Extraterrestre CA47 : Ma routine du bonheur

par SilexA dans Extraterrestre 15 juin 185 lecteurs 12 commentaires share(partager)

Ma routine du bonheur

Chronique publiée dans Carnets d'Aventures n°47.
Voir les autres points de vue de l'extraterrestre.


J'habite sur une planète où mes compatriotes, un peu comme vous les humains, ont une espérance de vie tellement longue qu'ils ne pensent presque jamais à la mort. Certains d'entre nous vivent dans le passé, regrettent ou encensent des événements qui n'existent plus que dans leur mémoire qui tourne en boucle. Les autres ne pensent qu’à l'avenir, car demain sera forcément mieux qu’aujourd’hui : quand il n'y aura plus de soucis liés à l'argent, aux enfants à élever, à une situation professionnelle pas vraiment satisfaisante, alors ils pourront enfin profiter du présent.
Mais un jour, il y a un an et demi, tout a changé. Une lumière très vive est apparue dans notre ciel. Elle grossissait jour après jour, nos astronomes ont vite reconnu un astéroïde qui fonçait droit sur notre planète. En quelques jours, la panique générale a gagné tous les esprits, surtout qu'il n'y avait absolument rien à faire, l'astéroïde était beaucoup trop gros pour espérer pouvoir stopper sa course. Finalement, il a frôlé notre planète, mais dès le lendemain, nos scientifiques nous ont annoncé que nous allions traverser un immense nuage de ces blocs monstrueux. Pendant une durée indéterminée et potentiellement longue, notre planète allait donc courir le risque d'être annihilée en quelques secondes.
La plupart d'entre nous avons alors sombré dans l'angoisse et la dépression. À quoi bon continuer à s'activer si nous pouvions subitement décéder dans quelques mois ? Puis certains d'entre nous se sont souvenus que nous allions tous mourir un jour, et ont même découvert que l'idée de la mort pouvait devenir un aiguillon. Personnellement, j'ai appris à mieux me connaître pour établir ma propre petite routine quotidienne du bonheur, pour que mon bien-être au jour le jour ne dépende plus de la réalisation de grands projets futurs, pour vivre au présent, enfin. En un an et demi, j'ai compris que la joie profonde créée en cultivant l'amour et la beauté n'a pas forcément besoin de dizaines d'années pour s'épanouir.

Depuis, tous les jours j'essaie d'aller dans la nature pour marcher, pédaler, grimper, skier, voler. J'ai compris que j'étais un peu comme une plante verte. Celle-ci a besoin de soleil, d'eau et d'une bonne terre pour s'épanouir. Pour moi aussi, les paysages naturels, la flore, la faune sont des aliments qui me nourrissent tout autant que mes repas. Après quelques heures loin des constructions humaines, je me sens bien, profondément. J'aime vibrer à l'unisson avec la nature grâce à mon corps qui se love en elle à travers le mouvement ou la contemplation ; ce corps, mon écrin, en fait aussi un peu partie, car c'est bien elle qui l'a façonné. Je prends soin de lui comme d'un ami, le plus intime qui soit. Ma tête ne le harangue pas pour aller plus vite, tel un cavalier qui cravacherait son cheval. Je préfère plutôt essayer de l'écouter. Il me dit que, cachée en moi, il y a la même intelligence universelle que celle qui régit la nature et le cosmos.

Tous les jours je réserve au moins une demi-heure à l'introspection. Je m'assois dans un endroit tranquille où je sais que je ne serai pas dérangé, et je ferme les yeux. Je me concentre sur ma respiration, plus rien d'autre n'existe que ce lien puissant entre ma conscience et mon corps. Mes pensées suspendent leur vol, je me fonds successivement dans mes pieds, mes jambes, mon buste, ma tête. Chaque partie de mon enveloppe physique devient mon unique centre d'attention alors que je n'étais même pas conscient qu'elle existait juste avant. La symbiose entre mon esprit et mon corps est totale, le bien-être qui en découle aussi. Et bientôt ma conscience s'élargit encore, à mon environnement proche, puis lointain, et je me sens devenir une parcelle du Grand Tout.
D'autres fois, pour chasser la tristesse, j'ai envie de faire jaillir en moi l'allégresse. Alors, toujours les yeux fermés, j'imagine le sourire de ma fille quand je joue avec elle, les bras de ma femme qui m'enlace tendrement, ce petit coin de nature où j'adore m'allonger au milieu des chants d'oiseaux, et la joie que je ressens ainsi est aussi forte que si je vivais réellement ces moments.

Tous les jours, je souris aux gens que j'aime, je souris aux passants, je souris à mon miroir. Même quand mon humeur est sombre, j'essaie de ressentir de la gratitude. Sans forcément leur dire, je remercie tous mes proches de me donner autant d'amitié et d'amour, je remercie la nature de m'offrir sa beauté, je remercie la vie de battre dans mes veines avec autant d'entrain aujourd'hui, qu'importe ce qu'il se passera demain ou dans un mois. Et comme par magie, comme si j'avais ainsi enclenché un cercle vertueux, la vie toujours me sourit en retour en m'envoyant un nouveau cadeau. Un clin d’œil, souvent sous la forme d’une bonne nouvelle, un rayon de soleil inattendu…

Tous les jours je choisis un court moment que je baptise « le meilleur de la journée » : quelques minutes de contemplation dans un environnement qui m'enchante, de partage avec quelqu'un que j'aime, de lecture d'un poème ou d'écoute d'une musique. C'est la cerise sur le gâteau, un instant savoureux que je déguste avec d'autant plus de bonheur que je l'ai élu. Même si ma journée a été sombre, j’ai trouvé une pépite d’or.

Ami lecteur, j'espère de tout cœur que tu n'auras pas besoin d'un astéroïde menaçant ta vie pour mettre en place dès maintenant ta propre routine du bonheur, pour réaliser sans attendre tes plus beaux rêves, et ainsi cheminer sereinement vers la plénitude, en privilégiant l'ici, le maintenant, comme l'enfant que nous avons tous été.

SilexA U’Aielor

Extraterrestre CA47 : Ma routine du bonheur
Commentaires
share posté le 22 oct.

grandpas
Martinet
(33 messages)
Inscription : 26/05/11
Lieu : Grasse

Message privé
Je suis un trekkeur depuis 30 ans sous toutes ses formes (à pied, en canoé, kayak, vtt, etc,..) et lecteur de cette rubrique "extraterrestre" depuis le début, mais je partage rarement votre opinion sur la relation entre le monde économique, le temps libre, les voyages, etc,.. car je suis conscient que si j'ai le temps de voyager, de profiter du temps libre, etc,.. c'est simplement parce que dans notre pays, des machines travaillent à ma place pour fournir ma nourriture, mon habitat, mes vetements, construire mes objets ou extraire les minerais et ressources naturelles (pour fabriquer vtt, tentes, etc,..) , etc,... l'énergie utilisée pour cela est donc le premier facteur essentiel et indispensable pour me permettre d'avoir du temps libre et de voyager. (et le lien avec la pollution indissociable). Nous vivons dans un pays où le PIB est élevé car il dépend en premier ordre de l'énergie utilisée (une étude d'économétrie vient de le confirmer, ce n'est pas le capital ni le travail, mais bien l'énergie le facteur essentiel de la croissance de production. bref, toutes les lois fumeuses apprises à l'école en Economie sont fausses...). Si je vivais dans un pays avec un PIB faible (et qui dépend moins de l'énergie) , j'aurais moins de temps pour voyager, de temps libres, de loisirs, de sports, etc,.. c'est exactement pourquoi on voit rarement de péruviens ou de malgaches, etc,.. traverser l'europe en vélo ou trekker dans les alpes. De meme, nos ancètres passaient la plupart de leur temps dans les champs à ramasser des patates car il n'y avait pas de machine pour les remplacer. peu de temps libre pour eux ou de loisirs possibles pour voyager ou se cultiver. bref, ma conclusion est de dire que, nous, voyageurs, trekkeurs, faisons partie de la catégorie de gens qui dépendons de l'énergie en abondance (PIB du pays) car des machines travaillent à notre place et donc nous participons, malgré nous, à l'augmentation de la pollution sur cette terre et à sa destruction, meme si je ne recherche pas l'accumulation des richesses. il faut en etre conscient et je vous invite à relire le livre "le plein s'il vous plait " de jean Marc Jancovici, que vous aviez conseillé il y a quelques années dans votre magazine.... dans les années futures (prochaine décennie), il va y avoir de moins en moins d'énergie disponible par personne et pour alimenter la croissance économique des pays. je ne vais pas parier une seule cacahuète sur l'augmentation du temps libre pour nous , car c'est malheureusement exactement l'inverse qui va se produire car nous aurons de moins en moins de machines pour travailler à notre place (nourriture, habitat, transports, etc,..). Les machines ne fonctionnent pas avec du jus de carotte (meme l'économie dite "dématérialisée" qui n'a jamais été autant dépendante de machines et d'énergie (encore des notions fausses encore enseignées aujourd'hui) . Les politiques qui nous promettent moins de travail, (car l'arrivée des robots, etc,..vont nous remplacer), n'est qu'une utopie dans un monde où il va y avoir de moins en moins d'énergie. (les renouvelables, dépendantes de ressources en quantité énormes et limitées, ne remplaceront jamais le pétrole, ni le charbon et gaz et resteront toujours insignifiantes). On a utilisé les renouvelables (moyen age) bien avant les autres énergies et sont restés insignifiantes. Mauvaise nouvelle : la baisse de production de pétrole est prévue dès 2020 pour atteindre un manque de "2 arabies saoudites" dès 2022. A mon avis, on va se remettre malheureusement au travail beaucoup plus vite que prévu pour remplacer les machines (système productif, transport des biens et services, etc,. )....on va vite comprendre les mensonges et arnaques de Jeremy Rifkin....lol. Voilà, j'espère déclencher une prise de consciences et une reflexion à partir de l'introduction de l'analyse préalable de l'économie physique pour comprendre réellement le fonctionnement réel de l'économie. (c'est ce qu'ont fait l'équipe Meadows du MIT en 1972 pour arriver à une conclusion pragmatique). Arretons de rever: nous allons passer de plus en plus à travailler dans un monde avec de moins en moins d'énergie et moins en moins de machines). (revoir la notion d'esclaves énergétiques de JM Jancovici) et n'oubliez pas que les philosophes grecs avaient du temps libre seulement parce qu'ils avaient des milliers d'esclaves pour travailler à leurs places..... (idem pour les romains) .Aujourd'hui, nos esclaves sont énergétiques.
share posté le 22 oct.

Olivier
Caribou
(1671 messages)
Inscription : 27/04/06

Message privé
Merci pour ce message, même si je ne vois pas trop le liens avec cet extraterrestre en particulier...
D'accord avec beaucoup d'arguments énoncés mais pas tout à fait d'accord avec les conclusions, je développerai si j'ai un peu de temps (l'énergie ;) ) ces prochains jours.
Et pourquoi pas ?
share posté le 23 oct.

grandpas
Martinet
(33 messages)
Inscription : 26/05/11
Lieu : Grasse

Message privé
En effet, j'aurai du préciser que mon commentaire était davantage lié au texte de JM Keynes associé à ce numéro 49. Ne sachant pas où placer le mien, je l'ai mis avec ce dernier "extraterrestre" de la liste. Personnellement, je préfère suivre des commentaires d'économistes tel que Gael Giraud (directeur de recherche du CNRS en Economie Mathématiques) plutot que Keynes qui repose sa reflexion et ses visions sur des lois fausses (ou plutot construites il y a 2 siècles et hors contexte aujourd'hui). On est tout près du gouffre de l'effondrement économique aujourd'hui pour des raisons énergétiques et de la mauvaise compréhension du fonctionnement réel de l'économie. (voir explications sur cette excellente démonstration :
https://www.youtube.com/watch?v=NzDe80EeUlY

On saura donc bientot (peut etre moins de 10 ans) si on aura plus de temps libre pour les loisirs, les voyages, la culture, etc,.. dans un système économique en phase d'effondrement, ou alors, on fera comme les moines bouddhistes aujourd'hui, on s'arrangera pour que les autres travaillent à notre place et on en profitera. Personnellement je suis assez pessimiste (mais réaliste) sur l'avenir de notre passe temps favori à tous ici, car le temps de le pratiquer deviendra une ressource rare. Néanmoins, celui de se déplacer de façon non motorisé (thermique ou électrique) sera bien un sujet d'avenir concret.
share posté le 24 oct.

grandpas
Martinet
(33 messages)
Inscription : 26/05/11
Lieu : Grasse

Message privé
pour complèter un peu mes propos qui peuvent surprendre (mais moins, si vous avez regardez la vidéo précédente sur l'effondrement économique pour très bientot (et donc les conséquences sur nos activités, nos loisirs et nos voyages), je peux rajouter celle ci (de Patrick Pouyanné , PDG de Total : https://www.youtube.com/watch?v=LnaEsByCmCE
qui explique que c'est dès 2020 que les problèmes arrivent. (en 2022, il manquerait l'équivalent de 2 arabies saoudites...).
La rubrique "randonnée à 2 pas de chez soi" du magazine (et moins de 2 jours) va etre réellement d'actualité de gré ou de force dans le futur, car notre activité préférée (et nos temps libres) dépendent réellement du pétrole. c'est maintenant que l'on va s'en rendre compte.
share posté le 24 oct.

grandpas
Martinet
(33 messages)
Inscription : 26/05/11
Lieu : Grasse

Message privé
cela ferait f'ailleurs un très bon thème de reflexion et de prise de conscience sur le prochain numéro de l'extraterrestre...
share posté le 24 oct. mis à jour le 24 oct.

Olivier
Caribou
(1671 messages)
Inscription : 27/04/06

Message privé
C'est marrant, dans ton propos on a presque l'impression que tu es content de tout cela... Une sorte de jubilation devant un inéluctable catastrophique... je me trompe ?
Et pourquoi pas ?
share posté le 24 oct.

grandpas
Martinet
(33 messages)
Inscription : 26/05/11
Lieu : Grasse

Message privé
Ah, non, pas vraiment !! pourquoi ? quelle est ma phrase qui te donne cette impression ?
Pourquoi, c'est ton cas ? (car je sais qu'il y a des personnes qui n'ont pas encore compris les conséquences et s'imaginent que tout ira mieux après dans un monde plus écologique. mais c'est l'inverse qui va se produire).
je suis fonctionnaire et j'esperais dans un futur avoir une retraite or c'est la croissance qui paye les deux , donc je vais morfler comme tout le monde.
Par contre , je suis content qu'il y ait enfin des gens comme Gael Giraud qui osent avouer et dire que les lois d'économie sont fausses. bref, que tous les cours sont à jeter à la poubelle. on le savait depuis longtemps mais cela se confirme grace à lui et à ses études. ces notions fausses d'économie nous projettent direct dans le mur.
et les médias nous y poussent encore plus vite.
si tu veux, je peux encore aller loin dans le catastrophisme. un rapport des chercheurs d'EDF, il y a 10 ans qui annoncaient des conflits et effondrements , après 2020 si on ne fait rien aujourd'hui (en 2007, taxe carbone, etc,..) et les politiques n'ont absolument rien fait. (https://documentslide.org/quelles-solutions-des-industriels-peuvent-ils-apporter-aux-problemes-energetiques )

Je pense que plus on promet de choses agréables aux gens et plus on les fait rever sur un futur qui ne se réalisera pas et plus la réaction de retour va etre violente. donc faire rever les gens sur le temps libre, les robots qui bossent à notre place, etc,..me semble très hasardeux et surtout très dangereux. je ne fais pas référence au magazine et article de l'extraterrestre, que j'aime lire et je sais que vous etes sincères dans vos démarches, mais je pense à des pourris comme jeremy rifkin, qui se font de l'argent (300 000 euros payé par une région pour ses conseils débiles) sur des reves qui ne se réaliseront pas et qui décevront davantage lorsque tout ira mal. je suis enseignant donc mon métier consiste à informer et pas désinformer. on a tous un role à jouer en tant que terrestre si l'on désire garder les pieds sur terre en paix.
share posté le 25 oct.

grandpas
Martinet
(33 messages)
Inscription : 26/05/11
Lieu : Grasse

Message privé
Pour ceux qui sont intéréssés par l'économie et sa compéhension , mais d'un point de vue physique, à regarder ce cours excellent à l'ENS donné par Jancovici :
http://savoirs.ens.fr/expose.php?id=572
(bref, tous les acquis sociaux, les vacances, les temps de loisirs, etc,.. sont essentiellement la conséquence que de l'utilisation massive de l'énergie, malheureusement pour notre planète...).

et un livre excellent , pour rester optimiste malgré l'effondrement, que tout citoyen devrait lire pour comprendre les problèmes qui vont arriver et afin d'éviter les guerres de ressources, de vengeances entre classes sociales, etc,..sur le lien entre l'économie et les lois de la physique (thermodynamique) :
http://www.editions-parole.net/?product=thermodynamique-de-levolution-un-essai-de-thermo-bio-sociologie

bref, l'économie suit la nouvelle troisième loi de la thermodynamique "tout système s'auto organise pour maximiser le flux d'énergie qui la traverse" (loi pour systèmes ouverts). (et si on lit howard Bloom ensuite (principe de lucifer), on a très vite compris notre role sur cette planète, le sens de la vie, et le lien avec les tendances et lois de l'univers. (que doit donc subir aussi l'extraterrestre hors de notre planète en danger...).
share posté le 25 oct. mis à jour le 25 oct.

Olivier
Caribou
(1671 messages)
Inscription : 27/04/06

Message privé
Il me semble que ça fait longtemps qu'on a conscience, au mag, de l'importance de l'énergie dans notre société, du lien très fort entre cette abondance d'énergie peu chère et notre prospérité, de la fin prochaine de cette abondance et de ses implications directes, et bien entendu de l'impact de l'énergie fossile sur le climat.

De ces constatations, on essaye d'adopter une vie qui nous semble en accord avec nos valeurs. Vu l'impact de l'avion en termes de consommation énergétique, on essaie de donner de la valeur aux destinations proches dans nos pages, et on n'a pas trop de mal à le faire vu la beauté des régions alentour. Pour les raisons évoquées plus haut, nous n'avons pas pris l'avion depuis 2005. Nous télé-travaillons (pas de transport pour les allers-retours au boulot, pas de chauffage en double, pas de surface de bâti en double...), imprimons sur du papier recyclé, bref on essaie de faire notre part :) . Et on essaie de ne pas juger nos semblables sur leurs "pratiques énergétiques".

On essaie aussi d'être optimiste. Car l'énergie peu chère a engendré une gabegie dans nos sociétés et simplement changer notre approche peut bien améliorer les choses.

En premier lieu, diminuer notre consommation avant de chercher des alternatives renouvelables qui ne remettent pas en cause notre façon de consommer. Cela n'empêche bien sûr pas de rechercher et développer ces solutions d'énergie alternatives, mais entamer un changement de fond sur notre consommation est, il me semble, essentiel et salutaire.

Au niveau des transports, utiliser plus de transports en commun, diminuer la taille des véhicules, donc le poids et donc la consommation au lieu d'aller vers des véhicules toujours plus lourds "sur-équipés" (un terme utilisé aujourd'hui dans le marketing automobile qui me fait frémir). Une voiture plus légère et plus simple aurait d'autre part un coût en énergie grise plus faible. Utiliser de plus en plus les voitures partagées, améliorer encore les solutions de covoiturage.
Repenser les territoires, inciter au télétravail, ou aux espaces de coworks délocalisés... pour supprimer ou fortement diminuer les déplacements pendulaires.
Eviter de consommer de l'avion... Le marketing dans ce domaine est aussi à faire frémir (un petit weekend par-ci, un petit weekend par-là, dans cette compagnie on a mis un sauna dans l'avion et vous avez 3 fois plus de place par passager que dans les autres, etc.)

Optimiser le chauffage des bâtiments, l'isolation, entrées de lumière bien pensées (surface augmentée)... car on a de l'énergie qui tombe du ciel en permanence et avec une bonne isolation on n'en a finalement besoin de peu. Et là on y gagne aussi en confort de vie, car ces logements à énergie neutre ou positive sont bien plus agréables à vivre qu'une vieille maison, mal isolée et chauffée à grand renfort de grille-pains, issue du modèle énergétique du 20e siècle...

Au niveau de la nourriture, la diminution progressive du régime carné peut faire une grosse différence. Voir la littérature sur le sujet.

Nos sociétés sont basées sur la croissance (indicateurs de prospérité) et encouragent de ce fait la (sur)consommation. Il faut faire de la pub massivement (ce qui a un coût) pour faire encore plus consommer - et donc polluer - l'humain.
Changer nos indicateurs de prospérité est un pas important pour construire une autre société.
Etc. etc.
beaucoup beaucoup de choses à faire évoluer, à repenser, pour une meilleure vie finalement car j'ai l'impression qu'on y gagne à chacun de ces changements.

J'ai envie de voir les bouleversements à venir comme une chance, une chance de se remettre collectivement en question, d'entrer dans un âge de raison, un moyen de parvenir à être en harmonie ensemble et avec notre planète.

J'ai envie d'y croire, mais on n'est pas obligé d'être du même avis...
Et pourquoi pas ?
share posté le 25 oct.

grandpas
Martinet
(33 messages)
Inscription : 26/05/11
Lieu : Grasse

Message privé
Croire à quoi ? à eviter l'effondrement ?
si ! on est du meme avis et c'est bien pour cela que j'aime votre magazine et que je reste abonné depuis le début. mais tout cela ne suffit pas malheureusement.
l'erreur a été de croire que "agir local pour penser global " était la bonne solution, alors que l'inverse "agir global pour penser local " (taxe carbone) était bien plus efficace.

comme dit jancovici : "on n'a jamais vu personne abandonner son 4*4 pour sauver les ours polaires", bref, les bon gestes, les bonnes intentions ont peu d'efficacité et sont souvent pour se donner bonne conscience, malgré l'impact qui augmente.
un exemple concret, le télétravail : les data center polluent plus en co2 que toute l'aviation civile... donc il faudrait tout calculer tout le temps pour éviter les erreurs.
c'est justement ce que j'enseigne: les ACV, (Analyse de cycle de vie) et là, il y a souvent des surprises et des non sens. et c'est surement pas cela qui va nous sauver et sauver la planète. (revoir le cours d'économie physique de jancovici à l'ENS au dessus).
La croissance est mauvaise pour la planète, on le sait, mais on en profite tous ! (surtout les retraités, les gens qui profitent de l'aide sociale, des services de l'état, etc,..car elle paye tout cela. sans elle, on perd tout. il suffit de demander aux grecs.... (et dans croissance, il y a aussi croissance du temps libre car le système productif travaille à notre place, et pas seulement de surconsomation). il faut se rendre à l'évidence. (Le PIB mesure aussi la croissance de production car une machine (ordinateur, moissoneuse, internet, fraiseuses,etc,..) produit plus qu'un etre humain qui regarde travailler la machine.
share posté le 25 oct. mis à jour le 25 oct.

Olivier
Caribou
(1671 messages)
Inscription : 27/04/06

Message privé
L'humanité passe bien plus de temps derrière un ordinateur/téléphone/tablette que sur le siège d'un avion... Plusieurs ordres de grandeurs... alors que la conso énergétique est du même ordre de grandeur. Donc en terme de service rendu (je ne juge pas de savoir si c'est bien ou pas de passer du temps derrière un écran), mais puisqu'il y a la demande de l'humanité là-dessus, le coût énergétique est bien moindre pour le dématérialisé (d'autant que le coût énergétique du traitement de la même quantité d'information baisse sans cesse, alors que le coût du km en avion reste sensiblement le même). Si la même quantité de temps était passée à se déplacer en voiture ou en avion, le coût consommé par les transport bondirait de plusieurs ordres de grandeur. Il faut comparer ce qui est comparable. Des valeurs absolues n'ont pas beaucoup de sens il me semble...
Et pourquoi pas ?
share posté le 25 oct.

grandpas
Martinet
(33 messages)
Inscription : 26/05/11
Lieu : Grasse

Message privé
le dématérialisé n'est absolument pas moins impactant. et c'est bien souvent le contraire malheureusement. des études de comparaison ont été faites sur le sujet (entre papier et lecture sur tablette, etc,..). il faut introduire la notion "d'unité fonctionnelle" dans les calculs (et qui n'est pas forcément le temps, très rarement d'ailleurs) . et il ne faut surtout pas oublier la fabrication du matériel dématérialisé dans le calcul de l'ACV..... et là , surprises sur les résultats ! (1 tonne de CO2 pour une tablette par exemple..)
pour nos activités, un skieur dit que son impact est sur le transport ou à la rigueur sur l'énergie du tire-fesse, alors que l'énergie est essentiellement dans l'exploitation des matériaux du ski et sa fabrication, et surtout si il est Hig tech. le transport est négligeable face à cela. (ramené à l'unité fonctionnelle).
le probléme est bien qu'il y a demande de l'humanité.... (qui ne soucie guère des conséquences). doit on y satisfaire pour vivre dans un monde vivable ? vaste débat..

d'où l'interet d'éviter de changer de vtt tous les 4 ans ou sa tente ou matériel de outdoor (souvent en matériaux high tech très impactant), etc,.. gardons ceux d'il y a 20 ou 30 ans, ils fonctionnent tout aussi bien et cela diminue fortement l'impact bilan carbone de nos activités (le transport est négligeable à coté)..
et n'oublions pas "l'effet rebond" du dématérialisé et autres (avions, voitures, etc,..) : plus le cout énergétique baisse et plus il sera exploitée. c'est une loi que l'on retrouve dans tous les produits , services, etc,.. et c'est pour cela que l'efficacité énergétique" global mondial de l'économie ne baisse absolument pas (voir vidéo de gael giraud ou celle de jancovici).