37 invités en ligne
SELECTIONNEZ VOTRE ACTIVITÉ
Voir liste avancée
Un récit écrit et photographique d’une aventure en mobilité douce pour découvrir le parc national des Cinque terre en Italie. Cette aventure a été partagée avec mon compagnon, Raphaël.  Nous sommes adeptes des micro-aventures, le temps d’un week end, 2 jours ou une journée, nous arpentons les sentiers de randonnée de notre belle région Rhône-Alpes et ses alentours en quête de l’instant idéal. Une occasion de prendre son temps, observer, contempler et vibrer avec la nature. Pour aller plus loin dans notre approche de l’aventure nomade, nous voyageons en transport en commun. L’utilisation de la mobilité douce a de nombreux apports bénéfiques ; moins de pollution, on prend du temps pour se reposer, cartographier nos itinéraires, finaliser nos micro-aventures. On lâche prise en se laissant transporter et on s’abandonne au vertige de la contemplation des paysages défilant à travers la fenêtre.  Pour ce voyage, nous décidons de passer la frontière française et explorer un site classé au patrimoine de l’Unesco en Italie, les Cinque Terre. En pleins mois d’août certes, mais éviter la vague de touristes est simple. Il suffit de se lever tôt le matin pour explorer les villes et prendre de la hauteur via des sentiers pittoresques. ça tombe bien c’est dans nos habitudes. Donc, chaque matin, de très bonne heure, nous avions rendez-vous avec le soleil, comme un rituel. Nous descendions les ruelles de Riomaggiore encore dans la pénombre. Arrivés à la plage de galets, nous commençons par un moment de méditation, du yoga pour préparer le corps à effort. Dès que le soleil pointait son nez à l’horizon, c'était le moment de se jeter à l’eau. Puis en sortant, un café à l’italienne, du thé et des petits gâteaux nous attendaient.  Après cela, nous allions chaque jour à la découverte de cette « côte des merveilles », Monterosso, Vernazza, Corniglia, Manarola et Riomaggiore, reliés entre eux par des sentiers enchanteurs.
Voir le carnet
Escapade dans le parc national des Cinque Terre
Escapade dans le parc national des Cinque Terre
8 jours
par ceiluna
Une petite balade sauvage en ski de rando entre Grandes Rousses et Belledonne.
Voir le carnet
Épaule du Rocher de l'Homme. Au fond, le massif de la Chartreuse.
Entre Grandes Rousses et Belledonne : du Chazelet à Chamrousse à skis
5 jours
68.3 km
par gb05
6
Allez cette année on fait un break, une pause, pour refaire le plein de rencontres, de paysages et d'idées toutes fraiches !! ... Pour tout dire, c'est surtout d'un gros gros break que j'avais besoin, de ceux dont on revient different, dans un univers devenu trop souvent incomprehensible, et pour lequel je n'avais plus les bonnes cles. La maladie, puis le deces subit de mon pere debut mars 2020, a seulement 69 ans, a peu pres a l'age de ma future retraite, ont ete declencheurs.  L'envie de changer d'air est devenue prioritaire, la decision d'un break a ete prise lors du solitaire deuxieme confinement, en novembre 2020, apres une enieme journee de teletravail, confortable mais tellement anesthesiante.   Alors un vieux reve d'ado a trouve l'opportunite trop belle pour revenir sur le devant de la scene, tout simplement "Aller en Mongolie a velo". Il a pris toute sa place, les planetes se sont alignees, et mon chef de service a accepte un conge sabbatique de 11mois jusqu'au 2 janvier 2023. Donc l'idee de depart est assez simple : partir en velo de chez moi, fermer la porte et aller en Mongolie. Par voie terrestre uniquement, y compris le retour. De facon plus detaillee, atteindre la vallee d'Orkhon, ou je suis deja alle en 2016, une dizaine de jours en itinerance a cheval.  Pour le retour prendre le train Transsiberien au lac Baikal, et rentrer via Moscou et Bruxelles. A ce jour, la situation geopolitique m'empeche de depasser sereinement la mer Caspienne. Aussi les frontieres terrestres de la Mongolie sont encore fermées. Ma direction reste donc cette fameuse vallee, je surveille l'evolution geopolitique regulierement, et croise les doigts. Parfois je me disperse, l'itineraire s'egare dans des contrees touristiques comme la cote amalfitaine, j'y passe du temps et prends du retard... l'option train-bus est prevue pour accelerer la marche si la route mongole s'ouvrait a nouveau, notamment dans l'immense et difficilement contournable Kazakstan. Un coup de pedale apres l'autre, les paysages defilent, et ces 5 mois passés sont pour moi une grande réussite :)
Voir le carnet
Enrico m'a fait bosser la mise en scene de mes photos.... alors quand en plus le paysage du lac de Bolsena s'illumine.... :) 
ça commence à faire couverture de magazine
Ensemble en 2022, on pédale plus loin !
200 jours
7202 km
54
Il Depuis de nombreuses années, j’épuise mon bilan carbone par des allers / retours réguliers pour rendre visite à ma belle famille à Libourne depuis Montbéliard, en ce mois d’octobre, la maman de Christine souhaite fêter ses 85 ans, pour une fois j’irai en vélo. Habituellement, je pratique l’itinérance plutôt en VTT sans me soucier des dénivelés par les chemins et sentiers, or comme cette fois je pars en solo, j’opte pour des tracés plus traditionnels en vélo de voyage, lourd mais apparemment solide et prêt à recevoir des sacoches remplies. Pour l’itinéraire, 3 solutions : la plus directe en traversant le massif central, inconvénient peu de pistes cyclables et quelques ascensions difficiles avec les bagages La plus longue mais un tracé balisé presque tout du long par l’EV6 et la Velodyssée Un peu plus courte que la précédente avec une majorité de tracé hors circulation, Je choisi la 3ème solutions qui me permettra également de rendre visite à mon fils Cédric à Nîmes et des amis sur Montpellier, je peaufine donc l’itinéraire, ce sera donc l’EV6 pendant 120km et ensuite la forêt de chaux et les petites routes dans le Jura et l’Ain avant de rejoindre la via-Rhôna et le canal du midi, ensuite on verra, soit je rejoins Libourne directement, soit je retrouve au passage des amis qui tiennent un camping aux portes de la Dordogne  Combien de temps pour ce périple, 15 jours, 100km par jour est-ce possible ?, je ne peux donc pas prévoir maintenant toutes mes étapes, les contacts avec les warmshowers se feront donc au fur et à mesure. Concernant les bagages, c’est difficile de faire des choix, l’expérience me rappelle que l’on peut voyager très léger, d’autant que je n’ai pas prévu de bivouaquer, je prend donc l’indispensable pour la réparation et les équipements électriques. Concernant la selle qui supporte en permanence le poids du corps, il ne faut pas se tromper, après quelques essais je ne suis toujours pas fixé entre une smp et une Brooks, la première offre un trou sous le périnée et un rembourrage, la deuxième un cuir façonné à mon anatomie par 4000 km.
Voir le carnet
Voyage léger ?
En vélo du nord de la Franche comté à Bordeaux
15 jours
1373 km
par Crouve
9
Voir le carnet
En transat en Amérique Latine
3.5 jours
115 km
par Alice68
1