Communiqué
  • 23 mai : Attention lorsque vous êtes contacté par message privé pour une petite annonce, ça peut être une arnaque, on a mis en place des petites protections mais ça peut tout de même arriver. N'hésitez pas à nous signaler ces messages si vous en recevez ! Merci Olivier
Accueil des forums
Autour du magazine
lettre à l'extraterrestre. 5
(partager)
posté le 17 mars 2009

koda
Sterne arctique
(189 messages)
Inscription : 09/09/06

Message privé
Salut l'ovni,

L'immobilisme.

Un grand mot, mais est on vraiment immobile?

J'ai toujours beaucoup voyagé depuis tout jeune (j'étais en équipe nationale de ski alpin) Depuis mes 16 ans, j'ai parcourus les alpes dans tout les sens, ensuite, j'ai voulu connaitre toutes les montagnes ou il était possible de skier, j'en ai faites beaucoup.
Ensuite, comme beaucoup de gens, j'ai eut des enfants et c'est la qu'arrive le dilemme d'immobilisme ou de mobilité.
Je me nourrit toujours de projet de voyage (l'islande à vélo, la GTMC, la descente du Yukon et bien d'autre...)Mais la réalisations de ces projet n'est elle pas plutot un signe d'égoïsme?
Egoïste, je le suis un peu! car de temps à autre je m'évade toujours quelques jours, à vélo, à pied ou en ski. Mais effectivement , je m'engage moins qu'avant. Ce n'est pas parceque je me sens plus vieux, non! Mais je crois que je réflechi un peu plus. Bien sure que j'ai toujours envie d'escalader tel ou tel couloir, mais s'il m'arrivait quelque chose? Qu'arriverait il à ma famille?
Je crois donc qu'au fur et à mesure des années et surtout des liens familiaux, on se dit que certains risques ne valent pas la peine d'ètre courru.
Et pour les projet qui ne restent que tracé sur une carte au fond d'un tiroir... et bien s'il se réalise, tant mieux, s'ils peuvent se faire en famille encore mieux ( je tire mon chapeau à ceux qui le font ) et si ces projets restent au fond du tiroir... et bien... ils auront permis de nous faire rêver pendant quelques temps...

Un jour quelqu'un m'a dit: On ne trouve pas le bonheure aux antipodes, mais on crée son bonheure là ou l'on se trouve, il ne faut que le vouloir.

koda
www.tramuntanya.com
posté le 18 mars 2009

Olivier
Caribou
(1642 messages)
Inscription : 27/04/06

Message privé
Salut Koda
A la question de l'ange, un jour un ami a répondu qu'il vivrait exactement la même vie, faite de petits bonheurs quotidiens. Eh bien je me dis que c'est super et tant mieux pour lui. Cependant, je pense qu'on est nombreux (et je m'y inclus) à penser que notre vie est améliorable. A la question de l'ange, je répondrais différemment bien que je sois très content de ma vie. Des choses me font rêver (pas forcément aux antipodes d'ailleurs) et je crois qu'une façon de remercier pour ce fabuleux cadeau qu'est la vie, c'est de la vivre intensément, de maximiser son bonheur. A chacun de trouver sa méthode pour y parvenir.
Et pourquoi pas ?
posté le 18 mars 2009

Olivier
Caribou
(1642 messages)
Inscription : 27/04/06

Message privé
Et pour conclure voici une petite phrase d'Edgar Faure :
"Voici que s'avance l'immobilisme et nous ne savons pas comment l'arrêter"
:)
Et pourquoi pas ?
posté le 18 mars 2009

Johanna
Milan noir
(441 messages)
Inscription : 06/05/06
Lieu : Chorges, Hautes-Alpes

Message privé
@Koda
Tout d'abord, merci beaucoup de ton message. Cela nous fait bien plaisir d'avoir du retour sur cette chronique.

Ce dont tu parles me paraît être moins de l'immobilisme qu'un processus de réflexion de "pourquoi fais-je telle ou telle chose" qui mène à reconsidérer son désir d'engagement. Personnellement, je trouve cette réflexion plutôt saine et utile.
Parfois, on se rend compte que notre désir de faire certaines choses, de les "valider", relève davantage d'un certain besoin (conscient ou pas) de reconnaissance (au sein d'un milieu social, de ses amis, de ses collègues de travail, etc.) ou de l'égo.
D'autre part, c'est souvent en prenant de l'âge et une certaine maturité (pour certains aussi en ayant des enfants, donc des responsabilités nouvelles), que l'on se rend compte du prix qu'on accorde à la vie et du rapport "plaisir/engagement" des activités que l'on pratique, et que l'on souhaite améliorer ce rapport.
Finalement, dans le soucis de "maximiser son bonheur" comme le dit Olivier (bien qu'à l'expression maximiser, à la connotation trop mathématique, je préfère quelque chose comme "être plus pleinement heureux"), je pense que l'on devrait mener régulièrement ce type de réflexion.
Vers l'infini et au-delà :-)
posté le 18 mars 2009

koda
Sterne arctique
(189 messages)
Inscription : 09/09/06

Message privé
Salut,
Il est vrai qu'il s'agit plus de réflexion dans mes propos, mais quelque part, la réflexion entraine l'immobilisme (sinon, je ne serai pas entrain de débattre en ce moment:siffle: )
Mais pour rejoindre notre extraterrestre, il ne faut jamais remettre à demain ce que l'on peut faire aujourd'hui. Mais malheureusement, beaucoup de projets longuement étudiés et muris ne voyent jamais le jour à cause de problème extérieur à notre volonté.
Mes arguments sont les miens certes, mais reflètes aussi, un peu mon entourage qui pour certains, on completement arrêté de vivre à cause de leur "situation" .
En tous cas, ce weekend, je n'étais pas immobile!




Continuer cette rubrique, elle me plait beaucoup ;)

koda
www.tramuntanya.com
posté le 18 mars 2009 mis à jour le 18 mars 2009

paleo_pat
Sterne arctique
(189 messages)
Inscription : 01/06/06

Message privé
Moi aussi cette rubrique me plaît beaucoup :canon:

à l'expression maximiser, à la connotation trop mathématique, je préfère quelque chose comme "être plus pleinement heureux"),

Bien trouvé Johanna

mais quelque part, la réflexion entraîne l'immobilisme

Koda, ce n'est pas mon point de vue. Mais tout dépend du type de réflexion et au sein de quel partie du cerveau elle a lieu. Si j’interprète bien les propos de l'extraterrestre : dans la partie primitive, elle entraîne l'immobilisme, mais dans les strates plus élaborées .... :)
Pour ce qui est des risques, il est vrai qu'avec l’âge on prend un peu plus la mesure des choses, on prend plus conscience de notre vulnérabilité.
Mais la mort fait partie de la vie.
Il y a de nombreuses causes de décès dues à l'immobilisme mais elles choquent moins et on en parle moins dans les médias que des morts dans une avalanche, dans un canyon, au fond d'un gouffre, dans une rivière, en mer, en montagne ...

Je suis donc d’accord avec Olivier quand il dit
Des choses me font rêver (pas forcément aux antipodes d'ailleurs) et je crois qu'une façon de remercier pour ce fabuleux cadeau qu'est la vie, c'est de la vivre intensément, de maximiser son bonheur. A chacun de trouver sa méthode pour y parvenir.

Pat

corrigé invulnérabilité en vulnérabilité
N'est pas grand celui qui ne tombe jamais, mais celui qui se relève et continue.
(partager)
Remonter