L'être humain, seul moteur de nos voyages

par Alexis dans Actualité 10 avr. 2015 3571 lecteurs 3 commentaires (partager)

Petit manifeste pour le voyage sans moteur

Vers la source du TarnÀ la table d’un bistrot, deux jeunes en costume cravate rêvassent en regardant la pluie tomber dehors :

- Si tu avais 5 jours de vacances, où partirais-tu ?

- J’achèterais des vols low cost et j’irais visiter Prague et Budapest.

- Si tu avais 3 semaines ?

- J’irais faire le Pérou et la Bolivie.

- Et si tu prenais une année sabbatique ?!

- Je partirais pour un tour du monde avec des stops dans 30 pays !

Et toi, lecteur, comment voyages-tu ? Aimes-tu garder le même rythme pressé que nous avons au quotidien pour voir le maximum de lieux, quitte à n’en rapporter que des souvenirs « cartes postales » ? Ou préfères-tu ralentir un peu, pour mieux t’imprégner de la nature et des cultures des pays visités tout en limitant l’usage de l’avion pour préserver notre climat ? Si tel est le cas, tu aimeras sûrement le voyage sans moteur. Ne te laisse pas impressionner par l’aspect « sportif », car presque tout le monde est capable de marcher ou de rouler sur quelques dizaines de kilomètres par jour. Le plus dur sera peut-être d’accepter de ne plus « consommer » des lieux touristiques, et de découvrir moins d’endroits en plus de temps…

 Pourquoi voyager sans moteur ? Parce qu’évidemment, c’est « écolo » : en se déplaçant ainsi on n’émet aucun polluant, et notamment aucune particule de CO2. Mais c’est rarement l’argument le plus important chez les pratiquants. En fait, dès les premiers kilomètres parcourus à la force des jambes ou des bras, le plaisir est manifeste. Chaque fleur au bord de la route, chaque paysage admiré ou chaque rencontre au détour d’un chemin reprennent une saveur qu’ils n’ont plus quand on se déplace vite et sans effort. En plus, sans horaire d’avion ou de train à respecter ni mécanique automobile complexe à réparer, l’autonomie est grande n’importe où sur Terre, la liberté presque totale, surtout quand on dort sous tente : on s’arrête quand on veut, où l’on veut. Le soir autour du feu, il n’y a pas Internet, ni la télé, on se déconnecte du monde de l’information en continu, on se reconnecte avec soi-même. Les kilomètres franchis pendant la journée à la sueur de notre front apparaissent comme une belle mission accomplie, le ralentissement du temps et l’intimité avec la nature nous apaisent profondément… Le voyage sans moteur est un épicurisme ! De plus, à budget identique, on peut voyager beaucoup plus longtemps, car on ne dépense plus rien ni pour se déplacer, ni pour se loger la nuit…

Qu’en est-il des rencontres ? Imaginons un Occidental sur la place d’un petit village sénégalais ou bolivien qui cherche un hébergement. Il vient d’arriver :

  1. Avec un 4x4 poussiéreux mais imposant
  2. En bus, en même temps que quelques dizaines d’autres voyageurs
  3. À vélo avec son ami(e)

À votre avis, dans quel cas a-t-il le plus de chance qu’un habitant vienne le voir pour lui proposer de dormir chez lui ? La réponse est évidente… Voyager sans moteur, c’est susciter la curiosité de l’Autre grâce à l’originalité de son mode de déplacement, mais c’est aussi se mettre à sa hauteur, sans vitre ni carrosserie qui constituent souvent une barrière, ou du moins un signe manifeste d’un fossé social et culturel.

Centrer notre ligne éditoriale sur le voyage sans moteur, c’est le pari que nous faisons chez Carnets d’Aventures depuis plus de dix ans. Aujourd’hui ils sont nombreux parmi nos 25 000 lecteurs à nous proposer leurs récits au retour de périples non motorisés, qu’ils soient de quelques jours autour de leur maison ou de quelques années autour du monde… Nous publions une dizaine des meilleurs carnets tous les trois mois. L’avion, la voiture (ou tout autre moyen motorisé) peuvent être utilisés de manière raisonnable, uniquement pour se rendre sur le point de départ : ce que nous appelons les « voyages nature » sont ensuite le plus souvent réalisés à pied, à vélo, en canoë-kayak ou à ski, parfois aussi à la voile ou en parapente, et avec toujours au moins une partie des nuits passées en bivouac.

Tous nous parlent du plaisir à voyager dans la nature avec seulement quelques kilos de matériel et de nourriture, plus lentement, plus sobrement. Pourquoi ? Peut-être parce qu’à force de vivre dans un monde où l’Homme maîtrise tout, il est bon de se sentir vulnérable et insignifiant au milieu d’un paysage libre de toute trace humaine. Ou au contraire, parce qu’à trop être dilué dans une société où l’individu ne contrôle plus rien à part ce qu’il achète au supermarché, le voyageur nature aime de temps en temps se sentir capable de vivre avec le minimum de technologie dans un environnement où il décide de tout, et de redevenir ainsi le seul maître de son existence.

2015, année de la conférence de Paris sur le climat. 2015, année de la sobriété heureuse, du ralentissement de nos vies et du voyage sans moteur ?

 

Texte écrit par Alexis Loireau, initialement publié dans L'Ecologiste, numéro de février 2015.

Commentaires
posté le 11 avr. 2015
Sebaroudeur
c'est ben vrai tout ça ;)
Invité (utilisateur non inscrit)
posté le 01 mai 2015
Marcus1888
40 années à courrir et puis la retraite qui arrive...
Un seul désir, partir en autonomie, au rythme de mes vieilles pédales.. En autonomie pour supprimer l'obligation d'être à l'heure.
Merci au site qui m'a permis de bien ciblé mon équipement et d'alléger ma monture velocipedique.
Invité (utilisateur non inscrit)
posté le 04 juin 2015
Corine
53 ans un enfant qui s'assume et de ce fait Le souhait de passer à autre chose - la découverte du déplacement à vélo récemment et une grande envie d'aller plus loin
La plus grande difficulté est dans le premier pas !!!
Invité (utilisateur non inscrit)