1 membre et 21 invités en ligne

Le sel de nos vies

par Sébastien Langlais
publié le
13 mars
34 lecteurs

De la Normandie aux premiers bivouacs dans le désert, des récits d’aventures et d’explorations aux voyages à vélo en famille, de la montagne à la rivière, Sébastien est un véritable artiste du voyage nature dans toutes ses dimensions, qu’il sublime à travers ses magnifiques photos. Bon voyage dans le temps et dans l’espace.

C’était mieux avant ?
Des glaciers, des chaussures Koflach…
C’était mieux avant ?
Des glaciers, des chaussures Koflach…

Deux heures du mat’. Je suis réveillé par le clapotis de la mer qui vient lécher le pied de notre bivouac. C’est que nous sommes à marée haute. Quelques heures auparavant, avec un copain, nous avons rejoint, à pied, le rocher de Tombelaine, l’autre île de la baie du Mont-Saint-Michel. Naufragés volontaires, en quelque sorte. Quel émerveillement, de nuit, au milieu de la mer, de se retrouver seuls sur une île déserte éphémère face à la Merveille qui nous tend les bras.

L’empreinte du paysage

Après avoir passé les cinq premières années de ma vie dans le Sud marocain, c’est en Normandie que j’ai grandi. En la parcourant dans les moindres recoins, en y pratiquant la pêche à la crevette (si, si !), voire en y guidant des randonneurs l’été, je suis tombé sous le charme de la baie du Mont-Saint-Michel à l’adolescence. Ici, à marée basse, le sable et ses figures sédimentaires s’étendent à l’infini comme au Sahara, jusqu’à heurter la côte, trait d’union improbable entre ciel et mer. Inconsciemment, j’avais retrouvé le désert qui m’avait vu naître. Qu’on le veuille ou non, nos vies restent marquées par les paysages de notre enfance.
Au lycée, certaines lectures m’ont transporté vers l’ailleurs, en brossant les contours de nouveaux paysages. Plus que les romans, ce sont les récits d’exploration qui ont suscité en moi des désirs d’aventure et aiguisé mon goût pour l’altérité. Les méharées de Théodore Monod à travers la Majâbat al-Koubrâ ou les ascensions de Gaston Rébuffat au Piz Badile ou au Cervin, n’avaient plus de secrets pour moi.

... et la suite ?