Voie du Puy à vélo (St Jacques de Compostelle)

(réalisé) share(partager)
Cette fois-ci je n’ai pas cherché à m'initier à de nouvelles activités comme le bivouac dans la neige, une découverte du kayak au fil de l'eau, ou une traversée des Pyrénées sur les crêtes, mais une randonnée à vélo. Et parce l’évasion n’est pas toujours synonyme d’éloignement et d’isolement de la civilisation, je suis parti de chez moi à Dijon, pour rejoindre le Puy-en-Velay et parcourir la voie du Puy. Il s’agit d’un chemin de Compostelle, mais par respect des opinions et des croyances, l’aspect religieux n’est jamais abordé ici sans préciser d’ailleurs si moi-même je suis croyant ou non. L’itinéraire est plutôt vallonné avec plusieurs sections non bitumées, ce qui risque procure de bonnes suées avec mon vélo pas vraiment léger du haut de ses 19 kg hors chargement. Toutefois le véritable enjeu réside sans doute dans le combat intérieur que je livre avec la maladie. En attendant le départ, mon vélo s’est fait bichonner par mes soins avec une grande révision des 10 000 km et dont je partage les photos. Pour le trajet, je me suis basé sur le topo "Voie du Puy aux Pyrénées à vélo" de Philippe Calas. A partir de la 3ème section [J6-J8] la plupart des photos sont commentées.

Un petit film amateur de ce récit est à venir.  « 72 rayons d’espoir contre la maladie de Crohn », c’est aussi d’autres itinérances à pied, à vélo, en kayak, passées et à venir.
Facebook : http://www.facebook.com/72rayonsdespoir
Youtube : https://www.youtube.com/channel/UCnkL_-ZY-08DOjwy-pzbTYg
vélo de randonnée
Quand : 13/05/21
Durée : 23 jours
Carnet créé par JB_Dijon le 21 juin
modifié le 24 juin
147 lecteur(s) - 11
Vue d'ensemble

Le compte-rendu : J3-J5 (mise à jour : 21 juin)

Pour la période des Saints de Glace, pas de gelée matinale mais une pluie persistante. Au 3ème jour l'eau a fini par s'immiscer partout, y compris dans les sacoches. Résultat le soir les habits du bivouac sont poisseux et la journée je pédale mouillé par 11 degrés en frissonnant avec une douleur dans le talon d'Achille. Ça ne fait pas rêver ... et pourtant ces petits déboires sont largement compensés par mon rendez-vous avec la Loire ! Soudain à la sortie d'un virage elle est là ... je ne m'attendais pas à la trouver si imposante en amont de sa confluence avec l'Allier. Ce voyage qui n'en est qu'à ses prémices est assurément déjà diversifié dans ses paysages. Après une étape au camping familial de Pouilly-sous-Charlieu, je fais quelques courses à Roanne dans une supérette fort heureusement ouverte le dimanche. À la sortie de la ville mon audace d'improviser un nouvel itinéraire plus court me coûtera de bonnes suées dans une succession de pentes à 4-8% sur des chemins de terre. La douleur de mon pied est remontée et mon genou me fait souffrir. Aujourd'hui je viens d'achever une nouvelle étape de 70 km en avançant plus doucement et en adaptant mon style de pédalage. La reprise post-confinement a peut-être été un peu brutale eu égard à mes petits ennuis de santé qui n'épargnent pas l'inflammation de mes articulations, mais je garde espoir que la route se poursuive. Chaque instant est propice à un nouvel émerveillement, et un nouveau chapitre devrait bientôt s'ouvrir puisque le Puy-en-Velay n'est maintenant plus qu'à une centaine de kilomètres.
J3-J5
J3-J5
J3-J5
J3-J5
J3-J5
J3-J5
J3-J5
J3-J5
J3-J5
J3-J5
J3-J5
J3-J5
J3-J5
J3-J5
J3-J5
J3-J5
J3-J5
J3-J5
J3-J5
J3-J5
J3-J5
J3-J5
J3-J5
J3-J5
J3-J5
J3-J5
J3-J5
Commentaires

Actuellement

Carnets d'Aventures N°64