6 invités en ligne
SELECTIONNEZ VOTRE ACTIVITÉ
Voir liste avancée
France -> İtalie -> Grèce -> Turquie -> İran  > (en car) > Belgique -> France... Allez cette année on fait un break, une pause, pour refaire le plein de rencontres, de paysages et d'idées toutes fraiches !! ... Pour tout dire, c'est surtout d'un gros gros break que j'avais besoin, de ceux dont on revient différent, dans un univers devenu trop souvent incompréhensible, et pour lequel je n'avais plus les bonnes clés. La maladie, puis le décès subit de mon père début mars 2020, à seulement 69 ans (a peu près a l'âge de ma possible retraite), ont été déclencheurs.  L'envie de changer d'air est devenue prioritaire, la decision d'un break a été prise lors du solitaire deuxieme confinement, en novembre 2020, apres une énieme journée de teletravail, confortable mais tellement anesthésiante.   Alors un vieux rêve d'ado a trouvé l’opportunité trop belle pour revenir sur le devant de la scène, tout simplement "Aller en Mongolie a vélo". Il a pris toute sa place, les planètes se sont alignées, et mon chef de service a accepte un congé sabbatique de 11mois jusqu'au 2 janvier 2023. Donc l'idée de départ est assez simple : partir en vélo de chez moi, fermer la porte et aller en Mongolie. Par voie terrestre uniquement, y compris le retour. De façon plus détaillée, atteindre la vallée d'Orkhon, où je suis déjà allé en 2016, une dizaine de jours en itinérance à cheval.  Pour le retour, prendre le train Transsibérien au lac Baïkal, et rentrer via Moscou et Bruxelles. Compte tenu de la situation géopolitique et surtout des fortes tensions avec la Russie, et bien que les frontières mongoles se soient ouvertes, je n'ai pas osé dépasser la mer Caspienne. Aussi j'ai pris trop de retard en route et n'étais pas prêt a affronter l'hıver dans ces contrées. J'ai donc engagé le retour a partir de Téhéran  ;) Un coup de pédale après l'autre, les paysages ont défilé, et ces 8 mois passés sont pour moi une superbe aventure :) .
Voir le carnet
Vraiment touchant, merci Khazar !!! (la jeune fille)
Ensemble en 2022, on pédale plus loin !
265 jours
10431 km
75
Le teaser de notre tour : https://www.youtube.com/watch?v=BugaypM71hc Le film entier : https://www.youtube.com/watch?v=Hvo_-nIawqU Voilà une belle île aux dimensions modestes pour faire une boucle en peu de temps, pas trop loin de la maison. Nos kayaks pliants Nortik dans les startings block, C'est en voiture que nous rejoindrons le port de Piombino 550km plus loin, pour changer de nos habitudes des transports en commun mais la mission aurait été trop fastidieuse avec 5 changements de train, des bus, ect ... La voiture garée, c'est avec nos deux chariots et les kayaks sanglés que nous rejoignons le ferry pour une traversée piétonne moyennant 25€ pour deux personnes.  Arrivés à Cavo 1h après, le camping situé à 1km dans les terres nous à permis de monter tranquillement nos kayaks Navigator (ossature bois) et Argo (ossature alu) et de récupérer tranquillement du trajet. C'est le lendemain que nous avons commencé le tour anti horaire, choix pris au dernier moment afin de s'adapter aux vents dominants des prévisions de la semaine. Nos vaches à eau de 10l/pers et la nourriture locale à bord nous ont permis de tenir 3jrs. Le ravitaillement s'est fait en camping pour aussi se laisser tenter par une bière ;)   Nous n'avons pas été aidé par la chaleur qui nous demandait de partir tôt le matin pour faire nos kilomètres et finir avant 13h. Le dernier jour nous avons également pris la nuitée au camping du premier jour,  Elbadoc. Le rinçage et pliage des kayaks, les douches et la pizza du soir sont bien appréciés avant le retour en chariot et les 550km de bitume qui suit ... On a appris le dernier soir que l'eau du robinet n'était pas potable sur l'île. Bon, c'est vrai qu'elle est franchement dégueulasse ... Une pensée à mon Fuji Xpro qui a rejoint ses ancêtres du haut de sa chute au sol de 1m50... dans le ferry ... de l'aller !:blink::'(
Voir le carnet
Mer d'huile ... Glisse optimale.
Tour de l'île d'Elbe en kayaks de mer pliants
6 jours
131 km
par kevink
8
Projet : Faire le tour des côtes bretonnes de Rennes à Nantes en 15 jours environ. En réalité, nous n’avons que 12 jours disponibles et nous reviendrons par le train à Rennes à partir de Lorient.   Organisation : -  Transport en TER -  Hébergement en camping ou CCI ou gites ou autres, au fil de l’eau sans réservation (nous sommes en septembre et les nombreux campings ouvrent pour la plupart au moins jusqu’à mi-septembre). - Nos vélos de voyage : Marino a un GITANE Verso Tour avec 4 sacoches et Jean Yves a un vélo en acier sur mesure de chez Olympiques Cycles avec 4 sacoches aussi. Conclusion Nous avons fait un très beau périple en vélo par beau temps, sauf un peu à la fin. C’est une bonne saison pour faire cet itinéraire car il y a peu de touristes et les campings et sites sont encore ouverts. L’amplitude du jour de 7h à 21h30 correspond bien à notre activité avec des nuits pas trop longues. Nous n’avions pas trop de temps et 80km par jour aurait permis de prendre plus de temps sur certains passages, dans certains lieux inspirants pour mieux s’imprégner de la Bretagne. Quatre ou cinq jours supplémentaires auraient permis aussi de visiter l’île d’Ouessant et d’aller jusqu’à Nantes pour un retour en train sur Lyon. Les passages en bateau vers des îles doivent être bien anticipés car ils imposent des contraintes horaires particulières. Les mollets des cyclistes moyens pourront trouver le relief de certaines étapes assez éprouvant malgré l’altitude modeste, avec beaucoup de côtes courtes, mais raides.  On peut aussi trouver le parcours des Eurovélos un peu cassant, car il enchaine des sections disparates aux multiples changements de direction. La côte bretonne est vraiment magnifique et variée, de ports en caps, de côtes sauvages en cités balnéaires, avec plein de sites intéressants à dénicher le long de l’itinéraire (chapelles innombrables, manoirs, menhirs gravés, châteaux, musées, ports …). Il suffit de consulter les documents touristiques mis à disposition dans les campings.
Voir le carnet
Tour de la BRETAGNE en vélo du 27 aout au 7 septembre 2022
Tour de la BRETAGNE en vélo du 27 aout au 7 septembre 2022
11 jours
886 km
2
La vie de parents arrive à grand pas!! On va pas dire qu'on stresse, on est justement très impatients. Beaucoup de questions et de peurs toquent à la tête quand on est assez ... actifs ;) 3 mois déjà qu'on connaît la belle surprise. Alors pour sortir un peu la tête et le reste du corps, on décide de partir en itinérance V.T.T. pour traverser les Alpilles, et aller voir la mer, pendant qu'on est encore sur la selle.   Il y a comme un vent de légèreté, un sentiment de fraîcheur et de nouveauté à arpenter des sentiers inconnus... Une petite aventure comme on les aime, mais cette fois, une première itinérance à trois, avec ce petit être encore bien au chaud <3 Avec le ventre de plus en plus gros, on adapte le V.T.T en y installant une potence haute et réglable, une selle amortie (plus que nécessaire !). Tout cela contribue à une position plus droite que le profil X-country du Lapierre d'Astrid. L'heure n'est pas à la performance mais au confort et au plaisir +++:P La remorque Aevon Kit 80 prête pour mon Cannondale, nous voilà partis pour poser la voiture à Cavaillon. C'est donc avec les sourires grands comme des bananes que nous sillonnons les Alpilles, accompagnés d'un bon vent du nord et un soleil brûlant. Nous avons traversé le massif jusqu'à Arles en passant par les Baux de Provence. Beaucoup de pistes 4x4, longues, quelques fois raides, les chaleurs nous ont donné mentalement du travail, et nous avons dû gérer l'effort, (surtout pour la future mama ;)). Nous nous sommes aussi reposés dans de jolies pinèdes... L'écoute des sensations était notre leitmotiv tout au long du voyage. Une fois Arles traversé, on s'est laissés glisser jusqu'aux Saintes Maries de la Mer par les pistes et petites routes. Le temps de se faire défoncer par les MOUSTIQUES :'(, puis nous avons continué jusqu'à Port St Louis et passé son bac pour viser Miramas.   Il fût ensuite bien difficile de trouver des chemins "sécure", on a dû partager la route avec les motos en "wheeling", les BMW hurlantes et les bandes cyclables absentes... Bref, on a détesté cette fin de route !!! On a alors pris le plan B: prendre un T.E.R. de Miramas jusque Cavaillon, tranquillement. Selon nous, le timing printanier était parfait car les chaleurs commençaient à se faire beaucoup trop sentir et la pratique du V.T.T. aurait été plus compliqué pour Astrid. Ce fût une douce escapade et de jolis souvenirs... p.s 1: nous recommandons le camping Les Bois Flottés super ambiance, délicieuses pizzas et cadre hyper agréable https://www.camping-les-bois-flottes.fr/ p.s 2 : notre bébée va très bien du haut de ses 1 an :D:P<3
Voir le carnet
Traversée des Alpilles et de la Camargue en V.T.T. itinérant à deux... presque 3 ;)
Traversée des Alpilles et de la Camargue en V.T.T. itinérant à deux... presqu...
4 jours
168 km
par kevink
3
" L'important du temps, ce n'est pas de le perdre, mais de le prendre " Cela fait quelques années que je murissais le doux rêve d'une itinérance à vélo. Seulement voilà, le quotidien nous trouve toujours mille raisons de repousser, d'enfouir loin nos désirs les plus simples au profit d'une vie pourtant elle bien plus compliquée. Je dévore les magazines carnets d'Av et fait des overdoses de récits d'aventuriers de tout bord, mais je reste un voyageur immobile. Mon esprit rêve d'évasions et grands espaces mais je sent mon corps enfermé dans le confort de notre intérieur, comme prisonnier entre le canapé et la cuisinière. Pourtant, il ne tient qu'à moi de tout bousculer.  Il parait que entre la liberté et le confort, la majorité ira vers le confort, pensant que c'est la liberté. Il m'aura fallu du temps pour comprendre et contre toute attente, ce début d'année 2020 sera le déclencheur. Le confinement nous cloue tous à la maison et nous fait découvrir ou redécouvrir l'importance du temps. Et comme du temps j'en ai, j'en profite pour ressortir les rêves du grenier. Ce rêve d'itinérance est accompagné de l'envie de m'alléger et de retrouver plus d'essentiel. Pour certains l'aventure commence devant la porte, pour d'autres il faudra l'ascension d'un sommet pour être satisfait. A chacun son bout du monde.  Pour moi ce sera donc une itinérance à vélo, de Lyon vers l'océan, en passant par une certaine "diagonale du vide". Cette bande de France peu peuplée mais tellement verte et à découvrir. Le cahier des charges se dessine tout doucement. Une traversée par les sentiers, les GR, ou tout autre chemin le plus loin possible des routes goudronnées. Ce sera donc en VTT. Je souhaite aussi être le plus possible en autonomie, le choix est donc fait de partir avec une remorque et tout le nécessaire de camping. Enfin, comme l'idée de base n'a aucune ambition sportive ce sera le vélo VTT avec assistance. Après 2 opérations et greffes au genoux, l'objectif n'est pas juste de partir mais surtout d'arriver. Partir en mode 2.0 permettra aussi d'ajouter au trajet une dimension ludique, de lever quelques barrières de franchissements, découvrir des chemins et traces auxquels je n'aurait pas eu accès avec un vélo de 25 kg, une remorque de 26 kg et mes petites jambes. Pour finaliser cette autonomie, la remorque sera équipée d'un panneau solaire.  Je m'attèle à ce bricolage maison durant ces quelques semaines de parenthèse sanitaire et le rêve prend forme. Je trépigne d'impatience. Je me vois déjà utiliser tous mes petits accessoires de bivouac, de vivre cette bouffée d'air tant espérée. Je ne vais plus rêver ma vie, je vais vivre mon rêve.
Voir le carnet
De Lyon à Bisca - vers l'océan par chemins et voies vertes en VTT solaire
De Lyon à Bisca - vers l'océan par chemins et voies vertes en VTT solaire
18 jours
1028 km
2
     A Caroline ma fille et à Gaël mon petits-fils,    De Besançon au Cap Nord… Chiche !   Partir en solitaire, un défi pour un si long voyage ! Ce sera mon plus long voyage. Si je cumule tous les kilomètres que j’aurai faits depuis mon premier coup de pédale il y a déjà quelques années, j’aurai bouclé environ 24 000 km soit 60% du tour de l’Equateur.  J’ai traversé dix pays de Saint-Nazaire à Constanta en Roumanie, j’ai suivi le Rhin d’Andermatt à Rotterdam, j’ai fait deux fois le tour de Bourgogne dont l’un avec mon petits-fils, au cours d'un tour de la France, j’ai rejoint la côte atlantique par la Camargue, le canal des Deux Mers puis remontée jusqu’à Saint-Nazaire et terminée par L’Eurovelo6 jusqu’à Besançon. Et début avril, en guise de reprise d’entraînement, j’ai aussi fait le tour d’Alsace, petite balade de 700 km… Enfin, pour ne pas perdre les bons réflexes et les muscles, petits moteurs qu’il faut indispensablement garder en forme, j’ai pris l’habitude de me rendre à vélo chez mes amis à Strasbourg, en Suisse… Et maintenant, quand Gaël m’accompagne, grand garçon de 5 ans, c’est dans sa remorque à vélo à pédales. Vertigineux ! Tous ces voyages ont été l’occasion de faire des rencontres magiques, découvrir des paysages magnifiques, avoir des surprises émouvantes. Quand je pédale, j’éprouve un grand sentiment de liberté. Je deviens philosophe, poète, artiste. Je partage mes réflexions et mes sentiments, mes efforts aussi, avec les cyclotouristes qui m’accompagnent quelquefois sur des dizaines de kilomètres. Quelques-uns me disent que croiser une dame de mon âge -j’ai 68 ans- seule, partant si loin, les aide et les motive. Moi aussi je suis très motivée et je continue, le nez au vent et les sourires dans mon baluchon. Quand je rejoins mon point de chute, je retrouve quelques-unes de ces rencontres et je découvre d’autres cyclotouristes avec qui nous échangeons sur nos expériences. Mais le plus amusant et un peu flatteur aussi je l’avoue, c’est de lire dans le regard de certains l’étonnement, l’admiration et le respect. Parfois même, on me perçoit comme une personne perchée à l’âme romantique. Mais tous font preuve d’humanité, ils sont accueillants, aimables, généreux et surtout admiratifs ! Certaines amies m’ont attribué le terme de jeunior. D’autres sont subjuguées, rares sont celles qui me regardent d’un air circonspect voire dubitatif. Ma fille Caroline, qui sait que je n’outrepasserai pas mes capacités physiques, me fait confiance et c’est important. De cette façon, je pars tranquille, l’esprit léger.  Quant à Gaël, mon petit-fils, adepte de cyclotourisme depuis nos échappées complices,  il sera penché sur les cartes à tracer mon parcours et à dessiner des campings et des restaurants ! Mais je sais qu’au fond de lui, il aimerait partir avec moi parce qu’il est sûr que je vais voir le Père Noël au cap Nord ! Enfin, pour mon retour, fin août 2022, je sais que quand je prendrai l’avion à Alta, mes sacoches, mon cœur, ma tête -mes jambes aussi, seront pleins de souvenirs de rencontres, de paysages, de saines fatigues qui me rendront heureuse et fière d’avoir fait ce que j’aurai fait en 3 mois ½.   
Voir le carnet
L'improbable voyage à vélo de Besançon au cap Nord en 2022. Pérégrinations de Jacqueline
L'improbable voyage à vélo de Besançon au cap Nord en 2022. Pérégrinations de...
90 jours
65