Sac de couchage Sea-to-Summit Talus II

par Julien dans Sacs de couchage 04 juil. 2013 mis à jour 11 mars 2014 9653 lecteurs Soyez le premier à commenter (partager)

Test comparatif de 18 sacs de couchage légers, garnis de duvet, de température confort entre 0°C et -10°C

Tableau comparatif des caractéristiques des sacs de couchage Modèle testé dans notre comparatif de 18 sacs de couchage en duvet, légers, et de température confort entre 0°C et -10°C.

Voir aussi le tableau comparatif des 18 sacs de couchage testés (ci-contre).
Vous y trouverez le détail des caractéristiques de chaque modèle.

Lire également CA n°33, avec en complément :

  • LDiagramme de notation du sac de couchagee comparatif chiffré des 18 sacs de couchage, notés selon les critères de confort, qualité d’isolation thermique, finition, rapport chaleur/poids, rapport qualité/prix, ainsi que notre note globale (voir le diagramme ci-contre)
  • Le résultat de notre mesure de « chaleur » des sacs au niveau du buste et des pieds (voir le diagramme ci-contre)
  • Des descriptions et avis synthétiques sur les sacs de couchage testés
  • Un article explicatif complet, avec des précisions sur la construction des sacs de couchage et leur utilisation, ainsi que la présentation de notre protocole de test

Sac de couchage Sea-to-Summit Talus II

Description

Sac de couchage Sea-to-Summit Talus IILe Talus est une nouvelle gamme proposée par la marque australienne Sea-to-Summit, garnie de duvet de canard d’Europe de l’Est de qualité (pouvoir gonflant 750+ cuin selon la norme IDFB – voir notre article sur le duvet). Le Talus II est donné pour de températures confort et limite de -3/-9°C (selon la norme EN 13537), pour à peine plus de 1kg.
Rappelons que si le canard connaît un prestige moindre que l’oie, il n’y a aucune différence de qualité, à cuin égal.

La particularité du duvet utilisé est son traitement Ultra-Dry Down, développé par Sea-to-Summit et permettant – selon la marque – au duvet soumis à des conditions humides d'absorber moins d’humidité (-30 %), de garder plus de gonflant (+60%), et de sécher plus vite qu’un duvet non traité.
Il est difficile de juger si le traitement est réellement efficace, cependant la démonstration en vidéo est assez convaincante. Vous pourrez trouver plus d’infos sur le site de Sea-to-Summit.

Par ailleurs, une bonne résistance à l’eau du tissu extérieur est observée (concept Nanoshell 2D). Sans être complètement étanche, le tissu supporte théoriquement une colonne d’eau de 1000mm. Mais attention, les coutures ne sont pas étanchéifiées, et le zip, partiellement protégé, laisse assez facilement passer l’eau. Le sac que nous avons passé sous la douche a plutôt bien résisté à l’eau, mais le zip est le point faible…
Le sac vous protègera donc efficacement de l’humidité, d’une pluie fine, ou dans une tente qui prend un peu l’eau, mais cette protection a ses limites.
Conséquence de l’étanchéité du tissu : en rangeant le sac de couchage, celui-ci a tendance à rester gonflé, et il faut faire preuve d’un peu de patience. Sea-to-Summit annonce néanmoins une très bonne respirabilité de son nouveau tissu utilisé pour le Talus (MVTR 7500), ce qui limitera le phénomène de condensation (humidité issue de la transpiration).

La résistance à l’humidité n’est pas le seul atout de ce sac. Ses autres points forts sont la finition impeccable et le grand confort.

Le tissu est agréable et de bonne qualité, les coutures internes sont soignées, la construction inspire confiance en terme de durabilité. Le zip ne se coince pas, et le sac dispose d’une poche interne zippée très bien faite et bien pratique.

Le confort de ce sac est excellent. S’emmitoufler dans la capuche et la collerette est un bonheur. Par ailleurs vous n’aurez aucun élément gênant dans le visage, la tirette de zip externe peut se bloquer si besoin avec un petit rabat fermé par un bouton pression.
Le footbox est lui aussi très confortable, anatomique et bien garni.

Côté isolation thermique, notons le garnissage différentiel dessus-dessous (60/40) pour une chaleur optimisée en position couchée sur le dos. En revanche les compartiments du dos pourront vous paraître peu garnis si vous aimez dormir sur le côté en tournant avec votre sac. La capuche large permet aussi de vous tourner sans tourner le sac de couchage et ainsi bénéficier de la meilleure isolation, l’inconvénient étant que vous risquez de respirer dans la capuche et de l’humidifier.

Le bourrelet isolant du zip est plutôt bon et bien dimensionné, sa construction est soignée (bonne épaisseur au point de fixation, bonne "rigidité"), mais il sera – comme la plupart des sacs testés – un peu moins couvrant en étant couché sur le côté opposé (le bourrelet s’écarte un peu du zip).

La collerette est très épaisse, cousue sur un compartiment entier du sac (collerette « 3D »). Elle est également très bien garnie, et le cordon de réglage est positionné à l’intérieur pour plus de confort au serrage. Un détail qui ne gâte rien : la fermeture de la collerette est automatique. En effet, celle-ci est solidaire du bourrelet d’isolation du zip, et elle se ferme naturellement par un velcro bien placé, lorsque l’on ferme le zip jusqu’en haut.
La capuche est également bien construite avec 3 compartiments garnis généreusement, sans compter le bourrelet qui fait le tour du visage, rendant la capuche très confortable et bien isolante.

Enfin, le sac de transport livré avec le Talus II est selon nous le meilleur de ce test : léger (65g), en Cordura, et permettant une compression très efficace et sans déformation grâce au rabat et à ses 4 sangles. Notez d'ailleurs que Sea-to-Summit propose ses sacs de compression en différentes tailles, vendus séparément.
Le Talus II est très compact une fois compressé (environ 5L avec une compression raisonnable, soit le plus petit volume de notre comparatif).

Même le sac de stockage est bien conçu : c’est le seul sac du test fourni avec un sac de stockage rectangulaire pratique avec fermeture zippée et poignées, en plus d’un sac de lavage ample.

En conclusion, le Talus est un très bon sac de couchage, très confortable, bien fini et durable, pour ceux s’accommodent bien d’un garnissage en 60/40 (qui dorment sur le dos, ou qui sont habitués à tourner dans le sac de couchage).

Poids mesuré (sac de couchage seul) : 1066g (taille Reg/185cm)
Prix public conseillé : 400 €

Ce qu’on aime

  • Duvet traité Ultra-Dry Down pour une meilleure conservation des propriétés thermiques en conditions humides
  • Qualité de construction générale : construction latérale soignée, zip en position basse, rabat isolant de zip, collerette « 3D », footbox anatomique…
  • Confort excellent de l’ensemble capuche/collerette/menton, les réglages se font oublier (cordons décalés) et on peut ajuster l’ensemble agréablement, avec une très bonne isolation
  • Finition exemplaire, en particulier :
    • La construction inspire confiance en terme de durabilité
    • Coutures internes soignées
    • Le zip ne se coince pas
    • Petite poche intérieure zippée
  • Bonne résistance à l’eau (le zip reste le point faible)
  • Le packaging : excellent sac de transport (compression efficace, en Cordura, léger), sac de stockage pratique (zip+poignées), sac de lavage indépendant + fourni avec le rapport de test du pouvoir gonflant du duvet

Ce qu’on aime moins

  • Le garnissage moindre du dos (garnissage différentiel 60/40) nous a un peu gênés en nous tournant sur le côté (d’autant que la répartition du duvet dans les compartiments moins garnis a tendance à devenir moins homogène). L’isolation sera plus efficace en étant couché sur le dos, ou si vous aimez vous tourner sur le côté sans faire tourner le sac de couchage.
  • Duvet de canard au pouvoir gonflant un peu inférieur à la plupart des sacs testés, mais tout de même de bonne qualité (750+ cuin selon la norme IDFB)
  • Les cordons de réglage et leur petit bloqueur ne sont pas si évidents à utiliser pendant la nuit

Note sur la gamme Sea-to-Summit

Dans notre gamme de test, Sea-to-Summit propose également (caractéristiques et prix publics conseillés donnés pour la taille Regular) :

  • le Talus III, garni de 700g de duvet (cuin 750+ IDFB), et donné pour 1225g et -9/-17°C de températures confort/limite, pour 450 €
  • le Traverse XT II, garni de 540g de duvet (cuin 850+ IDFB), et donné pour 1235g et -5/-11°C de températures confort/limite, pour 450 €
  • l’Alpine II, garni de 710g de duvet (cuin 850+ IDFB), et donné pour 1290g et -9/-15°C de températures confort/limite, pour 640 €

La capuche
La capuche

Ouverture du zip : rabat de zip et collerette
Ouverture du zip : rabat de zip et collerette

La collerette
La collerette

Les réglages du tour de tête et de la collerette
Les réglages du tour de tête et de la collerette

Le rabat isolant de zip
Le rabat isolant de zip

Le footboxLe footbox
Le footbox

Tissu extérieur déperlant
Tissu extérieur déperlant

Le zip
Le zip

Tissu intérieur
Tissu intérieur

La construction latérale extérieure
La construction latérale extérieure

La petite poche interne
La petite poche interne

Dans le sac de transport
Dans le sac de transport

Dans le sac de stockage
Dans le sac de stockage

Nuit en igloo dans le Talus II
Nuit en igloo dans le Talus II

Nuit en igloo dans les sacs Cumulus Panyam, Sierra Designs Dridown Cal 6 et Sea-to-Summit Talus II
Nuit en igloo dans les sacs Sea-to-Summit Talus II
, Cumulus Panyam (voir le test) et Sierra Designs Dridown Cal 6 (voir le test)

Un week-end de test matériel pour Carnets d'Aventures : construction d'igloos
Un week-end de test matériel pour Carnets d'Aventures : construction d'igloos

Commentaires