Sylvain Tesson, « Éloge de l’énergie vagabonde »

par Johanna dans Actualité 12 janv. 2007 mis à jour 30 oct. 2012 7089 lecteurs Soyez le premier à commenter (partager)

eloge de l'energie vagabonde sylvain tesson

Après une réflexion sur le thème de l’énergie (celle qui est en nous, celle que nous puisons dans les gisements souterrains, celle que nous libérons, celle dont nous manquons parfois…), Sylvain Tesson est parti quelques mois (printemps été 2006) suivre à pied et à vélo les oléoducs et gazoducs de la région caucaso-caspienne. De retour de ce voyage, il a écrit un ouvrage sur ce voyage thématique. En guise de mise en appétit, voici la quatrième de couverture de « Éloge de l'énergie vagabonde », qui vient de paraître aux éditions des Équateurs.

« "Je me balade par la steppe. Je ne peux pas rester à la maison. Je ne puis pas !" Tchékov, La Steppe, 1888 »
J’irai de l’Aral à la Caspienne. Je gagnerai l’Azerbaïdjan à bord d’un ferry. De Bakou, je cheminerai vers la Turquie par la Géorgie. À pied, à vélo je ne le sais pas encore, mais by fair means, loyalement, sans propulsion motorisée. Au bout de ma route, j’aurai relié quatre mers, abattant le même trajet que celui d’une larme d’or noir de la haute Asie convoyée à travers steppes et monts jusqu’au ventre des tankers de la Méditerranée pour que le monde poursuive sa marche folle.
Ce voyage m’a été inspiré par ma passion pour les oléoducs. Les tubes m’obsèdent, les pipelines me ravissent. Profitant de cette traversée de terres à haute valeur pétrolifère je consacrerai mon temps d’avancée solitaire à réfléchir au mystère de l’énergie. Celle que nous extrayons des strates de la géologie mais aussi celle qui attend son heure au plus profond de nous.
Pétrole et force vitale procèdent du même principe : l’être humain recèle un gisement d’énergie que des forages propices peuvent faire jaillir. Pourquoi nos ressorts nous poussent-ils à l’agitation au lieu de nous convertir à la sagesse zen ? »

Commentaires