Eté 2019 : Seatrekking dans les Abers (Bretagne côte nord)

(réalisé) share(partager)
Nage en eau libre itinérante sur 3 jours avec bivouac dans le Pays des Abers.

La nage en eau libre et l’apnée de compétition sont des sports. Le seatrekking est leur incarnation et leur fusion spirituelle qui procure une expérience immersive dans l’écosystème marin et qui nous amène à reconsidérer l’échelle du temps et des éléments.
nage / apnée randonnée aquatique
Quand : 05/07/19
Durée : 3 jours
Distance globale : 13.3km
Carnet créé par Barbenoire le 26 mai
modifié le 13 nov.
Coup de coeur ! 1290 lecteur(s) - 13
Vue d'ensemble

Le topo : Section 3 (mise à jour : 29 mai)

Distance section : 2.3km

Description :

Parcours :Ile Guénioc --> Dunes de Sainte Marguerite
Distance parcourue : 2,3 km
Durée totale :01h30
Temps de déplacement :1h de nage
Temps de pause :30 min
Ma position

Milieu traversé :

Environnement : [mer, haute mer, côte, île] Biotope : [marin]

Télécharger traces et points de cette section au format GPX , KML
Télécharger traces et points pour l'ensemble du carnet (toutes les sections) GPX , KML

Le compte-rendu : Section 3 (mise à jour : 29 mai)

3ème jour :

08 h : Nos corps et nos esprits sont désormais déconnectés de la civilisation. Cela fait 36h que nous sommes en immersion complète de tous nos sens dans le milieu marin, les vagues, les goélands, les phoques, le vent et les grains passagers. 

Nos sens sont décuplés. Le chatouillement de la rosée du matin présente un parfum nouveau. Le bruit du ressac nous en dit long sur l’état de la mer, l’atmosphère iodée pénètre nos papilles et nos yeux distinguent parmi les couleurs du soleil levant une météo moins clémente que la veille. Il est temps de rentrer. 

Nous ne sommes qu’à quelques encablures de la côte. Une à deux heures de nage tout au plus. Il n’y a plus beaucoup de mots échangés entre nous. Nos gestes suffisent à traduire notre pensée. Nous sommes quatre mais ne sommes plus qu’un et partageons ces instants de plénitude intenses. 

Le retour se déroule comme sur du papier millimétré. Les éléments de la côte grandissent à vue d’œil entre chaque respiration. Nous nous autorisons plus d’apnées immersives qu’à l’accoutumée pour observer la faune de plus près et retarder notre retour à la civilisation.

11h : Arrivée aux dunes de Sainte-Marguerite. Les visages sont usés et gonflés par l’immersion prolongée, la cagoule n’aidant pas, les photos ont été interdites d’un commun accord. Quelques mots et des sourires sont échangés entre nous. Nous nous asseyons sur la plage face à la mer, contemplant le trajet parcouru, avec le point de départ tout là bas, au loin.
En route pour les dunes de Sainte Marguerite
En route pour les dunes de Sainte Marguerite
La nage en eau libre et l’apnée de compétition sont des sports, mais le seatrekking est leur incarnation et leur fusion spirituelle qui procure une expérience immersive dans l’écosystème marin et qui nous amène à reconsidérer l’échelle du temps et des éléments.
Retour à la civilisation.
Retour à la civilisation.
Le « Seatrekking » : 
Une nouvelle forme de randonnée itinérante
 
De tous temps les hommes ont été mus par le besoin d’explorer, de découvrir et de voyager. Ce déplacement a pris de nombreuses formes : des plus anciennes comme le voyage à pied, à ski, ou avec des embarcations, jusqu’au plus « modernes » comme le vélo, le parapente et tant d’autres que nous apprécions tous.

Mais intéressons-nous aujourd’hui à une nouvelle manière de voyager et de s’immerger dans la nature que nous appellons le « Seatrekking ».

Introduction :
L’eau est à l’origine de la vie et fait partie intégrante de notre évolution. S’immerger dans les mers, les lacs et les océans constitue pour certains, un besoin de retisser le lien intime et nourricier avec les éléments.

Le seatrekking est une activité de pleine nature qui consiste à randonner en mer et le long du littoral en autonomie totale pendant plusieurs jours voire pendant plusieurs semaines.

Si on veut faire un parallèle simple, c’est transposition de la randonnée terrestre, à l’environnement marin. Le seatrekking consiste donc à nager en mer, à faire du snorkeling (palmes, masque, tuba), de l’apnée de loisir à faible profondeur et de la randonnée pédestre le long des côtes.

Le Seatrekking a vu le jour en Allemagne il y a une petite dizaine d’année et se développe lentement mais sûrement dans toute l’Europe et en particulier en Méditerranée et sur la côte Atlantique qui lui offrent des beaux terrains d’aventure.

Passionnés de voyage, d’exploration et de nage en eau libre, le « Seatrekking » s’est imposé naturellement à la petite communauté de départ. La communauté se développe bien et attire maintenant un public plus large, randonneurs, plongeurs, surfeurs ; les amoureux de la nature au sens large.

Concernant l’organisation, nous embarquons toutes nos affaires, couchage, nourriture, réchaud etc., dans un sac à dos étanche, gonflable et navigable que l’on tracte ensuite en mer au moyen d’un filin élastique. Ce même sac est aussi équipé de bretelles et d’une ceinture ventrale pour le portage à terre.

Ainsi bien préparés, nous partons explorer pendant des jours des sections de côtes naturelles ou difficilement accessibles à pied ; explorer les fonds marins, bivouaquer, apprécier la nature, la mer et le calme.

En fonction des conditions météorologiques, de l’état de forme, de l’expérience du groupe mais aussi de la température de l’eau ainsi que d’autres facteurs météorologiques, les distances parcourues chaque jour varier de typiquement de 2 à 10 km en mer et de 5 à 15 km à terre. L’essence du seatrekking est dans l’alternance du mode de déplacement à la fois terrestre et aquatique.
Section 3
Sac de seatrekking de la marque AETEM : étanche, gonflable et résistant.
Sac de seatrekking de la marque AETEM : étanche, gonflable et résistant.
Les préparatifs :
La mer, au même titre que la montagne, le désert ou la jungle, est un environnement qui peut très vite devenir dangereux pour les pratiquants. Le seatrekking nécessite donc une préparation sérieuse et un matériel adapté. 

Comme pour toute randonnée en milieu à risques, nous nous réunissons quelques semaines avant un seatrek pour discuter de la faisabilité du projet, du matériel à réunir et du parcours envisagé.

La sécurité c’est avant tout beaucoup de préparation, notamment :

Physique : être en bonne forme physique, connaitre ses capacités et ses limites de confort,
Intellectuelle : étude de la courantologie marine, des activités anthropiques locales, des zones de protection faunistiques et floristiques, etc.,
Technique : matériel de sécurité mer, de portage, choix de l’alimentation, etc.

Concernant ce dernier point, le seatrekking nécessite avant tout :

- Une combinaison néoprène (pour la flottabilité et contre l’hypothermie), masque et tuba
- Un sac gonflable équipé d’un drapeau de signalement de type plongée,
- L’équipement adéquat pour le bivouac ultra léger (duvet, abri style tarp, réchaud, nourriture, etc),
- Fusées / balise de détresse AIS, sifflet marin pour évoluer dans le respect des règles de sécurité.
Section 3
Epilogue – Watch The Sea :


La communauté de seatrekkeurs s’étoffe de jours en jours. Une association est née en 2019, Watch The Sea, visant à fédérer les pratiquants, à partager des conseils sur le matériel requis et qui organise des excursions. Ses engagements ne s’arrêtent pas là.

Le seatrekking tel qu’il est développé par l’association Watch The Sea, incorpore des actions concrètes pour la protection de l’environnement et de la mer en particulier.

Premièrement, le seatrekking respecte et implémente les règles du « Leave No Trace » (« ne pas laisser de traces » en français) qui définit les comportements responsables pour les activités de loisirs en pleine nature. C’est la base de la pratique.

Ensuite, le seatrekking s’engage activement contre les problèmes en ramassant et en faisant l’inventaire détaillé des déchets rencontrés lors des excursions en mer (Catégorisation CEDRE Niveau 4) et en faisant des mesures et observation de biodiversité marine.

Les informations sont ensuite partagées avec les centres de recherche du littoral, et les déchets eux-mêmes sont transmis à des partenaires afin d’être recyclés et revalorisés.

La mer, comme la montagne a besoin du soutien de tous, la découvrir intimement par le seatrekking peut être une expérience transformatrice qui apportera un nouveau regard et créera de nouvelles vocations pour la protection de l’environnement.

watchthesea.org
Section 3
Section 3
Commentaires
share posté le 20 juil.
Mouette10610
Bonjour je suis François . Je planifie un trip de 4 jours dans le Cap Corse en seatrekking. J'ai une question technique concernant la combinaison que nous emportons avec ma femme. Nous mettons du 1,5mm complète 1 pièce (type triathlon) que nous utilisons pour l'apnée, nous mettons en plus un top cagoule sans manche de 2mm, ainsi que des gants 2mm et chaussons de la même épaisseur. Penses-tu au regard de ton expérience de sea trekker que cela va suffire. Nous prévoyons ceci sur Aout, en bonnes conditions (nous ne nagerons pas si c'est trop agité), avec une eau relativement chaude. 4 étapes : la plus longue fait 6,5 kms. J'ai découpé les étapes avec bivouac civilisé (pas de bivouac autonomie totale, bien que j'emporte tente, duvet, réchaud...) Nous comptons 4/5 heurs de nage par jour avec pause évidemment le midi. Nous sommes pas très sportifs, mais multisports (montagne, randonnée, voiles, ski, apnée, chasse ss marine, etc...) et plutôt aquatique dans la limite du raisonnable. Nous planifions de toute façon 2 jours de test en nage avec un bivouac le soir sur une cote déjà connue également dans le Cap Corse. J'attends ton retour d'expérience sur cette question thermique ! Bravo pour le reportage, et ton expertise dans ce domaine. Bien à toi !
share posté le 21 juil. mis à jour le 25 juil.

Barbenoire
13 messages
Bonjour François.

Comme vous deux, nous ne sommes pas non plus de grands sportifs ni des aventuriers de l'extrême mais simplement en forme physiquement et plutôt à l'aise dans l'eau.

La configuration thermique décrite ci-dessus me paraît en accord avec ce que j’aurais choisi personnellement pour un seatrek en Méditerranée. Par élément de comparaison, pour notre seatrek dans les Abers en Bretagne l'été dernier, nous avions chacun une combinaison 3,5 mm + top cagoule 2 mm + chaussons néoprène. Mais c'était avec une eau bien plus froide qu'en Corse (17-19°) et avec moins de flottabilité car moins salée.

Coïncidence, nous prévoyions également de réaliser cet été un seatrek au même endroit, au Cap Corse. Mais pour des contraintes de temps, je crains que cela ne soit reporté. Je peux envoyer la planification faite par un de nos membres si besoin.
Vous n'imaginez pas le plaisir de lire que d'autres personnes partagent ce même désir de randonner en mer et de se reconnecter avec les éléments nourriciers.
Au fil de nos rencontres, nous avons réussi à fédérer cette même passion autour d'une association d’intérêt général, Watch The Sea, qui essaye de planifier plusieurs excursions/an en Europe si cela t'intéresse.

Je vous souhaite à tous les deux une merveilleuse immersion chez nos amis corses. N'hésite pas si tu as d'autres questions.
share posté le 22 juil.
Mouette10610
Bonjour,
Merci beaucoup pour ton retour ! Il me rassure sur cette question thermique. Pour info je suis originaire (en partie) du Cap Corse. Je connais donc bien partie des côtes que nous allons explorer, puisque j'y pratique l'apnée depuis que je suis petit. Je crois que c'est ton cas avec la Bretagne si je ne me trompe pas. Je veux bien effectivement la planification faite par ton membre. L'objectif de cette excursion est également pour nous d'aller à la rencontre de ceux qui habitent et vivent à la côte du Cap Corse. Il y a énormément à expérimenter et découvrir en terme de rencontres, métiers, personnalités, etc...
J'ai également vu un peu qui constitue la communauté seatrekking (les allemands de aetem, les fondateurs de watchthesea.org, etc...) et je me réjouis également que des personnes aient envie de cette approche qui est le prolongement naturel d'une rando palmée, mais beaucoup plus "immersive" en terme d'expérience. Nous allons essayer de faire des photos, etc... pour publier quelques éléments en retour de notre trip. Merci encore pour ton aide et au plaisir de se rencontrer ! j'attends la planification pour vérifier si je suis dans le vrai en terme de préparation.
share posté le 13 nov.

Barbenoire
13 messages
Bonsoir à tous,

Si vous souhaitez laisser la nostalgie de l'océan s'emparer de vous à nouveau, vous trouverez le récit de notre seatrekking 2020 ici : https://www.expemag.com/car...

Une masterpiece ;). Bonne séance.
share posté le 14 nov.

Karly
4 messages
Merci beaucoup pour ce récit, cette fusion totale avec l’environnement maritime, ça donne tellement envie !
Je prépare un tour de Basse-Normandie en packcraft / randonnée pédestre le long des plages du débarquement et autour du Cotentin, j'aurai bien intégré cette activité mais je ne suis pas assez bon nageur et pas assez bon connaisseur du milieu maritime pour me lancer tout seul malheureusement !
Une activité à faire connaitre c'est sur !
share posté le 16 nov. mis à jour le 16 nov.

Barbenoire
13 messages
Salut Karly.

Ton projet à l'air chouette également. Notre seatrek dans les Abers en 2019 et celui de cet été en Presqu'île de Crozon était d'un niveau expert (si l'on devait y attribuer un niveau) car réalisé par les membres à l'origine de l'activité.

Nous prévoyons d'élargir, d'ouvrir l'activité aux amateurs voire de trouver des ambassadeurs régionaux via notre association Watch The Sea, avec laquelle nous apportons une dimension éco-citoyenne et de sciences participatives en sus de l'aventure.

N'hésites pas à nous contacter via patrick arobase watchthesea point org ou contact arobase watchthesea point org si tu souhaites un jour te jeter à l'eau avec nous et avec des guides diplômés.

Et tiens-nous au courant de ton périple en Basse-Normandie. Ca nous intéresse beaucoup.

Mooga* à toi.
(*Make Our Ocean Great Again)

Actuellement

Carnets d'Aventures N°61