Imprimer

Remorque artisanale mono-roue

Écrit par Olivier Nobili . Publié dans Vélo - Remorque - Mis à jour le mardi 30 octobre 2012 20:00

Construction d'une remorque artisanale

Pour traverser le désert central islandais en VTT et en autonomie (environ 350 km parcourus sans aucun souci sur les remorques), quatre amis ont mis au point des remorques artisanales, pesant 11,5 kg, dans lesquelles ils ont chacun embarqué 30 kg de chargement. Voici leur procédé de conception.

Texte et photos : Laurent Vuillemin

Après la lecture de plusieurs récits de voyages à vélo, et au vu de la difficulté du terrain qui nous attendait en Islande, notre choix était fait. Nous options pour le transport de nos bagages par remorque avec une seule roue centrale, de type B.o.B. Yak. Pour nous, l'inconvénient majeur de cette remorque est son coût relativement élevé. En outre, de par sa conception et pour optimiser au mieux le chargement de la remorque, il faut acheter le sac étanche de la marque. Au final, nous arrivions à un surcoût inconcevable pour notre budget. Nous décidions donc de bricoler une remorque nous-mêmes… Étant donné que nous avons étalé nos bricolages sur plusieurs mois et que nous avons récupéré pas mal de matériel, nous pouvons difficilement donner une idée du coût final de chaque remorque, mais nous sommes bien en dessous d’une remorque du commerce.

Les remorques en Islande
Les remorques en Islande

 
Phase 1 :
L'achat d'un axe de roue pour remorques B.o.B., axe sur lequel vient se fixer la remorque.
L
Phase 2 :
Fabriquer une fourche qui s’adapte sur cet axe. Pour cela, acheter du tube d’acier et du fer plat. Cintrage du tube pour réaliser la fourche et soudage au bout des 2 parties en fer plat dans lesquelles nous avons réalisé des encoches pour venir l’adapter sur l’axe B.o.B.

La remorque démontée
La remorque démontée


Phase 3 :

Réaliser l'articulation de la remorque : un axe usiné tournant dans un alésage avec une bague isogliss* en intermédiaire ; le tout étant tenu en place par une vis et une rondelle en plastique.   
*Ce que j’appelle bague isogliss est en fait une pièce d’usure auto lubrifiée que nous avons placée dans une pièce en ferraille et dans laquelle vient pivoter un axe en ferraille (et qui réalise l’axe de pivotement de la remorque par rapport au vélo).
Timon

Phase 4 :

Conception du plateau support de charge sur mesure (nous l'avons voulu long, afin de pouvoir emporter nos sacs étanches de 130 litres, et avec beaucoup de lumières (fentes) afin de pouvoir sangler la charge partout au besoin) :
Le plateau support est vissé sur un tube carré de 20x20mm sur lequel est emmanchée et vissée, d'un côté, la partie pivot de la remorque et de l'autre coté, la partie amortisseur (en liaison avec la roue arrière). Nous avions pensé partir sur le concept B.o.B. Yak avec une armature en tube rond et un plateau. Mais très vite, le poids devenait un problème et pour faire au moins cher, impossible d'utiliser des alliages d'alu hors de prix pour nous. Donc nous sommes partis sur une base en tube carré de 20x20mm avec un plateau en alu larmé (alvéolé pour éviter que la charge ne glisse en cours de transport). Après plusieurs essais, nous avons constaté quelques difficultés et avons donc fait les changements suivants :
1/ L'axe pivot durant un choc avec un rocher ou une souche risquait de casser. Nous avons donc mis en place une sorte de sabot sous l'axe pivot, qui, lors d'un choc, nous soulèverait la remorque et la ferait passer l'obstacle sans casse.
2/ Problèmes lors des sections à pied dans des passages délicats : lorsque nous poussions l’ensemble, nos mollets venaient en collision avec le plateau et les contacts étaient plutôt douloureux. Nous avons alors chanfreiné les plateaux à chaque coin, 50x50mm.
3/ Le plateau une fois sous la charge et en roulage n'était pas assez rigide. Nous avons relevé les quatre bords du plateau sur 10mm afin de le rigidifier.

Plateau muni de fentes pour passer les sangles
Plateau muni de fentes pour passer les sangles


Phase 5 :

Achat de la roue arrière (une roue de VTT enfant) et conception de la fourche de la roue arrière (même principe que pour la fourche se reliant au vélo). La partie axe arrière avec amortisseur a été réalisée avec un boulon. La partie amortisseur a été conçue avec des cales en élastomère de récupération que nous avons retaillées et percées pour les maintenir avec une vis centrale. Le plus dur aura été de trouver la bonne longueur d'amortissement et de dureté ; nous avions essayé avec des ressorts au départ mais ces derniers renvoyaient l'effort instantanément et allaient jusqu'à faire décoller la remorque.
Roue arrière amortie sur silentbloc
Roue arrière amortie sur silentbloc


Phase 6 :
Conception et essais (un bon nombre !!) de l'amortissement de la roue arrière : indispensable car dans les descentes en terrain accidenté, la remorque saute et le concept vélo + remorque devient vite incontrôlable.
Trouver le réglage de la hauteur du plateau en charge par rapport au sol fut délicat car :
- trop bas : la tenue de route et le pilotage de l'ensemble sont excellents mais on risque de toucher pas mal de défauts du terrain.
- trop haut : moins de risques de toucher et d'engendrer des casses, mais le pilotage devient vite délicat en descente car la remorque « ballotte » (fait des embardées) et là, attention danger !

Pour la fabrication :
Pour ce type de conception, il faut impérativement être bricoleur ou connaître quelqu’un qui puisse aider à la réalisation car il faut souder, disquer, etc.

Fabrication remorque monoroue
Fabrication remorque monoroue

Le chargement fixé sur le plateau
Le chargement fixé sur le plateau

Les remorques en fonctionnement
Les remorques en fonctionnement







 © Editions Alcyon Média 2004-2014 - Infos légales