5 invités en ligne
SELECTIONNEZ VOTRE ACTIVITÉ
Voir liste avancée
Des sources des Saladis aux Martres-de-Veyre sur l'Allier jusqu'à Blois sur la Loire. Soit 436.78 km en 17 jours et un jour de repos - 25.69km /jour   Partir le long du fil de l'eau sans objectif précis. Pour aller voir l'océan peut-être ? Le temps nous manquera, n'étant pas trop au fait de notre vitesse de progression, mais qu'importe le flacon, nous nous sommes enivrés d'oiseaux, de plages de sable, d'îles sauvages, de couchers de soleil, de baignades. Participants 2 adultes Alex et Anne et un chien Joon, 45kgs,  un Berger Blanc Suisse Liste complète du matériel Ici Matériel important emporté - Kayak Gumotex Seawave - idéal pour la rivière, pour le transport en train et suffisamment confortable et solide pour le chien - un réchaud à bois - le bois est un combustible que l'on trouve partout, seul bémol, la difficulté pour l'utiliser sous la pluie et en camping. C'était notre première utilisation et nous ne l'avons pas regretté tant c'est sympa de pouvoir mijoter quelques plats. - un E-book - pouvoir emmener plein de livres sans se soucier ni de l'encombrement ni du poids et idéal pour les myopes - impossible de s'en passer. - un panneau solaire pour recharger les APN et les téléphones - une gonfleur électrique pour gonfler les kayaks au départ, pompe que nous laisserons à la voiture, pas indispensable mais très pratique. Prévoir évidemment un gonfleur manuel. - une pompe de cale pour retirer l'eau dans les kayaks - un tarp – indispensable pour se protéger du soleil ou s'abriter de la pluie. Il sera un abri rassurant pour notre chien en cas de pluie ou de feux d'artifice. - un filtre à eau à pompe pour rendre l'eau potable. Nous n'en avions pas cette fois-ci mais la corvée d'eau est parfois mission. A envisager. - un chariot léger en bois Nautiraid pour les portages et pour facilité le transport du kayak dégonflé pour le retour en train. - une pagaie de secours. Livres - Guide pratique pour la Loire : La Loire, vue du fleuve JF Souchard, le Canotier - Lecture pour accompagner la descente : Aventures en Loire 1000 km à pied et en canoë  Bernard Ollivier, Phébus Réserves naturelles - Réserve naturelle du Val d'Allier http://www.reserves-naturelles.org/val-d-allier (J5) - Réserve naturelle du Val de Loire http://www.reserves-naturelles.org/val-de-loire (J10) Etapes J1 - Des Martres-de-Veyre à Pont-du-Château (24.68 km)    * rapide mouvementé à Pont-du-Château J2 - De Pont-du-Château à Vinzelles (20.4 km)    * un portage au seuil dit des Madeleines    * une 2e portage au seuil du pont de l'autoroute A89    * un rapide à traverser 2km avant Joze J3 - Jusqu'aux portes de Vichy (29.3 km) J4 - De Vichy à Créchy (22.5 km)    * Long portage au barrage de Vichy en rive gauche J5 - De Créchy au camping de Châtel-de-Neuvre (24 km)    * Réserve naturelle du Val d'Allier J6 – Du camping à Moulins (25.9 km)    * Seuil au denier pont de Moulins en rive gauche J7 – De Moulins au Veurdre (31.2 km) J8 - Du Veurdre à Varennes-Vauzelles (36.9 km)       Confluence entre le Loire et l'Allier au Bec d'Allier    * Le barrage de l'écluse des Lorrains à droite    * Pont canal du Guétin à gauche J9 - De Varennes à la Charité-sur-Loire (16.8 km) J10 - De la Charité-sur-Loire à Cosne (28.4 km)    * Réserve naturelle du Val de Loire J11 - De Cosne-sur-Loire à Châtillon (32.4 km)    * Centrale nucléaire à Belleville-sur-Loire (portage au barrage en rive droite) J12 - De Châtillon à Saint-Père-sur-Loire (30.3 km)    * Centrale nucléaire de Dampierre – passage en rive gauche J13 - De Saint-Père à Jargeau (35.5 km) + un jour de repos à Jargeau J14 - De Jargeau au Loiret (27.5 km) J15 - Du Loiret au camping de Beaugency (16.9 km) J16 - De Beaugency à St Dyé (20.1 km)    * Centrale nucléaire de Saint-Laurent-des-Eaux, portage à droite J17 - De Saint Dyé à Blois (14 km)
Voir le carnet
L'Allier et la Loire en kayak gonflable avec un chien
L'Allier et la Loire en kayak gonflable avec un chien
18 jours
463 km
par Anne
15
Août 2018, en kayak de mer démontable Grand Narak de Nautiraid, nous décidons de partir pagayer sur la Dordogne et espérons atteindre l’océan Atlantique. Un trip nature particulier de part la diversité des paysages (rivières, estuaire, océan), la gestion des courants et des marées, et étonnamment la tranquillité sur l'eau. Nous n'avons quasiment croisé personne en plein mois d'août.  L’équipe : un couple de quadras et un chien Joon, un Berger Blanc Suisse de 4 ans. Ce topo est organisé en 5 sections (de la ville de Bergerac à Castillon sur la Dordogne, de Castillon au Bec d’Ambès sur la Dordogne qui subit les effets de la marée, du bec d’Ambès à Meschers-sur-Gironde dans l’estuaire et la rivière sur la Seudre jusqu’à Saujon.) Section 1 La rivière : la Dordogne de Bergerac à Castillon Section 2 La rivière sous influence de la marée : la Dordogne de Castillon au bec d'Ambès Section 3 L'estuaire : la Gironde du Bec d’Ambès à Meschers-sur-Gironde Section 4 L’océan : de Meschers à la Tremblade par la côte sauvage Section 5 La rivière sur la Seudre jusqu’à Saujon Quelques chiffres Distance parcourue : 286 km Durée  : 14 jours Moyenne journalière (jours pagayés) : 21 km Quelques liens utiles  - Comprendre l'estuaire de la Gironde : C'est pas sorcier - Estuaire de la Gironde https://www.youtube.com/watch?v=e4SQxQiukyk - Le mascaret sur la Dordogne http://natureln.librox.net/spip.php?article683 - Les marées à Libourne https://marine.meteoconsult.fr/meteo-marine/horaires-maree-libourne-1046-0.php - Deux tableaux Excel vous permettant en fonction de l’horaire de marée à Libourne de connaître les Basses mer et Pleines Mer à différents points de la Dordogne https://dpf-dordogne.fr/informations-debit-hauteur-deau/
Voir le carnet
Les carrelets
De la Dordogne à la Seudre en passant par l'Atlantique
14 jours
286 km
par Anne
28
Quand on habite en bord de mer, qui plus est en Normandie, le chemin à parcourir pour gagner les cimes enneigées peut paraître contraignant. Mais quand on y regarde de plus près, c’est aussi un terrain très propice à l’aventure. L’aventure à portée de main, épique et raisonnable. “Ben Nevis, the South route” tire ses racines de principes simples : abandonner les idées fixes, croire aux alternatives, et si elles ne sont pas, les imaginer et surtout les mettre en œuvre. C’est une autre approche des terrains de jeux que la nature nous offre par la pratique de la mobilité douce, un autre rapport au temps et à l'espace qui nous entoure, l’aventure sitôt la porte de mon domicile franchie, pour s'immerger, ressentir, rencontrer, découvrir et partager. En 2014, j’ai réalisé une première approche basée sur la mobilité douce : « Camp de base LH* : Objectif Mont-Blanc » ou comment gagner le sommet du mont-Blanc depuis la mer. Ce premier acte réussi m’a permis d’appréhender la distance qui me sépare des massifs montagneux français ou européens de manière différente. Pour ce deuxième volet, la destination du Ben Nevis fut très vite choisie. Point culminant des Iles Britanniques avec 1 344 mètres d'altitude, situé près de Fort William en Écosse, il fait partie des Monts Grampians dans les Highlands. Outre ses nombreuses voies d’ascensions aux difficultés multiples, l’approche du sommet offre un terrain de jeu varié et sans concession : de la traversée de la Mer de la Manche, à la mythique West Highland Way, qui relie Milngavie (près de Glasgow) à Fort William. Un parcours de 1 200 km, une immersion au cœur d’Albion… La montagne, comme une quête longuement préparée, patiente, l’effort pour remonter à la source de son acte, un changement d’approche qui redonne du sens à ce qui nous entoure, le partage. Vous trouverez tout cela dans « Ben Nevis, the South route » qui, je l’espère, pourra être une source d’inspiration pour votre prochaine aventure... Date : Du vendredi 22 mai au samedi 06 juin 2015   Lieu : Départ : Le Havre / Haute-Normandie / France  è Arrivée : Fort William / Highlands / Ecosse Plus coutumière des traversées en solitaire vers le Brésil, point de départ de la Transat Jacques Vabre, la ville du Havre semble bien loin des voies « normales » qui mènent vers les sommets. Qu’importe les apparences ! Pour ce deuxième volet de Camp de Base LH, j’ai décidé de rejoindre le Ben Nevis, sommet emblématique de la Grande Bretagne. Si son altitude n’est pas comparable aux sommets alpins, le Ben Nevis n’en reste pas moins un sommet à ne pas prendre à la légère. Son approche depuis Le Havre offre un terrain de jeu varié, entre mer et terre. Un périple de près de 1 100km, d’abord en ferry, puis à vélo. Comme lors du premier épisode de Camp de Base LH, la progression se fera en solo et en semi-autonomie. Bivouacs improvisés, nuits en refuge ou chez l’habitant, cheminement loin des grands axes encombrés restent les principes de base. Pour cela, je pars avec le nécessaire de couchage (tente, duvet), une réserve alimentaire de 7 jours, mon équipement d’alpinisme, d’escalade, de vélo, le matériel vidéo, photo, informatique… Bref, un package de près de 45 kg.
Voir le carnet
Ben Nevis, the South route
Ben Nevis, the South route
15 jours
1206 km
par Armel
9