11 invités en ligne

Comment se construit la science ?

par Guillaume Blanc
23 mars 2023
85 lecteurs
Dans cette rubrique, nous tentons de décrypter des phénomènes naturels au regard de la science. Mais qu’est-ce que la science ? Qu’est-ce qui la distingue d’une œuvre d’art ? Comment les connaissances scientifiques sont-elles élaborées ?
Les balades dans la nature en bivouac sont souvent propices à la réflexion. Dans une société basée sur la croissance où le temps se monnaye, il est difficile de sanctuariser des périodes où l’on peut rêver tout éveillé, simplement prendre du temps pour penser. Laissons de côté les pensées factuelles contraintes par la réalité matérielle...
On peut se questionner sur d’innombrables sujets ; dans cet article, nous allons nous interroger sur ce qui définit la science.
Faire avancer la science.
Reproduction d'une expérience de rhéologie : le chat est-il liquide ou solide ? Cette étude a été récompensée par un  prix IgNobel en 2017. Aucune mascotte n'a été maltraitée !
Faire avancer la science.
Reproduction d'une expérience de rhéologie : le chat est-il liquide ou solide ? Cette étude a été récompensée par un prix IgNobel en 2017. Aucune mascotte n'a été maltraitée !

Une définition de la science

 
Nous pouvons définir la science comme une somme de connaissances sur la nature (au sens large, à savoir le monde qui nous entoure) obtenue avec méthode pour s’efforcer de comprendre le réel. Par essence, ces connaissances ne sont ni bonnes ni mauvaises. Il convient donc de la distinguer de la mise en application de ces connaissances, ce que l’on peut regrouper sous l’appellation de technologie. Celle-ci met en œuvre des connaissances scientifiques pour construire des outils, des techniques, des instruments, etc., dans l’objectif de modifier l’environnement humain. La technologie est le résultat de décisions politiques ou sociétales, le jugement de valeur (bon ou mauvais) peut le cas échéant se faire à ce niveau.
Il est possible de classifier la science en différents domaines, plus ou moins poreux les uns avec les autres. Traditionnellement, nous avons d’un côté les sciences de la nature (sciences de la vie et de l’environnement, sciences de la Terre et de l’Univers, science de la matière) et les sciences formelles (mathématiques, logique, informatique) et de l’autre les sciences humaines et sociales qui regroupent, entre autres, l’histoire, l’anthropologie, la sociologie, la linguistique, la psychologie, etc. Ce cloisonnement n’est pas hermétique, il existe de nombreuses exceptions. Le découpage n’est pas disciplinaire, ni unique (on peut imaginer d’autres manières d’effectuer une classification des disciplines scientifiques) ou exhaustif. Certaines constructions scientifiques nécessitent par ailleurs des approches pluridisciplinaires comme les études autour du réchauffement climatique, de la transition énergétique ou plus globalement des enjeux écologiques.
La science propose des explications sous forme de théories ou modèles, généralement charpentés autour de résultats expérimentaux ou observationnels. Une explication satisfaisante ne signifie pas qu’elle soit vraie dans l’absolu, c’est seulement la meilleure explication pour un phénomène donné compte tenu des connaissances à un moment donné. Dans L’art et la science, Victor Hugo fournit l’image : « La science est l’asymptote de la vérité. Elle approche sans cesse et ne touche jamais. » Une vérité scientifique est une proposition construite par un raisonnement logique et rigoureux, vérifiée (ou pas) par l’expérience ou l’observation. Il s’agit néanmoins d’une situation idéale qui ne correspond pas à la réalité et à sa complexité.
 
... et la suite ?