1 membre et 31 invités en ligne

L'Ardèche nature à VTT

par Philippe Fonade
18 juin
83 lecteurs

Parmi les grandes traversées VTT balisées en France, l’ardéchoise ne laisse pas indifférent le vététiste gourmand. Singles et technique, paysages et géologie, culture et gastronomie : le cocktail est explosif. Petite mise en bouche avec quatre mousquetaires du VTT BUL.

Tous pour un, un pour tous. Du plaisir de rouler entre copains.
Tous pour un, un pour tous. Du plaisir de rouler entre copains.

Après plusieurs aventures dont la traversée du Pays basque et le Tour du Mont-Blanc, nous voici à nouveau réunis, tels quatre mousquetaires du VTT BUL, inséparables et fidèles à notre rendez-vous estival, engagés cette fois sur la traversée de l’Ardèche.

Un pour tous, tous pour un !

À chacun sa façon de prendre l’air, de s’extraire de son quotidien, de sortir de sa zone de confort, de rendre plus intense certaines périodes de la vie… Avec un ami, puis deux, puis maintenant trois, nous ritualisons depuis quelques années une semaine itinérante tous ensemble au début de l’été. En canoë pendant près d’une décennie, nous avons ajouté le VTT BUL à notre palette d’aventures.
Pourquoi le VTT ? Parce que nous aimons le pratiquer et que c’est un moyen de mobilité douce qui allie immersion en nature, dépense physique, engagement technique et incertitude mécanique ! Un sport qui est donc une aventure à lui tout seul. Pourquoi en itinérance bivouac ? Car, en plus de suivre un chemin, cela permet de se rapprocher de la nature et de sortir radicalement de notre quotidien. C’est enfin une belle façon de découvrir certains coins de France hors des sentiers battus par le tourisme « classique ». Toutefois, le « classique » a aussi du bon : ainsi avons-nous été, au fil de nos expériences, progressivement convertis aux itinéraires balisés et notamment aux « Grandes Traversées ». En effet, après avoir cheminé sur des parcours que nous avions nous-mêmes tracés, nous nous sommes aperçus que nous passions beaucoup de temps à chercher le bon chemin sur la carte ou le GPS, et que la réalité du terrain est bien souvent différente de ce que l’on imaginait en les préparant à la maison. Plusieurs fois nous avions suivi des tronçons balisés et constaté que ces itinéraires créés par d’autres (un grand merci aux clubs et assos locales qui s’investissent et entretiennent ces vastes réseaux) répondaient finalement très bien à nos attentes : toujours roulables mais pas trop faciles quand même (nous cherchons du « vrai VTT » avec du fun, de l’engagement et peu de portage).

Philou Fonade@philoudelavega40
Voir la trace

... et la suite ?