Communiqué
  • 23 mai : Attention lorsque vous êtes contacté par message privé pour une petite annonce, ça peut être une arnaque, on a mis en place des petites protections mais ça peut tout de même arriver. N'hésitez pas à nous signaler ces messages si vous en recevez ! Merci Olivier
Accueil des forums
Voyager sur l'eau
Gumotex Solar en mer 6
(partager)
posté le 25 mars 2010

yves76
Martinet
(49 messages)
Inscription : 20/01/10

Message privé
J'aurais voulu avoir l'avis d'utilisateurs de Gumotex Solar en mer : ses qualités nautiques ,sa vitesse ( mesurée au GPS ce serait le top), quelles sont les conditions vagues vent maximales.
posté le 25 mars 2010

exf888
Hirondelle
(5 messages)
Inscription : 15/09/09

Message privé
Bonjour yves76,
Je possède un SOLAR depuis juin 2008, et mon premier objectif était d'amuser mes petits enfants. Huit mises à l'eau en 2008, puis plus courageux, une trentaine en 2009. Mon utilisation en mer a consisté principalement à effectuer un trajet de la plage Trottel (plage ouest d'Ajaccio à la plage Marinella (partie ouest de la plage de l'Ariadne) en direction des Sanguinaires et retour le soir. Ce trajet fait 4 km en lignes brisées sur Google et je l'effectue équipé de l'un de mes petits enfants, voire de deux, et parfois des trois lors du retour. Ils avaient l'été dernier 10, 8 et 4 ans et demi. Le trajet aller s'effectue généralement avec l'un des deux plus âgés avec pour objectif d'améliorer notre record (c'est bon pour ce que j'ai). Quand le thermique ne fait que s'éveiller, nous effectuons les 4 km en 40 minutes; quand il atteint force IV, avec un soupçon de mistral, ce qui le transforme en vent de terre, nous effectuons le trajet en 50 minutes, sachant que je m'efforce de suivre le rivage pour réduire l'effet du vent. J'ajoute qu'une part du ralentissement est due à l'eau embarquée face au clapot (environ 30/40 litres à l'arrivée).
J'ajoute qu'en me rapprochant du rivage, cela me permet de naviguer pile face au vent, ce qui permet de pagayer de façon symétrique sur une bonne partie du trajet.
Le vent a un effet presque plus important sur le moral que sur la vitesse, en effet, il est bon de savoir que la vitesse du vent varie énormément en fonction de la hauteur au-dessus de la surface. Il est à la vitesse 0 km au ras de l'eau, c'est ce qu'on appelle la couche limite, il varie ensuite à peu-près comme les abcisses d'une branche de parabole ouverte vers le haut, pour atteindre sa vitesse nominale vers 10 m au-dessus de la surface de l'eau. Ce sont le corps du pagayeur et surtout la pale haute de la pagaie qui offrent de la résistance au vent.
Pour les conditions de vagues, je n'ai pas testé en raison des caractéristiques de mon équipage.Toutefois, au retour d'une ballade en rivière, j'ai presque rempli le SOLAR et ai été repoussé vers la rivière dont je sortais, sachant qu'à cette occasion, en plus des trois enfants, il y avait mon épouse et les reliefs du pique nique à bord. La rivière est la Gravonna dont l'embouchure se situe entre Ajaccio et Porticcio. On ne peut y accéder que par la mer. Le clapot dû au thermique était verticalisé en raison du banc de sable que forme et déplace à sa guise la rivière. Il devait atteindre environ 50 cm. Voilà pour mon expérience actuelle.
posté le 25 mars 2010 mis à jour le 27 mars 2010

paleo_Flo
Sterne arctique
(217 messages)
Inscription : 29/08/06

Message privé
On peux améliorer grandement sa tenue au vent et de cap en montant une dérive à l'avant (normalement il y en à déjà une à l'arrière...)

Je sort uniquement avec faible clapot, sinon de face ça freine vraiment trop :( de plus il faudrait le ponter pour ne pas embarquer d'eau.

Si tu as une dérive à l'avant et une bonne technique de pagayage avec la pale bien de profil lorsqu'elle est en l'air, le vent est moins critique, 2.7 MN est une bonne moyenne enregistré au GPS, les embarcations testées sont des solar 300 et 405, très bas sur l'eau (il ont été choisi pour celà).
Solar 300, 405, Osprey triple_construction amateur, Bavaria 32
posté le 26 mars 2010

yves76
Martinet
(49 messages)
Inscription : 20/01/10

Message privé
Merci de vos réponses ,ç'à donne une idée plus juste des possibilités du kayak.
D'après vos mesures ,le solar est finalement rapide , n'en déplaise aux "puristes" ;elle n'est absolument pas ridicule par rapport à un kayak en dur ,même si légèrement inférieure 5-6km/contre 6-8 pour un rigide.
D'après vos réponses , il semble que le plus gros problème soit le clapot et le remplissage du bateau; on doit trouver une solution.

Par contre au niveau solidité , reste à confirmer par les utilisateurs ,il semble que c'est le top.
posté le 27 mars 2010

paleo_Flo
Sterne arctique
(217 messages)
Inscription : 29/08/06

Message privé
yves76 :
Merci de vos réponses ,ç'à donne une idée plus juste des possibilités du kayak.
D'après vos mesures ,le solar est finalement rapide , n'en déplaise aux "puristes" ;elle n'est absolument pas ridicule par rapport à un kayak en dur ,même si légèrement inférieure 5-6km/contre 6-8 pour un rigide.
D'après vos réponses , il semble que le plus gros problème soit le clapot et le remplissage du bateau; on doit trouver une solution.

Par contre au niveau solidité , reste à confirmer par les utilisateurs ,il semble que c'est le top.

J'ajouterais tout de même que la mollesse de la carène ne permet pas de soutenir l'effort sur la même durée, une carène raide fend la houle et t'économise d'avantage.
Il faut bien gonfler l'embarcation pour diminuer au maximum cette souplesse, attention au arrêt en plein soleil l'été ;).
Je dirais qu'avec ce genre d'embarcation il vaut naviguer encore plus sioux avec les éléments si tu veux faire de la route.
Solar 300, 405, Osprey triple_construction amateur, Bavaria 32
posté le 28 mars 2010

exf888
Hirondelle
(5 messages)
Inscription : 15/09/09

Message privé
Mesurer la pression de gonflage sur des valves BOSTON
Pour contrôler la pression dans mon SOLAR, je me suis procuré le manomètre préconisé par GUMOTEX, parceque "doté d'un embout adaptateur spécial valves BOSTON". En fait, cet embout n'est pas du tout spécial, il est simplement identique aux embouts livrés avec la plupart des pompes. J'avais espéré qu'il serait équipé d'un système capable d'ouvrir les valves. Le manomètre en question n'est en l'état utilisable que positionné sur la pompe et n'indique pas la pression dans les boudins, mais la pression correspondant à l'effort du sportif qui pompe (le shadok doit bien mettre un peu plus de pression que la pression dans les boudins pour que l'air y entre). En fait j'ai mesuré une différence de 80 millibars entre la pression réelle et la pression de gonflage, soit 120 millibars dans les boudins pour une indication de 200 millibars à la pompe ( la différence dépend de la santé du shadok).
Pour mesurer la bonne pression, il faut modifier l'embout adaptateur afin qu'il pousse le ressort de la valve. Pour ce faire, j'ai transperçé l'adaptateur de part en part à 6 mm de sa sortie et placé un bout de trombonne. Prendre garde que la tige ainsi installée ne dépasse pas à l'extérieur de l'adaptateur. Bon bricolage de 5 minutes à ceux qui ne l'auraient pas encore réalisé.
posté le 29 mars 2010

Cyril94
Etourneau
(53 messages)
Inscription : 19/08/08
Lieu : 94

Message privé
Question solidité, les Gumotex présentent le meilleur rapport prix/résistance. Plus il y a, mais c'est tout de suite beaucoup plus cher :
- BIC YAKKAIR HP env. 900 €
- Airis > 1.000 €
- SEA EAGLE > 1.000 €
- Grabner > 1.500 €
et d'autres certainement.
K109 (Sevylor) - Pathfinder II (Aqua-Design) - Spree One (Stearns) - Hélios 1 (Gumotex) - Explorer 1 (Grabner)
(partager)
Remonter