8 invités en ligne

De Besançon au Cap Nord à vélo en 2022. Pérégrinations de Jacqueline

De Besançon au Cap Nord à vélo en 2022. Pérégrinations de Jacqueline

(en cours)
     A Caroline ma fille et à Gaël mon petits-fils, 
 
De Besançon au Cap Nord… Chiche !
 
Partir en solitaire, un défi pour un si long voyage !
Ce sera mon plus long voyage. Si je cumule tous les kilomètres que j’aurai faits depuis mon premier coup de pédale il y a déjà quelques années, j’aurai bouclé environ 65000 km soit 60% du tour de l’Equateur. 
J’ai traversé dix pays de Saint-Nazaire à Constanta en Roumanie, j’ai suivi le Rhin d’Andermatt à Rotterdam, j’ai fait deux fois le tour de Bourgogne dont l’un avec mon petits-fils, au cours d'un tour de la France, j’ai rejoint la côte atlantique par la Camargue, le canal des Deux Mers puis remontée jusqu’à Saint-Nazaire et terminée par L’Eurovelo6 jusqu’à Besançon.
Et début avril, en guise de reprise d’entraînement, j’ai aussi fait le tour d’Alsace, petite balade de 700 km…
Enfin, pour ne pas perdre les bons réflexes et les muscles, petits moteurs qu’il faut indispensablement garder en forme, j’ai pris l’habitude de me rendre à vélo chez mes amis à Strasbourg, en Suisse… Et maintenant, quand Gaël m’accompagne, grand garçon de 5 ans, c’est dans sa remorque à vélo à pédales.
Vertigineux !
Tous ces voyages ont été l’occasion de faire des rencontres magiques, découvrir des paysages magnifiques, avoir des surprises émouvantes. Quand je pédale, j’éprouve un grand sentiment de liberté. Je deviens philosophe, poète, artiste. Je partage mes réflexions et mes sentiments, mes efforts aussi, avec les cyclotouristes qui m’accompagnent quelquefois sur des dizaines de kilomètres. Quelques-uns me disent que croiser une dame de mon âge -j’ai 68 ans- seule, partant si loin, les aide et les motive. Moi aussi je suis très motivée et je continue, le nez au vent et les sourires dans mon baluchon. Quand je rejoins mon point de chute, je retrouve quelques-unes de ces rencontres et je découvre d’autres cyclotouristes avec qui nous échangeons sur nos expériences.
Mais le plus amusant et un peu flatteur aussi je l’avoue, c’est de lire dans le regard de certains l’étonnement, l’admiration et le respect. Parfois même, on me perçoit comme une personne perchée à l’âme romantique. Mais tous font preuve d’humanité, ils sont accueillants, aimables, généreux et surtout admiratifs !
Certaines amies m’ont attribué le terme de jeunior. D’autres sont subjuguées, rares sont celles qui me regardent d’un air circonspect voire dubitatif.
Ma fille Caroline, qui sait que je n’outrepasserai pas mes capacités physiques, me fait confiance et c’est important. De cette façon, je pars tranquille, l’esprit léger. 
Quant à Gaël, mon petit-fils, adepte de cyclotourisme depuis nos échappées complices,  il sera penché sur les cartes à tracer mon parcours et à dessiner des campings et des restaurants ! Mais je sais qu’au fond de lui, il aimerait partir avec moi parce qu’il est sûr que je vais voir le Père Noël au cap Nord !
Cette année, j’ajoute à ma famille et mes amis, les résidents de l’Ehpad « Le village de la Croix Blanche » et les jeunes de l’association Paris de Besançon qui me suivront assidûment.
Enfin, pour mon retour, fin août 2022, je sais que quand je prendrai l’avion à Alta, mes sacoches, mon cœur, ma tête -mes jambes aussi, seront pleins de souvenirs de rencontres, de paysages, de saines fatigues qui me rendront heureuse et fière d’avoir fait ce que j’aurai fait en 3 mois ½. 
 
vélo de randonnée
Quand : 15/05/22
Durée : 106 jours
Distance globale : 5638km
Dénivelées : +26238m / -26332m
Alti min/max : -1m/488m
Carnet publié par Jacqueline25 le 09 mai
modifié le 29 août
3745 lecteur(s) -
Vue d'ensemble

Le topo : Section 20 -14 août au 24 août (mise à jour : 29 août)

Description :

Olderfjord - Kamoyvaer - Nordkapp - Skarsvag - Honningsvag -Alta

Télécharger traces et points de cette section au format GPX , KML
Télécharger traces et points pour l'ensemble du carnet (toutes les sections) GPX , KML

Le compte-rendu : Section 20 -14 août au 24 août (mise à jour : 29 août)

Dimanche 14 août 2022 - Olderfjorg -
Jour 92
100 km
«  Le tunnel ! Le fameux ! Le pire des pires disaient-ils »
Aujourd’hui je vais arriver sur l’île de Mageroya, l’île du cap Nord.
Je n’en reviens pas ! Je suis très proche de mon but !
Je me suis réconciliée avec les tunnels de Norvège. Le premier n’est pas difficile et surtout la circulation est rare. Mais à la fin de mon étape, je dois traverser le « fameux » sous la mer dont tous les cyclovoyageurs parlent. Je ne suis pas dans les temps pour le prendre soit en début de nuit ou très tôt le matin.
Je suis sans crainte. Juan-Carlos a dit que cela s'était vraiment bien passé pour lui, nous avions pensé mourir tous les deux dans celui de Leknes.
La route est à flanc de montagne des fjords que je longe, que je contourne, le paysage est absolument splendide. 
La prévision de Youn arrive progressivement. Petit à petit il m’est impossible de pédaler. Le vent arrive, grossit pour souffler en violentes rafales. Lorsque je l’ai dans le dos tout va bien, mais la route n’est pas linéaire. Le tracé sur ma carte détaillée me donne de bonnes informations. Je peux prévoir où vont se situer les rafales latérales. Ce sont celles-ci les pires. Je descends vite de ma bicyclette. Je ne sais qui est accroché à l’autre, moi à mon vélo ou lui à moi, je dois m’arrêter et arrimés l’un à l’autre j’attends, je reprends mon souffle, j’espère que la rafale va faiblir pour un peu avancer. Fort heureusement il ne pleut pas. Lorsque je perçois un bus derrière moi, je m’arrête car le phénomène est brutal, je suis aspirée par lui pour ensuite être rejetée sur le bas côté.
Dans une ligne droite je le vois au loin progresser avec difficulté, pour moi c’est parfait il est dans mon dos ce satané vent. Je m’arrête, je l’observe, je le photographie. Il avance très lentement en luttant, il part à droite, à gauche. Son visage porte les marques de l’effort. C’est un sportif d’un bon gabarit, c’est  un cyclovoyageur. Il revient du cap Nord. Il vient vers moi et me dit que c’est très difficile pour lui, que les rafales latérales sont dangereuses car on est projeté de droite et de gauche. Nous repartons chacun de notre côté, il faut avancer, les conditions sont difficiles.
C’est un peu plus facile pour moi car j’ai régulièrement le vent de dos.  Je suis aussi habituée à être la Française poussant son vélo dans les montagnes norvégiennes. Mais pour certains il est hors de question de poser le pied au sol.
Géraldine arrive à ma hauteur. Elle a très peu de bagages. Elle est partie d’Italie pour une course à vélo jusqu’au cap Nord. Elle a été disqualifiée car elle aurait dû arriver la veille. Il reste encore un participant à 200 kilomètres derrière.
Ensuite il est 18h30 et je suis au « fameux » tunnel.  Je suis tout à fait tranquille. J’ai décidé depuis un certain temps que je prendrais ce « coriace ».
J’allume tous mes éclairages et j’entre. Il est bien éclairé et un trottoir étroit mais suffisant pourra me permettre de l’emprunter si besoin. Peu de circulation, la chaussée annoncée glissante par d’autres ne l’est pas. Je me suis bien vêtue car Jordan m’a dit qu’il avait eu très froid dans la descente.
Il a une longueur de 6870 mètres et descend de 212 mètres.
Je descends ! Je ralentis pour ne pas prendre trop de vitesse… je n’ai pas froid. Facile ! Très facile !
Les voitures, campings-cars et camions font un bruit d’enfer, je n’arrive pas à identifier si ils arrivent à l’avant ou à l’arrière de moi, le trafic est très fluide donc c’est supportable.
Puis j’entame la remontée. Ça va ! J’y arrive tranquillement. J’ai petit à petit horriblement chaud. Si je m’arrête je ne pourrai pas repartir. Mais j’ai vraiment trop chaud, je n’aime pas avoir chaud et je m’arrête. Je retire blouson, gants, tour de cou… Ouf ! 
Je repars à pied. Je ne serai pas disqualifiée, d’ailleurs je ne fais pas partie d’une course, heureusement ! Ni d’un exploit à accomplir.
Caroline et Gaël m’appellent en vidéo à ce moment-là, Il y a une excellente réception au fond de cet immense trou. Je fais entendre à Gaël l’écho de mes cris, il est enchanté. Il veut que je crie encore plus, mais je dois avancer. Caroline et Gaël m’accompagnent jusqu’à la sortie du grand tunnel sous la mer pour rejoindre l’île de Mageroya où se trouve tout au Nord de celle-ci le cap Nord.
Cela a été facile, très facile !
Un autre tunnel de 4 km, juste avant d’arriver à la petite ville de Honningsvag m’attend. Il ne passe pas sous la mer !
J’arrive encore bien tardivement au camping où Jordan m’attend dans une hytte.
Il était depuis hier soir avec les Garçons qui sont partis ce matin pour le Cap Nord à 25 km dans une tempête de vent, bien au-delà de celle que j’ai connue durant ma journée. Ils sont intrépides, ils bravent les dangers.
Il est certain que je les rencontrerai demain lorsqu’ils rebrousseront chemin depuis le cap Nord pour rejoindre leurs bateaux respectifs à Honningsvag.

Tu m’as suivie assidûment mon petit Gaël guidée par ta maman Caroline. Tu as collé une gommette sur chacune de mes arrivées d’étapes.
Tu m’as suivie assidûment mon petit Gaël guidée par ta maman Caroline. Tu as collé une gommette sur chacune de mes arrivées d’étapes.
Tu voulais faire partie de cette expédition car tu étais persuadé que l’on pouvait voir le Père-Noel au cap Nord. Je t’ai dit qu’on ne pouvait pas voir les personnages de légende. Tu insistais pour voir au moins ses rennes et tu voulais voir le pays où les cadeaux poussent sur le sol…
Magnifique est la couleur de l’eau.
Magnifique est la couleur de l’eau.
Celui de gauche est en construction, celui de droite est pour moi.
Celui de gauche est en construction, celui de droite est pour moi.
Il revient du Cap Nord à 50 km de là. Il lutte contre le vent de face.
Il revient du Cap Nord à 50 km de là. Il lutte contre le vent de face.
Splendide !
Splendide !
Un renne blanc
Un renne blanc
Encore 58 pour terminer mon étape d’aujourd’hui
Encore 58 pour terminer mon étape d’aujourd’hui
Il cueille des myrtilles
Il cueille des myrtilles
Une pelouse bien verte autour de la maison
Une pelouse bien verte autour de la maison
J’ai cru que c’était un vrai monsieur !
J’ai cru que c’était un vrai monsieur !
Aucune panne, aucune casse, aucune crevaison, simplement un changement de patins de freins.
Le voilà !
Le voilà !
J’aime toujours les ponts !
J’aime toujours les ponts !
Lundi 15 août 2022
Jour 93
38 Km
« Le Cap Nord ! C’est mon but ultime ! Le bout du monde, le vrai ! »
Je pars avant Jordan, il me rattrapera. Malgré tout son chargement il va plus vite que moi.
La route est extraordinaire, vallées rocailleuses, ondoyantes, verdoyantes et parsemées de lacs, fjords, collines fatiguées par le vent, fief de quelques troupeaux de rennes. 
Peut-être suis-je sur la lune !
Dans la toundra de la Laponie norvégienne je pense à Gaël et à Caroline qui se sont amenuisés au bout du chemin lors de mon départ. C’était émouvant ! J’étais déjà au loin, je me suis retournée, eux-aussi, pour un dernier au-revoir. Je partais pour ce qui semblait être le bout du monde,  seule, la mère et la grand-mère, avec mon vélo chargé de ses sacoches vertes. 
Je vais arriver aujourd’hui, j’y suis presque. 
Dès le départ une bonne côte est annoncée à 9 %. Je ne fais pas trop d’efforts, je marche, je pousse mon vélo et je parle au téléphone avec mon amie Monique. Je ne peux pas pédaler et parler en même temps.
Je fais durer le plaisir de ce dernier cheminement avant d’arriver au mythique cap Nord. Je mets 4h30 pour faire 25 km. J’ai battu mon record de la lenteur. 
Un camping-car s’arrête à mes côtés, c’est Monika et Wolfgang que j’ai rencontrés au point de vue il y a quelques jours. Nous sommes heureux de nous revoir.
Les motards me font signe avec la main, avec le pouce, avec le biceps pour me dire encore un peu de vigueur et vous y arriverez. Je fais un peu partie de leur confrérie à deux roues, ils m’ont toujours fait signe depuis mon départ.
C’est pareil au Piton de la Fournaise, chaque virage cache une nouvelle côte, il faut donc continuer, poursuivre longtemps . Je n’ai pas envie de terminer mon voyage tout en ayant le désir d’arriver au mythique cap Nord, au bout du monde, au but ultime de mon voyage « De Besançon au cap Nord à vélo ».
La route se termine ! J’y suis ! Je suis arrivée au terme de « l’improbable voyage d’une grand-mère de Besançon, partie seule au cap Nord à vélo ».
C’est mon plus long voyage à vélo. J’ai perdu la notion du temps. Je ne sais plus si je suis partie il y a peu ou longtemps. 
Je sais néanmoins que j’ai mis trois mois jour pour jour. Je suis partie le 15 mai et j’arrive aujourd’hui le 15 août.
Je suis venue à vélo, pas loin de 7 000 kilomètres.
J’arrive ! J’y suis ! Je pose les pieds au bout du monde, au CAP NORD.
Le soleil m’accueille !
Je veux voir le soleil tomber dans la mer !

———————————————————-

Monika et Wolfgang me font la fête à mon arrivée, m’offrent un verre et m’invitent à dîner.

Je retrouve Jordan pour fêter nos arrivées respectives autour de verres de Proseco et de la délicieuse Norsk Vafler en forme de cœurs. 


Je pense à Caroline, à Gaël et à Antoine, 
Je pense à Claude,
Je pense à ma mère Rolande et à mon père Vittorio,
Je pense à ma sœur Dominique, à mon frère Daniel et Cécile, à Dom… à ma nièce et à mes neveux, aux autres… Chantal…
Je pense à mes chères amies et chers amis, Nadine, Monique, Michèle, Nicole, Jocelyne…Eliane…Marie-Jo… Catherine…Martine…
Je pense aux six Garçons, Ewen et Youn, Emiel, Andi, Juan-Carlos et Raphaël,
Je pense à Stéphane, à Paul et à Rupert,
Je pense aux Frenchies en Norvège, Marine et Damien, Marion et Gauthier, Sarah et Joris, Ando,
Je pense à Lorena,
Je pense à Maryline et Radia, 
Je pense à Jacob rencontré à Dordrecht, à Harald rencontré à Floro, qui se faisait beaucoup de souci pour moi, à Inger…
Je pense à ceux qui m’ont suivie en lisant mon carnet d’aventures. 
Mais je n’ai pas assez de temps en arrivant pour penser plus.



À 25 km du cap Nord.
À 25 km du cap Nord.
Jordan arrive
Jordan arrive
Ne t’arrête pas tu ne pourras plus repartir dans la côte avec ton poids lourd
Il est au loin
Il est au loin
C’est Ando qui revient du cap Nord.
C’est Ando qui revient du cap Nord.
Les voilà !
Les voilà !
Il manque dans mon carnet trois rubriques, (autour du 17 juillet) celle où j’ai rencontré les Garçons,celle de notre passage du cercle polaire arctique… je les écrirai plus tard.
J’ai rencontrés Ewen et Youn au début de mon voyage, dans le sud des Pays-Bas. Lorsque je leur ai dit que j’allais aussi au cap Nord, j’ai lu dans leur regard : 
«  Eh bien ! Tu n’es pas arrivée toi ! ». 
Ils ont fait quelques détours de plus que moi, mais nous nous sommes retrouvés plusieurs milliers de kilomètres à vélo après. Ils n’en revenaient pas. Ewen m’a appelée « Jacqueline la Machine » et Youn « Jacqueline la Surpuissante ». 
J’ai fait régulièrement équipe avec eux depuis le 17 juillet. Il y avait Ewen et Youn, Emiel, Raphaël et Juan-Carlos, et un peu plus tard Andi.
Quelle générosité ils ont eu envers moi !
Quelle prévenance ils ont eu à mon égard !
Quels moments de franche rigolade nous avons eu ensemble !
Quelle belle rencontre avec les six Garçons…Ils ont transformé mon voyage. 
Section 20 -14 août au 24 août
- Emiel a fait quelques kilomètres avec moi, c’était quelques étapes avant que nous nous retrouvions tous  par hasard au camping de Sjobakken le 17 juillet.
- Ewen, Youn, Raphaël, Juan-Carlos qui faisaient équipe depuis une semaine ont rencontré Emiel et moi dans ce camping, le 17 juillet.  Ils pédaleront ensemble jusqu’à Valberg le 26 juillet. Puis Raphaël et Juan-Carlos partirent plus rapidement pour le cap Nord.
- Les trois Garçons ont rencontré Andi peu après.
- Et moi, je les retrouverai à partir du 17 juillet, régulièrement où les perdant de vue quelques jours, arrivant plusieurs heures après eux à la fin des étapes communes 
Ewen me lance un dernier regard.
Ewen me lance un dernier regard.
Au revoir chers coéquipiers ! Vous avez été tous les quatre très précieux pour moi. Tous les six car il y avait auparavant Juan-Carlos et Raphaël.
Au revoir chers coéquipiers ! Vous avez été tous les quatre très précieux pour moi. Tous les six car il y avait auparavant Juan-Carlos et Raphaël.
Sur l’île de Mageroya…
Sur l’île de Mageroya…
Quand on pense atteindre le Cap Nord après chaque virage…
Quand on pense atteindre le Cap Nord après chaque virage…
Voici ! Oh là là ! J’arrive !
Voici ! Oh là là ! J’arrive !
Avec Monika
Avec Monika
Avec Jordan. Le cap Nord est l’aboutissement de la première partie de son voyage européen. Il rentrera en fin d’année chez lui pour repartir pendant cinq années parcourir les Amériques et l’Asie. Vive Jordan le grand cyclovoyageur transportant son bateau.
Une petite bouteille de Proseco ne suffira pas.
Une petite bouteille de Proseco ne suffira pas.
Coucher de soleil au Cap nord 15 août 2022
Coucher de soleil au Cap nord 15 août 2022
15 août 2022
15 août 2022
Jordan 15 août 2022
Jordan 15 août 2022
15 août 2022
15 août 2022
Coucher de soleil au cap Nord 16 août 2022
Coucher de soleil au cap Nord 16 août 2022
Coucher de soleil au Cap Nord 16 août 2022
Coucher de soleil au Cap Nord 16 août 2022
J’y suis ! 15 août 2022
J’y suis ! 15 août 2022
Le soleil m’attendait ! 15 août 2022
Le soleil m’attendait ! 15 août 2022
Merci à vous tous qui m’avez suivie sur mon Carnet d’Aventures. Vous avez été d’un grand réconfort, vous m’avez permis d’écrire après mes longues journées de pédalage.
À Caroline et à Gaël ! 15 août 2022
À Caroline et à Gaël ! 15 août 2022
Mardi 16 août 2022
Jour 94
10 km à pied 
« L’anse de Hornvika »
Nous décidons de rester trois jours au cap Nord. C’est mon but ultime, c’est une étape importante au cours du long voyage de Jordan.
Nous partons à pied pour l’anse de Hornvika afin de voir où débarquaient les voyageurs autrefois. Nous rencontrons un petit troupeau de rennes. 
Ces animaux nous fascinent. Lorsque nous parlons de cette fascination à un Norvégien de la région, il reste surpris. Être  fasciné par une vache chez nous serait du même registre. 
Mais c’est comme ça ! On ne se lasse pas de regarder les rennes. On tente de s’en approcher lorsque l’on a compris qu’ils étaient inoffensifs. Enfin me semble-t-il !
En fin de journée le vent se lève. Jordan n’a pas pris le soin d’arrimer sa tente avec ses sardines, seules les ficelles la retiennent à des rochers. C’est une excellente tente finlandaise quatre saisons. Elle s’envole !!! Passe au dessus de la mienne et une lanière du tapis de sol reste accrochée à mon guidon de vélo que j’avais couché car je trouvais que le vent devenait très fort. C’est une chance inouïe, sinon elle aurait été emportée, ainsi que tout le couchage à l’intérieur, par ce vent directement dans la mer.
Ce vent furieux dura toute la nuit, me donnant l’impression qu’il allait déchirer  toutes les attaches de ma tente. 
Je confondis ce vent violent avec une tornade et je n’osai pas sortir hors de cette frêle habitation qui semblait vouloir exploser par ce vent s’engouffrant à l’intérieur,  de peur de m’envoler. 
Je pris mon courage à deux mains à 6 heures du matin pour m’extirper petit à petit de cette antre de tissu et je m’aperçus qu’il en fallait un peu plus pour me décoller du sol. 
Je ne vis donc pas le soleil se lever. Les photos du lever de soleil sont celles de Monika et Wolfgang.
Anse de Hornvika
Anse de Hornvika
Le premier aventurier à poser le pied au cap Nord fut Francesco Négrier en 1664. Il convenait alors de débarquer en bateau dans l’anse de Hornvika et de finir à pied en grimpant dans les rochers. La route d’accès au cap Nord, celle que j’ai prise, n’a été ouverte qu’en 1956, inaugurant ainsi l’ère du tourisme.
La mer à perte de vue
La mer à perte de vue
Cher Jordan, le grand cyclovoyageur de 31 ans…
Cher Jordan, le grand cyclovoyageur de 31 ans…
à qui je souhaite beaucoup de courage. Il a appris le surlendemain qu’il devait rentrer en urgence auprès de sa mère très malade. Il a laissé toutes ses affaires à Alta. Il reviendra plus tard…
Section 20 -14 août au 24 août
La tente de Jordan à droite, la mienne à gauche. Mon vélo était couché à l’arrière de ma tente lorsque la tente de Jordan s’envola et s’accrocha au guidon .
Section 20 -14 août au 24 août
Le cap Nord est une falaise de 300 mètres de haut qui tombe à pic dans l’azur intense de la mer de Barents.
Le célèbre Globe, monument en fer forgé édifié en 1977 est devenu l’emblème du cap.
Section 20 -14 août au 24 août
Le cap Nord ou Nordkapp 
Le nom a été donné à cette extrémité du continent par le navigateur anglais Richard Chancellor en 1553.
Depuis le globe on regarde le coucher ou le lever du soleil.
Depuis le globe on regarde le coucher ou le lever du soleil.
Le lever du soleil du 17 août 2022
Le lever du soleil du 17 août 2022
Le lever du soleil du 17 août 2022
Le lever du soleil du 17 août 2022
17 août 2022
17 août 2022
Le 17 août 2022. J’étais là sans oser sortir de ma tente à cause d’un vent furieux. Merci Monika et Wolfgang pour les photos du lever du soleil.
Section 20 -14 août au 24 août
Mercredi 17 août 2022
Jour 95 
12 km en bus
« Le vent furieux du cap Nord»

Le vent est trop violent. Je ne peux pas repartir du cap à vélo.
Le vent du 14 août était nettement moins fort que celui d’aujourd’hui. Je peux dire que tous les phénomènes météorologiques n’ont fait qu’aller crescendo durant mon voyage jusqu’au cap. 
Au cap c’est le rendez-vous quotidien de dizaines de cars. Ce sont des touristes de l’Hurtigruten que l’on va chercher à Honningsvag, mais ces bus ne peuvent me prendre à bord. Un chauffeur m’indique qu’un bus est possible pour moi à 14h30. C’est parfait, j’ai le temps d’aller dans le tunnel souterrain et au cinéma, où est projeté un film panoramique de belles images, souvent aériennes par tous les temps, toutes les saisons et montrant pêcheurs, peuplades sami de la côte.
Depuis les larges baies vitrées du complexe touristique je peux observer les touristes de l’hurtigruten. Ils sont pour la plupart âgés. Se déplaçant péniblement dans ce vent pour rejoindre le globe. Ils sont munis bien souvent de cannes, de déambulateurs, certains sont dans des fauteuils roulants, les couples se cramponnent l’un à l’autre et ce n’est pas ce vent furieux qui entravera leur marche pour se rendre jusqu’au globe du mythique cap Nord. Ils sont au cap Nord ! Je suis aussi au cap Nord ! C’est presque entrer dans une légende même si nous n’avons pas eu à grimper les rochers de l’anse de l’Hornvika.
Je prends donc le bus pour aller à 12 Km de là car je tiens à aller à Skarsvag.
Je retrouve Jordan au camping du village,  c’est un camping-cariste qui lui a permis de faire les 12 kilomètres.
C’est un renne du cap Nord. Je m’approche pas à pas.
C’est un renne du cap Nord. Je m’approche pas à pas.
Ils acceptent ma présence.
Ils acceptent ma présence.
C’est toujours au cap Nord.
Quel beau vélo ! Il reste un bon moment dans cette position.
C’est toujours au cap Nord.
Quel beau vélo ! Il reste un bon moment dans cette position.
Puis il part face au vent furieux.
Puis il part face au vent furieux.
Il fera 50 mètres avant de faire demi-tour.
Il fera 50 mètres avant de faire demi-tour.
Au Cap Nord. Sculpture Mère et l’Enfant conçue par l’artiste Eva Rybakken. 1989
Au Cap Nord. Sculpture Mère et l’Enfant conçue par l’artiste Eva Rybakken. 1989
Les sept grands reliefs circulaires disposés en demi-cercle en face de la sculpture de la mère et de l’enfant.

Les gabarits des sept reliefs on été réalisés en 1988 par sept enfants de différentes nationalités qui se sont réunis ici au cap Nord pendant une semaine.
Une figure féminine et un petit garçon qui montre du bras gauche les reliefs
Une figure féminine et un petit garçon qui montre du bras gauche les reliefs
Jeudi 18 août 2022
Jour 96
17 km 
« Skarsvag, le village de pêcheurs le plus septentrional de notre planète Terre »
À Skarsvag il y fait jour plus de 2 mois d’affilée  en été et nuit totale de mi-novembre à fin janvier.
J’aimerais aller à la pêche avec Adrian et Jelmer. Jean-Marc m’avait montré des photos d’une pêche extraordinaire avec les deux pêcheurs restaurateurs de Skarsvag.
Ici on pêche surtout le king crab, les crabes géants. Après un passage obligé au restaurant pour une bonne dégustation de la chair tendre de leurs pattes et de leurs pinces, Adrian m’annonce que la pêche est impossible car la météo ne le permet pas, il y a beaucoup trop de vent. En l’occurrence il me prépare ma canne à pêche pour que je puisse pêcher depuis la jetée. 
Et arriva ce qui devait arriver !!!!
« Bordel de merde » comme aurait dit Emiel, mon hameçon se prend dans les algues, pourtant il n’y en avait pas beaucoup. Avec de la patience je réussis à l’extirper, puis quelques lancers après je m’aperçois qu’il ne me reste qu’un fil pendouillant au bout de ma canne à pêche. Mon fil s’est cassé, envoyant au loin mon hameçon, j’ai dû oublier de tourner l’arceau du barillet pour libérer le fil.
Au secours Emiel ! Au secours Youn ! Je n’y arriverai jamais…. J’abandonne la pêche  norvégienne. C’est décidé je ferai de nouveau des essais avec Gaël en face de chez moi, dans le Doubs.
En sortant du village je m’arrête… dans l’antre du Père Noël, la maison est rouge et tous les objets à l’intérieur  sont des objets de Noël à vendre.
Je dois encore traverser l’île pour me rendre au camping de Honningsvag et c’est déjà la fin d’après-midi.
Demain je rejoins Alta en bus.
Mais la journée me réserve encore des surprises…
C’est écrit en Français
C’est écrit en Français
Adrian prépare ma canne
Adrian prépare ma canne
Skarsvag
Skarsvag
Le port de Skarsvag
Le port de Skarsvag
Skarsvag
Skarsvag
Jolie maison en bois à Skarsvag
Jolie maison en bois à Skarsvag
Dans toutes les maisons des lampes sont posées sur les fenêtres où accrochées devant les fenêtres faisant sans doute illusion d’un soleil présent lors de la nuit permanente.
Gaël ! J’ai trouvé la maison du Père Noël !
Gaël ! J’ai trouvé la maison du Père Noël !
L’intérieur de sa maison
L’intérieur de sa maison
Tous les jouets rouges, même la confiture était rouge .
Tous les jouets rouges, même la confiture était rouge .
En me croisant elle me dit « C’est Jacqueline ! ». Gauthier et Marion l’ont croisé en Hollande et sont restés en contact avec Helena et lui ont parlé de moi.
En me croisant elle me dit « C’est Jacqueline ! ». Gauthier et Marion l’ont croisé en Hollande et sont restés en contact avec Helena et lui ont parlé de moi.
Des copains de Dom en camping-car. Ils savaient que j’étais sur l’île du cap Nord. Ils me cherchaient.
Des copains de Dom en camping-car. Ils savaient que j’étais sur l’île du cap Nord. Ils me cherchaient.
Au camping d Honningsvag
Au camping d Honningsvag
Ils n’ont pas trouvé de fromage dans l’immense Rema 1000 de Honningsvag pour faire une fondue. Lorsque j’ai montré les dizaines de petites plaques de gruyère suisse pris gratuitement par Emiel, Jean Phi (qui est Suisse) n’en croyait pas ses yeux. C’est un fromage rare, délicieux et presque introuvable en Suisse. 
Je crois bien que Jean Phi va passer par l’arrière des Supermarket dorénavant… Enfin ! on réserve cette façon de faire les courses aux jeunes moins fortunés que nous !
Coucher du soleil le 18 août 2022
Coucher du soleil le 18 août 2022
Vielle Église D’Honningsvag((1884)
Vielle Église D’Honningsvag((1884)
Rare bâtiment du village à avoir survécu à la dernière guerre.
Rare bâtiment du village à avoir survécu à la dernière guerre.
Place D’Honningsvag
Place D’Honningsvag
Samedi 20 août 2022
Jour 98
Km
« Alta »
Youn et Ewen sont repartis par la Suède pour tenter d’acheter une vieille Volvo et terminer leur voyage avec en passant par Besançon.
L’achat est fait Youn ?
Youn et Ewen sont repartis par la Suède pour tenter d’acheter une vieille Volvo et terminer leur voyage avec en passant par Besançon.
L’achat est fait Youn ?
Ewen !
Ewen !
Emiel ! Et toi Andi ?
Votre projet est plus raisonnable, vous allez repartir chez vous à vélo en passant par la Finlande.
Emiel ! Et toi Andi ?
Votre projet est plus raisonnable, vous allez repartir chez vous à vélo en passant par la Finlande.
Le joli camping de Alta Strand.
Le joli camping de Alta Strand.
Les toits végétalisés me ravissent toujours autant.
Les toits végétalisés me ravissent toujours autant.
L’intérieur chaleureux du chalet
L’intérieur chaleureux du chalet
Alta. La cathédrale de l’aurore boréale (2013)
Alta. La cathédrale de l’aurore boréale (2013)
Immense copeau en titane qui se déroule vers le ciel. 47 m de haut. C’est le symbole de la ville.
Immense copeau en titane qui se déroule vers le ciel. 47 m de haut. C’est le symbole de la ville.
Une échelle de Jacob dorée de 7,5 m de haut dans le clocher
Une échelle de Jacob dorée de 7,5 m de haut dans le clocher
Sol, chaises, et boiseries sont en chêne. Murs habillés de 800 mètres de panneaux verticaux, dont l’arrière est équipé d’ampoules LED. 
Statue en bronze moulé. Foncée dans le bas, elle va s’éclaircissant jusqu’en haut.
Statue en bronze moulé. Foncée dans le bas, elle va s’éclaircissant jusqu’en haut.
Les murs du clocher sont ornés de douze reliefs plaqués à l’or
Les murs du clocher sont ornés de douze reliefs plaqués à l’or
La cathédrale des aurores boréales alignée avec la rue piétonne d’Alta.
La cathédrale des aurores boréales alignée avec la rue piétonne d’Alta.
Alta. Beaux champs de gravures rupestres d’Europe…
Alta. Beaux champs de gravures rupestres d’Europe…
… classé au Patrimoine mondial de l’Unesco
… classé au Patrimoine mondial de l’Unesco
3000 gravures rupestres …
3000 gravures rupestres …
…datant de 2 000 à 7 000 ans av.J.-C
…datant de 2 000 à 7 000 ans av.J.-C
Il y a même un bonhomme à skis !
Il y a même un bonhomme à skis !
J’ai acheté deux peaux de renne.
J’ai acheté deux peaux de renne.
Je dois faire 5 km avec ce chargement avant d’arriver à la poste
Je dois faire 5 km avec ce chargement avant d’arriver à la poste
Intersport. Mon vélo doit être dans un carton pour être accepté dans l’avion.
Intersport. Mon vélo doit être dans un carton pour être accepté dans l’avion.
Départ pour Zurich le 23 août 2022.
Depuis Bâle je ferai trois étapes à vélo pour rejoindre Besançon afin de reprendre pied progressivement.

Marine et Damien, Marion et Gauthier ont pris  le train et le bus et sont au sud de la Finlande  sur le chemin du retour. Sarah et Joris sont rentrés. Ando ?
Paul est chez lui en Écosse.
Rupert est chez lui en Allemagne.
Stéphane a enfin fait réparer son vélo à Tromso et redescend les fjords à vélo et en ferry. Avant de rentrer à Lyon il passera à Besançon.
Raphaël et Juan-Carlos sont depuis un moment rentrés en Espagne.
Maryline est chez elle depuis début juillet et Radia n’est pas encore arrivée au sud de la France.
Les quatre Garçons….
Section 20 -14 août au 24 août
Mardi 23 août 2022
« Pour mes autres voyages à vélo, je n’utiliserai que le train et les bateaux !»

Arriva ce qui n’aurait jamais dû arriver ! 

6 500 kilomètres à vélo pour un magnifique voyage. Tout peut être qualifié  de magnificence ! 
Je n’ai fait que deux petites chutes dans le sable.
Il me reste l’épreuve avion. J’arrive la veille à l’aéroport. Je dors, si l’on peut dire, sur place.
Je réussis à tirer, pousser… mon immense carton en traversant tout le hall du petit aéroport et à le remettre directement au personnel qui s’occupe des bagages. Ouf ! C’est chose faite.
Ensuite je me présente au contrôle du pré-embarquement munie d’une de mes sacoches afin que celle-ci soit scannée. 
Je passe dans le portique et je déclenche l’alarme à explosifs. L’agent de sécurité me passe un petit morceau de papier sur les paumes et le dessus de mes mains et sur la taille et  l’insert dans la machine … rien n’est à signaler. Puis on m’appelle près de ma sacoche, je dois l’ouvrir. Avec précaution l’agent sort une pochette oubliée au fond de ladite dans laquelle j’avais rangé mon super couteau de pêche acheté par Youn. Il l’exhibe comme un trophée et me regarde. Je fais un geste inattendu, je lève les deux mains, pas les bras, les mains en signe inconscient pour dire que je suis inoffensive. 
J’ai un peu honte… des gens assistent à ce qui semble être une comédie depuis mon entrée à l’aéroport.
Mais ! Mais ! Mais… il reste encore quelques épisodes. Apres mon changement d’avion à Oslo, l’hôtesse m’annonce que ma bicyclette est restée à l’aéroport d’Alta car selon eux, elle transporte « des marchandises dangereuses » !!!
Cette fois-ci ce sont les bras qui m’en tombent !!!
Des marchandises dangereuses !!!! Non mais !!! J’aurai tout entendu !!!
Cette bonne bicyclette musculaire qui m’a portée jusqu’au cap Nord, voilà comment on la traite dans les aéroports. Je n’ai pas été mieux traitée non plus.
Après réflexion je pense que  c’est ma batterie incluse dans le tube de la fourche de mon vélo qui doit poser des soucis. Celle qui était prévue  pour recharger mon téléphone, qui est branchée sur ma dynamo et qui n’a jamais fonctionné. Une batterie de rien du tout qui se recharge petit à petit à la force musculaire.
Est-elle au lithium ou alors son système de fils fait-il penser à un système ingénieux d’expl…
Je garde espoir de la revoir un jour ma chère bécane qui a été d’une grande fidélité et porte les stigmates de mon long voyage. Je ne peux pas l’abandonner… quitte à aller la rechercher à Alta et revenir en bateau avec.

C’est ainsi que je fus privée de mon arrivée triomphale à Besançon, certes incognito mais au moins sur mon vélo.



Mercredi 24 août 
J’ai des nouvelles de ma chère bicyclette. Elle vient d’arriver à l’aéroport de Zurich, elle va reprendre un autre avion, peut-etre fera-t-elle le tour du monde ! et me sera ensuite acheminée directement chez moi à Besançon.

Tout est bien qui finit bien !
Merci à tous du fond du cœur !
Merci à tous du fond du cœur !
Commentaires
Ouders van Emiel - 21 août
Beste Jacqueline,
Fantastisch, je hebt de Nordkapp gehaald, van harte gefeliciteerd met deze uitzonderlijke prestatie! Wij hebben diepe bewondering en respect voor jou. Met heel veel plezier hebben we jouw op je reis gevolgd. Niet zomaar een reis, een avontuur met vele uitdagingen, lange dagen, diepe tunnels, maar ook prachtige ontmoetingen.
Bij toeval werden wij deelgenoot van jouw reis avonturen, doordat jij een groep jongens tegen kwam die je later als "jouw jongens" zou gaan beschouwen. Eén van deze jongens is onze zoon Emiel uit Nederland, samen met Ewen en Youn, later ook Andi. Gezamenlijk hebben jullie vele mooie momenten mogen beleven en door jouw dagboek mochten wij daar deelgenoot van zijn, een hele mooie aanvulling van de verhalen die wij van Emiel ontvingen. Dagelijks even snel controleren of er al een update was, als wij Emiel zijn tocht bekeken via Strava.
Hartelijk dank voor de mooie verhalen, de mooie woorden en prachtige foto's.

Nog een paar dagen te gaan voordat je weer naar huis reist, naar familie en vrienden. Dat wordt zeker een blij weerzien en wat zal je veel te vertellen hebben.
Een goede reis terug toegewenst!

Liefs en groeten van de ouders van Emiel (Hetty en Peter)

Jacqueline25 - 21 août
Très cordialement à vous les parents d’Emiel. Je vous remercie du fond du cœur.
J’ai traduit votre message
« Chère Jacqueline, Fantastique, vous avez réussi le Nordkapp, félicitations pour cette réalisation exceptionnelle ! Nous avons une profonde admiration et un profond respect pour vous. Nous avons apprécié vous suivre dans votre périple. Pas n'importe quel voyage, une aventure avec de nombreux défis, de longues journées, des tunnels profonds, mais aussi de belles rencontres. Par hasard, nous avons fait partie de vos aventures de voyage, car vous avez rencontré un groupe de garçons que vous considérerez plus tard comme "vos garçons". L'un de ces garçons est notre fils Emiel des Pays-Bas, avec Ewen et Youn, plus tard aussi Andi. Vous avez pu vivre de nombreux beaux moments ensemble et grâce à votre journal, nous avons été autorisés à en faire partie, un très bel ajout aux histoires que nous avons reçues d'Emiel. Vérifier rapidement chaque jour s'il y avait déjà une mise à jour, lorsque nous avons visionné le voyage d'Emiel via Strava. Merci beaucoup pour les belles histoires, les beaux mots et les belles photos. Plus que quelques jours avant de rentrer chez vous avec votre famille et vos amis. Ce seront certainement des retrouvailles heureuses et vous aurez beaucoup à dire. Bon voyage de retour ! Amour et salutations des parents d'Emiel (Hetty et Peter)

Marie France - 22 août
Wouah ! Que d'émotions en ce fin de périple ! La réussite de ton projet, les rencontres et les au- revoir , les messages que tu reçois !! Quelle richesse ce voyage !
Bon retour !

Voisine12 - 23 août
Incroyable pour ton vélo !!! 😱🤔
Trop dur de terminer cette aventure sans ton fidèle destrier !!!!
Bon on t'attend quand même.... de pieds ferme... du coup.. à Besançon !!
Bises

Vincent74 - 23 août
Bonjour,

Merci pour le partage de cette grande aventure et un grand bravo...
(Et carrément pas cool pour le vélo et la fin du voyage)

Marine et Damien - 24 août
Chapeau bas Jacqueline pour toutes ces aventures ! Ton blog est un plaisir à lire et j’ai hâte, une fois rentrée à la maison, au calme, d’en reprendre les prémices ! Tu es une force de la nature et tu imposes le respect ! Cette aventure qu’était la tienne est magique et je ne peux que nous revoir tellement heureux a l’arrivée là-haut… et imaginer ton bonheur même si les émotions sont tout simplement impossibles à exprimer ! Bravo ! Et ouf… de savoir que ton vélo est de retour… que d’aventures jusqu’au bout. Redescends tranquillement de ce petit nuage en retrouvant tes proches et bravo encore ! Au plaisir de te recroiser sur les routes, qui sait 😍😘

Jacob - 07 sept.
Hallo Jacqueline
Wat een prestatie heb jij neer gezet ik heb diep respect voor je.
Ik heb genoten van je leuke en positieve verhalen en je mooi foto's op deze manier ben je er als buitenstaander toch een beetje bij.
Nu kan het grote genieten beginnen met de herinneringen van deze geweldige fietstocht, uit ervaring weet ik dat dit niet verloren zal gaan maar telkens weer te spraken zal komen.
ik vind het nog steeds jammer dat ik niet geweten heb dat je via Rozenburg naar Maassluis over gevaren ben wat dat had nog weer een leuke ontmoeting kunnen zijn daar ik 300 meter van deze boot woon.
Ik wens je alle goeds en gezondheid en misschien plannen maken voor een nieuwe tocht.

Françoise et Philippe - 10 sept.
Bonsoir Jacqueline
Un grand merci pour nous avoir permis de partager ce magnifique voyage. Nous nous sommes régalés de vos récits et magnifiques photos ! Nous sommes admiratifs de votre persévérance, votre enthousiasme et votre vitalité. Il faut dire que vous étiez bien entourée et côtoyer la jeunesse donne de la ressource. Avec tous ces souvenirs, il vous faudra sans doute du temps pour revenir à la vie "normale" , mais le prochain voyage va sans doute occuper les longues soirées d'hiver.
Nous sommes fiers d'avoir connu "pour de vrai" la robe de soirée pailletée et nous vous ferons un seul reproche, c'est de ne pas vous être arrêtée à la maison lors de votre tour d'Alsace au printemps.
Nous vous embrassons bien fort