2 membres et 37 invités en ligne
SELECTIONNEZ VOTRE ACTIVITÉ
Voir liste avancée
Nous sommes Sveta et Fred, couple marié en baroude sur un tandem depuis août 2015. L'idée à l'origine c'est quoi? se payer un bout de vie libre et bien à nous, arrêter de courir pour payer les factures et ralentir un bon coup pour faire les choses dont nous rêvions et que notre quotidien au travail ne nous permettait pas. Alors nous avons économisé tout ce que nous pouvions, vendu presque tout ce que nous avions, avec l'idée que nous serions en vadrouille pour 5 à 6 ans. Un suicide social? non pas du tout! nous vivons et profitons de l'instant présent, très confiant pour le futur. Jusqu'ici nous partageons notre temps entre le voyage à tandem et le service volontaire ci et là, principalement en centres Vipassana. Avec l'ultime projet de faire des enfants au bout de cette aventure, nous décidons de profiter à fond de la partie voyage avant de se lancer dans les bébés! ...bien que les deux pourraient se rencontrer... Début Mars 2018 nous prendrons l'avion pour Tokyo, et de là retour autant que possible 100% en tandem, en traversant l'Asie pendant 2 ans environ. Nous avons un blog qui tourne un peu au ralenti : next-way.fr, mais nous allons nous appliquer à le rendre un peu plus vivant. Également nous avons investi dans du matériel vidéo léger avec le projet de tenir une chaine Youtube mise à jour hebdomadairement, selon les accès internet que nous trouverons. Au plaisir de partager nos aventures pour en inspirer d'autres comme nous-mêmes l'avons été, Au plaisir de rencontrer toujours plus de voyageurs le long des routes. Sveta & Fred
Voir le carnet
A l'ouest d'Aix-en-Provence, après avoir vaincu la montagne de la Sainte Victoire!
Un bout de vie libre!
1825 jours
4737 km
Je voulais revoir cette région de la France où enfant, j’ai passé quelques vacances d’été dans la maison de campagne de mes grands-parents, et où je n’étais plus retournée depuis. Le vélo est devenu pour moi le mode naturel  et évident de voyage ; la carte sous les yeux, je suis irrémédiablement attirée par les routes les plus petites et les plus sinueuses, qui doivent garder leur charme secret, à l’abri des circuits touristiques. Je voudrais les visiter toutes. Mais la réalité revient vers moi me dire qu’il va falloir faire un choix. Seule certitude, je partirai d’Aurillac au sud et arriverai à Clermont-Ferrand. Sept jours pour rejoindre ces deux villes étant plus que suffisant, j’ai le temps d’improviser et de m’écarter des itinéraires logiques. Le parcours s’est de fait, dessiné au fur et à mesure de ma remontée vers Clermont, selon la carte ou les paysages qui s’offraient à moi. J’ai découvert un Massif Central d’un vert profond et apaisant en cette saison, aux larges horizons sur les plateaux, habités par des villages de pierre oubliés de nos mémoires et pourtant  encore bien vivants, même si, des volets fermés ici et là, témoignent d’un exode rural qui rongera plus tard la vitalité de ces grands espaces. Le choix des petites routes blanches sur la carte, me réjouit et me fait croire à l’aventure. Tellement désertées, que j’ai dû attendre un jour que deux oies prenant le soleil au milieu du macadam, et défendant âprement leur territoire, me laissent enfin la voie libre. Les gens sont parfois étonnés de me voir passer chargée, et j’ai reçu beaucoup d’encouragements spontanés. Ici, il y a très peu de « vélos sacoches » (je n’en ai croisé qu’un en sept jours), et je pense peut-être naïvement, que les habitants ressentent un plaisir ou une reconnaissance de savoir que leur terroir « mérite » un intérêt ? Je ne peux m’empêcher de penser également, que l’isolement de ces plateaux et montagnes, un luxe de paix en cette saison, doit rudoyer ses habitants ou la faune l’hiver, qu’il doit falloir se forger un caractère résistant dont la vie, sans doute trop confortable de beaucoup d’entre nous, a lentement assoupi. Seul regret de ce voyage, je n’ai pas réussi à aller bivouaquer au sommet d’un volcan, pari que je m’étais fixé. Les volcans accessibles, en dehors du Puy de Dôme sur-fréquenté, ne le sont que par des sentes discrètes, impossibles à parcourir avec un vélo, même à la main.
Voir le carnet
Vue depuis le Puy Mary
Massif Central en vélo par les plus petites routes possibles
7 jours
306 km
par Stine
9