Spectre Expedition : snowkite et escalade en Antarctique

par Johanna dans Récits 02 déc. 31 lecteurs Soyez le premier à aimer ! : Soyez le premier à commenter share(partager)
Spectre Expedition : snowkite et escalade en Antarctique

Deux mois dans le froid et les vents australs, filant à toute allure tractés par les ailes de kite, montant le bivouac sur la glace, escaladant un des big walls les plus reculés du monde… En voilà bien une d’expédition difficile et lointaine, diront certains, et ils auront raison. Mais tous les périples racontés dans Carnets d’Aventures ont-ils besoin d’être reproductibles ? Qu’il est bon aussi, de temps en temps, de vibrer en lisant le récit d’une telle épopée ! 
Enfilez doudounes, masque et moufles, et retrouvez le récit de l'expédition SPECTRE dans Carnets d'Aventures #54.
Nous vous proposons ici des compléments d'informations, notamment concernant le matériel (kite, ski, escalade, bivouac, électronique et communication, photo/vidéo…) et la nourriture, autant d'enjeux dont la gestion, dans de telles conditions, n'est pas triviale, ainsi que des photos supplémentaires que l'on ne se lasse pas de regarder ! smiley
En bonus, un extrait du carnet de bord de Jean, qui nous plonge dans l'ambiance de cette folle épopée !
Merci à Jean Burgun pour son témoignage !

Texte : Jean Burgun
Photos et participants : Leo Houlding, Mark Sedon, Jean Burgun
spectreexpedition.com

Le film de l'expé est présenté dans des festivals, avant d'être diffusé au grand public.
"Malgré le tournage difficile, j'espère qu'il saura transmettre une part de la magie de cette expérience décalée, hors du monde." nous dit Jean. On a hâte de voir ces images incroyables ! Nous vous tiendrons informés quand il sera disponible.

Spectre Expedition : snowkite et escalade en Antarctique

Matériel pour l'expédition Spectre

Le principe de base de toute expé polaire engagée est l'autonomie à tout prix. Les secours, bien que potentiels, sont hypothétiques dans le temps et l'espace et aucune assurance ne couvre une évacuation non médicale (casse matérielle ou autre), laquelle se serait chiffrée pour nous au mieux à une centaine de milliers de dollars !! Bref, tout élément critique doit être réparable ou remplaçable.

Pulkas

Acapulka Icecap Express (carbon/kevlar, 230cm, 700L de volume, 13kg)
Solides pour ce qu'elles endurent, pas incassables pour autant. Elles n'auraient pas survécu à 1000 km de plus (fissurées de partout et prêtes à s’ouvrir en 2, coque mâchée, les 2 patins arrachés sur la mienne). Belles mais très chères, trop rigides, dures à faire tourner mais se retournant volontiers. Bien pour le manhauling, bof pour le kite.
Notre principe était que chaque pulka contienne de quoi survivre même séparé des autres ou en cas de perte dans une crevasse : kit secours crevasse+corde, tente+abri bothy bag, réchaud+essence, nourriture, moyen de communication.

Skis

Pour le kite : skis de slalom géant en 195cm, fixation Plum Guide, chaussures Scarpa Maestrale (excellent combo !).
Pour la marche : Asnes Amundsen, fixation Rotefella, bottes Alfa polar A/P/S.

Kites

3 voiles très performantes chacun de 9, 12 et 15 m² pour privilégier la remontée au vent quitte à perdre en confort d'utilisation. Peu d'écart également entre les tailles pour tirer le meilleur parti de 80% des vents rencontrés. Coupe franche sur les vents très faibles et très forts (choix rationnel mais discutable).

Alpinisme

Kit complet de grimpe en big wall (coinceurs, mousquetons/dégaines, friends, pitons, broches à glaces), 2 piolets chacun, crampons, casques d'alpi, sac de hissage, 3 cordes +cordelette, tente d'assaut légère, chaussons d'escalade et chaussures d'alpi hivernal.

 

Spectre Expedition : snowkite et escalade en Antarctique
Spectre Expedition : snowkite et escalade en Antarctique
Spectre Expedition : snowkite et escalade en Antarctique
Spectre Expedition : snowkite et escalade en Antarctique

Tentes

Hilleberg Keron gt4 et Nammatj gt 3 avec toiles à pourrir. Stockées prémontées dans les pulkas avec leurs grands tapis de mousse (parfaites, se montent très vite même seul).

Couchage

Duvet en plume Berghaus Ulvetanna avec duvette Sea to Summit Reactor.
Matelas gonflable Sea-to-summit+1 Ridgerest Solar et demi.
Le tout stocké à plat dans un « polar bedding bag » de la taille du matelas. Excellent : on y met aussi les pantoufles, la bouteille pipi, le kindle et un vêtement de rechange. Une fois la tente montée on n'a qu'un seul sac à jeter dedans, prêt pour dormir. Nous n'avons jamais plié nos duvets et matelas en 2 mois !

Cuisine

Même principe que le bedding bag : Une grosse boite Rubbermaid roughneck avec tout le nécessaire dedans que l'on a juste à rentrer dans la tente : réchaud MSR Whisperlite + kit d'entretien, 2 plaques pour isoler de la neige, 2 casseroles, les tasses et bols de tout le monde, 2 bouteilles d'essence. Pratique mais encombrant.

Réparations

Kit très complet (7 kg !) avec fixations de rechange + pièces, kit couture, divers fils, suspentes, cordelettes, strappal (la seule chose qui colle encore un peu au froid, le duct tape ne servant hélas plus à rien), colles (super glue, araldite, seamgrip) pièces de rechange pour chaussures de ski, kites, velcros, zips, boucles plastique, câbles électriques (ils dégustent au froid). Même un mini fer à souder (6g) qui a permis de reconnecter une antenne Iridium cassée.
 

Spectre Expedition : snowkite et escalade en Antarctique

Électronique et communication

2 téléphones satellite Iridium, 2 trackers / Balise Inreach Explorer, 1 Iridium GO ! (pour envoyer/recevoir mails + photos basse déf, recevoir les bulletins météo Iridium).
2 GPS Garmin Foretrex 301, 2 Garmin GPSMAP62. 3 radios Motorola.
 

Matériel photo/vidéo/électricité

- 2 appareils photo/film Sony A9, plusieurs objectifs, un stabilisateur gimbal et hélas un seul filtre rapidement pulvérisé.
- Sur soi en permanence (en plus du smartphone) un appareil compact, une Gopro sur stick + micro avec moumoute et 2 batteries de chaque (une vraie plaie d'avoir tout le temps ça dans la veste !!)
- Quelques Gopro en plus avec montage sur lignes de kite, sur le casque et gimbal.
- Ordinateur Mac Book Pro.
- Drone DJI4 Mavic pro (Une révolution ! Dès cette année, tout prétendant à un film outdoor aura son Mavic, j'en fais le pari).
- 2 panneaux solaires pliants et batteries Goal Zero (ensemble léger mais très sensible au froid).
- Panneau souple 60 W et batterie plomb (fiable et puissante mais lourde, 4 kg).
Tout ce matériel fragile était stocké dans 2 duffel bags de 70L rembourrés de mousses de différentes densités à la manière des crash-pads d'escalade (parfait).
En tout nous avions 50 kg de matériel photo/film et électrique associé, soit près du double du matériel d'escalade…

Spectre Expedition : snowkite et escalade en Antarctique

Extrait du journal de bord de Jean

15 décembre, 3e jour du retour sur le Scott Glacier depuis le camp de base

Depuis ce matin pas de neige au sol, seulement de la glace bleue. On avance en crampons, courbés par la charge à tracter et par le fort vent de face qui s'infiltre partout. Malgré le masque facial les joues deviennent rapidement insensibles comme en sortant de chez le dentiste et il faut tâter régulièrement, repositionner la capuche à fourrure pour mieux isoler le visage et éviter les gelures.
Il n'y a de la neige que sur les ponts recouvrant les crevasses, ce qui au moins les rend repérables.
Le hic c'est qu'il y en a partout et parfois à quelques mètres d’intervalle, de toutes largeurs, formes, directions, à perte de vue sur ce glacier grand comme un département français.
En tête de cordée, il me faut sonder chacune d'elles avec l'un de mes bâtons de ski dont j'ai retiré la rondelle. Contourner ou traverser, le dilemme est permanent pour trouver un compromis entre efficacité/prise de risque et prudence, jamais parfait, et imaginer un itinéraire sur les 100 m devant soi. Certains ponts sont énormes, plus de 10 m de large et si ma pulka tombe avec moi, les copains sur la glace auront bien du mal à enrayer ma chute. Les plus perfides sont ceux d'un mètre de large ou moins, car la neige soufflée par le vent a tendance à passer par-dessus ces crevasses plutôt qu'à les combler solidement.
Les crêtes de compression et autres « verrues » de glace bleue (certaines font 3 à 4 m de haut) génèrent également (outre leur lot de crevasses en étoile autour) des congères de plusieurs centaines de mètres de long sous leur vent, harassantes à passer.
« Putainnn mais comment on a pu passer ici en kite il y a 2 semaines !? » Mystère.
Je pense qu'on était au taquet à gérer nos voiles trop grandes et que la vitesse nous donnait une illusion de sécurité...
Malgré la violence de la tâche, ce retour me soulage. Depuis un mois que dure cette expé, c'est la première fois que nous allons dans la bonne direction, vers la maison. Je n'ai plus la sensation de m'engager toujours plus loin en fermant des portes derrière moi. Chaque pas, chaque pont traversé me rapproche désormais de ma petite famille et ça me fait du bien.
Après 9 heures de marche, on est cuits mais toujours pas de neige pour camper et aucun endroit plat.
Continuer, se casser de là.
J'ai les nerfs en compote à force de bourriner, abruti par le vent, de tester tous ces ponts de neige, et l'attention commence à se relâcher. Un pont semblable à tous les autres s'effondre alors et je tombe de 2 m, retenu par la corde et bras tendus sur le rebord. Mes pieds pédalent dans le vide, on n’en voit pas le fond. Au passage je me suis ruiné une côte et pendant 3 semaines je vais couiner à chaque retournement dans mon duvet.
Se casser de là !!
Ce n'est qu'une heure plus tard que l'on trouve enfin un carré de neige suffisant pour planter la tente. Ce soir je dois gesticuler pour me déshabiller car mes 2 cagoules sont soudées entre elles par le gel de la transpiration et le tout s'est soudé à la capuche de la veste.
Ça a le mérite de faire rire les deux nigauds qui m'accompagnent et on se détend, enfin, devant un apéro bien mérité même si nous n'avons parcouru que 15 km en 10 h…
Encore 1 jour ou 2 de marche, et on devrait pouvoir ressortir les voiles, Inch’Allah ! »
 

Spectre Expedition : snowkite et escalade en Antarctique
Spectre Expedition : snowkite et escalade en Antarctique
Spectre Expedition : snowkite et escalade en Antarctique
La zone d'évolution de l'expé Spectre (carte : Anne-Sophie Rodet)
La zone d'évolution de l'expé Spectre (carte : Anne-Sophie Rodet)
L'itinéraire de l'expé Spectre (carte : Anne-Sophie Rodet)
L'itinéraire de l'expé Spectre (carte : Anne-Sophie Rodet)
Commentaires