2 membres et 40 invités en ligne

Voyager en canoë, petit guide pratique

ManonM
par ManonM
02 juin
155 lecteurs

Voyager en canoë
Petit guide pratique

 

Texte : Pierre Orban et la rédac’
canoediffusion.com

En complément du dossier "Voyager sur l'eau" du numéro 68 de Carnets d'Aventures.

Photo : SupervagabondS
Photo : SupervagabondS

Compagnon d’itinérance

Le canoë, « c’est le baroudeur de rivière par excellence. Sa coque ouverte permet d’emporter une grosse quantité de matériel. Sa largeur lui donne une bonne stabilité et la longueur offre un compromis parfait entre maniabilité et glisse. Il sera donc plus adapté aux rivières et aux petits lacs qu’aux grandes étendues d’eau exposées au vent. » (Paul Villecourt, Le Guide du canoë en France). Si sa forme ouverte ne lui permet pas d’affronter de gros rapides, elle facilite en revanche les embarquements et les débarquements. Un chariot porte-canoë ou un harnais porte-baril facilitent les portages pour contourner des passages non navigables. 

Photo : Dustin Silvey
Photo : Dustin Silvey
Canoë gonflable Scout-River Gumotex
Haut-Allier
Photo Laurent Nicolet
Canoë gonflable Scout-River Gumotex
Haut-Allier
Photo Laurent Nicolet

Pagaies et position

En canoë on utilise une pagaie simple, ce qui nécessite une technique de pagayage particulière (détaillée en ligne, lien en fin d’article) et donc un apprentissage. Il est certes plus difficile de pagayer avec une pagaie simple – avec une double, pas de changement de côté, les manœuvres sont a priori plus simples et présentent aussi un côté rassurant – mais, à bord d’un canoë, c’est beaucoup plus confortable et moins contraignant pour le corps et les épaules. « Le canoë est issu d’une tradition ancestrale, notamment en Amérique du Nord ; ce n’est pas par folklore que les trappeurs avalaient des centaines de kilomètres chaque année à l’aide d’une pagaie simple. » (P. Villecourt, ibid.) De plus, contrairement au kayak, le canoë impose une position et un centre de gravité assez élevés sur l’eau. On peut pagayer assis ou à genoux, ou alterner les deux pour plus de confort. Et comme pour les autres embarcations, il est opportun de porter un gilet.

Technique de pagayage

En canoë, on utilise une pagaie simple, ce qui nécessite un petit apprentissage (un cours d’une journée vous transformera en expert). Le côté de propulsion est choisi par le pagayeur arrière (pour diriger plus facilement), le pagayeur avant pagaie de l’autre côté. On ne change pas de côté, sauf si vous êtes parfaitement ambidextre. La pagaie doit être quasiment verticale dans l’eau, pour ne pas faire tourner le canoë. Le geste est court : trop devant, on soulève le canoë en prenant appui sur l’eau ; trop derrière, on enfonce le canoë dans l’eau (en soulevant de l’eau) ; on arrête le geste quand la main basse est au niveau de la hanche. C’est la rotation du buste (abdos + dorsaux) qui fait avancer le canoë, pas les muscles des bras ni des épaules. Il suffit de regarder sa main basse pour que le buste tourne naturellement. De cette façon, vous pourrez pagayer longtemps et sans effort. La pagaie suit l’axe central du canoë, pas le bord du canoë : à l’avant elle commence écartée du bord, pour finir le long du canoë, et inversement pour l’arrière ; si on suit le bord du canoë, on le fait tourner… On peut pagayer assis ou à genoux, ou alterner les deux pour plus de confort.

 

Technique.
Position assise ou à genou, pagaie verticale, geste court, main basse, buste gaîné.
Photo : Dustin Silvey
Technique.
Position assise ou à genou, pagaie verticale, geste court, main basse, buste gaîné.
Photo : Dustin Silvey
Canoë démontable en action
Photo : Out-Trade
Canoë démontable en action
Photo : Out-Trade
Photo : SupervagabondS
Photo : SupervagabondS
Photo : SupervagabondS
Photo : SupervagabondS
Canoë gonflable Palava. Haut-Rhône, seuil de Lucey.
Photo : Laurent Nicolet
Canoë gonflable Palava. Haut-Rhône, seuil de Lucey.
Photo : Laurent Nicolet

Choisir son matériel

Comme tout matériel outdoor, le canoë parfait en toutes circonstances n’existe pas ; vous devez donc identifier votre utilisation principale, vos envies et contraintes, et choisir celui qui conviendra le mieux la plupart du temps.
Dans tous les cas, achetez un produit de qualité, il durera au moins vingt ans ; l’heure n’est plus au jetable… Et si vous changez d’avis, il se revendra facilement.

Rigide, gonflable ou démontable ?
Sur l’eau, rien ne surpasse un canoë rigide : solide, très agréable à pagayer, rapide, il a une bonne capacité de chargement. Si vous avez la place pour le stocker, optez pour un rigide ; pour le transport, outre les barres de toit, les solutions de remorques à vélo commencent à se développer.
Un canoë gonflable se stocke facilement, se transporte dans un grand sac à dos (coffre d’une voiture, train, autobus) et se monte en 15 minutes. Sur l’eau, le tableau est moins idyllique : plus court et peu profilé, il est plus lent qu’un rigide, sa capacité de chargement est limitée (volume intérieur utile assez faible) et il n’est pas à l’abri d’une crevaison. On trouve des gonflables de très bonne qualité sur le marché, les autres finissent malheureusement souvent en déchèterie… Lors des arrêts, se méfier du soleil qui peut engendrer une surpression dans les boudins et donc des dégâts difficilement réparables (décollement des soudures internes) ; emportez votre pompe pour dégonfler lors de l’arrêt et regonfler avant de repartir !
Un canoë démontable se compose d’une structure rigide et d’une enveloppe ; les flancs sont souvent gonflables. Plus long à mettre en œuvre qu’un gonflable (comptez 40 minutes), il sera en revanche plus rapide sur l’eau grâce à sa structure rigide et à son profil, et aura une meilleure capacité de chargement (plus long et plus de place disponible en largeur). Emballé également dans un grand sac, c’est le type d’embarcation qu’on assemble pour plusieurs jours ou plusieurs semaines. Comme le gonflable, il n’est pas à l’abri d’une déchirure, mais dans les deux cas, un produit de qualité est facilement réparable, même sur place, avec le kit de secours fourni ; pensez à les faire sécher avant de les stocker.

Quelle taille choisir ?
En canoë, la taille s’exprime en pieds (1' = 30,5 cm). Tous les gonflables ont à peu près la même taille (de 13' à 14.5'). Pour les démontables, le choix est plus large (de 15' à 17'). Quant aux rigides, ils vont du solo au quatre sièges (de 12' à 20'). À charge et largeur égales, un canoë plus long s’enfonce moins dans l’eau (principe d’Archimède !), et a un profil frontal plus effilé (quasiment la même largeur et une plus grande demi-longueur). Il glissera donc mieux sur l’eau, sera plus rapide et tournera presque aussi facilement qu’un plus court, car moins enfoncé dans l’eau. Choisissez donc en fonction de ce que vous pouvez porter et stocker, voici une petite aide à la décision pour des pagayeurs de 70 kg.
12 à 14' (3,70 à 4,20 m) : solo, avec bagages « Canoë Ultra Léger » .
15' (4,50 m) : solo avec bagages ou duo avec bagages CUL.
16' (4,90 m) : solo (assis à l’envers sur le siège avant) ou duo avec et sans bagages, ou trois personnes.
17' (5,20 m) : duo avec bagages, un troisième passager ou deux enfants.
18' (5,50 m) : deux adultes, deux enfants et des bagages.
20' (6 m) : quatre adultes et des bagages.
L’échelle précédente doit être modulée en fonction du poids des pagayeurs : deux très légers peuvent peser le poids d’un « homme fort ». Enfin sachez que deux canoës de même longueur ont la même capacité de chargement, c’est Archimède qui l’a découvert en 220 av. J.-C., rien n’a changé depuis. Se méfier des capacités de chargement fantaisistes annoncées parfois…

Quelle matière ?
Pour les canoës gonflables et les démontables, la matière est déterminée par la qualité du canoë ; canoë de qualité = matière solide et réparable (Nitrilon, EPDM/polyester/butyl).
Les canoës rigides disponibles sur le marché peuvent être en polyéthylène, en stratifié, en T-Formex ou en bois.
Les canoës en polyéthylène monocouche sont lourds et souvent réservés aux clubs ou loueurs ; les tricouches, un peu plus légers, ont un bon rapport qualité/prix ; leur fond a parfois tendance à se déformer à la longue.
Les canoës en stratifié (fibre de verre pour la plupart, mais aussi Kevlar/carbone, voire carbone) se rayent assez facilement mais se réparent sans trop de problèmes.
Ceux en T-Formex (ex Royalex) ont un excellent rapport poids/solidité et se réparent sans problème.
Les canoës en bois nécessitent du soin et un choix judicieux dans l’utilisation.

Entretien
Un simple rinçage après utilisation et un stockage à l’abri des UV est conseillé pour une longévité maximale. Pour les rigides : à l’envers sur des tréteaux.

Canoë gonflable Scout-River Gumotex.
Alaska
Photo : Gumotex
Canoë gonflable Scout-River Gumotex.
Alaska
Photo : Gumotex
Canoë rigide au portage.
Photo : Dustin Silvey
Canoë rigide au portage.
Photo : Dustin Silvey
Canoës démontables.
Photo : Out-Trade
Canoës démontables.
Photo : Out-Trade

L’esprit canoë

Voyager sur l’eau, c’est se retirer du bruit du monde ; quand bien même vous entendez de temps en temps des voitures ou un train, ils font partie d’un monde qui vous est extérieur ; le vôtre, c’est celui de ce chemin d’eau, de toute la faune et de la flore qui s’y rattachent ; c’est aussi pouvoir choisir son allure, sans contrainte de temps.
Les gens qui côtoient la rivière (pêcheurs, promeneurs, etc.) sont dans le même cheminement ; plus vous serez silencieux lors de votre descente, plus les gens que vous croiserez seront ouverts à la communication avec vous.
Voyager en canoë, c’est avoir la place d’emmener le petit superflu qui rend le voyage encore plus confortable au bivouac ; les portages, s’ils existent, sont limités et facilités par un chariot porte-canoë ou un harnais porte-baril.

Canoë rigide au portage..
Photo : Dustin Silvey
Canoë rigide au portage..
Photo : Dustin Silvey
Photo : RoxanaKooistra
Photo : RoxanaKooistra
Photo : Born to Adventure
Flathead River, Montana.
Photo : Born to Adventure
Flathead River, Montana.
Photo : Roxana Kooistra
Photo : Roxana Kooistra
Photo : SupervagabondS
Photo : SupervagabondS
Photo : SupervagabondS
Photo : SupervagabondS
Photo : SupervagabondS
Photo : SupervagabondS
Photo : SupervagabondS
Photo : SupervagabondS
Photo : SupervagabondS
Photo : SupervagabondS
Photo : SupervagabondS
Photo : SupervagabondS