1 membre et 18 invités en ligne
SELECTIONNEZ VOTRE ACTIVITÉ
Voir liste avancée
Vers la Dune du Pilat, en vélo et en famille... Initialement, je voulais partir de Soulac et descendre tranquillement vers la Dune. Mais en cette période tous les campings ne sont pas ouverts et surtout le retour en train depuis Archachon m'a paru bien compliqué, long et avec des emplacements vélo non assurés... Je n'ai pas trouvé ou su trouver des infos sur d'éventuelles liaisons efficaces par car. Du coup, j'ai opté pour la formule aller/retour en vélo mais en partant donc de Lacanau-océan. J'ai également fait le choix d'un voyage en autonomie avec tente. Comme c'était une première en famille, j'ai quand même opté pour le camping afin d'assurer un minimum. (Surtout pour l'eau....) Coté logistique, on est parti avec de la nourriture pour les 3 premières étapes + 1 journée (au cas où l'on se retrouve bloqué à un endroit pour une raison quelconque.) Ravitaillement pour le retour sur Arcachon. Coté équipement: nos VTT de tous les jours sur lesquels j'ai ajouté pour chacun un port bagage sur selle et deux sacoches pour les sacs de couchage. Plus deux petites remorques "à pas cher" pour transporter le reste: nourriture, eau, affaires de camping et vêtements pour le soir. Coté énergie: Un petit panneau solaire pour recharger le téléphone et la gopro. Coté cartographie: Un GPS avec cartographie sur lequel j'ai chargé la trace du parcours. Une appli GPS/Cartographie sur le smartphone en doublon au cas où. Les enfants, 9 et 8 ans, pratiquent le vélo mais sans plus. (On fait habituellement quelques ballades à la journée 10-20 Km au printemps et à l'automne)
Voir le carnet
En route !
Vers la Dune...
5 jours
151 km
6
Traversée en autonomie du Hardangervidda en snowkite avec pulka 
Voir le carnet
Traversée en autonomie du Hardangervidda en snowkite avec pulka
5 jours
129 km
4
En France, le Haut-Rhône est la section du fleuve comprise entre la frontière Suisse et Lyon. Près de 198 km, caractérisés par une pente assez importante et des paysages de moyenne montagne formant des gorges par endroits. Dès les années 50 cette section fut la proie des aménageurs qui transformèrent le fleuve en une suite de barrages hydroélectriques et de lacs morts, déviant toute son eau dans un canal parallèle rectiligne. On aurait pu croire à la fin de ce fleuve sauvage définitivement asséché et massacré par les verrues EDF/CNR… sans la directive Européenne (DCE) adoptée le 23 Octobre 2000, qui (en gros) obligea tous les pays membres à multiplier par 4 les débits réservés à l’échéance 2014. Sur notre parcours, de longues sections du « Vieux-Rhône » revoient le jour avec des débits importants de l’ordre de 60 à 130 m3s, assez pour rétablir la flore, la faune, les forêts riveraines, et surtout, empêcher définitivement toutes les incursions des véhicules ou des constructions… en bref une « renaturalisation » spectaculaire qui concerne 80 km sur les 198 du parcours, et dans la foulée des protections supplémentaires – réserves naturelles, arrêtés de biotopes, classement des sites – sur 60 km linéaires, véritables coulées vertes de plusieurs centaines de mètres de largeur, voire plusieurs km. La descente du Haut-Rhône en canoë redevient donc une croisière majeure pour les amoureux des rivières et des fleuves. Ce n’est évidemment pas le Canada ! Il reste des villages et quelques petites villes au bord du Haut-Rhône, quelques zones agricoles et des industries : 7 barrages à contourner et même une centrale nucléaire… Vous serez quand même surpris par la qualité et la quantité des sections naturelles, emportés par le courant presque omniprésent, et emballés par quelques seuils et petits rapides…
Voir le carnet
Km 13 Gorge du Rhône vers les Tines de Parmand
Le haut Rhône en kayak gonflable
5 jours
192 km
par Alex
5
Fidèles à notre habitude, nous avions le projet d'un circuit en haute altitude avec de beaux sommets à la clé ! Malheureusement, cette année, la neige est tombée après le 20 octobre et en assez grande quantité pour que ça reste accroché aux pentes nord jusqu'à 2300 m et dans les combes. Nous avons déjà la chance d'avoir un créneau météo de quelques jours pour pouvoir partir. Donc, pour ne pas se retrouver dans des situations délicates avec nos sacs chargés, nous avons dégainé le plan M comme moyenne montagne ! Ce fut donc le Luchonnais et les crêtes frontières, là où elles sont orientées Nord/sud et où on ne dépasse pas les 2200 m. Le circuit était à peu près défini et nous avons décidé les étapes au fur et à mesure car le massif est truffé de cabanes. Tout s'est très bien déroulé avec très peu de monde rencontré malgré l'accès facile du côté Luchon. - Circuit : il peut s'inverser, et même être allongé encore vers le sud si on a le temps. On peut aussi choisir d'autres points de départ et d'autres cabanes. - Saisons : Les saisons idéales sont l'automne ou en fin mai/début juin (fonte de la neige et pas encore de bergers). Le massif est accessible l'hiver par Gouaux ou Artigue et on peut atteindre les crêtes facilement : c'est splendide ! - Orientation : nous avions une carte datant d'une dizaine d'années donc certains tracés comme le GR 10 ont été modifiés depuis. Si on veut strictement suivre des balisages de la carte, mieux vaut avoir une copie du portail IGN. Après, c'est toujours pareil, mieux vaut s'y connaitre un peu en orientation car on peut vite se faire piéger en prenant une mauvaise intersection ou se retrouver dans le brouillard. - Les cabanes : très nombreuses mais pas toujours en état. Tout dépend des désirs de chacun mais il ne faut pas s'attendre à du super confort ! Mieux vaut avoir son matelas pour s'installer correctement. Le site pyrenees-refuges.com est généralement à jour (et j'y contribue !).
Voir le carnet
Sommet du Poujastou
Circuit cabanes : le Luchonnais en automne
5 jours
46.1 km
7