« Le voyage pas si proche de chez nous » Traversée Mercantour – Ubaye – Queyras. Aout 2018

(réalisé) share(partager)
Aout 2018. Une envie de trek nous prend pour les vacances de cet été. Le format contraint de 10 jours ne nous laissant pas la possibilité d'aller bien loin et étant à Bandol au 15 aout, on se replie sur les exotiques montagnes des alpes du Sud. Ce sera une traversée Mercantour, Ubaye et Queyras par les hauteurs, et en mobilité "douce" s'il vous plait ! L'occasion de montrer une fois de plus qu'il n'est pas nécessaire d'aller loin pour vivre des moments intenses.
Récit au jour de notre voyage "pas si proche de chez nous", au travers de notre carnet de bord.
Bonne lecture !
randonnée/trek
Quand : 16/08/18
Durée : 11 jours
Carnet créé par Geoff le 21 mars
modifié le 24 mars
S'y rendre de manière douce : C'est possible en train bus
Précisions : L'accès au Mercantour se fait par Nice, accessible en TGV et TER depuis toute la France, mais un petit conseil : évitez le week-end du 15 aout ! ;-) Depuis le centre ville de Nice, les bus Lignes d'Azur permettent de remonter les vallées jusqu'à S...
Coup de coeur ! 610 lecteur(s) - 10
Vue d'ensemble

Le topo : Jour 10 - 25 aout (mise à jour : 24 mars)

Description :

Le détail des étapes :


Jour 1 : St Etienne de Tinée – Bergerie de Claï / 6,7km / 970m de D+
Jour 2 : Bergerie de Claï – Argentera / 20,3 km / 1275m de D+
Jour 3 : Argentera – Lac de la Viraysse / 16,5 km / 1285m de D+
Jour 4 : Lac de la Viraysse – Bivouaco Barenghi / 14,3 km / 1000m de D+
Jour 5 : Bivouaco Barenghi – Maljasset / 14,6 km / 470m de D+
Jour 6 : Maljasset – Lac de la Blanche/ 18,3 km / 1170m de D+
Jour 7 : Lac de la Blanche – La Montat / 20,7 km / 810m de D+
Jour 8 : La Montat – Abriès / 14,4 km / 980m de D+
 
Au total : 125,8 km / 7960m D+

Le compte-rendu : Jour 10 - 25 aout (mise à jour : 24 mars)

Réveil 6h ce matin, nous sommes reposés, en forme et plein d’énergie pour cette longue journée. Oui mais aujourd’hui, ce n’est pas de trek dont il est question, mais bien de rentrer chez nous… Il y a mieux pour se motiver mais néanmoins le camp est plié en un temps record et à 7h30, nous sortons du camping encore tout endormi, non sans avoir dit au-revoir à Didier.

C’est à Ristolas que nous attendons la navette Queyras -> Mont-Dauphin qui nous permettra de rentrer en train jusque chez nous. Pour le moment, nous sommes les premiers clients, mais à chaque arrêt, le nombre de randonneurs va croissant. Arrivés à Veille-Ville, il faut se rendre à l’évidence : le bus est trop petit pour y faire rentrer tous les voyageurs ! En l’espace de 10 minutes, le chauffeur revient avec un « vrai » bus et zou, tout le monde envoie balader son sac en soute et on dévale les gorges du Guil à une vitesse impressionnante !! Grâce au coup de main du conducteur, on sera même en avance à la gare, ce qui nous laisse tout le loisir de souffler avant le train. Avec les péripéties de l’aller, on est légèrement anxieux quand à ce trajet retour par Valence… Mais il n’en est rien et le train est cette fois bien à l’heure au RDV. On prend soin de ne pas monter dans le même wagon que les scouts et biens installés, nous descendons la vallée de la Durance. Nous longeons tout d’abord les Ecrins dont on aperçoit les plus hauts sommets, puis le magnifique lac de Serre-Ponçon jusqu’à Gap. Un petit tour au pied du Dévoluy puis direction le Diois et enfin longeant l’extrémité sud du Vercors par la vallée de la Drôme. Quelle belle ligne de train, traversant de si belles régions en ces quelques heures de trajet, nous laissant tout le loisir de promener nos regards le long des torrents comme des parois au dessus de nos têtes !

Valence arrive, les passagers hétéroclites du train descendent sur le quai et chacun part à la recherche de sa correspondance. Peu de retard pour la notre, et nous poussons finalement la porte de notre appartement à 16h, bien contents d’en avoir terminé avec les transports, mais bien triste aussi que cette parenthèse nomade touche à sa fin.

Le trekking en autonomie (même s’il est nécessairement à durée limitée) permet réellement cette déconnexion du quotidien et autorise une immersion au plus près de la montagne, des éléments, et de ses habitants. Alors, quand on peut allier les plaisirs de la marche en altitude avec la satisfaction de ne pas avoir à toucher à sa voiture, ce voyage de proximité devient vite un voyage « pas si proche de chez nous », emprunt d’une certaine dimension d’aventure et qui nécessite adaptation, volonté et humilité. De biens belles valeurs, qui cultivées tout au long de ces journées de marche, donnent envie d’agrandir encore la parenthèse à la prochaine occasion !
Commentaires
share posté le 24 mars

Olivier
2273 messages
Très chouette carnet, merci ! Çà fait du bien, les photos sont vraiment très belles, bravo !
Et pourquoi pas ?
share posté le 24 mars

Patrick G
46 messages
Tout en simplicité... de bien belles photos.
merci pour ce partage !
share posté le 25 mars

Geoff
4 messages
Merci à vous c'est super ça nous a fait plaisir de se replonger dans ces belles journées de trekking... Surtout par les temps qui courent ! :-/
Faites que le rêve dévore votre vie avant que la vis ne dévore votre rêve !
share posté le 25 mars

Anthony
167 messages
Excellent, et jolies photos, merci !
Belle expérience en mobilité douce mais pas si douce ;)
share posté le 25 mars

nb06
3 messages
Joli trek les copains dans ces si belles Alpes du Sud !
Bravo pour les photos, elles sont magnifiques !
share posté le 04 avr.

marie31
379 messages
superbe mais une petite carte en plus serait sympa ( voir utile ) :(

Actuellement

Carnets d'Aventures N°59