas si intéressant que ça...
posté le 24 août 2015

ljaffro
Hirondelle
(9 messages)
Inscription : 06/11/13

Message privé
Après de longues randos en France GR5/10/34/54 et la traversée de la Nouvelle Zélande à pieds,

Voici un petit résumé de mon alimentation en rando:

https://throughtramp.wordpress.com/2015/08/24/alimentation-en-rando/
posté le 25 août 2015

Mak Manu
Sterne arctique
(113 messages)
Inscription : 17/09/12
Lieu : Strasbourg

Message privé
Salut, salut,

Pour Ijaffro: un sujet- un post mais pas tous les sujets du forum....certains risquent de ne pas trop apprécier... mais bon.

Menu très intéressant, bien que selon moi çà manque de gout et de saveur... Un bon repas redonne de l'énergie pour le corps certes mais faut pas oublier l'esprit.
Perso, j'aime cuisiner le soir après une bonne journée, mais du coup c'est plus lourd.

Je soumets ton menu à ma femme, (diététicienne de formation), pour avoir son avis de professionnelle et je ferai un pti compte rendu pour nous tous.
En ce qui me concerne, elle me prépare des menus à 3500Kcal/ jr, avec apport en protéine (style "fortimel" & "poudre protéinée" en complément alimentaire) pour garder du muscle.

Enfin, juste pour les soupes chinoises...je rajoute un oeuf cru au moment de la cuisson des pâtes, çà donne du gout énergie & protéines. (après il faut avoir de quoi transporter des oeufs frais...). Mais les oeufs sont une excellente source de protéines pour pas cher et de qualité. (Max 1 à 2/jr)

A plus !!! Et merci pour ton menu.
Mes plus beaux voyages n'étaient pas les plus lointains, mais ceux au bout de moi même.
(partager)
Remonter