41 invités en ligne

Guatemala Hautes terres

(réalisé)
Arrivée au Guatemala et traversée de la cordillère Norde dans le cadre de notre grand voyage de 15 mois en famille en vélo (trois enfants de 8 ans 7 ans et 5 ans) 
vélo de randonnée
Quand : 01/12/23
Durée : 20 jours
Distance globale : 251km
Dénivelées : +1990m / -3091m
Alti min/max : 151m/1743m
Carnet publié par Helococo le 22 juin
35 lecteur(s) -

Le topo (mise à jour : 22 juin)

Description :

GUATEMALA

Après cinq mois passés au Mexique nous changeons de pays ! Après un peu de change effectués à même la rue nous filons. Et le dicton local « si la montagne s’élève face à toi ne la contourne pas , va tout droit! »
Blague à part le dicton est bien de nous mais c’est exactement la représentation que l’on peut se faire des routes guatémaltèques !

Cela se matérialise par des pentes inroulables, de véritables murs ! Alors les enfants descendent des vélos et nous poussons en se conditionnant pour la suite.

Nous demandons comme a l’habitude au responsable du village un endroit pour la nuit.  Pour ce premier soir nous dormons dans une salle des fêtes au milieu du village face au terrain de foot qui rassemble tous les enfants du village . Le contact est différent, il y a plus de retenue , le sourire est plus difficile à obtenir. Les enfants sont en grappe autour de nous curieux de nos montures et du matériel de camping.

Les maisons sont simples en bois surmontées d’un toit en tôle ondulée d’où s’élève une petite fumée émanant des cuisinières en bois.
Cela crée une ambiance particulière et une odeur de brûlée permanente .

L’électricité n’a pas été amenée jusqu’aux villages que nous traversons. Seuls les panneaux solaires chargeant des batteries permet d’avoir de la lumière (il n’y a du coup pas d’électroménager )
Les femmes sont habillés en habits robes traditionnelles chatoyantes . Et portent presque toutes bébés et jeunes enfants en écharpe dans le dos.


La petite chaîne de montagne que nous devons traverser s’élève tout doucement . La route n’est plus qu’un chemin en mauvais état , les forêts de pins laissent peu à peu la place à la jungle verdoyante, les premières plantations de café nous entourent.
Nous plantons la tente sur le terrain de Andres face aux vaches et aux moutons. Au matin la pluie de la nuit est toujours bien présente. Nous tentons un départ . 500m plus loin nous stoppons à la tienda d’un couple âgé nous n’en repartirons pas! Nous passons la journée avec eux et leur belle fille et petit fils Mateo en visite : décorticage du maïs pour les tortillas, balade à la rivière avec Mateo, épluchage et dégustation de canne à sucre , cafecito et boisson de maïs . Nous posons les matelas à l’étage sur une petite dalle de béton.

Nous repartons le lendemain sous le soleil. Les montagnes sont raides abruptes et les pentes infaisables : 20 à 30 %! Même en poussant on doit s’y prendre à deux ! Nous poussons en permanence, les garçons courant devant et s’amusant d’un rien en bord de route ou bien nous aidant à pousser dans l’es passage les plus difficiles.

Le paysage est incroyable et nous récompensent largement ! Les vues sur les vallées sont gigantesques. Les nuages collant à la cime des montagnes rendent les lieux mystérieux et l’ambiance irréelle. Les photos rendent difficilement cette ambiance si belle.


L’accueil n’a pas de frontière Y-Matias nous héberge dans sa maison en dessous de son restaurant . Les enfants sont nombreux et les nôtres s’en donnent à cœur joie! Depuis plusieurs mois, Manon, Axel et Baptiste vont facilement vers les autres enfants et nouent ainsi de chouettes amitiés éphémères : foot cache cache, petites voitures et peluches sont l’occasion de belles parties d’amusement .

En dehors des accueils, les trois nous impressionnent par leur capacité à jouer avec tout ce qui les entoure et à ne jamais jamais s’ennuyer .

Le lendemain matin nous assistons à la gradation des enfants du village. Événement important et très cérémonial qui réunit tout le village. Les petits accompagnés d’un parent sont sérieux comme des papes !

Nous entamons la journée sous la pluie avec une grosse montée ! Mais au bout de quelques kilomètres Manon ne sent pas bien , intoxication alimentaire et fatigue. Nous décidons de prendre un pick up pour faire les derniers kilomètres afin d’atteindre Playa Grande première ville sur notre route guatémaltèque.

Nous nous reposons ici pour récupérer de notre dizaine de jours dans les montagnes !

Télécharger les traces et les points de ce carnet GPX , KML

Le compte-rendu (mise à jour : 22 juin)

Commentaires