6 invités en ligne
SELECTIONNEZ VOTRE ACTIVITÉ
Voir liste avancée
Je viens de terminer un tour d’Europe de plus de quatre mille kilomètres, seule. Ceci avec un vélo de route sur lequel a été ajoutée une assistance électrique afin de prendre en charge le poids important des bagages étant donné que je suis une quinquagénaire sans entraînement avec des genoux déjà un peu fatigués. "Ahhh, mais tu as un vélo électrique!" - "Non, j'ai une batterie que j'économise pour avoir la possibilité d'aller loin et qui m'aide pour soulager mes genoux et gérer le poids des bagages". L'aventure - c'est quoi en fait? N’est-ce pas un ensemble d'activités et d'expériences qui comportent une forme de risque et qui vous mettent face à l'imprévu à et à vous-même ? A chacun sa façon de se dépasser. Il n'est pas nécessaire de grimper l'Everest, un tour d'Europe avec un vélo acheté sur le Bon Coin seule sans connaissances particulières en mécanique avec juste une tente, un téléphone et quelques cartes suffit. Et quoi qu'il arrive - avec ou sans aide - il faut pédaler et assurer... Ainsi je suis partie en 2020 de Bordeaux en passant par la VélOdyssée, la Vélo Francette puis l’Eurovélo 6 jusqu’au lac de Constance. Vu que j’ai adoré ce type de voyage je suis repartie en août 2021 pendant deux mois et demie de Stuttgart en suivant l’Eurovélo 6 jusqu’à Negotin en Serbie. Le retour vers la France a été une odyssée rocambolesque à travers la Bulgarie, la Grèce et l'Italie incluant des transports en commun locaux de tous genres et le déplacement à vélo dans des lieux parfois bien hostiles... Du vrai voyage, quoi. Celui qui vous fait et non le contraire…
Voir le carnet
Une femme, un vélo, un tour d'Europe: partie 1/2
Une femme, un vélo, un tour d'Europe: partie 1/2
116 jours
1621 km
par Mica
4
LE FILM DE CE VOYAGE EST VISIBLE ICI:  Facebook : SupervagabondS en Scandinavie 3 mois et demi de canoë en Finlande en autonomie complète avec un drone et une petite incursion en Russie qui nous a valu d’êtres soustraits de notre liberté par les gardes-cotes Finlandais... Cependant nous avons rencontré tellement de gens bienveillants, gentils et curieux à notre égard que nous considérons ce voyage comme un cadeau de la vie.  Nous avons aussi croisé un lynx; Sans images du félin, nous n'aurions rien dit ! De mi Mai à fin Juillet nous avons parcouru plus de 1200 km de canoë et apprécié une centaine de kilomètres de portages à travers des parcs nationaux, de lacs immenses en rivières minuscules aux marais envoûtants.  Jusqu'à la rencontre d'une famille Finlandaise qui bouleversera le cours de notre voyage, sa finalité et aussi un peu de notre vie.  Le mois d’Août s'est déroulé autour d'une cabane/sauna au bord d'un lac, qui nous a été prêtée sans limite de durée et à laquelle nous pouvons revenir comme bon nous semble ! L'étranger est notre frère; L'homme qui vient de bien loin est notre parent. - Proverbe Finlandais - 3 and a half months of canoeing in Finland in complete autonomy with a drone and a small incursion in Russia which has earned us from being removed from our freedom by Finnish rangers ... However, we have met so many caring, kind and inquisitive people that we view this trip as a gift of life. We also crossed a lynx; Without images of the feline, we wouldn't have said anything ! From mid-May to the end of July we traveled more than 1200 km of canoe and enjoyed a hundred kilometers of portages through national parks, from huge lakes to tiny rivers to mesmerizing marshes. Until the meeting of a Finnish family that will upset the course of our journey, its purpose and also a little of our life. The month of August took place around a cabin / sauna at the edge of a lake, which has been lent to us for no time and to which we can return as we wish ! The stranger is our brother; The man who has come a long way is our parent. - Finnish proverb -
Voir le carnet
L'art existe pour combler nos manques de conceptions.
SupervagabondS en Suomi
105 jours
1215 km
293
Voir le carnet
Le Danube en canoe
Le Danube en canoe
100 jours
20
Notre premier voyage à deux canoës, à chacun son embarcation, à chacun ses méditations. Ce carnet est dédié à ma fille Amélie, parce qu'avant de partir j'avais, tout comme elle, sous estimé sa capacité à être vagabonde. A l'heure de dérouler ce carnet, elle n'attends que de repartir ensemble avec son canoë. Nous pensions que ce voyage serait bien différent de celui de 2017, effectivement il fut vraiment un cran au dessus, autant dans les émotions de notre relation père fille, qu'au travers des rencontres qui ont eu lieu. Le titre est aussi un hommage parce que sans ma fille, sans Israfil et Tarja, il y aurait moins d’émotions dans ce carnet. Ce carnet est aussi un cadeau de noël pour ma fille, parce qu'il n'est pas obligatoire de consommer à outrance pour lui démontrer que je l'aime. -------------------------- Our first trip to two canoes, to each his own boat, to each his meditations. This notebook is dedicated to my daughter Amélie, because before leaving I had, like her, underestimated her ability to be a vagabond. When she unrolls this notebook, she is just waiting to leave together with her canoe. We thought that this trip would be very different from that of 2017, indeed it was really a notch above, as much in the emotions of our father-daughter relationship, as through the meetings that took place. The title is also a tribute because without my daughter, without Israfil and Tarja, there would be less emotion in this notebook. This notebook is also a Christmas gift for my daughter, because it is not compulsory to consume excessively to show her that I love her.
Voir le carnet
Voilà c'est terminé, parce qu'un cadeau finit toujours par être déballé.
Pas de besoin de faire en sorte pour que tu ne m'oublies pas, tu seras à jamais ma fille parce que depuis toutes ces années, je ne suis que, 
ton père.
SupervagabondS au pays d'Israfil et Tarja
85 jours
705 km
167
     A Caroline et Gaël   De Besançon au Cap Nord… Chiche !   Partir en solitaire, un défi pour un si long voyage ! Ce sera mon plus long voyage. Si je cumule tous les kilomètres que j’aurai faits depuis mon premier coup de pédale il y a déjà quelques années, j’aurai bouclé environ 65000 km soit 60% du tour de l’Equateur.  J’ai traversé dix pays de Saint-Nazaire à Constanta en Roumanie, j’ai suivi le Rhin d’Andermatt à Rotterdam, j’ai fait deux fois le tour de Bourgogne dont l’une avec mon petits-fils, j’ai rejoint la côte atlantique par la Camargue, le canal des Deux Mers puis remontée jusqu’à Saint-Nazaire. Et début avril, en guise de reprise d’entraînement, j’ai aussi fait le tour d’Alsace, petite balade de 700 km… Enfin, pour ne pas perdre les bons réflexes et les muscles, petits moteurs qu’il faut indispensablement garder en forme, j’ai pris l’habitude de me rendre chez mes amis de Strasbourg, en Suisse… Et maintenant, quand Gaël m’accompagne, grand garçon de 5 ans, c’est dans sa remorque à vélo à pédales. Vertigineux ! Tous ces voyages ont été l’occasion de faire des rencontres magiques, découvrir des paysages magnifiques, avoir des surprises émouvantes. Quand je pédale, j’éprouve un grand sentiment de liberté. Je deviens philosophe, poète, artiste. Jepartage mes réflexions et mes sentiments, mes efforts aussi, avec les cyclotouristes qui m’accompagnent quelquefois sur des dizaines de kilomètres. Quelques-uns me disent que croiser une dame de mon âge -j’ai 68 ans- seule, partant si loin, les aide et les motive. Moi aussi je suis très motivée et je continue, le nez au vent et les sourires dans mon baluchon. Quand je rejoins mon point de chute, je retrouve quelques-unes de ces rencontres et je découvre d’autres cyclotouristes avec qui nous échangeons sur nos expériences. Mais le plus amusant et un peu flatteur aussi je l’avoue, c’est de lire dans le regard de certains l’étonnement, l’admiration et le respect. Parfois même, on me perçoit comme une personne perchée à l’âme romantique. Mais tous font preuve d’humanité, ils sont accueillants, aimables, généreux et surtout admiratifs ! Certaines amies m’ont attribué le terme de jeunior. D’autres sont subjuguées, rares sont celles qui me regardent d’un air circonspect voire dubitatif. Ma fille Caroline, qui sait que je n’outrepasserai pas mes capacités physiques, me fait confiance et c’est important. De cette façon, je pars tranquille, l’esprit léger.  Quant à Gaël, mon petit-fils, adepte de cyclotouriste depuis nos échappées complices,  il sera penché sur les cartes à tracer mon parcours et à dessiner des campings et des restaurants ! Mais je sais qu’au fond de lui, il aimerait partir avec moi parce qu’il est sûr que je vais voir le Père Noël au Cap Nord ! Cette année, j’ajoute à ma famille et mes amis, les résidents de l’Ehpad « Le village de la Croix Blanche » et les jeunes de l’association Paris de Besançon qui me suivront assidûment. Enfin, pour mon retour, fin août 2022, je sais que quand je prendrai l’avion à Alta, mes sacoches, mon cœur, ma tête -mes jambes aussi- seront pleins de souvenirs de rencontres, de paysages, de saines fatigues qui me rendront heureuse et fière d’avoir fait ce que j’aurai fait en 3 mois ½.   
Voir le carnet
Vive le vélo
De Besançon au Cap Nord à vélo en 2022. Pérégrinations de Jacqueline
82 jours
35