"Mobigloolité" douce en Chartreuse - Février 2019

(réalisé) share(partager)
Mardi 12 février 2019, des conditions anticycloniques semblent durablement s'installer après un nouvel épisode neigeux à basse altitude. C'est décidé, avec Thomas, nous emmènerons les "naturistes" (les membres du cycle de ski de randonnée du CAF de Lyon-Villeurbanne intitulé "Nature"...) découvrir la Chartreuse (ça tombe bien, je ne connais pas non plus... du moins, pas en ski). Et nous combinerons mobilité douce et bivouac hivernal (nuit en igloo en l'occurrence), d'où le titre du carnet. :)
ski de randonnée
Quand : 16/02/19
Durée : 2 jours
Carnet créé par nb06 le 25 mai 2019
modifié le 27 mars
S'y rendre de manière douce : C'est possible en train bus
Précisions : Départ en train le samedi 16 février à 6h12 de Part-Dieu à Lyon, ou à 5h39 de la gare d'Annecy, direction Grenoble (arrivée vers 7h30). A Grenoble, nous avons pris le Tram B à 7h50, jusqu'à l'arrêt Notre-Dame - Musée. Puis nous avons pris le bus q...
Coup de coeur ! 516 lecteur(s) - 2
Vue d'ensemble

Le topo : Jour 1 : du Sappey-en-Chartreuse jusqu'à l'igloo à Perquelin (mise à jour : 27 mars)

Description :

Approche en mobilité douce depuis Epagny (74) :
   - vélo entre Epagny et la gare d'Annecy (départ à 4h50 d'Epagny)
   - train entre Annecy et Grenoble, départ à 5h39

Approche en mobilité douce depuis Lyon (69) :
   - tram et métro pour rejoindre la gare de Lyon Part-Dieu
   - train entre Lyon et Grenoble, départ à 6h12

Puis :
   - à Grenoble, depuis la gare, tram B jusqu'à l'arrêt Notre-Dame - Musée
   - bus en direction du col de Porte, arrêt à 8h34 au Sappey-en-Chartreuse

Trajet en skis : le Sapey-en-Chartreuse -> Col de l'Emeindras -> col de la Faïta -> Col du Coq -> Col des Ayes -> Perquelin

Milieu traversé :

Environnement : [montagne] Biotope : [neige]

Le compte-rendu : Jour 1 : du Sappey-en-Chartreuse jusqu'à l'igloo à Perquelin (mise à jour : 27 mars)

Samedi 16 février : 4h50, j'enfourche ma monture (un vieux VTT Rockrider, qui pèse déjà une blinde non chargé...) avec tout l'attirail du skieur de randonnée qui s'apprête à passer un week-end en autonomie avec nuit en igloo (avec en outre piolet et corde sur le sac, pour remonter le couloir Ouest des Lances de Malissard...). Les skis sont accrochés au vélo, avec quelques sangles. Le montage n'est pas optimal, mais ça tient tout au long des 8 km que j'ai à parcourir pour rejoindre la gare d'Annecy.
Départ chargé d'Epagny (74) pour rejoindre la gare d'Annecy en véloski
Départ chargé d'Epagny (74) pour rejoindre la gare d'Annecy en véloski
A la gare, je rejoins Simon et Léa, qui sont venus en voiture de Bogève, dans la Vallée Verte (le plan "full mobilité douce" n'était pas envisageable, sur deux jours, pour tous les deux). Je dépose mon vélo dans leur voiture et nous chopons le train de 5h39, direction Grenoble.

Bien que nous soyons déjà crevés (la nuit fut bien courte), nous ne trouvons pas le sommeil dans le train, car nous sommes bien excités par le petit périple qui nous attend.

Arrivée à 7h27 à Grenoble. Nous retrouvons les membres lyonnais du groupe (Thomas, Tiphaine, Yann, Sylvain et Martin), partis à 6h12 de Lyon Part-Dieu.

Nous prenons le tram B à 7h50, nous en descendons à l'arrêt Notre-Dame - Musée, afin de monter dans le bus qui nous emmènera au Sappey-en-Chartreuse. Petit coup de flip devant le bus, car il y a bien du monde qui fait la queue. Mais nous sommes heureux de voir que nombreux sont les gens qui se dirigent vers la Chartreuse en transports en commun. Et encore plus heureux d'obtenir les précieux sésames qui nous permettent de tous monter à bord !

8h34, nous descendons du bus au Sappey et récupérons toutes nos affaires. Pour l'instant, tout se goupille comme imaginé, c'est parfait.

Nous chaussons rapidement les skis avec cet enneigement très bas, et nous entrons rapidement dans les si belles forêts chartrousines, délicatement éclairées, les grands arbres filtrant les rayons du soleil.
Le chemin est long pour rejoindre le premier col de la journée, celui de l'Emeindras, mais c'est si beau, nous en profitons pleinement.
On attaque le voyage à skis, au-dessus du Sappey-en-Chartreuse
On attaque le voyage à skis, au-dessus du Sappey-en-Chartreuse
Thomas sous Chamechaude
Thomas sous Chamechaude
Une fois le col passé, nous redescendons légèrement puis longeons la crête afin de gagner le second col, celui de la Faïta. De la crête, nous contemplons le massif de Belledonne, bien enneigé aussi, qui nous fait face, et nous délectons de la vue plongeante sur la vallée du Grésivaudan.
Le Grand Som
Le Grand Som
Sur la crête, vers le col de la Faïta
Sur la crête, vers le col de la Faïta
Vue plongeante sur le Grésivaudan, avec le Grand Pic de Belledonne en arrière-plan
Vue plongeante sur le Grésivaudan, avec le Grand Pic de Belledonne en arrière-plan
Puis nous suivons la piste forestière en versant Ouest du Bec Charvet jusqu'au col du Coq.
Petite pause au col, mais nous ne traînons pas car ça chauffe fort.

Nous arrivons rapidement au col des Ayes, en ayant suivi tant bien que mal le GR. Puis nous nous élevons vers la Dent de Crolles, l'objectif étant de gagner le plateau (pour le bivouac du soir) par le trou du Glaz. Mais nous rebroussons chemin assez vite, au moment de traverser une combe assez raide orientée WNW, à cause de doutes sur la stabilité du manteau neigeux sur cette pente trop exposée à notre goût (suspicion de couche fragile peu enfouie, sous de la neige légèrement compactée par le vent). Qu'importe, nous irons construire notre igloo plus bas dans la vallée, vers le hameau de Perquelin.
Au col des Ayes, sous la Dent de Crolles
Au col des Ayes, sous la Dent de Crolles
Dans la traversée vers le Trou du Glaz
Dans la traversée vers le Trou du Glaz
Après avoir fait une pause pique-nique bien méritée au col des Ayes (suite au but en direction du trou du Glaz), nous décidons de monter notre camp dans une épingle sur le chemin, au dessus de Perquelin, à environ 1070 m d'altitude. Il est 16h.

Tout le groupe, ultra-motivé, s'active rapidement. Nous commençons par faire un monticule avec les sacs, puis nous le recouvrons de neige que nous essayons de tasser. Nous sommes un peu sceptique car la neige a peu de cohésion... Pendant ce temps-là, d'autres préparent le feu, vont chercher du bois, remplir les gourdes au ruisseau tout proche. Puis nous creusons également une tranchée que nous couvrons avec quelques branchages récupérés.

Vers 18h, après avoir laissé "au repos" la neige tassée pour l'igloo, nous creusons par le bas afin d'aller retirer les sacs à dos. Et ça marche, la neige tassée a bien durci, l'igloo tient. Après une heure à se relayer (pour creuser et déblayer), notre hébergement principal est terminé, 4 personnes pourront y dormir.

Au coin du feu, nous prenons un agréable dîner et nous faisons sécher quelques affaires bien humides après la construction de l'igloo. Puis nous nous couchons vers 22h, 4 personnes dans l'igloo, 2 dans la tranchée, et 2 autres  téméraires qui passeront la nuit à la belle étoile.
Construction de l'igloo
Construction de l'igloo
Pour se réchauffer
Pour se réchauffer
Notre campement
Notre campement
Commentaires

Actuellement

Carnets d'Aventures N°61