1 membre et 30 invités en ligne
SELECTIONNEZ VOTRE ACTIVITÉ
Voir liste avancée
     A Caroline et Gaël   De Besançon au Cap Nord… Chiche !   Partir en solitaire, un défi pour un si long voyage ! Ce sera mon plus long voyage. Si je cumule tous les kilomètres que j’aurai faits depuis mon premier coup de pédale il y a déjà quelques années, j’aurai bouclé environ 65000 km soit 60% du tour de l’Equateur.  J’ai traversé dix pays de Saint-Nazaire à Constanta en Roumanie, j’ai suivi le Rhin d’Andermatt à Rotterdam, j’ai fait deux fois le tour de Bourgogne dont l’une avec mon petits-fils, j’ai rejoint la côte atlantique par la Camargue, le canal des Deux Mers puis remontée jusqu’à Saint-Nazaire. Et début avril, en guise de reprise d’entraînement, j’ai aussi fait le tour d’Alsace, petite balade de 700 km… Enfin, pour ne pas perdre les bons réflexes et les muscles, petits moteurs qu’il faut indispensablement garder en forme, j’ai pris l’habitude de me rendre chez mes amis de Strasbourg, en Suisse… Et maintenant, quand Gaël m’accompagne, grand garçon de 5 ans, c’est dans sa remorque à vélo à pédales. Vertigineux ! Tous ces voyages ont été l’occasion de faire des rencontres magiques, découvrir des paysages magnifiques, avoir des surprises émouvantes. Quand je pédale, j’éprouve un grand sentiment de liberté. Je deviens philosophe, poète, artiste. Jepartage mes réflexions et mes sentiments, mes efforts aussi, avec les cyclotouristes qui m’accompagnent quelquefois sur des dizaines de kilomètres. Quelques-uns me disent que croiser une dame de mon âge -j’ai 68 ans- seule, partant si loin, les aide et les motive. Moi aussi je suis très motivée et je continue, le nez au vent et les sourires dans mon baluchon. Quand je rejoins mon point de chute, je retrouve quelques-unes de ces rencontres et je découvre d’autres cyclotouristes avec qui nous échangeons sur nos expériences. Mais le plus amusant et un peu flatteur aussi je l’avoue, c’est de lire dans le regard de certains l’étonnement, l’admiration et le respect. Parfois même, on me perçoit comme une personne perchée à l’âme romantique. Mais tous font preuve d’humanité, ils sont accueillants, aimables, généreux et surtout admiratifs ! Certaines amies m’ont attribué le terme de jeunior. D’autres sont subjuguées, rares sont celles qui me regardent d’un air circonspect voire dubitatif. Ma fille Caroline, qui sait que je n’outrepasserai pas mes capacités physiques, me fait confiance et c’est important. De cette façon, je pars tranquille, l’esprit léger.  Quant à Gaël, mon petit-fils, adepte de cyclotouriste depuis nos échappées complices,  il sera penché sur les cartes à tracer mon parcours et à dessiner des campings et des restaurants ! Mais je sais qu’au fond de lui, il aimerait partir avec moi parce qu’il est sûr que je vais voir le Père Noël au Cap Nord ! Cette année, j’ajoute à ma famille et mes amis, les résidents de l’Ehpad « Le village de la Croix Blanche » et les jeunes de l’association Paris de Besançon qui me suivront assidûment. Enfin, pour mon retour, fin août 2022, je sais que quand je prendrai l’avion à Alta, mes sacoches, mon cœur, ma tête -mes jambes aussi- seront pleins de souvenirs de rencontres, de paysages, de saines fatigues qui me rendront heureuse et fière d’avoir fait ce que j’aurai fait en 3 mois ½.   
Voir le carnet
Vive le vélo
De Besançon au Cap Nord à vélo en 2022. Pérégrinations de Jacqueline
82 jours
35
Difficile de décrire trois jours de rando en quelques lignes. Les traces à suivre sont nettoyées et quasiment parfaites, avec un GPS vous ne pourrez pas vous tromper car on suit souvent des parcours balisés. Par contre, je peux vous donner le ressenti et là franchement, c'est une pure merveille : pas trop dur, pas trop technique, un savant mélange de plat, de grimpettes, de raidillons, de bonnes côtes et de descentes dans lesquelles on peut s'éclater (mais pas trop). La météo fut clémente et idéale (sans pluie, tempérée) mais fraîche quand même avec 8° le matin quand on partait pour finir la journée sur du plein soleil. Partant normalement de La Bourboule, nous avons reculé le départ de 5 km pour équilibrer un peu les étapes (33 km, 36 km et 42 km) . On s'est donc arrangé avec notre hôtel de retour (La Cabanne) pour laisser le véhicule sur place. L'autre avantage est que Murat-le-Quaire est en hauteur et la vue est magnifique. A notre grande surprise, pas trop difficile. Il faut un peu d'entraînement, certes, mais on s'attendait à pire. C'est "long" 3 jours : il a fallu pousser, souffrir... faire des pauses, reprendre son souffle et faire le plein d’énergie avec des barres de céréales / abricots. Mais en partant tôt (8h-9h), on a réussi à finir nos journées tranquillement vers 16h à chaque fois, ce qui laisse le temps de préparer la suite et de gérer les imprévus. On est parfois bien seul dans ces magnifiques chemins et forêts du Sancy. Alors prudence surtout si vous n’êtes pas accompagné car on n'a pas croisé grand monde qui aurait pu nous porter secours. Praticable d'avril à octobre, mais attention c'est la montagne. Donc soyez bien préparé tant au point de vue physique que matériel et logistique ! Franchissement de passages aménagés pour les clôtures, en général le vélo passe dessous. Dans la zone "marécage" sur la journée 2, il faut mettre le vélo à l'épaule pour passer la barrière. Il a fallu pousser à quelques endroits - une bonne douzaine - tout dépend de la forme. Après le Verdon l'année dernière qui fut bien plus rude, cette sortie a été une pure merveille ! Ce n'est qu'une suite sans fin de paysages à couper le souffle, de rivières, de cascades, de lacs et de végétation. Les photos vous en donneront un "très petit" aperçu.
Voir le carnet
Tour du puy de Sancy
Tour du puy de Sancy
3 jours
111 km
par Camel
Un petit Cr d'une traversée de l'Ardèche en mode BUL par 4 copains. 
Voir le carnet
GTA BUL (grande traversée de l'Ardèche en vtt).
GTA BUL (grande traversée de l'Ardèche en vtt).
5 jours
302 km
3