Carnets Aventures

Le Voyage Nature

Parcourir le monde à pied, à vélo, en kayak, en cordée, à cheval, en parapente ou tout autre moyen non motorisé
Pour poster des messages vous devez être enregistré, cela prend quelques secondes

Vous n'êtes pas identifié(e).

Annonce

Remarque : Le "rang" sous le nom de l'utilisateur est généré automatiquement en fonction du nombre de messages postés. Il s'agit d'animaux migrateurs (voyageurs non motorisés) de plus en plus gros au fur et à mesure que le nombre de messages augmente.

Attention à ne pas inscrire votre email en clair dans les messages des forums. Des scripts automatiques pirates les récupèrent et vous serez dans les bases de données des spammers. Si vous devez mettre votre adresse toto@monsite.fr utilisez des maquillages du genre toto arobase monsite point fr.

Courtoisie, tolérance et ouverture d’esprit sont de mise sur le forum. Personne ne détient La vérité (et s’il le croit c'est qu'il se trompe), il n’y a pas d’absolu en ce bas monde et on a tous à apprendre les uns des autres.

Malgré tout, sur un forum, les utilisateurs ont souvent des avis divergents, parfois leur manière de le faire savoir n’est pas très agréable (manque de savoir-vivre dû au relatif anonymat que procure le forum ?). A vous de faire preuve de sagesse et de savoir les ignorer. Il faut essayer de ne pas prendre cela contre soi, même si ce n’est pas toujours facile. C’est le meilleur moyen de rester serein de garder une bonne ambiance dans les forums.

Bonnes discussions.

#26 02-07-2007 09:19:57

wildtrekker
Sterne arctique
Lieu : Bagnères de Bigorre
Inscription : 13-12-2006
Messages : 173
Site Web

Re : RAID SOLO EN SCANDINAVIE HIVER07

Voici quelques photos de l'aventure, n'hésitez pas à laisser vos commentaires....(dans l'album, il y à 2 pages...)

album photo expé wildtrekker



Je vous souhaite à tous un trés bonne journée et merci pour vos encouragements, c'est vraiment touchant!

Chris.


Voyager seul est un bon moyen de rencontrer sa propre compagnie.

PHOTOS DE L'AVENTURE:
http://wildtrekker.com

Hors ligne

#27 10-07-2007 17:55:49

Claude65
Papillon vulcain
Inscription : 10-07-2007
Messages : 3

Re : RAID SOLO EN SCANDINAVIE HIVER07

Salut,
je suis nouveau dans ce site, je prévois de faire un raid comme le votre. Quelles sont les compétences indispensables, et la préparation physique requise?
La question que je me pose est : quel est l'engagement perso pour une telle aventure?

Merci et encore bravo.

Claude.

Hors ligne

#28 10-07-2007 21:21:39

Rosbin
Papillon vulcain
Inscription : 25-11-2006
Messages : 170

Re : RAID SOLO EN SCANDINAVIE HIVER07

Salut,

  J'avais pas encore vu ton post Chris, je viens de regarder les photos, et je dis chapeau. Bravo big_smile
Tu dois avoir une sacré experience derriere toi, j'espere pouvoir en faire autant un jour. wink
Superbes photos.

A bientot

Hors ligne

#29 10-07-2007 23:37:37

ChristopheD
Caribou
Lieu : Bourgogne, hips !
Inscription : 15-05-2007
Messages : 794
Site Web

Re : RAID SOLO EN SCANDINAVIE HIVER07

C'est malin de posts comme ça !!!!
Comment tu veux ne pas te lancer dans le même trip.

Christophe, quand je lis tes compte-rendus (ainsi que ceux de Régis CAHN), je me dis que 365 jours par an ça fait un peu juste.


Christophe

Adepte de la pulka depuis une reconstruction du bas du dos (interdiction de porter plus de 15 kg !!).
"Ca ne sert à rien de se ruiner le dos à porter des trucs qu'on peut tracter !" (c'est de moi !)

Hors ligne

#30 11-07-2007 09:21:21

wildtrekker
Sterne arctique
Lieu : Bagnères de Bigorre
Inscription : 13-12-2006
Messages : 173
Site Web

Re : RAID SOLO EN SCANDINAVIE HIVER07

Salut les gars!

Vincent,

   + que l'expérience il faut de la reflexion dans ce genre de trip... Etre tjs concentré et anticiper au max. C'est pour cà que lorsqu'on me dit "Oh ! moi 4 mois tt seul, je finirais par m'ennuier..." je peux vous dire qu'avant d'avoir l'esprit libre il faut un bout de pratique... Par contre lorsque le silence se fait, le calme total dans le cerveau, quelle  sensation!!!

Christophe,

je t'ai répondu sur ta boite au sujet des duvets... et pour les cpte rendus, j'adore te titiller:p

Et enfin Claude, Engagement perso total.... La moindre fausse manoeuvre peu te coûter la vie, je te conseille vraiment de bien comprendre l'effet du froid, de te former au matos, en gros l'essentiel : se deplacer vite et bien, connaitre le terrain sur le bout des doigts, comprendre la climatologie, être bon sportif et surtout, savoir se protéger en cas de coup dur...  Je peux pas te dire que c'est facile, j'ai pas le droit, la premiere des règle étant de tjrs être prudent en montagne...

Cet hiver je me propose d'organiser quelques stages dans les Pyrénées... Je ne sais pas encore combien de temps ni combien (finance) mais je ferais un post sur le site...  Qu'en dites vous?

Avec mon équipe on se propose aussi de mettre en route un team pour aider ceux qui veulent s'engager dans une aventure... aide logistique, conseil pratiques, test matos terrain.... si cela vous plait, n'hésitez pas....

Chris.


Voyager seul est un bon moyen de rencontrer sa propre compagnie.

PHOTOS DE L'AVENTURE:
http://wildtrekker.com

Hors ligne

#31 11-07-2007 09:26:31

wildtrekker
Sterne arctique
Lieu : Bagnères de Bigorre
Inscription : 13-12-2006
Messages : 173
Site Web

Re : RAID SOLO EN SCANDINAVIE HIVER07

AH oui, un truc important, j'ai laissé un message dans cette rubrique :
http://www.expemag.com/voyage/viewtopic.php?id=536

Vous devriez la lire, surtout toi Christophe, je pense que tu aimeras...

Bonne journée à tous.

Chris


Voyager seul est un bon moyen de rencontrer sa propre compagnie.

PHOTOS DE L'AVENTURE:
http://wildtrekker.com

Hors ligne

#32 11-07-2007 18:31:18

ChristopheD
Caribou
Lieu : Bourgogne, hips !
Inscription : 15-05-2007
Messages : 794
Site Web

Re : RAID SOLO EN SCANDINAVIE HIVER07

J'ai bien lu le test sur les leechs.

Ca fait des années que j'en utilise car il y a pas trop d'autres solutions sur les snowboards et les surfs, masi il est vrai que les accidents, comme celui d'Olivier, sont TRES rares.

En cas de randos à ski, ces derniers font bien sûr du matériel "vital", donc la liste que j'ai préparée indiquait bien des leechs pour les skis.

PS : j'ai vu ton message pour le duvet? réposne par mail tout à l'heure.

Merci pour tes infos.


Christophe

Adepte de la pulka depuis une reconstruction du bas du dos (interdiction de porter plus de 15 kg !!).
"Ca ne sert à rien de se ruiner le dos à porter des trucs qu'on peut tracter !" (c'est de moi !)

Hors ligne

#33 14-08-2007 21:42:27

burntman
Papillon vulcain
Inscription : 18-05-2007
Messages : 20

Re : RAID SOLO EN SCANDINAVIE HIVER07

Je trouve l'idée de faire partager ton (et votre) expérience de ce genre d'aventure, aussi bien d'un point de vue des techniques que de la logistique vraiment super!
Comme ChristopheD j'aimerai me lancer dans ce genre de raid un de ces jours, mais il manque le temps pour l'instant, et surtout un certain nombre de techniques, alors pourquoi ne pas commencer à se former!
En tout cas bravo pour ton aventure! Ca donne vraiment envie de faire LE pas qui change ce rêve en réalité!

Juste une question matos: quelles moufles as-tu utilisé?

@+ Burntman

Hors ligne

#34 16-08-2007 17:57:00

wildtrekker
Sterne arctique
Lieu : Bagnères de Bigorre
Inscription : 13-12-2006
Messages : 173
Site Web

Re : RAID SOLO EN SCANDINAVIE HIVER07

Salut, je suis en ce moment sur le Camino de Santiago pour un petit tour de velo... je teste car pour moi c une premiere le 2 roues.... Je dois avouer que c genial question deplacement je triple les distances en une journee et sans efforts.

Bref, pour en revenir a la question matos. Mouffles Millet + surmouffles millet je crois qu'ils se nomment "Himallayan" un truc comme ca.

important, avoir la possibilite de les enfiller facilement:

Autre chose, j'organise des cet hiver quelques stages pour voir ensemble comment se preparer pour une sortie hivernale. petit stage pour faire le point avant un depart et pour aider a la logistique. Mon site sera bientot rafraichit et les explications suivront.  A+ mister Burntman

Chris


Voyager seul est un bon moyen de rencontrer sa propre compagnie.

PHOTOS DE L'AVENTURE:
http://wildtrekker.com

Hors ligne

#35 28-11-2007 12:50:20

wildtrekker
Sterne arctique
Lieu : Bagnères de Bigorre
Inscription : 13-12-2006
Messages : 173
Site Web

Re : RAID SOLO EN SCANDINAVIE HIVER07

Bonjour à tous,

Merci pour vos encouragements et vos nombreux messages. Ma messagerie explose un peu, mais c'est toujours un plaisir de vous répondre.

Je souhaite bonne chance à Nico et Jérémy qui m'ont contactés pour des infos sur ce raid et qui se lancent  séparément sur mes traces Scandinaves dés janvier 2008.

Jérémy traversera de Tarnaby jusqu'à Abisko et Nico reprend semble t'il l'ensemble de l'expédition...  VOUS ALLEZ VOUS REGALER LES GARS !!  Soyez prudent...

Voici un petit lien sur les dernières news de wildtrekker.com

conférence Christophe Castillon

Pendant ce temps le livre avance...
photos



Chris.

Dernière modification par wildtrekker (28-11-2007 13:45:51)


Voyager seul est un bon moyen de rencontrer sa propre compagnie.

PHOTOS DE L'AVENTURE:
http://wildtrekker.com

Hors ligne

#36 28-11-2007 14:22:40

ChristopheD
Caribou
Lieu : Bourgogne, hips !
Inscription : 15-05-2007
Messages : 794
Site Web

Re : RAID SOLO EN SCANDINAVIE HIVER07

wildtrekker a écrit :

Voici un petit lien sur les dernières news de wildtrekker.com

conférence Christophe Castillon

Pendant ce temps le livre avance...
photos

Quelle lecture !!!
Vivement la version papier pour pouvoir la savourer .... au coin du feu !!! :siffle:


Christophe

Adepte de la pulka depuis une reconstruction du bas du dos (interdiction de porter plus de 15 kg !!).
"Ca ne sert à rien de se ruiner le dos à porter des trucs qu'on peut tracter !" (c'est de moi !)

Hors ligne

#37 28-11-2007 16:46:51

wildtrekker
Sterne arctique
Lieu : Bagnères de Bigorre
Inscription : 13-12-2006
Messages : 173
Site Web

Re : RAID SOLO EN SCANDINAVIE HIVER07

Salut Christophe,

Merci pour tes encouragements!

La version papier est en cours, le livre sortira en 2008. Un jolie pavé glacé!

En attendant un bel article est en cours avec "CARNETS D'AVENTURES" pour le prochain numéro...

A suivre...


Chris


Voyager seul est un bon moyen de rencontrer sa propre compagnie.

PHOTOS DE L'AVENTURE:
http://wildtrekker.com

Hors ligne

#38 28-11-2007 20:03:45

wildtrekker
Sterne arctique
Lieu : Bagnères de Bigorre
Inscription : 13-12-2006
Messages : 173
Site Web

Re : RAID SOLO EN SCANDINAVIE HIVER07

Bonjour à tous,

Merci pour vos encouragements et vos nombreux messages. Ma messagerie explose un peu, mais c'est toujours un plaisir de vous répondre.

Je souhaite bonne chance à Nico et Jérémy qui m'ont contactés pour des infos sur ce raid et qui se lancent  séparément sur mes traces Scandinaves dés janvier 2008.

Jérémy traversera de Tarnaby jusqu'à Abisko et Nico reprend semble t'il l'ensemble de l'expédition...  VOUS ALLEZ VOUS REGALER LES GARS !!  Soyez prudent...

Voici un petit lien sur les dernières news de wildtrekker.com

CONFERENCE

conférence Christophe Castillon

Pendant ce temps le livre avance...
photos

PHOTOS

SITE OFFICIEL

Chris.

Dernière modification par wildtrekker (28-11-2007 20:09:39)


Voyager seul est un bon moyen de rencontrer sa propre compagnie.

PHOTOS DE L'AVENTURE:
http://wildtrekker.com

Hors ligne

#39 16-01-2008 17:32:48

wildtrekker
Sterne arctique
Lieu : Bagnères de Bigorre
Inscription : 13-12-2006
Messages : 173
Site Web

Re : RAID SOLO EN SCANDINAVIE HIVER07

Bonjour à tous,

Voici pour ceux qui aiment la lecture un résumé à l'état encore un peu brut et accompagné de jolies fautes d'ortho. de 2 journées sur le "Long chemin".

cover_ski-chris.jpg

[q]10.02.2007

63°51’’00  013°58’’05       800m ALT
viv.jpg


Les journée suivantes sont paisibles sous le ciel gris, il fait – 10° parfois -8°. Je suis en tee-shirt sans cache nez, laissant un peu le visage à l’air libre, ma barbe est dense maintenant. J’avance paisiblement sur une neige fraîche qui commence à coller. Les dénivelés s’enchaînent gentiment, mais rien à voir avec les pentes du côté d’Helags. Le cap au 40° est franchement facile à suivre car je distingue parfaitement un pic dans son azimut avec une sorte d’igloo couronné de neige poudreuse sur son arrête. Logiquement une piste venant de l’ouest converge à la base de ce sommet entre 10 et 12 km de la position actuelle. Je suis à trois km/heure en moyenne, donc dans 4 heures approximativement je reprendrai Cap Nord toute. Il me restera encore 6 à 7 km  de plus avant de stopper pour profiter d’une bonne soirée sous les étoiles. Je suis motivé, me déplaçant sans vraiment réfléchir ni rêvasser, glissant mes pas dans une mécanique simple. J’avance et les heures défilent au travers d’une solitude qui donne un sens particulier à cette marche. Dans ces contrées désertiques, la moindre prise de risque semble prendre des proportions immensément plus dangereuses. Certain peuvent se demander pourquoi on se lance dans une telle démarche, j’imagine simplement qu’il y à des sensations qui ne peuvent s’expliquer que par l’expérience directe. Etre seul au milieu du vide répond à ce formidable désir de vivre en tant que voyageur du monde réel. Loin des autres, plus prés de soi-même, en communion avec la nature et les éléments le cœur bat à un rythme dense. Il pulse un sang pur, nettoyé des cailloux qui bloquent l’esprit d’une vision mentale claire et très simple. Je ressens une nouvelle énergie qui inonde mon être d’un autre champ de possibilité.  Un autre point de vue intéressant est celui de Charlotte brontë qui disait : « Il est vain de prétendre que les homme devraient se satisfaire de la tranquillité, il leur faut de l’action et ils en inventeront s’il ne peuvent en trouver ».
directfroidpano.JPG
som1.jpg
Plus tard, je croise une piste balisée qui ne peut pas être la mienne car le chronomètre qui me sert d’avertisseur de cap n’a pas encore sonné. La route continue pour débarquer finalement sur une espèce de micro station de ski déserte. Qu’est-ce que je fabrique ici ? Surpris, je refais mon point, mais tout semble correct. Pourtant à l’endroit où je suis censé trouver ma piste, se dresse un petit gîte en rondin de bois clair d’où la fumée s’échappe de la cheminée. Je m’approche de la porte et frappe. Des pas résonnent sur le plancher et une dame à l’air aussi sympathique que stupéfait m’ouvre. Elle me demande si tout va bien ? J’en profite alors pour sortir ma carte, lui indiquant la trace recherchée. Dépassée par les évènements, elle appelle une autre personne à l’intérieur. Sortant alors de la pénombre enfumée, un homme dont l’age est un mystère me salue gentiment en suédois. Il porte un solide poignard à la taille et une barbe blanche de quelques lunes. Se tordant de rire en voyant mon plan, il m’explique gentiment que cette piste n’existe plus depuis pas mal de temps, soulignant au passage la date de ma carte : 1993.
Même ici certaine chose changent ! Semble t’il dire.
Le trappeur retourne vers l’intérieur du chalet pour y prendre un stylo qui disparaît entièrement entre ses doigts énormes et déformés. Il dessine alors maladroitement un itinéraire grossier sur un papier afin de m’indiquer plus ou moins ma destination. D’après la nouvelle piste, l’étape se rallonge. Il me faut reprendre en faisant demi tour jusqu’au passage que j’avais ignoré tout à l’heure. Je les remercie tout deux et profite de l’occasion pour m’offrir deux énormes sandwichs accompagnés d’un café que je paie avec les quelques pièces qu’il me reste. J’emprunte aussi quelques sucres au passage car mon tilleul menthe m’ennuie passablement. Ayant remarqué sur le chemin une espèce de hutte avec trois pans de bois et un toit, je demande avant de partir si il est possible d’y camper pour la nuit ? Le trappeur me conseille d’y rester et m’offre du bois sec. Je déneige l’abri à coup de pelle et creuse un trou, puis me réchauffe devant mon premier feu de la saison. L’eau pour les thermos de demain se met à bouillir pendant que j’écoute quelques animaux sauvages dans la nuit. L’odeur de la nourriture les attire.

Cela fait Plusieurs semaines que je n’ai pas donné de position à mon équipe en France, le signal hertzien ne grésille toujours pas. J’espère que l’on ne s’inquiète pas trop. Les extrémités de mes doigts sont complètement désensibilisées maintenant. Mes mains ressemblent de plus en plus à des pattes d’animal, sales, boursouflées, craquées, cloquées. Je repense également à ce matin, lorsque je me suis regardé dans le petit miroir. Cela faisait une bonne dizaine de jours que je ne m’étais pas vu. Ceci est un autre aspect intéressant lors d’une aventure que d’oublier un peu son image et ce que cela implique… Ainsi, lorsque soudain en réapparaissant j’ai rencontré dans le reflet quelqu’un de différent, de plus vrai, j’ai constaté à quel point l’environnement signe ses traits et modèle un visage de sa propre main, comme une signature. Lors d’une expédition il faut savoir garder un œil sur soi, ne serait-ce que sur un plan médical, sur son aspect et vérifier l’état des gelures. Un miroir peut servir pour beaucoup de choses, se recoudre lors d’un accident, envoyer un éclat de lumière afin d’être repéré etc.…
Le feu soudain se met à souffler bruyamment. Cela me rappelle ce que disait ma grand-mère lorsque nous étions ensemble devant la cheminée et que ce produisait ce phénomène :
« Quelqu’un vient nous rendre visite ! » disait-elle.
J’espérais souvent que ce soit vrai à cette époque. Etrangement ce soir, je n’attends et ne souhaite aucune surprise. Il fait un très confortable -2° dans la tente qui est montée dans l’antre même du minuscule abri. Le matelas en laine de verre est placé sous la toile étanche du tapis de sol. Tout va bien, je suis au mieux de ce que l’on puisse faire dans de telles conditions. Je me demande combien de km sont déjà effectués, réalisant que je commence à vraiment perdre la notion du temps. J’ai pourtant l’impression de débuter le périple tant chaque nouveau jour est différent du précédent.


LE 11.02.2007

chris%20et%20ciel.jpg



Je me réveille tôt, mais décide de m’accorder encore une petite demi heure au fond de mon duvet si efficace et performant face à ces féroces températures. Il fait noir dehors, le vent souffle un air glacial qui me fait frissonner rien que de l’entendre. J’avale un petit déjeuner ignoble : un thé mente, goût crevette de ma soupe de la veille. Je n’ai qu’une seule popotte alors passer d’un aliment à l’autre sans un lavage efficace donne quelquefois des saveurs cocasses. J’attends sous la toile devenue rigide à cause du froid, le spectacle d’un autre jour qui se lève. Quelques minutes plus tard, un puissant soleil émerge chevauchant le dos d’une vaste crête qu’il embrase des couleurs que seul l’arctique éveille. Le ciel est pur, pas un nuage n’a su trouver cette route du bout du monde. Durant un fabuleux quart d’heure j’assiste au plus beau lever du jour de ma vie. L’espace est turquoise, les cieux, la neige, les stalactites, ma tente orange, tout...Telle une signature d’un grand maître impressionniste, dans le lointain horizon, une délicate ligne unie simplement d’un rouge vif flamboyant les éléments air et terre. Je pense à mes amis photographes : Laure et Nöt, dont c’est le genre de moment  rêvé, un instant de couleurs inconnues et éphémères.
som2.jpg
Léger et déjà satisfait de la journée, je m’engage quelques instants plus tard sur une piste agréable, dont les difficultés restent modérées, le rythme est bon.
Miroitantes sous le soleil, les montagnes resplendissent de beauté autour d’une vaste clairière. Je traverse un passage intérieur du plateau, où une légère faille forme un ourlé de plusieurs kilomètres de longueur. Je longe cette cicatrice naturelle sur son coté gauche dont le rebord offre un passage parfait. Quelques pierres sombres percent la surface blanche, on dirait des sentinelles curieuses et surprises d’apercevoir quelqu’un. Cela fait déjà 5H00 que je glisse s’en m’en rendre compte, c’est mon estomac qui me prévient. Je stoppe alors au centre d’un lac à la circonférence parfaite mesurant approximativement 4km de diamètre. L’épaisseur de glace est énorme et sûre comme souvent sur les bassins que l’homme ne touche pas. Je me rassasie d’une soupe aux nouilles, coucous fromage, saucisse, que j’avale avec grand plaisir puis me repose 45min environ avant de repartir.
J’enchaîne les km avec une grande facilité. Déjà vingt-cinq, j’ai pourtant l’impression de commencer l’étape.  Lorsque l’on tient une belle journée, il faut en profiter pour avancer. La chaleur augmente anormalement, elle crée des mirages qui gondolent l’horizon. Il fait 4C° au dessus de zéro bien nous soyons au mois de février, que se passe t’il donc ? Motivé par ces perspectives agréables mais étranges, je me sens prêt à plier cette zone désertique à toute allure. Il est absolument inutile de traîner par ici, car si le vent décide d ‘exercer son autorité sur ces plateaux, rien ne l’empêchera alors de devenir un monstre dont l’autorité ne pourrait être discuté. Toujours ce vide, ces étendues sans limites. L’homme est un drôle d’animal me dis-je en réalisant que je fais partie de la seule espèce qui contre nature lutte et défie volontairement l’espace pour son plaisir. Nous sommes bien les seuls à nous engager dans ce que j’appelle une « migration moderne » consistant à modifier la route millénaire ordonnée par le grand battement mystérieux de notre planète. Une migration volontaire, réglée à l’inverse de toutes les meutes animales, qui elles d’instinct voguent vers un Sud logique et plus clément. Lunettes collées aux yeux, armé d’un compas et de savoir imprimé sur carte papier je me dirige droit sur un Nord hostile. La nuit se rapproche, je suis encore entrain de skier. Au réveil ce matin, tout était bleu, maintenant me voici ce soir dans du rose. Un rose bonbon d’une luminosité surréaliste, la neige est devenue une gourmandise sucrée, les quelques sapins que je croise sont des pâtes d’amandes douces, je voyage en toute quiétude au pays des merveilles.
paysa.JPG
paysuede.JPG
La lumière de ma lampe frontale creuse un sillon sur le sol pendant que les traversées de lac s’enchaînent, de plus en plus nombreuses. Des lacs de plus en plus grand surtout, le dernier m’a tenu dans l’angoisse sur une bonne dizaine de kilomètres. Il m’est encore difficile de me détendre lorsque je sais qu’il y a  des centaines de mètres de fond sous la glace. Marcher sur l’eau n’est pas naturel pour tout le monde.
Cela fait plus de dix heures que je pousse sur mes skis, la nuit noire m’enveloppe fermement depuis un temps que je n’observe plus. Exténué et ne sachant pas à quoi m’attendre avec ce dernier lac dont les rives restent absolument invisibles, je décide un demi tour au bout d’un kilomètre. Ce réservoir naturel à vraiment l’air gigantesque et je ne sais plus précisément où je suis car mon GPS ne dit que des conneries imprécises. Je commence à me sentir épuisé. Cela fait 14h que je suis debout à m’activer comme un pou dans cette superbe journée. Ce soir la température est de -17C°, une variation brutale continuant de s’accentuer. Lorsque la forêt entourant une partie de la berge inclinée apparaît, le noir dense de la nuit est devenu presque aussi palpable qu’un lourd rideau de velours. Les sapins sont énormes, par endroit une neige encore molle s’entasse sur plusieurs mètres d’épaisseur. Je suis obligé de garder mes skis pour monter le camp et ne pas m’enfoncer jusqu’à la taille. Mon corps ruisselle de sueur d’avoir autant fourni d’effort aujourd’hui. J’ai parcouru plus de 60kms et mon organisme est entrain de me lâcher d’un seul coup. La transpiration gèle rapidement sur les vêtements, l’onglet s’empare une fois de plus de moi, j’hurle de douleur. Des larmes d’impuissance montent tandis que mon cerveau calcule d’urgence des théories pour s’adapter à la situation. Un rapide coup d’œil sur le thermomètre m’indique qu’il fait
-23°C. Mes pieds vont exploser, le même calvaire semblable au précèdent se profile. Puis-je continuer à monter le camp ? Faut-il que je mange avant de tomber d’une hypoglycémie ? Dois-je réchauffer mes pieds en priorité ? Tout se précipite une fois encore en à peine cinq minutes ! Soudain une réponse s’imprime dans ma tête. Il me faut du feu ! Le feu m’éclairera, me nourrira de sa chaleur, sauvera mes pauvres membres mal chaussés et me rassurera peut-être, car une peur primale idiote c’est emparée de mes idées. J’imagine des yeux impitoyables dans cette forêt, des yeux de loups, je perçois quelque chose d’anormal. Il n’y a pas de bois mort dans le secteur et m’enfoncer d’avantage sous les énormes branches qui pendent comme des bras décharnés ne m’enchante guère. J’ai toujours respecté mon anxiété, la considérant comme un excellent système d’alarme face à l’invisible ou l’improbable. Soudain la solution jaillit ; le panneau qui porte le nom du lac ! Ce large tableau aperçu brièvement lors de mon passage avant d’entamer la descente sur la glace. Au diable les règles de courtoisie et de civisme, je vais claquer net si je ne réagit pas. Le dos voûté, un visage blanc de givre engoncé dans une veste de montagne gelée. Grognant comme un porc que l’on égorge et traînant une jambe boiteuse presque morte, je retourne vers le lac. Le chemin en pente est étroit, mes pas crissent troublant un silence d’outre tombe. Quelques pales étoiles luissent dans le ciel sombre. Les arbres ondulent et bruissent doucement dans une danse macabre. Une terrible machette noire pend le long de mon bras ganté. Sans exagérer, on croirait Jack Nickolson dans Shining 2. J’explose alors le panneau comme une grosse brute que je suis ce soir, avec les mêmes bruits de dément que pousse l’acteur du film lorsqu’il cherche à décapiter sa gentille famille.


Voilà, j’ai un bon gros feu, et les esprits bizarres qui hantaient les parages du camp ont disparus, volatilisés, probablement effrayés lorsqu’ils m’ont vu à l’œuvre dans la découpe déterminé du bois.  J’enchaîne sur une soupe parfaitement immonde puis m’endors tout habillé et puant .Réveillé deux heures plus tard transi de froid, je ne me rendormirait pas cette nuit. Mes dents ne cessent de claquer, la gelée nocturne m’avale tel un boa gobe sa proie. C’était vraiment stupide de se taper 60 bornes en un jour, d’autant que j’ai des remords d’avoir dû détruire ce panneau pour me chauffer.

[/q]

Dernière modification par wildtrekker (18-01-2008 08:44:27)


Voyager seul est un bon moyen de rencontrer sa propre compagnie.

PHOTOS DE L'AVENTURE:
http://wildtrekker.com

Hors ligne

#40 16-01-2008 22:52:10

ChristopheD
Caribou
Lieu : Bourgogne, hips !
Inscription : 15-05-2007
Messages : 794
Site Web

Re : RAID SOLO EN SCANDINAVIE HIVER07

MIAM ! wink
La suite, la suite !!!! :siffle:


Christophe

Adepte de la pulka depuis une reconstruction du bas du dos (interdiction de porter plus de 15 kg !!).
"Ca ne sert à rien de se ruiner le dos à porter des trucs qu'on peut tracter !" (c'est de moi !)

Hors ligne

#41 17-01-2008 08:29:22

wildtrekker
Sterne arctique
Lieu : Bagnères de Bigorre
Inscription : 13-12-2006
Messages : 173
Site Web

Re : RAID SOLO EN SCANDINAVIE HIVER07

Salut Chris,
J'étais sur de te voir par ici, je suis heureux que cela te plaise...a+


Voyager seul est un bon moyen de rencontrer sa propre compagnie.

PHOTOS DE L'AVENTURE:
http://wildtrekker.com

Hors ligne

#42 17-01-2008 11:00:30

wildtrekker
Sterne arctique
Lieu : Bagnères de Bigorre
Inscription : 13-12-2006
Messages : 173
Site Web

Re : RAID SOLO EN SCANDINAVIE HIVER07

18.JPG
12.JPG
16.02.2007

Perdu…

1 mois que je suis sur « le long chemin », je sais maintenant pourquoi on le nomme comme cela… Les kilomètres se gagnent vraiment à la dure ! J’ai parfois l’impression de ne pas avancer, concrètement je crois que c’est un peu le cas.
  Je viens de passer avec difficulté le secteur de Gaddedde. Les journées sont éprouvantes, des devers fréquents font chavirer sans relâche la pulka. Je pète les plombs, mes nerfs s’emballent. J’insulte mon traîneau, finissant même par lui distribuer 2 directs, suivis d’un lowkick histoire de redéfinir son aérodynamisme. Cela ne change rien,  je me sens juste encore plus con. Je suis complètement perdu dans une forêt trop épaisse, je n’ai aucune visibilité pour faire le point. Le GPS et la carte ont des coordonnées différentes car je n’ai toujours pas réussi à passer l’appareil en système secondaire. Pas une trace ne se profile, rien que de la neige fraîche dans laquelle je m’enfonce d’une quarantaine de centimètres. Pour ne rien arranger, des souches que l’hiver a massacrées, prennent au collet mes skis et me ralentissent encore. Le vent est changeant, anéantissant, la neige tourbillonne et s’infiltre partout sous mes vêtements. J’entends un bruit, un solide coq de bruyère s’envole devant moi. Je le suis du regard sur une cinquantaine de mètres et le perd lorsqu’il pénètre plus profondément dans la forêt. A peine plus loin j’entends un autre bruit, des arbres bougent, puis après quelques secondes d’interrogation, je distingue un pelage marron et de hauts bois. Un splendide renne remonte dans ma direction. Comme je suis face au vent il ne peut pas me sentir. Je détache sans trop faire de bruit la pulka, récupère mon appareil photo à l’intérieur et me cache. L’animal est à seulement 10 mètres, Il doit faire une bonne centaine de kilos, ses bois sont fascinants de complexité. Mon appareil photo crépite, mitraille, gros plans, grands angles. L’animal est concentré sur un autre sujet, il ne m’a toujours pas remarqué. Après quelques longues minutes, ayant suffisamment profité de sa présence, je finis par le siffler et l’interpelle gentiment : « Salut toi, alors comment se passe ton hiver ? Tu vas bien ? » Après une courte hésitation, Il détale alors à peine apeuré.
DSC02929.JPG
La galère reprend, je traverse probablement un lac ou un marais, il m’est difficile de déterminer si je glisse sur 10 cm d’eau ou plutôt 10 mètres ? J’aperçois une cavité dans la glace d’environ un mètre de diamètre. L’eau coule tranquillement dans cette zone. Je suis à 3 mètres d’un trou, que faire, reculer ? Avec la pulka je suis bloqué, les manœuvres sont restreintes. De toute façon il faut passer, continuer le chemin avec prudence mais de l’avant. J’utilise la sonde en espérant que la neige ne me cache pas un sale piège.
Je sais maintenant que j’entame un contre la montre contre les crises de nerfs, la fatigue, la solitude et le froid. Tout est usant dans cette aventure, autant que l’érosion qui creuse la roche d’une gorge. Le plaisir est présent biensûr, mais il se compose d’une souffrance permanente, accompagnée de journées s’enchaînant la plupart du temps autours d’un gris plombé qui ne varie pas. Savoir que se sera dur rend les choses plus faciles, on évite la mauvaise idée de trop s’enthousiasmer. Il me faut garder cela en tête et forger un mental qui s’adapte au quotidien. Développer un caractère prenant les traits du terrain me parait vital. Lorsqu’un secteur est difficile il faut être encore plus dur que lui. Je me doutais que la rêverie n’aurait pas toute sa dimension durant ce voyage, cela s’avère assez vrai malheureusement. Pour rêver, il faut être dans de bonnes conditions. Ce que je vis maintenant ressemble à du sport : préparatifs, alimentation, matériel, organisation, objectif, capacité. Chaque journée est réfléchie, calculée, et franchement il est difficile de passer outre cette logique. J’ai parfois l’impression d’être un soldat. Pourtant ce petit côté calculateur n’est pas déplaisant. Connaître ses propres capacités dans une journée que l’on visionne mentalement devant une carte topographique, pour dans la réalité être proche du résultat offre un jeu plutôt sain et divertissant. C’est mon sudoku personnel, un solitaire grandeur nature. Il est important de savoir de quoi on serra capable durant la journée et d’adapter si possible sa route en fonction de sa capacité sur le moment. Car la nature de son cotée ne triche en rien. Elle passe son cours au rythme aléatoire des saisons qui tempèrent ses humeurs. L’homme n’est pas un voyageur à son bord, nous ne sommes pas non plus des invités de marque. Nous ne sommes ici que par le fruit de nos choix, sont-ils respectables ou pas ? La  nature ne réclame aucun compte, elle vit sans se soucier de nous dans un face à face sans équivoque avec la réalité. La terre n’a pas besoin de nous, elle vogue solitaire et majestueuse dans l’univers, en route vers une destinée qui nous échappe à tous. Dans ce voyage au confins du Grand Nord, dans ces distances si vastes, dans tous ces efforts pour survivre, j’entrevois ma minuscule et insignifiante place ici bas. Dans cette démesure d’espaces vierges et sauvages, dans cette folie de températures glaciales, mon ego s’en retrouve non pas réduit, mais positionné à son juste endroit. De cette place forçant à l’humilité, s’ouvre une perspective intense sur les qualités humaines à cultiver. Je remarque aussi que les moments difficiles offrent en contre partie, des réponses précises sur la vision philosophique de la vie.

                   SITE OFFICIEL


24.JPG

Dernière modification par wildtrekker (25-01-2008 18:09:25)


Voyager seul est un bon moyen de rencontrer sa propre compagnie.

PHOTOS DE L'AVENTURE:
http://wildtrekker.com

Hors ligne

#43 17-01-2008 12:42:38

Johanne
Papillon vulcain
Inscription : 14-01-2008
Messages : 2

Re : RAID SOLO EN SCANDINAVIE HIVER07

Salut Chris,

Comment vas tu? Tes derniers messages sont superbes, merci de partager cela avec nous. J'ai voté pour ta photo et j'ai laissé un post sur le forum associé. J'espère que tu seras publié par le magazine, tu le mérite vraiment.
Il me tarde d'en lire d'avantage, c'est pour quand ce livre? je suis très impatiente.
Bisous.
Jojo.

Hors ligne

#44 17-01-2008 16:08:48

wildtrekker
Sterne arctique
Lieu : Bagnères de Bigorre
Inscription : 13-12-2006
Messages : 173
Site Web

Re : RAID SOLO EN SCANDINAVIE HIVER07

MERCI petit Jo,

Ton soutien me va droit au coeur, c'est très gentil de ta part...:D

J'espère terminer le livre d'ici 3 mois.

Bisous

Dernière modification par wildtrekker (17-01-2008 16:10:45)


Voyager seul est un bon moyen de rencontrer sa propre compagnie.

PHOTOS DE L'AVENTURE:
http://wildtrekker.com

Hors ligne

#45 17-01-2008 19:29:03

goldo
Papillon vulcain
Inscription : 02-02-2007
Messages : 65

Re : RAID SOLO EN SCANDINAVIE HIVER07

ahhhhh

quel bonheur pour les yeux......

je crois qu'on est plusieurs à rever de t'imiter....

         encore merci...

Hors ligne

#46 17-01-2008 21:41:19

wildtrekker
Sterne arctique
Lieu : Bagnères de Bigorre
Inscription : 13-12-2006
Messages : 173
Site Web

Re : RAID SOLO EN SCANDINAVIE HIVER07

Avec plaisir Goldo...

Le but c'est vraiment de partager nos passions, d'en faire profiter tout le monde et qui sait, peut-être d'encourager des projets individuels. Au delà de faire découvrir à d'autres qui ne connaissent pas encore cet univers du voyage que nous ici sur ce site, nous aimons tant...

J'espère que vous aimez cette aventure en Scandinavie.


Voyager seul est un bon moyen de rencontrer sa propre compagnie.

PHOTOS DE L'AVENTURE:
http://wildtrekker.com

Hors ligne

#47 18-01-2008 00:54:50

ChristopheD
Caribou
Lieu : Bourgogne, hips !
Inscription : 15-05-2007
Messages : 794
Site Web

Re : RAID SOLO EN SCANDINAVIE HIVER07

wildtrekker a écrit :

J’insulte mon traîneau, finissant même par lui distribuer 2 directs, suivis d’un lowkick histoire de redéfinir son aérodynamisme. Cela ne change rien,....

PFFF, même pas le respect du matériel. Pauvre pulka qui n'y est pour rien !!! lol

PU.... 3 mois !!!

Bon je retourne m'entrainer, c'est mon heure.

Très jolies photos Christophe. Je suis aussi confronté au problème de matos photo. J'hésite tellement que je me doute qu'il va y en avoir pour 8kg !!! :siffle:


Christophe

Adepte de la pulka depuis une reconstruction du bas du dos (interdiction de porter plus de 15 kg !!).
"Ca ne sert à rien de se ruiner le dos à porter des trucs qu'on peut tracter !" (c'est de moi !)

Hors ligne

#48 18-01-2008 08:25:28

wildtrekker
Sterne arctique
Lieu : Bagnères de Bigorre
Inscription : 13-12-2006
Messages : 173
Site Web

Re : RAID SOLO EN SCANDINAVIE HIVER07

Alors petit conseil, pense légèreté et autonomie le tout accompagné d'une grosse carte mémoire. Un bon compact que tu mets dans la poche, moi j'ai:
http://www.letsgodigital.org/fr/news/ar … _3898.htmlAp Photo
Tu peux y adapter un grand angle et un téléobjectif le tout ultra light.

Mais dis toi bien que dans le froid il faut du facile à manier, vite attrapé, vite rangé!

Ciao!


Voyager seul est un bon moyen de rencontrer sa propre compagnie.

PHOTOS DE L'AVENTURE:
http://wildtrekker.com

Hors ligne

#49 18-01-2008 10:01:33

ChristopheD
Caribou
Lieu : Bourgogne, hips !
Inscription : 15-05-2007
Messages : 794
Site Web

Re : RAID SOLO EN SCANDINAVIE HIVER07

Légèreté, c'est foutu j'ai des Nikon D200 et D300 ! big_smile
Pour l'autonomie, ils ont tous leurs grips avec 2 batteries dans chaque. Résultat près de 2kg pour l'appareil et c'est en boitier nu !
Après le soucis c'est les objectifs. Un modèle de grand angle pour le paysages, un moyen pour cadrer un peu plus et un long téléobjectif pour les rencontres animalières, mais le poids augmente rapidment. hmm

Par contre c'est vite attrapé et vite rangé puisque j'ai au moins un appareil dans une sacoche ventale, donc facile d'accès et les gros boutons sont utilisables même avec des moufles.

Je verrais lors des scéances dans la neige.

Bon courage pour l'écriture ! wink

Dernière modification par ChristopheD (18-01-2008 10:03:42)


Christophe

Adepte de la pulka depuis une reconstruction du bas du dos (interdiction de porter plus de 15 kg !!).
"Ca ne sert à rien de se ruiner le dos à porter des trucs qu'on peut tracter !" (c'est de moi !)

Hors ligne

#50 19-01-2008 00:01:06

bernardfrippiat
Papillon vulcain
Lieu : Bruxelles
Inscription : 24-07-2007
Messages : 143
Site Web

Re : RAID SOLO EN SCANDINAVIE HIVER07

Ha ben oui, là on le sent bien ce moment où tout chavire et où la raison pédale dans les frites ! C'est génial ! Enfin... façon de parler, bien sûr, parce que sur le moment... La photo en noir et blanc ou plutôt en gris et gris (celle qui est datée en charactères rouge quoi) est superbe ! D'abord on croit que c'est du noir et blanc, une erreur de mise en page ? Et puis après avoir lu le texte, on y retourne et on remarque qu'en fait non, il y a bien une vague lueur de bleu au fond à droite à l'horizon ! Bien vu ! Bon, allez au boulot, on l'attend ce livre ! (et moi j'attends aussi de voir s'il y avait des loups, je ne pose pas la question ici, ça fait un peu trop téléphoné... :roll: ).


Moyens de transport : des vélos, mes deux pieds, un kayak gonflable Sunny 390, des ski de fond/rando nordique/raquettes/ski-roue, parfois une voiture, très rarement l'avion... (Bruxelles, Forêt de Soignes, http://www.pbase.com/bernardfrippiat)

Hors ligne

Pied de page des forums

Valid XHTML 1.0 Strict