1 membre et 29 invités en ligne

De Besançon au Cap Nord à vélo en 2022. Pérégrinations de Jacqueline

(en cours)
                              À Caroline et Gaël.
Partir en solitaire ; un défi pour un si long voyage ! De Besançon au Cap Nord… Chiche ! 
J’ai déjà parcouru 19 000 kilomètres en cyclotourisme, 19 000 km pour réaliser mes rêves d’enfant, quelle chance ! 
Mais maintenant j’ai bien grandi, je suis une dame de soixante-huit ans, et je continue encore, en solitaire. 
Je vais partir de Besançon le 15 mai 2022 pour le Cap-Nord ! Ce sera mon plus long voyage… Près de 6 000 kilomètres ! A mon retour j’aurai fait 25 000 kilomètres soit 60 % du tour de la Terre !
Quand je ferme les yeux, je pense au 19 000 km déjà effectués… Vertigineux ! 
J’ai traversé 10 pays en 2019 sur l’Eurovélo6 de Saint-Nazaire à Constanta en Roumanie. Une orgie de paysages magnifiques, de rencontres magiques, de surprises émouvantes
En 2020 l’Eurovélo15 qui suit le Rhin m’a emmenée d’Andermatt à Rotterdam.
J’ai fait deux fois le tour de Bourgogne dont l’une avec mon petit-fils Gaël, logé confortablement dans sa remorque et mon amie Nadine qui désirait connaître l’aventure du cyclotourisme !
Et pour ne pas perdre les bons réflexes et les muscles (indispensablement en forme dans ces aventures) j’ai pris pour habitude de me rendre chez mes ami.e.s à vélo : à Strasbourg, en Suisse, là encore avec Gaël installé dorénavant, à 5 ans, dans sa remorque à vélo à pédales.
En 2021, j’ai fait un tour de France de 3 200 kilomètres en parcourant l’Eurovélo17 (ViaRhôna) ; le canal des deux mers ; la Vélodyssée (partie française de l’Eurovélo1, au cours de laquelle Gaël faisait partie de l’expédition et pour terminer l’Eurovélo6 de Saint-Nazaire à Besançon. 
Début avril, j’ai fait le tour d’Alsace, une balade de 700 km avec Chantal, en prévision de mon périple longue distance en direction du Cap Nord ! Je ne suis pas très entrainée ! Mais bon, va falloir que j’assure !
Le cyclotourisme est pour moi une source de bonheur ! Quand je pédale, j’éprouve un grand sentiment de liberté. Je deviens philosophe poète, artiste ! 
Je partage mes réflexions et mes sentiments, mes efforts aussi, avec les cyclotouristes qui m’accompagnent quelquefois sur des dizaines de kilomètres. Et parfois, ils me disent que rencontrer une dame de mon âge, seule, partant si loin, les aide et les motive. Moi aussi je suis très motivée et je continue, le nez au vent et les sourires dans mon baluchon.
Quand je rejoins mon point de chute, je retrouve souvent les rencontres faites sur le trajet, je découvre d’autres cyclotouristes. En général la fin de journée permet d’échanger sur nos expériences.
Les autres touristes ou habitants des régions traversées, eux, nous perçoivent souvent comme des êtres perchés à l’âme romantique. C’est amusant de lire dans leur regard de l’étonnement, de l’admiration et du respect. Au fil de mes pérégrinations, j’ai découvert avec bonheur que ces personnes sont accueillantes, aimables, généreuses et surtout admiratives face à notre image de sérénité et tranquillité. Elles font preuve d’humanité. J’aime me nourrir de ces rencontres énergisantes ! Même éphémères, elles me suivent le long du trajet mais aussi quand je rentre chez moi.
Je me suis donc toujours sentie en sécurité et à l'aise.
Côté logistique, j’ai abandonné mon Vélo Trek, mon compagon de ces dix dernières années et ses sacoches Ortleb bien étanches et jaunes. Combien de fois on m’a demandé si j’apportais le courrier !
J’ai un nouveau vélo Fahrrad manufaktur TX 400, une nouvelle tente ultra légère et de nouvelles sacoches, vertes.
Et avec un tel équipement, fini la distribution du courrier, à moi les messages nature et environnement !
Je me suis également équipée, pour la première fois, d’un GPS vélo. Compliqué à mettre en œuvre pour une efficacité assurée mais voilà, ma persévérance a eu raison de cette nouvelle technologie.  Le hic, c’est que si toutes mes journées de pédalage sont enregistrées, chaque parcours est affublé d’une courbe de dénivelé à me faire frémir. Ça grimpe, ça grimpe en Norvège  !!! Et je ne suis pas la plus douée dans le genre !
Il va falloir aussi que je fasse attention à mon corps, je dois ménager mon genou gauche quelque peu facétieux. Heureusement, en principe, à vélo les douleurs restent en sourdine.
De toutes façons, je suis mon propre rythme, j’avance lentement, j’arrive à ma destination une à deux heures après les cyclotouristes qui m’ont doublée dans la journée.
Mais, ainsi, je n’ai jamais de courbatures, de douleurs, et je ne suis jamais fatiguée en fin de journée. C’est une belle compensation et une réelle fierté ! « Chi va piano va sano e chi va sano va lontano ! » me disait-on gamine.
Le seul inconvénient c’est que mes soirées sont trop courtes !
Certaines amies m’ont attribué le terme de « jeunior », d’autres, sont subjuguées, mais rares sont celles qui me regardent d’un air circonspect voire dubitatif.
Ma fille Caroline me fait confiance, elle n’est pas inquiète à l’idée de me savoir partir si loin. Elle sait que je n’outrepasserai pas mes capacités physiques. Quant à Gaël, adepte du cyclotourisme depuis nos échappées complices, il sera penché sur mes cartes à tracer mes parcours et à dessiner des campings et des restaurants. Mais je sais qu’au fond de lui, il aimerait partir avec moi parce qu’il est sûr que je vais voir le Père-Noël au Cap-Nord !
Cette année j’ajoute à ma famille et à mes amis, les résidents de l’Ehpad « Le village de la Croix Blanche » ainsi que les jeunes de l’association Paris de Besançon qui me suivront assidûment. C’est encourageant, réconfortant, stimulant de me savoir suivie dans mes épopées de cyclotouriste.
Pour mon retour, fin août 2022, je prendrai l’avion à Alta, les sacoches, le cœur, la tête -et les jambes aussi- pleins de souvenirs de paysages, de rencontres, de saines fatigues qui me rendront heureuse et fière d’avoir fait ce que j’aurai fait en 3 mois ½ !
vélo de randonnée
Quand : 15/05/22
Durée : 82 jours
Distance globale : 5638km
Dénivelées : +26238m / -26332m
Alti min/max : -1m/488m
Carnet publié par Jacqueline25 le 09 mai
modifié le hier
448 lecteur(s) -
Vue d'ensemble

Le topo : 1 Besançon / Douzy (mise à jour : il y a 2 jours)

Distance section : 331km
Dénivelées section : +1397m / -1700m
Section Alti min/max : 153m/464m

Description :

Dimanche 15 mai 2022. 
Je débute l’euro-velo19 à Langres et c’est sous l’égide de Diderot que je m’élance vers le Cap Nord.
Je quitte ma famille ici. On s’embrasse, on se serre contre nos coeurs et quand on se sépare, on a les yeux embués. Il faut partir. Je me retourne une fois pour leur dire au revoir.  Caroline et Gaël se sont amenuisés au bout du chemin. Ils se retournent aussi.  Nous agitons nos bras et puis je pars, je ne me retourne pas.

Lundi 16 mai 2022
Deuxième journée dans les contreforts des Vosges en Haute-Marne. Des côtes des descentes…. C’est sportif !
De 30 degrés hier, aujourd’hui c’est 15 de moins et la pluie..
C’est au gré des petites routes que je traverse de nombreux petits villages paisibles, endormis. 
La France a la particularité d’avoir  88 % de l’ensemble des communes peu denses (des villages).
La Meuse à vélo saute à « saute vallée ». Plusieurs ascensions de 3 km me mettent à l’épreuve : de 5 à 9 %… hourra ! Je ne pose pas pied à terre pour les deux premières. Mon entraîneuse Chantal a été efficace lors de notre parcours récent en Alsace.

Mardi 17 mai
Je traverse de nombreux villages. Ils sont construits au fond de combes. On les atteint par des pentes bien souvent vertigineuses. Je sais maintenant ce qui m’attend dès le village traversé. Je fais de nombreux km à pieds, poussant ma bicyclette. C’est comme pousser une brouette chargée de 45 kg de ciment parfois sur 2 km ! Bon ! J’y arrive  en prenant le temps.
Il fait 34 degrés ! Je passe à Sorcy-Saint-Martin (1090 hab.), je dois faire remplir mes gourdes.  Un seul bâtiment a de hautes  fenêtres ouvertes. J’appelle pour avoir de l’eau ! Et il y a Mathilde ! Elle m’invite à visiter son atelier de maroquinerie. Du cuir ! Des machines ! De beaux objets créés ! ..
Elle a 28 ans. Elle a fait les Beaux-arts, une école de maroquinerie près de Dijon. Elle est passionnée par son travail, m’explique ce qu’elle fait. Elle est vivante, sympathique et marrante. Elle vient aussi regarder de plus près mon vélo. Nous partageons nos passions respectives. Quel bel échange !
Je traverse ensuite de belles petites villes : Commercy, Saint-Mihiel avec son Abbaye-Bénédictine et ses brasseries qui me tendent les bras, mais il est 18 heures et j’ai encore 25 km pour atteindre la ferme qui m’hébergera à Villers-sur-Meuse.

Mercredi 18 mai
Quelques côtes mais je ne mets pas le pied à terre. Elles sont moins raides. 
Mon thermomètre monte jusqu’à 37 degrés.
J’assure ma sécurité en étant très visible : gilet jaune que je ne quitte jamais, sacoches vertes visibles, et drapeau jaune bien haut qui ne se confond pas avec ma personne. Je sens que je n’énerve pas les automobilistes ou les camionneurs, ils me repèrent de loin. Le trafic est dense ce matin à 8 heures en direction de Verdun. Je les entends de loin les camions, puis ils sont derrière moi. Les moteurs tressaillent, les vitesses craquent  dans un bruit de ferraille, sacrée mécanique quand on est au première loge. Le département a encore du travail pour sécuriser l’eurovélo 19 !!!!
Et puis il y a les rencontres !!!

Jeudi 19 mai 
Dominique poussait son vélo dans une côte. Moi aussi ! Nous avons eu le temps d’échanger. Yves son mari grimpait sans difficulté. Il est redescendu chercher son vélo. Mais zut ! Il ne redescendra pas pour le mien. Nous nous retrouverons à Neufchâteau pour un déjeuner convivial à la Brasserie puis en fin de journée au camping à Domrémy-la-Pucelle. Ils sont partis à vélo pour une quinzaine de jours. Yves doit s’occuper de ses ruches ! Depuis j’ai dû les distancer avec ma longue étape de 100 km !
Mathilde ! J’en ai déjà parlé précédemment. Elle a beaucoup de travail. Elle crée des articles en fonction des demandes et elle fabrique aussi des étuis pour les euphoniums. 
Je rencontre beaucoup de Hollandais retraités. Ils partent essentiellement de Langres à vélo pour rejoindre les Pays-Bas. L’un est estomaqué lorsque je lui dis que je vais au Cap-Nord. Comme disait José le journaliste : « Elle n’a rien d’une sportive Jacqueline. C’est une voyageuse ». 
Et il y a Sean ! Il travaille au restaurant de Dun-sur-Meuse. Il aime bien mes lunettes ; J’aime bien ses baskets. (Mes lunettes sont originales et ses baskets sont très belles). Il aimerait partir au Cap-Nord avec moi. Il me fait penser à « Julien le musicien », rencontré l’année passée en faisant mon Tour de France à vélo. Il avançait sur son vélo avec la légèreté d’un papillon.
Il m’offrit à la fin de mon repas un limoncello, sans respecter le dosage !!! Merci Sean. 
Jean parti de Toul à vélo, lui aussi aimerait m’accompagner au Cap-Nord. 
Mais non ! Non ! Et non ! Je n’ai besoin de personne à vélo Manufactura…. (Y’a mieux pour la rime)

Et voilà ! J’ai déjà fait environ 1/20ieme  de mon voyage.
Ma position

Télécharger traces et points de cette section au format GPX , KML
Télécharger traces et points pour l'ensemble du carnet (toutes les sections) GPX , KML

Le compte-rendu : 1 Besançon / Douzy (mise à jour : il y a 2 jours)

1 Besançon / Douzy
Vive le vélo !
1 Besançon / Douzy
Sous Diderot !
1 Besançon / Douzy
Le Nord est là-bas ! Faut garder le Cap !
1 Besançon / Douzy
On est un peu chamboulés !
1 Besançon / Douzy
Il veut venir avec moi pour voir le Père-Noël au Cap Nord ! Il pense que les cadeaux ont remplacé les fleurs tout là-bas !
1 Besançon / Douzy
Il faut partir !
Au revoir !
1 Besançon / Douzy
Le plateau de Langres. Beaucoup de côtes pour cette première journée. Heureusement les descentes me permettent de récupérer.
Je suis sur l’eurovelo19 la Meuse à vélo. C’est à la fin de ma journée, après 75 km que je la découvre.
1 Besançon / Douzy
Elles me regardent passer. Je m’arrête. Je repars et j’entends un véritable brouhahas. Elles se sont toutes mises à courir de concert avec moi. 
Circourt sur Meuzon
Circourt sur Meuzon
neufchateau
neufchateau
Frebécourt
Frebécourt
Basilique de Domrémy-la-Pucelle
Basilique de Domrémy-la-Pucelle
Maxey-sur-Meuse
Maxey-sur-Meuse
Mathilde
Mathilde
Han -sur-Meuse
Han -sur-Meuse
Je pensais suivre la Meuse par des chemins de halage. C’est raté depuis trois jours.
1 Besançon / Douzy
Peu avant Verdun après avoir quitté un trafic dense sur la départementale.
1 Besançon / Douzy
Je demande à la police de me prendre en photo. Ce qui m’occasionne quelques réflexions d’amies «  immigrée martienne pour un délit de faciès » ; «  Tu as dormi au poste ? » « Se faire prendre en photo par la police à Verdun ! Achtung !!! ».
Verdun
Verdun
Un clin d’œil à mon frère Daniel le sculpteur.
1 Besançon / Douzy
Ce n’est pas de tout repos. Parfois je pédale dans la vallée, parfois je grimpe les contreforts. Thorve doit penser que c’est une bagatelle par rapport à la Norvège.
Dun-sur-Meuse.
Dun-sur-Meuse.
Camping de Dun-sur-Meuse
Camping de Dun-sur-Meuse
Sur la route
Sur la route
Un verger bienvenu pour mon pique-nique.
Un verger bienvenu pour mon pique-nique.
Peu d’équipements pour les cyclotouristes le long de la Meuse à vélo. Le propriétaire vint me trouver, car je suis apparue sur sa vidéo surveillance ! Il m’invita à boire un café, mais je ne bois pas de café en début d’après-midi. 
Commentaires
M Jo 39 - 15 mai
Belle aventure !

jennny - il y a 2 jours
On pense à toi ! Et à cet énorme courage qu'il faut pour aligner autant de kilomètres ! Bisous Jen' & Max

domii70 - il y a 2 jours
De très belles photos. Courage, bisous.