Comment se comporter avec les patous et les chiens de protection des troupeaux

par Johanna dans Dossiers 08 sept. 333 lecteurs Soyez le premier à aimer ! : Soyez le premier à commenter share(partager)

Patous, bergers d'Anatolie, quels sont les comportements à adopter quand on rencontre des chiens de protection des troupeaux ?

Nous regroupons ici quelques conseils utiles émanant d'un jeune berger sympathique avec qui nous avions longuement discuté lors d'une itinérance à VTT BUL dans le Dévoluy, ainsi que du site du parc national des Ecrins.

Texte et photos : Carnets d'Aventures

Photo Sébastien Langlais (Caucase)
Photo Sébastien Langlais (Caucase)
Photo Christophe Prévot
Photo Christophe Prévot
Comment se comporter avec les patous et les chiens de protection des troupeaux

Voici quelques pistes de comportement à adopter lorsque, randonneurs, vttistes, grimpeurs ou autre pratiquants de la montagne, nous passons à proximité d'un troupeau.

  • Contourner le troupeau (si possible) et éviter de le traverser. En effet, couper en 2 un troupeau peut effrayer les brebis avec pour conséquences potentielles un dispersement très pénalisant pour le berger, des égarements/pertes d’animaux, voire un accident (brebis acculées au bord dans des zones raides ou dangereuses ; des brebis qui “se jettent” par dizaines d’une falaise, cela arrive). Si le troupeau est éparpillé autour du sentier sur lequel vous vous trouvez, contournez par un côté ou l’autre si c’est possible en restant à une cinquantaine de mètres, ou patientez quelques minutes qu’elles se déplacent, ou que le berger vous repère et puisse agir. Couper un troupeau en 2 peut aussi énerver le patou, et ça, on ne veut pas :-).
  • Faire face aux chiens mais ne pas les regarder dans les yeux.
    On pourra penser à retirer ses lunettes de soleil, cela facilite "l’échange" de regards et évite que le patous ne voie à la place de vos yeux le reflet d’un gros chien qui aboie !
  • Parler aux chiens, parler (encore et encore !) aux chiens !
  • Mettre un objet (sac, chapeau...) entre vous et le chien.
    Ne pas agresser le chien avec un bâton ou tout autre bombe à poivre (très dangereux !)
    Le rôle du patou est de surveiller les brebis, il ne s’éloignera donc pas trop du troupeau, si ce n’est pour aller évaluer la dangerosité de potentiels visiteurs, nous par exemple :-). Ainsi faut-il accepter que le ou les patous nous approchent et viennent nous renifler. Il convient alors ni de fuir, ni d’adopter une posture agressive, ni de brandir un quelconque objet visant à les repousser (bâtons de marche compris). Si le patou perçoit de l’hostilité, il se montrera lui-même agressif… Au contraire il faudra se montrer calme et stoïque, en attendant d’être évalué.
    Oui cela peut être impressionnant surtout si les patous arrivent à plusieurs au pas de course et que l’on est seul, c’est là qu’il faut rassembler toutes ses ressources de « bravitude » et faire preuve de calme :-). Normalement, ce n’est l’affaire que d’une ou deux minutes, les « bons » patous (comprendre, les patous élevés correctement étant leur mission) étant plus nombreux que les « mauvais » !
  • Essayer de repérer le berger et être attentif à ses consignes.
  • Si l’on est à vélo, se tenir prêt à en descendre s’il semble que la petite reine ne plaît pas au patou. Dans ce cas, poser le vélo et s’en éloigner de quelques mètres peut aider.
  • Si l’on possède un chien : l’empêcher d’aller courir vers les brebis et leur aboyer. Le patou joue sur son côté « impressionnant », si votre chien ne va pas vers les brebis, le patou ne devrait pas lui chercher des noises. Lorsque le patou arrive vers vous pour vous renifler, garder votre chien au pied (idéalement sans laisse s’il est obéissant, avec si besoin). Le patou « l’évaluera » lui aussi et tout devrait bien se passer. Si l’un des chiens commence à grogner et que ça sent le roussi, lâcher votre animal et laissez les régler leurs affaires entre chiens plutôt que de vous placer au milieu !

 

Pour en savoir plus, voici des articles détaillés sur le site du parc des Ecrins :

En savoir plus sur les chiens de protection
Quel est leur rôle et les qualités attendues ? Quelles sont les races utilisées et quelle efficacité face à la prédation ?
Chiens de protection : un contexte et des gestes à adopter
Chiens de protection des troupeaux : gestes et conseils pour les randonneurs

Certains acteurs (parc et autres associations...) ont même édité des iconographies sympathiques (qui sont parfois affichées sur site), comme celle-ci pour les randonneurs ou celle-ci à l'attention de VTTistes.

Comment se comporter avec les patous et les chiens de protection des troupeaux
Comment se comporter avec les patous et les chiens de protection des troupeaux

au comportement qu’il est bon d’adopter lorsque, randonneurs, vttistes, grimpeurs ou autre pratiquants de la montagne, nous passons à proximité. Nous avons appris quelques points utiles que nous vous partageons ici.
•    Ne pas traverser un troupeau mais le contourner. En effet, couper en 2 un troupeau peut effrayer les brebis avec pour conséquences potentielles un dispersement très pénalisant pour le berger, des égarements/pertes d’animaux, voire un accident (brebis acculées au bord dans des zones raides ou dangereuses ; des brebis qui “se jettent” par dizaines d’une falaise, cela arrive). Si le troupeau est éparpillé autour du sentier sur lequel vous vous trouvez, contournez par un côté ou l’autre si c’est possible en restant à une cinquantaine de mètres, ou patientez quelques minutes qu’elles se déplacent, ou que le berger vous repère et puisse agir. Couper un troupeau en 2 peut aussi énerver le patou, et ça, on ne veut pas :-).
•    Essayer de repérer le berger et être attentif à ses consignes.
•    Le rôle du patou est de surveiller les brebis, il ne s’éloignera donc pas trop du troupeau, si ce n’est pour aller évaluer la dangerosité de potentiels visiteurs, nous par exemple :-). Ainsi faut-il accepter que le ou les patous nous approchent et viennent nous renifler. Il convient alors ni de fuir, ni d’adopter une posture agressive, ni de brandir un quelconque objet visant à les repousser (bâtons de marche compris). Si le patou perçoit de l’hostilité, il se montrera lui-même agressif… Au contraire il faudra se montrer calme et stoïque, en attendant d’être évalué. On pourra penser à retirer ses lunettes de soleil, cela facilite l’échange de regards et évite que le patous ne voie à la place de vos yeux le reflet d’un gros chien qui aboie !
Oui cela peut être impressionnant surtout si les patous arrivent à plusieurs au pas de course et que l’on est seul, c’est là qu’il faut rassembler toutes ses ressources de « bravitude » et faire preuve de calme :-). Normalement, ce n’est l’affaire que d’une ou deux minutes, les « bons » patous (comprendre, les patous élevés correctement étant leur mission) étant plus nombreux que les « mauvais » !
•    Si l’on est à vélo, se tenir prêt à en descendre s’il semble que la petite reine ne plaît pas au patou. Dans ce cas, poser le vélo et s’en éloigner de quelques mètres peut aider.
•    Si l’on possède un chien : l’empêcher d’aller courir vers les brebis et leur aboyer. Le patou joue sur son côté « impressionnant », si votre chien ne va pas vers les brebis, le patou ne devrait pas lui chercher des noises. Lorsque le patou arrive vers vous pour vous renifler, garder votre chien au pied (idéalement sans laisse s’il est obéissant, avec si besoin). Le patou « l’évaluera » lui aussi et tout devrait bien se passer. Si l’un des chiens commence à grogner et que ça sent le roussi, lâcher votre animal et laissez les régler leurs affaires entre chiens plutôt que de vous placer au milieu !
 

Commentaires