Haute Randonnée des Pyrénées - HRP (partie 1/2, suite & fin en 2020)

(réalisé) share(partager)
Ma traversée des Pyrénées de la Méditerranée à l’Océan via la Haute Randonnée des Pyrénées (HRP) réalisée sur 2 ans : la 1ère moitié en 2019 jusqu’à Bagnères-de-Luchon et l’autre moitié en 2020. Rendez-vous sur ma page Facebook « 72 rayons d’espoir contre la maladie de Crohn » pour plus d'infos sur cette itinérance et bien d’autres, à pied ou à vélo, passées et à venir ;)
randonnée/trek
Quand : 13/07/19
Durée : 26 jours
Carnet créé par JB_Dijon le 12 sept.
modifié le 19 sept.
S'y rendre de manière douce : C'est possible en train
157 lecteur(s) - 2
Vue d'ensemble

Le topo : Pic Carlit - Andorre (mise à jour : 18 sept.)

Description :

J11 (23/07) : Très belle étape qui passe par le pic Carlit. La descente par le versant Ouest avec un sac chargé est moins problématique que je l'aurai crue. D+1093 D- 1126. Nuitée dans la cabane de Cortal Rosso, totalement seul, aucun passage sur la piste à proximité.

J12 (24/07) : Petite étape. Dans la continuité de la descente amorcée depuis Portella de Lanos pour rejoindre l'Hospitalet-près-l'Andorre, porte d'entrée dans les Pyrénées Ariègeoise. D+98 D-731. Hospitalet-près-l'Andorre, nuitée au Gîte "l'Hospitalité", réservé pour retrouver un peu de confort car fatigué et manque de temps pour débuter étape suivante. Bon accueil, chambre individuelle 30€, propre. La petite épicerie à proximité et qui fait aussi bar-snack a un choix plutôt limité.

J13 (25/07) : Très belle étape, sans doute l'une des plus belles depuis mon départ. En revanche assez fatigante, car elle se pratique beaucoup sur blocs d'éboulis plus ou moins stable. D+1292 D-566. Nuitée bivouac derrière le refuge du Rulhe. Il y avait 9 tentes, mais j'étais le seul à dîner en autonomie (tous au refuge). Un peu venté, mais jolie vue sur les montagnes.

J14 (26/07) : Étape agréable, néanmoins je commence à m'accoutumer aux paysages de montagnes, donc beau mais pas exceptionnel. La montée pour rejoindre la crête s'est avérée pentue ! D+1070 D-1013, mais avec un petit détour d'une heure. Nuitée au Refugi de la Coms de Jan, 2 pièces, mais finalement j'ai planté ma tente, car un groupe d'une dizaine de randonneurs (au demeurant très sympathique) a débarqué. Pluie et éclairs dans la nuit.

J15 (27/07) : Petite étape car sous l'orage et la pluie. Je suis arrivé trempé de la tête aux pieds. D+583 D-809. Refuge Sorteny. J'ai pris déjeuner, dîner, nuitée, petit déj pour reprendre des forces. Très bon refuge propre, bonne cuisine, tenu par des femmes sympathiques.

Télécharger traces et points de cette section au format GPX , KML
Télécharger traces et points pour l'ensemble du carnet (toutes les sections) GPX , KML

Le compte-rendu : Pic Carlit - Andorre (mise à jour : 18 sept.)

III. Solitude, Émerveillement, Orage

L’ascension du Carlit débuta par la contemplation de son pic à mesure que je m’en approchais. Et, progressivement mon regard s’en détacha pour se porter derrière, car avec l’altitude apparu un étang, puis deux, puis trois… jusqu’à ce que j’arrête de les dénombrer. Le paysage fut d’autant plus splendide que je bénéficiais de la lumière dorée de l’aurore, tout en jouissant en même temps de la fraicheur matinale sur un sentier déserté par les randonneurs au réveil plus tardif. Bien qu’étant mis en garde juste au moment de m’élancer, la descente par le pierrier du versant ouest du Carlit n'a posé aucune difficulté. Il est vrai que la haute randonnée des Pyrénées, plutôt généreuse en passages techniques, a déjà eu l’occasion de me mettre à contribution à de multiples reprises pour le meilleur comme pour le pire…

Après avoir traversé l’étang de Lanoux par son barrage et franchi le col du même nom, j’entame une très longue descente vers la vallée de l’Hospitalet. Je décide de m’arrêter à mi parcours à la rustique cabane de Cortal Rosso qui surplombe un vallon aux montagnes dénuées de l’empreinte de l’homme. C’est dans ce cadre idyllique que pour la première fois je ressenti la solitude. Peut-être parce que ici justement, à la différence de mes précédentes randonnées en vélo, je suis loin de toute forme de civilisation. Mais aussi sans doute parce que mes discussions avec les autres randonneurs sont éphémères, s’apparentant à de la courtoisie. Un peu comme si pour certains la marche s’accompagnait d’une plongée dans des pensées dont il serait difficile de s’extirper, ou encore de façon plus pragmatique pour les montagnards, efficacité ne rimerait pas avec bavardages. Quelles que soient les raisons, aussi multiples soient-elles, je réalise que dorénavant, en plus de l’effort physique et les soucis de santé, je devrai composer avec la solitude.

Après une bonne nuit allongé à même le sol « dans ma cabane bunker » dans le silence et l’obscurité la plus complète, j’atteignis la petite commune de l’Hospitalet-prés-l'Andorre. Ravitaillement fait pour une autonomie des quatre prochaines journées, à la fois trop tard et trop fatigué pour entamer la prochaine étape, je loue une chambre grand luxe au gite « l’Hospitalité » : toilettes, douche avec eau chaude, un lit, des prises électriques… pour mon plus grand bien me voila renoué, le temps de quelques heures, avec le confort de l’homme moderne.

Le parcours du lendemain entre l’Hospitalet-prés-l’Andorre et le refuge du Rulhe fut à mes yeux, le plus beau depuis le départ. A chaque détour d’un relief c’est un nouveau lac qui apparait, dont la surface caressée par les rayons du soleil, me renvoient mille scintillements. Tel un diamant aux reflets insaisissables, chaque lac est relié au suivant par un cours d’eau aux splendides cascades, formant ainsi un inestimable collier de pierres précieuses. Envouté devant tant de beauté, je me dis, qu’aujourd’hui la nature s’est dotée de ses plus beaux apparats pour qui ferait l’effort de la connaître un peu mieux en venant s'aventurer dans ses hauteurs reculées. Cette nuit là le vent en gardien conservant bien jalousement la « femme aux joyaux » chercha à se venger de qui l’aurait aperçue soufflant furieusement sur ma tente. Mais il ne m’atteignit pas et je m’endormis sereinement en rêvant à ma rencontre du jour.

Le jour suivant, ma quête, pour rejoindre le hameau de El Serrat, fut interrompue à la salutaire « cabana Sorda » qui me préserva de la pluie d’un orage grondant aux alentours. Après un diner dans la cabane partagée avec une dizaine d’Andorrans visiblement déterminés à veiller pour leur dernière soirée de randonnée, je plante la tente à proximité dans l’espoir de retrouver un peu de quiétude pour me reposer. La nuit fut de courte durée car à peine eu-je trouvé le sommeil que la pluie s’abattit pour la première fois sur ma toile de tente en laquelle je n’ai qu’une confiance limitée tant son montage est délicat et au final insatisfaisant. Puis les éclairs s’en mêlèrent m’inondant régulièrement de leur lumière d’une fraction de seconde, mais d’une intensité telle que je les percevais les yeux fermés. Mon sac était fait, dans le cas où les choses se gâteraient je me tenais prêt à rejoindre la cabane, où les Andorrans inquiets de me savoir dehors par ce temps, m’avaient gardé un lit à disposition.

Je me mis en route dès les premières lueurs du jour pour profiter de la courte accalmie avant les averses de fin de matinée annoncées par la météo. La pluie se manifesta bien plus tôt et par intermittence. Les nuages descendaient toujours plus bas alors que dans le même temps je montais, et au moment de nous rencontrer le tonnerre gronda. Vivre un orage à plus de 2000 m d’altitude sur un sol minéral est une situation que je ne souhaite à personne. J’étais trop avancé pour rebrousser chemin. Angoissé, je senti naître en moi l'instinct de survie, et je forçai le pas tant que je pus sans m’arrêter jusqu’à atteindre, un peu par hasard, un petit abri de berger situé sur mon chemin sous le pic de Serrère.

Que faire ? Attendre ici à 2700 m ou, en définitive, je ne sais pas si je suis réellement protégé de la foudre ? Ou bien franchir le col que j’aperçois 30 m plus haut pour redescendre le plus vite possible au refuge gardé ? L’orage faisant des va-et-vient j’ai profité qu’il semblait s’être écarté un peu plus que les autres fois pour reprendre la route. C’est trempé de la tête aux pieds, mais soulagé, que j’arrive au refuge de Sorteny. D’ailleurs dans les prochains jours mes chaussures mouillées ne manquèrent pas de me rappeler ce fâcheux épisode…

Ma demi pension, la première depuis mon départ, me fit réaliser que la vie au refuge, au regard de l’itinérance en autonomie ne se limite pas à porter un sac moins lourd c’est aussi :
- Ne rien faire si ce n’est d’arriver à l’heure pour l’apéritif (pas de tente à monter-démonter, pas de cuisine, pas de vaisselle, pas d’eau à gérer…) ;
- Bien manger, des produits frais et en quantité (pas de graines ni d’aliments déshydratés…) ;
- Se couper de l’environnement naturel de la montagne (pluie, vent, animaux, …).
Dans un milieu où tout est exclusivement voué à procurer aux hôtes un repos réparateur, je décide de m’octroyer à l’avenir ce plaisir revivifiant lorsque la fatigue commencera à nouveau à filtrer avec l’épuisement.

Le jour suivant, en pleine forme, le sac allégé par un besoin imminent de ravitaillement, tout me paru plus facile. Seul bémol au tableau, je laissais derrière moi deux confrères fort sympathiques de la traversée des Pyrénées contraints d’arrêter momentanément quelques jours, et avec qui je partageais, au gré des rencontre, les difficultés passées et à venir. Sans doute les récentes mésaventures de l’orage, et le sentiment de continuer dorénavant plus seul que je ne pus l’être, me firent éprouver un curieux soulagement au col frontière Arbella, me sentant pour ainsi dire, chez moi. Cela était sans compter sur les Pyrénées ariègeoises aux caractéristiques montagnardes...

Rendez-vous sur ma page Facebook « 72 rayons d’espoir contre la maladie de Crohn ».
J11. Un étang qui borde le sentier du pic Carlit (ils sont nombreux).
J11. Un étang qui borde le sentier du pic Carlit (ils sont nombreux).
J11. Pic Carlit droit devant ! L’ascension se fera par l’accès classique, face Est, sans grande difficulté.
J11. Pic Carlit droit devant ! L’ascension se fera par l’accès classique, face Est, sans grande difficulté.
J11. Avec l’altitude, vue sur les lacs. Le grand lac au fond est celui des Bouillouses. C’est de là que partent la plupart des randonneurs, car il est possible de s’y rendre en navette.
J11. Avec l’altitude, vue sur les lacs. Le grand lac au fond est celui des Bouillouses. C’est de là que partent la plupart des randonneurs, car il est possible de s’y rendre en navette.
J11. Vue depuis le Pic Carlit.
J11. Vue depuis le Pic Carlit.
J11. Vue depuis le Pic Carlit.
J11. Vue depuis le Pic Carlit.
J11. Vue depuis le Pic Carlit.
J11. Vue depuis le Pic Carlit.
J11. Descente par la face Ouest. Au fond le grand étang de Lanoux.
J11. Descente par la face Ouest. Au fond le grand étang de Lanoux.
J11. Face Ouest du Carlit, la descente s’est faite par le pierrier, plus impressionnant à voir qu’à faire.
J11. Face Ouest du Carlit, la descente s’est faite par le pierrier, plus impressionnant à voir qu’à faire.
J11. Cabane de Cortal Rosso. J’y ai passé la nuit et c’est ici que pour la première fois j’ai ressenti la solitude…
J11. Cabane de Cortal Rosso. J’y ai passé la nuit et c’est ici que pour la première fois j’ai ressenti la solitude…
J11. Je bénéficiais pourtant d’une vue splendide :-)
J11. Je bénéficiais pourtant d’une vue splendide :)
J13. Je quitte l’Hospitalet-près-l'Andorre où j’aurai ravitaillé et dormi en gîte après une courte étape sans grand intérêt (pas de photos).
J13. Je quitte l’Hospitalet-près-l'Andorre où j’aurai ravitaillé et dormi en gîte après une courte étape sans grand intérêt (pas de photos).
J13. Sans doute la plus belle journée depuis mon départ avec de nombreux cours d’eau, lacs et cascades.
J13. Sans doute la plus belle journée depuis mon départ avec de nombreux cours d’eau, lacs et cascades.
J13.
J13.
J13.
J13.
J13.
J13.
J13.
J13.
J13.
J13.
J13.
J13.
J13.
J13.
J13.
J13.
J13.
J13.
J13.
J13.
J13. Tente plantée non loin du refuge de Rulhe.
J13. Tente plantée non loin du refuge de Rulhe.
J14. Un des étangs de Fontargente.
J14. Un des étangs de Fontargente.
J14. Vallon, je suis en Andorre. Dans les montagnes de la principauté le téléphone a capté quasiment partout, ce qui avait un côté pratique et rassurant étant donné que j’étais seul. Ailleurs la règle était pas de réseau, et ce même parfois pendant 2-3 jours à moins de redescendre en vallée dans une commune.
J14. Vallon, je suis en Andorre. Dans les montagnes de la principauté le téléphone a capté quasiment partout, ce qui avait un côté pratique et rassurant étant donné que j’étais seul. Ailleurs la règle était pas de réseau, et ce même parfois pendant 2-3 jours à moins de redescendre en vallée dans une commune.
J14. En contrebas le lac Cabana Sorda avec son refuge (2295m). J’étais dans une de mes premières pentes raides. Il y en aura bien d’autres par la suite…
J14. En contrebas le lac Cabana Sorda avec son refuge (2295m). J’étais dans une de mes premières pentes raides. Il y en aura bien d’autres par la suite…
J14. Trois petits laquets. En arrière plan on aperçoit Soldeu et ses pistes de ski.
J14. Trois petits laquets. En arrière plan on aperçoit Soldeu et ses pistes de ski.
J14. Refugi de la Coms de Jan (2220m). Après un diner partagé avec une dizaine d’Andorrans visiblement déterminés à veiller pour leur dernière soirée de randonnée, j’ai planté la tente à proximité dans l’espoir de retrouver un peu de quiétude pour me reposer. Dans la nuit il y eut de la pluie et des éclairs d’une intensité lumineuse telle que je les percevais les yeux fermés. Mon sac était fait, dans le cas où les choses se gâteraient je me tenais prêt à rejoindre la cabane.
J14. Refugi de la Coms de Jan (2220m). Après un diner partagé avec une dizaine d’Andorrans visiblement déterminés à veiller pour leur dernière soirée de randonnée, j’ai planté la tente à proximité dans l’espoir de retrouver un peu de quiétude pour me reposer. Dans la nuit il y eut de la pluie et des éclairs d’une intensité lumineuse telle que je les percevais les yeux fermés. Mon sac était fait, dans le cas où les choses se gâteraient je me tenais prêt à rejoindre la cabane.
J15. Je me mis en route dès les premières lueurs du jour pour profiter de la courte accalmie avant les averses de fin de matinée annoncées par la météo.
J15. Je me mis en route dès les premières lueurs du jour pour profiter de la courte accalmie avant les averses de fin de matinée annoncées par la météo.
J15. La pluie s’est manifesté bien plus tôt que prévu et par intermittence. Les nuages descendaient toujours plus bas alors que dans le même temps je montais, et au moment de nous rencontrer le tonnerre gronda.
J15. La pluie s’est manifesté bien plus tôt que prévu et par intermittence. Les nuages descendaient toujours plus bas alors que dans le même temps je montais, et au moment de nous rencontrer le tonnerre gronda.
J15. Photo scannée de l’abri sous le Pic de Serrère où j’ai trouvé refuge au milieu de l’orage alors que j’évoluais sur un sol minéral. Angoissé, j’étais pris entre l’idée d’attendre ici à 2700m où en définitive je ne savais pas si j’étais réellement protégé de la foudre, et l’envie de franchir le col 30m plus haut pour redescendre le plus vite possible au refuge gardé. Finalement l’orage faisant des va-et-vient incessants j’ai profité qu’il semblait s’être écarté un peu plus que les autres fois pour reprendre la route.
J15. Photo scannée de l’abri sous le Pic de Serrère où j’ai trouvé refuge au milieu de l’orage alors que j’évoluais sur un sol minéral. Angoissé, j’étais pris entre l’idée d’attendre ici à 2700m où en définitive je ne savais pas si j’étais réellement protégé de la foudre, et l’envie de franchir le col 30m plus haut pour redescendre le plus vite possible au refuge gardé. Finalement l’orage faisant des va-et-vient incessants j’ai profité qu’il semblait s’être écarté un peu plus que les autres fois pour reprendre la route.
J16. Après une bonne nuit au refuge de Sorteny, le beau temps et la bonne humeur sont revenus. En arrière plan un des lacs « Estanys de Tristaina », zone très fréquentée. Ce sont mes derniers pas en Andorre, car je m’apprête à monter au col « Port de l'Abeille » qui marque la frontière avec la France.
J16. Après une bonne nuit au refuge de Sorteny, le beau temps et la bonne humeur sont revenus. En arrière plan un des lacs « Estanys de Tristaina », zone très fréquentée. Ce sont mes derniers pas en Andorre, car je m’apprête à monter au col « Port de l'Abeille » qui marque la frontière avec la France.
J16.
J16.
Commentaires

Actuellement en kiosque

Carnets d'Aventures N°57