Communiqué
  • 23 mai : Attention lorsque vous êtes contacté par message privé pour une petite annonce, ça peut être une arnaque, on a mis en place des petites protections mais ça peut tout de même arriver. N'hésitez pas à nous signaler ces messages si vous en recevez ! Merci Olivier
Accueil des forums
Voyager sur l'eau
Descente du Viaur et de l'aveyron 10
(partager)
posté le 21 juin 2009 mis à jour le 14 mai 2010

paleo_pat
Sterne arctique
(189 messages)
Inscription : 01/06/06

Message privé
Descente du Viaur et de l’Aveyron du 10 au 14 juin 2009




Le Navech – Pampelone (Thuriès) (22 km) :
Nous venons de terminer le montage du bateau lorsque le propriétaire de la petite scierie du village vient spontanément nous saluer. Il est étonné de nous voir embarquer ici car d’après lui c’est plus souvent la partie amont qui est pratiquée. Mon topo indiquant du III avec passages 4 à 5 dans des gorges, nous avions préféré nous abstenir.
Nous parlons du débit qui est assez faible. Il me dit que par le passé, il y avait bien plus d’eau. Cela permettait à la scie de son père de fonctionner à l’énergie hydraulique, chose impossible aujourd’hui.
Le débit du Viaur est régulé par EDF à travers un réseau complexe de lacs et de conduites forcées. Les lacs du plateau du Levezou (Pareloup, Pont de Salars, Bage) alimentent le Tarn au niveau du barrage du Pouget. http://www.hydroecologie.org/articles/hydro/pdf/1994/01/hydro94101.pdf

Il nous fait état d’autres projets de création de retenues dont le but serait de faire des réserves d’eau afin de refroidir la centrale nucléaire de Golfech en cas de besoin. (Cette centrale située sur la Garonne en aval du confluent du Tarn se met en infraction quasiment tous les étés avec des rejets d’eau trop chaude).


Nous embarquons vers 11 heures. Comme toujours, Ilouliak est le premier dans le bateau.

L’eau fortement turpide rend très difficile la vision des rochers qui affleurent. Les remous nous donnent une bonne indication, mais cela ne suffit pas toujours et nous frottons beaucoup jusqu’au confluent avec le Céor 6 kilomètres plus bas.


Après St Juste, nous rencontrons un pont submersible pouvant constituer un danger avec plus d’eau.


Nous atteignons ensuite le viaduc ferroviaire du Viaur type Eiffel et le barrage que nous pouvons cordeler en rive droite. L’autre barrage sous le viaduc de la N88 nécessite un portage en rive gauche.

Une longue zone calme annonce le barrage hydroélectrique de Thuriès.

La configuration des lieux nous impose un long portage d'un kilomètre et demi avec une soixantaine de mètres de dénivelé positif. Grâce au chariot, cela ne fut pas trop pénible.

Avec tout cela, il est 18h30 et nous décidons de profiter de l’aire de pique nique de Pampelone pour installer notre bivouac.
Cette aire très agréable et bien aménagée (tables, eau, wc, abri) est interdite de 23h à 9h mais comme le camping la jouxtant est fermé, nous passons outre.

Pampelone (Thuriès) - Moulin de Bar (33 km) :
Une bruine accompagne notre départ qui débute par un petit barrage. Le portage se fait en rive gauche sur une rampe en bois particulièrement glissante.

Nous jouons les équilibristes.

La rivière est étroite et sauvage mais comporte de nombreux barrages (8 sur cette étape). Pour celui de Mirandole, le quatrième, nous utiliserons à nouveau le chariot.
Au moment de la pause de midi, la bruine nous accompagne toujours. Bien qu'il ne fasse pas froid, Sylvie décide d'allumer un petit feu

A force de persévérance, il finira par prendre !!!
Au moment de repartir, nous remarquons que le niveau d'eau a baissé de plusieurs centimètres.


A noter que 1,7 km après le pont de La Roque on rencontre trois passages qui méritent une reconnaissance avant leur franchissement. Ils sont espacés de 700 mètres.
Cette étape a été agréable, mais avec 5 cm d’eau supplémentaires, nous aurions moins gratté les cailloux.
Avis aux amateurs de rando pédestre, il y a de sympathiques sentiers longeant le Viaur.
Nous sommes passés sous de jolis ponts :

Ici celui de Cirou

Là celui du Port de la Besse

Nous avons rencontré quelques habitations ça et là, mais nous n'avons pas trouvé de village disposant d’une épicerie ou boulangerie. Heureusement nous avions prévu le coup.


Moulin de Bar - Laguépie (20 km) - Féneyrols (24 km):

Nous avons trouvé un superbe endroit pour le bivouac et au petit matin, la brume qui se dissipe au dessus de la rivière rend l'endroit encore plus magique.


Un petit moment de complicité avec Ilouliak après le portage du moulin de Bar.

Le camping de Bor et Bar est ouvert. Pendant que Sylvie va voir s'il est possible de trouver de la glace et du pain, un homme s'approche et engage la conversation. Il est un peu étonné de trouver des gens qui pratiquent encore ce genre de randonnée en autonomie sur des rivières françaises comme le Viaur. «Cette pratique était en vogue entre les années 40 et 60» me dit-il. Ses propos ne sont pas péjoratifs, mais plutôt nostalgiques.
De fil en aiguille, il m'apprend qu'il pratique la randonnée nautique dans les pays nordiques. Spitzberg, Groenland, Territoires du nord ouest, …Lorsque je lui parle de Carnets d'aventure et du forum sur lequel je dépose quelques récits, il m'apprend qu'il a fait un article dans le n°14 sur le Kayak au Spitzberg
Notre conversation se termine là dessus car il doit partir avec un groupe en VTT.
Lors de notre descente, nous n'avons pas croisé beaucoup de monde et c'est une sacré coïncidence de le rencontrer ici.
Un peu plus loin, lors du passage d'un seuil, nous toucherons un rocher pointu. Au bruit, je me doutai que nous avions fait un bel accro au bateau. Effectivement, une petite voie d'eau apparut.


Je profitai donc de la pause repas au pied du château de Saint Martin Laguépie pour faire une réparation provisoire à l'aide de l'indispensable rouleau de scotch.
Ce lieu marque la fin du Viaur qui se jette dans l'Aveyron.
Quatre barrages ont ponctué cette section. A St Martin l'échelle de niveau indiquait 75 cm

Après Laguépie, la paysage change radicalement, fini le sauvage et le verdoyant, la rivière s'élargit nettement et les lignes droites deviennent nettement plus longues.
Le barrage de Varen nous oblige à utiliser une nouvelle fois le chariot.


Ce portage nous permettra de découvrir une excellente initiative : un panneau indicateur destinés aux randonneurs canoë. Hélas, il semble dater un peu et nécessiterait une mise à jour. L'échelle de niveau indique 48 cm

L'absence de camping au bord de l'eau et des rives moins sauvages, nous obligeront à pagayer jusque 20 heures pour trouver un endroit où passer la nuit. C'est l'aire de pique nique de Féneyrols qui nous accueillera. Deux jeunes randonneurs y sont déjà installés et c'est avec plaisir que nous pourrons bavarder durant la soirée.


Cette section fut ponctuée de 8 barrages dont 2 avec glissière.

Féneyrols - Penne (25 km):

Après les barrages de Marsac et de La Peyrière, nous passons par la cité médiévale de St Antonin Noble Val qui mérite une visite.
C'est aussi le départ de la section touristique où de nombreux loueurs proposent leur service.
Jusque Casals, on rencontre sur l'eau une variété de population allant des beaufs imbibés de bière aux enfants biens plus sympathiques, associant Ilouliak à Croc-Blanc, lâchant à notre passage des « t’as vu maman on dirait des trappeurs ».

Le parcours dans les gorges calcaires (seulement 6 km) est ponctué de quelques rapides et barrages franchissables soit naturellement soit par des glissières. Cependant, la couleur de l’eau n’incite pas à la baignade.
Après Casals, l’Aveyron retrouve son calme et nous pouvons à nouveau pagayer en écoutant le chant des oiseaux.

Penne - Montricoux (12 km):
Sur cette section sans intérêt particulier, nous rencontrerons 4 barrages dont au moins 2 étaient équipés de glissière.


Pat

Edit 14/05/10 liens photos
N'est pas grand celui qui ne tombe jamais, mais celui qui se relève et continue.
posté le 21 juin 2009 mis à jour le 22 juin 2009

BM
Sterne arctique
(106 messages)
Inscription : 04/09/06
Lieu : Toulouse (31)

Message privé
Merci pour ce très joli reportage.

Pour avoir un peu navigué dans ces parages je ne peux que recommander moi aussi cette belle balade. Je conseillerais en plus de mettre pieds à terre pour une visite du viaduc ferroviaire, construit en 1902 par l'ingénieur Paul Bodin et l'entreprise Spie Batignole, qui enjambe le Viaur près de Tanus. C'est un véritable chef d'oeuvre de la construction metallique qui mérite bien un arrêt. Un peu en aval on peut également admirer un très beau pont autoroutier construit presqu'un siècle plus tard par la même entreprise.
Hélios 380 et Safari (Gumotex), Raid I 460 (Nautiraid), Holiday 3 (Grabner).
posté le 23 juin 2009

paleo_Flo
Sterne arctique
(217 messages)
Inscription : 29/08/06

Message privé
Superbe balade pat,

j'aime beaucoup l'esprit aussi :),
ça me tenterais bien comme ballade avec mes enfants est-ce praticable l'été ?

Merci pour ce moment d'évasion.
Solar 300, 405, Osprey triple_construction amateur, Bavaria 32
posté le 23 juin 2009

huskybandit
Sterne arctique
(101 messages)
Inscription : 30/11/08

Message privé
merci pour ce recit, magnifique comme d'hab ;)
"un petit Canoë old town camper royalex, et depuis c'est du bonheur sur l'eau"...
posté le 24 juin 2009

Cariacou
Sterne arctique
(104 messages)
Inscription : 25/03/07
Lieu : Chateaudun - vallée du Loir

Message privé
Merci Pat pour ce compte rendu, de belles images qui donne envie...
A un de ces 4 sur l'eau !
alain - http://guyaneaventure.free.fr/ "Quand le dernier arbre aura été abattu, Quand la dernière rivière aura été empoisonnée, Quand le dernier poisson aura été péché, alors vous découvrirez que l'argent ne se mange pas." Canoë => Old Town Camper 16 rx
posté le 01 juil. 2009

paleo_pat
Sterne arctique
(189 messages)
Inscription : 01/06/06

Message privé
Flo : est-ce praticable l'été ?

Pour une rando de plusieurs jours : Concernant l'aveyron, je dirais oui entre villefranche et Montricoux car il y a des loueurs. Pour le Viaur, malgré que le niveau ne soit pas naturel (barrages EDF) je ne pense pas car en juin le niveau était déjà bas. De plus, en regardant sur le serveur HYDRO, les courbes 2008 indiquent bien un niveau plus faible et juillet et aout que celui que nous avons rencontré.
Pour une petite ballade 1/2j ou 1j c'est certainement possible sur certaines sections du Viaur.
Il doit y avoir un club à Laguépie car nous avons vu des portes de slalom. Si tu trouves leurs coordonnées il pourront certainement te renseigner

Cariacou : A un de ces 4 sur l'eau

Comme toujours, on se décide au dernier moment, ou on improvise sur place en fonction du niveau d'eau, mais il faudrait bien qu'on se programme une sortie ensemble
N'est pas grand celui qui ne tombe jamais, mais celui qui se relève et continue.
posté le 01 juil. 2009

mad
Oie des neiges
(594 messages)
Inscription : 06/07/07

Message privé
Pour avoir bossé un peu sur le Viaur, je m'en étais fait l'idée que ce n'était guère navigable : ton récit me fait reconsidérer ça :) !
"Marche ou vogue ..." Embarcations : Quarter Tonner Dufour 1300, Doris, Nautiraid Expé 520, deux Hélios 380, Twist 1 Gumotex, canoë Old Town Discovery 158 - Présentation : http://www.expemag.com/voyage/viewtopic.php?pid=31931#p31931
posté le 02 mai 2010

les fauvettes
Papillon monarque
(1 messages)
Inscription : 02/05/10

Message privé
Bonjour Pat !

grâce à votre récit, je peux enfin être sûre que descendre le Viaur , c'est faisable .... du moins à certaines périodes de l'année. Je possède une maison secondaire proche du Viaur ( commune de Bor-et-bar, moulin de Bar, pont de la Vicasse) , et je la loue en gîte. Nous avons aussi des kayaks mais ne sommes que des amateurs peu avertis. Et lorsque nous avons une fois voulu les utiliser sur l'Aveyron à la Toussaint près de Najac, heureusement que nous avons eu les conseils du club de Najac qui nous a servi de guide, car c'était trop sportif pour nous tout seuls !
J'avais essayé de trouver des renseignements sur le Viaur et l'aveyron pour une jeune femme allemande venue au printemps 2009 faire du kayak sur ces rivières, dans le but de rédiger un article pour un magazine spécialisé allemand. Je n'avais pas pu l'aider beaucoup à se renseigner !
Elle est restée chez moi une semaine seulement , et a fait quelques tronçons. Je n'ai pas eu les détails mais j'ai mis les photos surtout sur mon blog, et j'ai complété par des infos pour d'éventuels autres personnes intéressées.
Pat, je pourrais mettre ton récit en lien sur mon blog dans cet article ?
pour trouver mon blog , il faut chercher sur un moteur de recherche : les fauvettes locations vacances en aveyron, cela devrait marcher. Notre maison et son environnement sont magnifiques , et nous avons aussi une autre maison proposée en gîte dans les côtes d'armor, également très près d'une rivière, le Trieux. On y fait du kayak de rivière et de mer !
posté le 14 mai 2010

paleo_pat
Sterne arctique
(189 messages)
Inscription : 01/06/06

Message privé
La vocation du forum est de partager les expériences. Il n'y a donc pas de problème pour mettre le lien vers ce récit.

Si tu le souhaites, tu peux aussi mettre le lien vers les pages "Eau-Récits" de mon site où sont regroupés les récits de randonnées en canoë.

Pat
N'est pas grand celui qui ne tombe jamais, mais celui qui se relève et continue.
posté le 21 avr. 2013

Ckiça
Papillon monarque
(3 messages)
Inscription : 12/04/13

Message privé
Bonjour,

Je planifie une descente pendant le WE de l'ascension, en Aveyron.

J'hésite fortement entre faire les gorges du Viaur (Pampelonne-Laguépie) et les gorges de l'Aveyron (genre Villefranche-Laguépie )

Quelqu'un a un avis ou des conseils ?
.
Le Viaur semble avoir un débit constant grâce à des barrages . L'Aveyron, je ne sais pas .
Lequel sera le plus joli et le plus sympa ?
(3 KG avec 6 personnes un peu aguerries sur 2-3 jours )

Merci d'avance
posté le 27 avr. 2013 mis à jour le 27 avr. 2013

Alain2
Martinet
(34 messages)
Inscription : 12/07/07
Lieu : Grenoble

Message privé
@Ckiça
Actuellement les 2 cours d'eau dépendent également des pluies, le niveau étant décroissant depuis les crues du début du mois (60 m3/s).
L'ayant descendue dans les mêmes conditions, voir cette page, le débit actuel de l'Aveyron (10m3/s à Villefranche avant les pluies de hier) est assez confortable.
Debit idem pour le Viaur à Laguépie. Pour info Pat l'a descendu avec 8,7 à 5,7 m3/s (HYDRO 10->14/06/09).
L'Aveyron semble plus praticable au niveau des obstacles car sans chariotage.

@Pat:
ton récit sur l'Aveyron m'a bien renseigné sur le niveau de difficulté et j'ai pu l'aborder sereinement... en gonflable :).
(partager)
Remonter