8 invités en ligne

Myriade de lacs en solitaire

par Céline Sampaio
21 déc. 2023
97 lecteurs

À bord de son fidèle et vaillant P’tit Louis, Céline se fond dans les paysages suédois en voguant sur les lacs du Dalsland. Une navigation qui prend rapidement la forme d’une expérience introspective connectée à la nature où chaque coup de pagaie devient une leçon de vie.

Collection printemps-été.
Seule juge de mes tenues vestimentaires, Mana, la bouée-lama avec qui je reprends "Sous le vent" en duo.
Collection printemps-été.
Seule juge de mes tenues vestimentaires, Mana, la bouée-lama avec qui je reprends "Sous le vent" en duo.

Il est 3h du matin. Le bus quitte l’aube de Göteborg. Entre sommeil et souvenirs, je souris à mon reflet dans la vitre. Dire que ce matin encore, je pagayais sur les eaux du Dalsland. Dire qu’il y a un mois, je débarquais dans ce petit coin de Suède dont je ne savais rien. Ou presque. D’après mes fonds de carte, le sud-est du pays est une immense étendue de vert et de bleu. D’après mon imagination débordante, ce petit bout du monde, loin dans le nord, est un immense paradis pour la pagayeuse du dimanche que je suis. Bercée par les ronflements des autres voyageurs, j’oscille entre rêves et courbatures. Bercée par le jour qui se lève, je rembobine l’aventure de ces trente derniers jours.

Des doutes balayés par le vent

C’était en juin. Assise sous les néons de la gare routière de Bercy, je sens les papillons des premières fois s’envoler, aussitôt remplacés par une petite boule d’appréhension qui se blottit tout contre mon cœur. Ce n’est pas mon premier voyage, loin de là. Pourtant, cette fois-ci, c’est différent. Un mois et demi plus tôt, je subissais plusieurs opérations aux bras (poignets, coudes, mains) à la suite d’une chute de vélo, et cela ne fait que trois semaines que j’ai quitté mon écharpe d’immobilisation. Alors, dans un flot d’inquiétudes, une question me turlupine : comment vais-je réussir à soulever mon sac pour le mettre dans la soute du bus ? Qui aurait pu penser que les difficultés commenceraient sur le trottoir d’une gare parisienne ?

... et la suite ?