Communiqué
  • 23 mai : Attention lorsque vous êtes contacté par message privé pour une petite annonce, ça peut être une arnaque, on a mis en place des petites protections mais ça peut tout de même arriver. N'hésitez pas à nous signaler ces messages si vous en recevez ! Merci Olivier
Accueil des forums
A cheval, en parapente, à ski et autres
Rando en raquettes dans le Queyras 13
(partager)
posté le 18 févr. 2008

paleo_pat
Sterne arctique
(189 messages)
Inscription : 01/06/06

Message privé
Rando itinérante en raquettes, avec pulka et chien dans le Queyras.

Je vous propose un compte rendu d’une petite rando qui avait pour buts de profiter de beaux paysages enneigés, de tester une pulka réalisée maison et de s’initier au bivouac hivernal.

Camper dans la neige était une première pour Sylvie et "une seconde" pour moi.
Nous emportions donc pas mal de matériel : Au départ de la rando, la pulka et son contenu pesaient une trentaine de kilos, par précaution, j’avais emporté un sac à dos assez gros (pesant 15kg), Sylvie avait un sac de 8kg. (dont 7 litres d’eau pour éviter de faire fondre de la neige dès le départ)….

Jour 1 :
Le départ de château Queyras (1350m) s’est effectué au environs de 10h. Sur le versant nord qui nous intéresse, il y a de la neige dès le parking. Par contre, les versants sud ne sont pas enneigés de façon continue avant au moins 1600m.
Notre objectif est de monter sur le plateau de la Médette (2100).
Afin de démarrer calmement, nous empruntons une route forestière plutôt que le GR5.
Nous passons donc au dessus de la combe du Guil appréciée des kayakistes.
La progression est facile et agréable.
Ensuite, nous profitons d’un lacet au soleil pour établir notre aire de repas.
Un coup d’œil sur la carte confirme que nous allons bientôt atteindre le Pré Premier où nous allons abandonner la piste et emprunter le GR (ceci est synonyme d’une pente plus marquée).

Le Pré Premier
C’est effectivement à partir de la que j’ai commencé à en baver un peu :fouet: pente plus raide, dévers et souvent absence de trace. Mais le plaisir est aussi dans l’effort.

Nous arrivons à la Fontaine Rouge, qui est gelée… :D Nous inversons alors le cap de 170°, un chemin presque plat précédemment emprunté par une chenillette nous mène à la bergerie de la Sommette où nous établissons notre premier Bivouac.
Nous faisons quelques calculs pour trouver le meilleur emplacement : à l’abri d’une très légère brise, et profitant le plus tôt possible du lever de soleil.
Un peu de terrassement et la tente est rapidement installée.
Pendant que Sylvie s’occupe de l’intérieur, je parfais les amarrages et fais des petits murets de neige.

Malgré son appréhension du froid et de la nuit à venir, Sylvie à le sourire.

Ce n’est pas forcément le lieu pour lui dire, mais je suis fier d’elle. :bisous:


Vous avez vu le nombre d’épaisseurs et en plus, je crois qu’elle glisse de chaufferettes dans ses chaussettes ! ! ! :D


La suite demain
N'est pas grand celui qui ne tombe jamais, mais celui qui se relève et continue.
posté le 18 févr. 2008

Régis Cahn
Etourneau
(91 messages)
Inscription : 08/11/06
Lieu : Grenoble

Message privé
Génial !

Une première à 2, un peu de bavante...des pentes qui se relèvent...le vent qui souffle légèrement derrière les oreilles...une pulka 100% nature...
Que du bon...
LA SUITE !!!
Régis
posté le 19 févr. 2008 mis à jour le 22 févr. 2008

paleo_pat
Sterne arctique
(189 messages)
Inscription : 01/06/06

Message privé
Jour 2 :
Nous n’avons pas souffert du froid, mais, la nuit n’a pas été très bonne : le sol est dur et comme souvent il nous faut plusieurs nuits d’adaptation pour bien dormir. De plus cette tisane prise pour me ré hydrater a fait effet vers 3h du mat m’obligeant à aller prendre l’air … du coup j’étais bien réveillé.
J’en ai profité pour regarder le thermomètre : -8° dehors et –5° dedans, rien d’extrême donc pour une altitude de 2100m.
Quand la nuit parait longue, on trouve souvent le sommeil vers le matin si bien que nous émergeons vers les 9h alors que le soleil illumine déjà les sommets aux alentours.
Le réchaud ronronne, la neige fond dans la casserole, Sylvie ramollit le beurre dans son duvet. :D
Nous allons particulièrement apprécier le petit déjeuner.
Puis vient le moment de démonter le camp et d’organiser le chargement de la pulka. Comme elle s’est bien comportée hier, nous la chargeons un peu plus afin d’alléger nos sacs.
Nous décidons de faire le tour du plateau avant de recouper le vallon et de nous diriger vers le sommet du bûcher.


Nous naviguons à vue, tantôt dans des traces, tantôt en pleine poudre, quel plaisir !
Le plateau est loin d’être plat, aussi, nous louvoyons entre les monticules afin d’économiser notre énergie.
Puis, aux jumelles j’étudie l’itinéraire souhaitable sur l’autre versant, les vallons à franchir.
Je retrouve un peu le même plaisir que sur une rivière à étudier le meilleur cheminement possible en fonction des obstacles.
Quand un passage un peu délicat se présente, j’éprouve le même plaisir à évaluer les risques, et à m’y lancer : L’accès à ce petit vallon se fait par une pente raide orientée nord-est. La neige est poudreuse, mais il ne semble pas y avoir d’accumulation due au vent. Je vérifie l’Arva, donne les consignes à Sylvie et c’est parti.
la video
(Je ne maîtrise pas encore le dépôt des vidéos sur Internet, la qualité obtenue avec you tube est médiocre alors qu’elle est acceptable avec le fichier présent sur mon ordi 10Mo format mov. Si quelqu’un peut me conseiller…)
Ilouliak à qui l’on avait dit de ne pas bouger m’emboîte le pas, trouvant également très plaisant de courir en pleine pente dans la poudre.
Il faut maintenant sortir à flanc de coteau sur l’autre versant. Evidemment, au sud-ouest la neige est transformée (bien dure et gelée en surface). Pas de miracle, la pulka ne tient pas le dévers et fait de belles figures. Heureusement, mes raquettes sont bien cramponnées et je ne pars pas avec. Il faut changer de méthode : j’abandonne les cordelettes de traction, je me place en aval et la guide directement par les côtés.
(Désolé, pas de photo pour illustrer, c’était un peu tendu !!! )

Nous avons maintenant rejoint une bonne piste descendante qui nous mène au col des Prés de Fromage (2146m). C’est à partir de la que nous devons descendre vers Molines, mais le sommet du Bucher (2254m) nous tend les bras, impossible de ne pas faire l’aller retour, quitte à modifier nos plans pour le lendemain.
Du haut, la vue est magnifique et une petite construction pourrait servir d’abri pour peu que l’on redresse la porte qui gît sur le sol.
Lorsque nous redescendons du sommet, il est à la fois tôt pour terminer l’étape, mais aussi un peu tard pour descendre à Molines.

Après un bon thé, nous décidons de bivouaquer légèrement plus bas et de profiter des derniers rayons de soleil.

Vient donc ensuite le rituel du montage du camp.

Toujours du terrassement


Ici une roue de la pulka sert d’ancrage.
Ah oui, je vous l’avais pas dit, mais juste avant de partir, j’ai bricolé à la "va vite" un système permettant de faire rouler la pulka comme par exemple dans un village déneigé.
(Je développerai plus tard dans la rubrique bricolage).

Soirée identique à la veille, mais avec en plus une petite ballade nocturne et digestive sur la crête toute proche permettant de contempler les lumières dans la vallée.


A suivre
N'est pas grand celui qui ne tombe jamais, mais celui qui se relève et continue.
posté le 22 févr. 2008

paleo_pat
Sterne arctique
(189 messages)
Inscription : 01/06/06

Message privé
Jour 3 :
La nuit fut identique au niveau des températures, mais le sommeil un peu plus présent.

Cette fois lorsque nous émergeons, le soleil illumine déjà notre campement.

Je convaincs Sylvie de ne pas descendre directement et de faire un crochet par la chapelle St Michel.

Puis par le clos Henry : petit refuge non gardé mais parfaitement équipé et entretenu par quelques Molinards.
Si nous avions su, c’est la que nous aurions dormi…..

Nous entamons maintenant une longue et agréable descente au cours de laquelle, nous croisons un petit groupe d’adultes et d’enfants (ce sont les premiers depuis le départ).
Notre mascotte Ilouliak est évidemment la vedette de la discussion.
Juste avant Molines, se présente le passage de la Seiche : une sorte de petit toboggan dans un vallon encaissé : une bonne partie de rigolade. :D
(une vidéo bientôt, si je résous le problème de qualité).
Repas de midi un peu après La Rua.
Il ne reste plus qu’à rejoindre un chemin en rive gauche du torrent de l’Aigue Blanche, puis du Guil pour boucler la boucle.
Pour éviter les versants Ouest mals enneigés, nous décidons de tenter notre chance le long du torrent.
Pendant une trentaine de mètres, seul son lit permet le passage. Il est bien gelé et enneigé, mais par endroit, l’eau apparaît, rappelant qu’il faut être prudent.
Pour la seconde fois je retrouve une similitude avec la navigation en kayak. Sauf qu’au lieu d’éviter les rochers, il est au contraire nécessaire de les deviner sous la neige et de passer dessus pour progresser… :p

A l’intonation de ma voie, Ilouliak comprend qu’il faut me faire confiance et rester dans mes traces. Pas question d’aller renifler à droite ou à gauche…

Sauf pour la photo !!! :/

C’est le tour à Sylvie que je m’empresse de conseiller : deux pas, droit devant toi !!!!!!:boulet:


500m plus loin, au niveau d’une prise d’eau, nous trouvons le chemin indiqué sur la carte. Il doit en longeant la conduite forcée, nous mener sans problème jusque Château Queyras.
C’est sans compter sur les imprévus qui font également partie des plaisirs et des souvenirs d’une rando.
Nous buttons à deux reprises sur des éboulements de terrain qu’il nous faut contourner en effectuant de bonnes grimpettes avec la pulka.

C’était une occasion supplémentaire de la tester

Eh ! moi j’crois que ça va pas l’faire, il va quand même pas la tester sur la conduite sa pulka ????? !!!!! :O

Voilà, ces dernières difficultés surmontées, nous avons bouclé cette superbe rando, pleine de plaisirs et s’enseignements, prêts à renouveler dès que possible.

Ilouliak, Sylvie et Patrick
N'est pas grand celui qui ne tombe jamais, mais celui qui se relève et continue.
posté le 22 févr. 2008

mad
Oie des neiges
(594 messages)
Inscription : 06/07/07

Message privé
Superbe, Pat, et bravo à tous les trois (encore que le clébard, moi je lui ferais trainer la pulka ;) ).
Il manque juste un point à ton récit : qu'est-ce que vous aviez emporté comme nourriture et boisson ? :D
"Marche ou vogue ..." Embarcations : Quarter Tonner Dufour 1300, Doris, Nautiraid Expé 520, deux Hélios 380, Twist 1 Gumotex, canoë Old Town Discovery 158 - Présentation : http://www.expemag.com/voyage/viewtopic.php?pid=31931#p31931
posté le 03 mars 2008

paleo_pat
Sterne arctique
(189 messages)
Inscription : 01/06/06

Message privé



La question concernant la boisson et la bouffe est certainement aussi à prendre au second degrés …
J’y répond cependant brièvement mais ça ne vas pas apporter grand chose au dossier nourriture de CA puisque qu’avec une pulka, sur 3 jours, nous n’avons pas cherché à faire dans le MUL :
½ litre d’apéro et les amuses gueules qui allaient avec, des pommes (qui d’ailleurs supportent mal le gel), une boîte de petit salé aux lentilles, des boîtes de crème mont blanc, de la tarte à l’oignon, un pain maison, un bon morceau de fromage, du saucisson, des gâteaux, de la confiture, … Pour ne pas se laisser abattre. :D
Mais aussi un peu plus léger : des soupe lyophilisées, de la purée instantanée, de l’Ebly, des pâtes chinoises.
Pour le clébard: seulement 900gr de croquettes ! ! !

Patrick
N'est pas grand celui qui ne tombe jamais, mais celui qui se relève et continue.
posté le 04 mars 2008 mis à jour le 04 mars 2008

tetedechien
Sterne arctique
(123 messages)
Inscription : 19/08/06

Message privé
posté le 04 mars 2008 mis à jour le 04 mars 2008

tetedechien
Sterne arctique
(123 messages)
Inscription : 19/08/06

Message privé
C'est superbe. Difficile de ne pas avoir envie de faire la même chose.
On a les 2 visions du pré aux fromages été/hiver (n°11).

Qu'est ce qu'en a pensé Sylvie ? Elle est prête à y repartir ?
posté le 07 mars 2008

paleo_pat
Sterne arctique
(189 messages)
Inscription : 01/06/06

Message privé
Pour répondre à ta question, je dirais que je suis ravie de l’expérience car je stressais avant d’y aller (peur de ne pas être "à la hauteur", de gâcher le séjour par une mauvaise humeur liée aux conditions).
En fait, étant bien équipée, je n’ai pas eu froid.
Nous avons eu la chance d’avoir de très bonnes conditions météo et Patrick a super bien assuré ! ! !
Il préparait les repas, allait chercher la neige pour la faire fondre pendant que j’étais emmitouflée dans mon sac.
Par contre, je ne me sens pas prête à faire un plus long séjour dans ces conditions ; nous avons peu dormi et les journées en raquettes sont tout de même fatiguantes.
Je préfère la convivialité d’un refuge d’altitude avec "un bon poële" n’obligeant pas à se mettre dans son duvet à 19h.
Pour le positif : je dirais qu’il est agréable de pouvoir gérer son itinéraire et la longueur des étapes sans contraintes. Le plus sympa étant de se trouver seuls en montagne dans un cadre magnifique au lever du soleil car la luminosité est tout à fait particulière.
Voilà les impressions et le printemps approchant, nous pensons maintenant à de nouvelles randos à pied et en canoë.

Sylvie
N'est pas grand celui qui ne tombe jamais, mais celui qui se relève et continue.
posté le 10 mars 2008

kanaky
Sterne arctique
(172 messages)
Inscription : 26/01/08
Lieu : nievre

Message privé
genial comme rando. et bravo a ilouliak, il a bien travailler.ça donne envie
ou on veut, quand on veut, comme on veut !!! www.les-kanaky-s-roulent.fr www.simplement-savons.com
posté le 17 mars 2008 mis à jour le 17 mars 2008

tetedechien
Sterne arctique
(123 messages)
Inscription : 19/08/06

Message privé
Merci pour tes réponses Sylvie.

C'est important d'avoir les avis des 2 protagonistes.
grâce à toi, je vais pouvoir faire du lobbing court séjour auprès de ma douce ;)
posté le 21 févr. 2010

paleo_pat
Sterne arctique
(189 messages)
Inscription : 01/06/06

Message privé
Les belles aventures ont une suite ...

Je vous propose le récit et quelques photos de mon récent séjour hivernal dans le Queyras.

Pat
N'est pas grand celui qui ne tombe jamais, mais celui qui se relève et continue.
posté le 22 févr. 2010

kanaky
Sterne arctique
(172 messages)
Inscription : 26/01/08
Lieu : nievre

Message privé
:) c'est toujours un grand plaisirs de vous lire . magnifique ballade.
ou on veut, quand on veut, comme on veut !!! www.les-kanaky-s-roulent.fr www.simplement-savons.com
posté le 12 nov. 2011

Trappeur63
Sterne arctique
(168 messages)
Inscription : 12/12/10
Lieu : Loire, Auvergne et Dordogne

Message privé
juste pour info, c'est quoi vos duvets et vos chaussures ( ou bottes de neige peut être ) ??
disciplines : rando à pied, en raquettes et en canoë avec recherche de l'autonomie la plus complète possible quelle que soit la saison. matériel : canoë gonflable Gumotex baraka; pulka; raquettes à neige. J'ai posé le pied : Auvergne évidemment; Espagn
(partager)
Remonter