Fat&Fly : un ORVNI en Normandie

(réalisé) share(partager)
Longer au plus près la côte normande, de Deauville à St Malo, sur un fatbike. Matériel BUL, auquel j'ai ajouté un parapente ultraléger pour voler en bord de mer :)
S'y rendre de manière douce :
Précisions : Plusieurs gares sont intéressantes : Le Havre, Deauville, Caen, Cherbourg, Granville, St Malo... Ne pas hésiter à consulter la carte TER de Normandie, il y a plein de petites gares qui ne sont pas si loin de la côte, surtout à vélo !
fatbike / parapente vol-rando
Quand : 9/23/17
Durée : 18 jours
Distance totale : 652.5km Dénivelées : +2620m / -2607m
Alti min/max : 0m/174m
Carnet créé par Anthony le 26 Nov
modifié le 09 Apr
1091 lecteur(s) - 8
Coup de coeur !
Vue d'ensemble

Le topo : Cotentin rêvé (mise à jour : 15 Dec)

Distance section : 185.6km Dénivelées section : +744m / -839m
Section Alti min/max : 10m/167m
carte

Télécharger traces et points de cette section au format GPX , KML
Télécharger traces et points pour l'ensemble du carnet (toutes les sections) GPX , KML

Le compte-rendu : Cotentin rêvé (mise à jour : 15 Dec)

C'est toujours plus facile d'aborder une nuit humide lorsqu'on sait que le lendemain sera idéal pour tout sécher : vent fort et soleil sont de concert. Mon seul but est alors de dormir vers Diellette, tout proche, où les conditions s'annoncent bonnes pour voler le lendemain.
Dunes de Biville.
La zone dunaire est impressionnante.
Dunes de Biville.
La zone dunaire est impressionnante.
Cotentin rêvé
Immensité de l'anse de Vauville.
Immensité de l'anse de Vauville.
Anse de Vauville.
Encore seul au monde.
Anse de Vauville.
Encore seul au monde.
Les Banques et l'anse de Vauville en arrière-plan.
La mer montre bien à quel point le vent souffle...
Les Banques et l'anse de Vauville en arrière-plan.
La mer montre bien à quel point le vent souffle...
Le Platé.
Le décollage de Diellette est quelques mètres au-dessus.
Le Platé.
Le décollage de Diellette est quelques mètres au-dessus.
Mont St Gilles. Le Platé en contrebas.
Je cherchais à bivouaquer proche du décollage, difficile de faire mieux. J'aurais presque pu décoller du bivouac d'ailleurs !
Mont St Gilles. Le Platé en contrebas.
Je cherchais à bivouaquer proche du décollage, difficile de faire mieux. J'aurais presque pu décoller du bivouac d'ailleurs !
Mont St Gilles. Diellette et son port en contrebas.
Mont St Gilles. Diellette et son port en contrebas.
Décollage de Diellette.
En attendant que les conditions s'installent, le panneau solaire travaille tout seul.
Décollage de Diellette.
En attendant que les conditions s'installent, le panneau solaire travaille tout seul.
Vol à Diellette.
Vol à Diellette.
Vol à Diellette.
À marée basse, les jeux de couleurs sont sublimes.
(photo par Thierry G.)
Vol à Diellette.
À marée basse, les jeux de couleurs sont sublimes.
(photo par Thierry G.)
Anse de Vauville.
Le coucher de soleil couronne cette belle journée.
Anse de Vauville.
Le coucher de soleil couronne cette belle journée.
Encore une fois, la voile ultra-légère m'a permis de bien profiter de cette belle journée, alors que le site de Diellette présente un plutôt faible rendement dynamique. 

Le soir venu, je me rends chez un couple rencontré la veille. Ils m'offrent le gite et le couvert. Encore une belle soirée en compagnie de gens très sympathiques.

Le lendemain, l'opportunité se présente d'aller voler à la baie d'Ecalgrain. Certes, ça fait clairement revenir sur mes pas. La baie était déjà magnifique vue du sol, j'ose à peine imaginer depuis ma sellette ! Je quitte mes hôtes et trace vers le nord. Survolté, je roule comme un dératé sur les routes qui deviennent familières : je n'ai plus besoin de carte pour m'orienter. Arrivé sur place, c'est l'euphorie : une voile est déjà en l'air, ça sent bon !
Décollage d'Ecalgrain.
Encore un essai "fat&fly" transformé !
Décollage d'Ecalgrain.
Encore un essai "fat&fly" transformé !
Vol à Ecalgrain. 
J'ai l'air heureux ? Je le suis :-)
Devant moi, c'est la pointe de Goury et le Raz Blanchard.
Vol à Ecalgrain.
J'ai l'air heureux ? Je le suis :)
Devant moi, c'est la pointe de Goury et le Raz Blanchard.
Survol de la baie d'Ecalgrain.
Survol de la baie d'Ecalgrain.
Doucement, le vent se renforce, conformément aux prévisions. Aussi insensé qu'envoûtant, un projet semble envisageable : filer vers l'anse de Vauville pour une session de vol à la dune.

Une semaine plus tôt, je craignais de ne pas arriver à concilier fatbike et parapente. Et voilà que j'envisage de voler à deux endroits différents dans la même journée ! Encore plus survolté que le matin même, je mets les bouchées doubles pour atteindre la dune. Arrivé sur la plage, tous les indicateurs sont au vert. Je ne tiens plus en place !
Dune de Biville.
Que la fête commence !
Dune de Biville.
Que la fête commence !
Dune de Biville.
7 kilomètres de dunes, 3 heures de jeu.
Dune de Biville.
7 kilomètres de dunes, 3 heures de jeu.
Dune de Biville.
Survol du fatbike !
Dune de Biville.
Survol du fatbike !
Dune de Biville.
Soaring à ras du sol, pieds nus. Octobre à la Hague...
Dune de Biville.
Soaring à ras du sol, pieds nus. Octobre à la Hague...
Comment décrire cette sensation de jubilation ? Je vous laisse le soin d'imaginer en fait. En deux mots : c'est le pied !

La voile montrera ici son point faible : elle vole un peu moins vite, ce qui nécessite d'être particulièrement méfiant à l'égard des variations du vent. Mais on parle ici d'un point anecdotique pour une voile qui doit nécessairement faire quelques compromis pour être si légère et si compacte.
Anse de Biville.
Cerise sur le gâteau d'une journée absolument fantastique !
Anse de Biville.
Cerise sur le gâteau d'une journée absolument fantastique !
Une semaine après être arrivé aux Pierres Pouquelées, je n'en suis donc qu'à une dizaine de kilomètres. C'est tout l'art de mélanger vélo et parapente : être patient et ne pas focaliser sur l'avancement. J'ai entendu trop de parapentistes qui, en voyage vélo & parapente, regrettaient de ne pas avoir su attendre parfois. Merci à eux !

Après cette fantastique semaine, c'est le moment de quitter la Hague. Ce n'est pas sans un léger pincement au coeur que je tourne le dos à cette région. Des rencontres formidables, des habitants chaleureux, un paysage à couper le souffle : je commençais à sérieusement me plaire ici. J'ai le vent dans le dos, et pourtant, je sens comme une attraction qui me retient... Je reviendrai promis !

Un grand merci aux parapentistes locaux, grâce à qui la page FB "voler dans la Hague" est devenue plus réelle que jamais : Thierry, Wilfried, Pierre...
Le platé, Diellette en arrière-plan.
Encore ici ! Mais cette fois, au réveil, pas de vol à Diellette. Il s'agit maintenant de descendre vers le sud.
Le platé, Diellette en arrière-plan.
Encore ici ! Mais cette fois, au réveil, pas de vol à Diellette. Il s'agit maintenant de descendre vers le sud.
Cap du Rozel.
La mer est démontée. On distingue pourtant un pêcheur à pied sur les rochers en contrebas (où est Charlie ?).
Cap du Rozel.
La mer est démontée. On distingue pourtant un pêcheur à pied sur les rochers en contrebas (où est Charlie ?).
Cap du Rozel.
En arrière-plan, la plage de Surtainville.
Image qui caractérise la progression en Basse-Normandie : d'immenses plages entrecoupées de courtes sections joueuses et techniques, plus ou moins roulantes par endroits.
Cap du Rozel.
En arrière-plan, la plage de Surtainville.
Image qui caractérise la progression en Basse-Normandie : d'immenses plages entrecoupées de courtes sections joueuses et techniques, plus ou moins roulantes par endroits.
Plage de Surtainville.
À perte de vue... Ambiance lugubre qui décuple la sensation de solitude.
Plage de Surtainville.
À perte de vue... Ambiance lugubre qui décuple la sensation de solitude.
Vers le cap de Carterets.
Vers le cap de Carterets.
Vers le cap de Carterets.
Immensité roulable.
Vers le cap de Carterets.
Immensité roulable.
Au cap de Carterets, il est midi passé et les prévisions sont bonnes pour y voler le lendemain. Cependant, si ça vole ici, ça devrait également voler à Granville, que l'on m'a vendu comme incontournable. Le problème : Granville est à 70km à vol d'oiseau !

Et le vol d'oiseau est loin d'être envisageable : entre Granville et ici, plusieurs havres nécessitent des détours significatifs... Optimiste, j'ai foi en le vent de nord qui me poussera.

Grisé par ma vitesse de progression sur plage, j'ai l'impression d'effleurer le sable. J'en viens à sortir le GPS pour connaître ma vitesse : 26 km/h ! Avec un fat sur la plage, on se sent pousser des ailes ! Et heureusement car le contournement des havres est une autre paire de manches, sacrément chronophage...
Alentours de Portbail.
Alentours de Portbail.
Négatif de chemin ?
Négatif de chemin ?
Le beau temps me suit. Dommage, je vais vers la gauche !
Le beau temps me suit. Dommage, je vais vers la gauche !
En contournant un havre.
En contournant un havre.
Bivouac vers Hauteville-sur-mer.
Au bivouac, je sais que Granville est désormais largement à ma portée : bien m'en a pris de miser sur cette option, il n'y a plus qu'à espérer que les conditions météo soient favorables.
Bivouac vers Hauteville-sur-mer.
Au bivouac, je sais que Granville est désormais largement à ma portée : bien m'en a pris de miser sur cette option, il n'y a plus qu'à espérer que les conditions météo soient favorables.
Le ziploc, arme ultime pour garder les pieds au sec au bivouac lorsque les chaussures sont trempées. Merci Johanna pour l'astuce, c'est si simple et si efficace !
Le ziploc, arme ultime pour garder les pieds au sec au bivouac lorsque les chaussures sont trempées. Merci Johanna pour l'astuce, c'est si simple et si efficace !
Bivouac vers Hauteville-sur-mer.
Réveil coloré.
Bivouac vers Hauteville-sur-mer.
Réveil coloré.
Vers Hauteville-sur-mer.
En route pour Granville.
Vers Hauteville-sur-mer.
En route pour Granville.
Vers Hauteville-sur-mer.
Parfois, pour changer du sable, on peut rouler sur la zone dunaire (si ce n'est pas interdit aux vélos ce qui est souvent le cas). La mer n'y est plus visible, l'impression de changer d'ambiance est palpable.
Vers Hauteville-sur-mer.
Parfois, pour changer du sable, on peut rouler sur la zone dunaire (si ce n'est pas interdit aux vélos ce qui est souvent le cas). La mer n'y est plus visible, l'impression de changer d'ambiance est palpable.
Vers Hauteville-sur-mer.
Vers Hauteville-sur-mer.
J'arrive à Granville, d'humeur joyeuse : d'autres parapentistes sont sur place, dont des têtes connues. Encore moi, l'OVNI ! Très vite, on peut se mettre en l'air et survoler la ville : c'est impressionnant et jouissif à la fois. La suite n'est que bonheur intégral...
Décollage de Granville.
Décollage de Granville.
Décollage de Granville.
Décollage de Granville.
Granville. Soaring urbain.
Granville. Soaring urbain.
Granville. Soaring urbain.
Granville. Soaring urbain.
Encore une fois, la mono-surface a fait ses preuves en vol soaring. Dunes, falaises, urbain : aucun terrain ne lui échappe !

Le soir venu, je me rends chez mes hôtes Warmshowers. Nous passons une agréable soirée, d'autant plus que le hasard fait qu'ils reçoivent deux cyclistes en même temps : Claire (la route des fromages à velo) et moi !

Je prends une journée de "pause" sur place, le temps de décider du programme de la suite...
Granville.
Granville.
Commentaires
share posté le 26 Dec

Anne
Hirondelle
(8 messages)
Inscription : 3/15/07

Message privé
Extra l'astuce de Johanna ! Et très mode

Now in shop

Carnets d'Aventures N°52