2 invités en ligne
SELECTIONNEZ VOTRE ACTIVITÉ
Voir liste avancée
"Nos petites reines libert'air" est une aventure à travers les Amériques, découpées en deux parties pour une durée de 11 mois. La première partie de ce voyage consiste à la découverte de la côte ouest de l'Amérique du Nord et du Canada pour pratiquer du kitesurf. L'idée étant de se déplacer en vélo-remorque pour explorer divers spots sauvages ou non. La magie de cette itinérante sur la côte Ouest américaine c'est la diversité des plans d'eau. Les sites de kite seront en pleine mer, sur des rivières, des lacs et des estuaires.  Cette première partie débute à Vancouver et se termine à San-Francisco. Elle aura une durée approximative de 5 mois. La seconde partie du voyage consiste à voyager uniquement avec les vélos (bye bye la remorque).  Elle se poursuit en Amérique du Sud.  Nous traverserons divers pays : Argentine, Chili, Bolivie, Equateur et Pérou.. Dans cette double aventure nous prévoyons de dormir la majorité du temps en tente mais espérons être hébergés via les réseaux warmshower, ou via helpX. Le transport en VTT nous parait être le meilleur moyen de voyager. En effet, il va nous permettre de transporter nos affaires, avaler des kilomètres, se déplacer à moindre frais et avoir, tout simplement, la joie de pratiquer le vélo et le temps de contempler le monde ! Voici le lien vers notre site internet : https://roulervoler.wixsite.com/petitesreineslibertr
Voir le carnet
Rouler Voler, un voyage d'un an en vélo/kite en Amérique
Rouler Voler, un voyage d'un an en vélo/kite en Amérique
330 jours
4
Après plus de 900 km au podomètre et plus de 55km positifs à l’altimètre, nous sommes arrivés dans la ville d’Hendaye ce mercredi 26 août 2020 avec Ariane notre fillette, qui fête ses 1 an le 29! Partis le 9 juin de Montpellier en train vers Banyuls, notre petite famille a pris un dernier bain dans la mer Méditerranée avant de se lancer dans la longue traversée des Pyrénées en randonnée itinérante. Ariane avait alors 9 mois et presque 4 dents. À ce jour, elle a 1 an et 7 belles dents! Actuellement, nous sommes donc sur la côte Atlantique profitant d’un repos bien mérité, après avoir atteint l’Atlantique et baptisé Ariane dans l’Océan. Nous sommes également en train de convertir nos sacs de rando en sacoches de vélo pour repartir dans quelques jours pédaler d’Hendaye vers l’Iran en combinant vélo et randonnée. Au cours de cette première traversée, nous avons louvoyé entre GR10 (itinéraire français), HRP ( Haute Route Pyrénéenne passant par les crêtes et sommets) et GR11 (itinéraire espagnol) pour relier mer et océan sur une randonnée exigeante et engagée, en respectant deux seuls mots d’ordre : « confort » et « prudence ». Et ce, tout en combinant bivouac, autonomie alimentaire, portage, allaitement, couches lavables, minimalisme et protection de l’environnement. D’un point de vue purement physique, nos expériences communes dans le milieu de la grimpe et de la randonnée au long cours, nous ont offert de l’aisance de notre entreprise. C’est ainsi qu’au fil du parcours, nous nous sommes pris au jeu de réaliser quelques belles ascensions, à l’instar du Canigou, du Carlit, du pic d’Anie ou du petit Vignemale (3030m). Situés non loin de notre itinéraire, ils nous ont permis de prendre de la hauteur et profiter pleinement des paysages dans lesquels nous évoluions. Et, dans quelques jours, nous ferons volte-face pour pédaler vers l’Iran. Le projet complètement fou de traverser les Pyrénées avec bébé a été méticuleusement préparé. Il s’agit d’assurer une logistique impliquant couches lavables, allaitement et paquetage léger (tente, duvet, vêtement techniques) sans omettre la sécurité et le confort de chacun d’entre nous. Chaque équipement pèse 20 kg (Ariane incluse) et la petite Ariane qui prend des forces en cours de route atteignait au départ déjà 9kg. Nous alternerons de fait porte-bébé et sac de rando à tour de rôle pour diversifier le portage. Après une préparation matérielle et logistique de 10 jours dans le Haut Languedoc sur le GR 71, notre traversée aura durée 2 mois et demi. Deux mois et demi, au cours desquels nous avons alimenté quotidiennement un carnet de bord sur un ton léger et humoristique pour faire part de notre aventure à nos proches, aux amoureux de la montagne, et à de nombreux jeunes parents inspirés par notre vision de la parentalité. Un des objectifs que nous souhaitons atteindre en communiquant autour de ce voyage est de déconstruire les idées reçues et prétextes tous trouvés, les « Profitez-en, tant que vous n’avez pas d’enfant» que l’on nous sermonnait à chaque retour de voyage. Réfléchissant à nos envies, et écoutant nos cœurs, nous avons décidé de poser tous deux notre congé parental de droit (pour tous les français) jusqu’aux 2 ou 3 ans de notre fillette et ce, de manière concomitante pour profiter de ses précieuses premières années à ses côtés... pour poser les fondations de notre famille. Si tu souhaites davantage d’informations, nous avons une page Facebook avec photos et notre carnet de bord : https://www.facebook.com/2bikefree ——— Qui suis-je/sommes-nous!? Alizée, 29 ans, maman d’Ariane, Jérôme 30 ans, papa d'Ariane, Ariane 1 an En couple depuis 15 ans avec Jérôme, rencontré au lycée, et membre des 2 Bike 3. Ensemble, nous avons déjà beaucoup randonné à pied : GR20 GR5 TMB Et à vélo : Cordillères des Andes Montpellier-Séville Nous sommes aussi... Vélo taffeurs Et cyclistes depuis notre rencontre (au lycée, nous parcourions chacun une trentaine de km pour se retrouver tous les week-ends) Nous sommes également passionnés d’escalade. ---- 🦸 SUIVRE NOS AVENTURES 🦸‍♂️ ----- https://www.facebook.com/2bikefree  https://www.instagram.com/2bike3/ https://www.youtube.com/channel/UCmJQH-OErSlLR8TknbA76NQ  https://www.larepubliquedespyrenees.fr/2020/08/21/traverser-les-pyrenees-a-pied-d-est-en-ouest-avec-un-bebe-c-est-possible,2728270.php
Voir le carnet
Rejoignez-nous sur Facebook et Instagram : nous repartons ce mois-ci d'Hendaye vers l'Iran à vélo!!
Traverser les Pyrénées à pied avec un bébé!! Projet 2020 des 2 Bike 3
79 jours
665 km
2
PYRÉNÉES - LA GRANDE TRAVERSÉE ☛ Le cadre :  Les Pyrénées s'étirent sur environ 420 km de longueur à vol d'oiseau, soit une centaine de plus que les Alpes françaises. Il existe différents itinéraires qui parcourent le massif dans sa longueur. Les GR 10 et 11, balisés, traversent les Pyrénées, respectivement françaises et espagnoles, par la moyenne montagne. La Haute Route Pyrénéenne (HRP) est un itinéraire non balisé qui passe par les parties les plus hautes de la chaîne. L’itinéraire que nous avons suivi s’inspire de la Haute Route, sans toutefois s’y conformer vraiment. ☛ La naissance du projet :  Au départ, cette traversée était le vœu de Sylvie. En 2015, elle avait fait une tentative de traversée solo par la HRP, malheureusement avortée après une dizaine de jours en raison d’une aponévrosite (tendinite du pied) handicapante. Depuis, elle espérait une nouvelle occasion d'essayer à nouveau, tout en se questionnant sur le moyen de ne pas refaire à l'identique les 10 jours qu'elle avait déjà parcourus. De mon côté, les circonstances faisaient que je pouvais, une fois n'est pas coutume, être disponible durant les deux mois d'été. De plus, l’idée d'une traversée mixte, à la fois en VTT et à pied, qui donnait un caractère singulier à ce projet, et l'opportunité d'une itinérance un peu "longue" finissaient de me convaincre de son intérêt. ☛ Le « cahier des charges » de cette Grande Traversée des Pyrénées était le suivant : - Découvrir les secteurs les plus montagneux et les plus emblématiques de la chaîne pyrénéenne selon un parcours d’altitude aussi sauvage que possible.  - Couper les routes et les lieux de civilisation le moins souvent possible. ☛ La traversée a été découpée en différents tronçons, en partie du fait des moyens de progression différents utilisés, en partie pour des raisons logistiques . Le découpage proposé dans ce CR (6 sections) s'appuie principalement sur les entités géographiques traversées. - Les sections 1 & 6 ont été consacrées à la traversée des Pyrénées Orientales et du Pays Basque en VTT. - Les tronçons 2 à 5 concernent la traversée à pied des parties les plus hautes de la chaîne : les Pyrénées ariégeoises, catalanes, aragonaises, luchonnaises, navarraises, bigourdanes et béarnaises.  ☛ Une immersion prolongée en altitude et une grande itinérance réalisée « en semi-autonomie » : nous avons bivouaqué la très grande majorité du temps, mais également utilisé quelques cabanes et fait des passages réguliers par des infrastructures "en dur" (8 au total) pour récupérer nos ravitaillements. ☛  Sens de la traversée : Les difficultés de l'itinéraire programmé se concentraient a priori davantage sur la partie orientale de la chaîne et il me semblait plus judicieux, pour des raisons de gestion de l'effort global, de commencer par le plus dur. Il me semblait également plus logique de progresser soleil dans le dos au moment de la journée où il y a le plus de chance que celui-ci soit présent (le matin). ☛  D'autres infos complémentaires en fin de carnet...
Voir le carnet
Photo : Sylvie.
PYRÉNÉES - LA GRANDE TRAVERSÉE
49 jours
868 km
par Mika05
16
Le Kirghizistan était dans ma tête depuis plusieurs années. Très peu médiatisé en France, il a pourtant attiré mon attention lorsque je suis tombé sur le blog d’un cyclotouriste ayant passé 5 semaines là-bas. Ses photos sont MAGNIFIQUES !!! J’ai dû les regarder une vingtaine de fois en fantasmant qu’un jour je puisse y mettre mes roues. Lorsque j’ai commencé à préparer ce projet, je me suis inspiré de son itinéraire et lui-même s’était inspiré de la Silk Road Race (une course de fêlés en VTT/Gravel).   Je suis parti de Paris le 25 juin 2022 pour Bichkek, la capitale, avec un retour le 18 juillet. Je trouve que le vol A/R n’est pas trop cher (500e +180e de vélo) et surtout, nul besoin de visa. La période est favorable pour les raisons suivantes : les cols sont accessibles, les cours d’eau sont bien alimentés, la météo est bonne et les températures sont plus ou moins supportables avec toutefois des variations importantes dans une même journée (6°C/37°C).   L’attente de mes bagages à l’aéroport est toujours pour moi une situation un peu stressante. Heureusement, j’ai tout :). Je ne sais pas s’ils remplissent les avions avec une pelleteuse mais en sortant le vélo de la housse, j’ai les deux portes bagages tordus. Merci Turkish Airlines ! :((( Je pédale 30 km depuis l’aéroport jusqu’à Bichkek en plein cagnard. Cela ne présente aucun intérêt mais les jambes en avaient besoin. Je fais quelques courses et transforme 600 euros en 51000 SOM avec la baguette magique d’une Demir-Bank. Le pays n’est vraiment pas cher : j’ai dépensé le tiers de cette somme pour la totalité de mon séjour. Je passe ma première nuit à l’Astoria Garden, d’où la gérante me trouve pour le lendemain, un taxi pour Bokonbayvo, point de départ de mon parcours (https://ridewithgps.com/routes/40269912). Je prévois 16 jours sur ma selle et 2 de repos pour réaliser un total de 1200 kms.   Comme toute aventure qui se respecte, elle a bien évidemment son lot d’imprévus. J’ai dû faire une croix sur une partie de mon itinéraire car je m’approchais trop près de la frontière chinoise. Stoppé par une barrière et deux soldats kirghizes, je rentrais dans une zone militarisée. Sans permis, ni guide, c’est retour à l’envoyeur (4 zones réglementées au total dans le pays)   Le poids est l’ennemi des pistes et de l’effort en altitude. Néanmoins j’ai fait le choix de me lester de tous mes petit-déjeuners (céréales) et de tous mes dîners (18 plats lyophilisés REAL) afin de varier les apports nutritionnels et le plaisir d’un plat plus élaboré que je n’aurais pu préparer. Les midis se compléteront lors de mes passages dans les villages. Se réapprovisionner, même dans le plus petit bled est assez facile. Il y a bien souvent de la publicité sur la façade des épiceries, la porte est ouverte sinon il faut sonner. La diversité des produits vendus est assez bonne (meilleure qu’en Mongolie). Pains, tomates, concombres, œufs, fruits, gâteaux secs, soupes chinoises seront, la plupart du temps, l’essentiel de mes déjeuners. L’isolement de certaines parties de mon parcours m’ont contraint à rouler avec 5 jours d’autonomie alimentaire. Pour l’eau, je n’ai rencontré aucun problème, car il est assez simple d’en trouver. Attention toutefois à la filtrer car les troupeaux sont partout. J’avais deux litres sur le vélo chaque matin pour la journée et il m’est arrivé de remplir ma loutre de 10l si j’avais le doute d’en trouver en fin de journée. Un réchaud PRIMUS multi fuel avec de l’essence 95 m’a permis de faire bouillir mon eau pour la soupe et la ré-hydratation de mon plat lyophilisé le soir ainsi que le café, mes céréales du matin et les œufs durs pour le midi.   Mon délire pour ce voyage était de prendre un Fatboy (fauteuil gonflable de 700g). Les minimalistes appellent cela un doudou, lorsque l’objet transporté n’a aucune utilité pour la randonnée. J’ai ADORÉ contempler matin, midi et soir, cette nature si riche, vautré dans autant de confort. Il contrastait tellement avec ma selle que mes pauses étaient devenues des moments de totale plénitude. Je recommande GRAVE !!!!!   Généraliser l’état des pistes serait inutile. Elle va de très bonne à très cassante. A cela, j’ai essayé de rendre ma bicyclette le plus "Tout Terrain" possible avec une cassette 11/34 et un triple plateau 22/32/42, histoire de grimper aux arbres. J’ai ensuite monté ce qu’il y avait de plus gros pour un cadre Surly Disc Trucker, des pneus SCHWALBE MARATHON PLUS MTB de 26x2,25. Gonflés à 2 bars, ils me donnaient un certain amorti et je n’ai déploré aucune crevaison. Je recommande aussi !   L’autonomie en électricité de mes appareils électriques (GPS, smartphone, GOPRO, frontale) m’a été fournie par une batterie additionnelle, elle-même alimentée pendant que je pédalais par un moyeu Dynamo Son via un port USB C.   Les kirghizes sont accueillants, généreux, curieux sans être collants. Ils aiment qu’on les saluent et savoir d’où tu viens. Malheureusement nos conversations étaient très limitées car très peu parlent anglais. Ceci étant dit, il n’est pas surprenant de se retrouver invité à un pique-nique avec un verre de vodka à la main pour le midi.   J’ai été bluffé par la beauté de ce pays qui m’a rapidement mis en confiance. C’est un véritable coup de cœur. http://the-loco-motion.over-blog.com/2022/06/le-kirghizistan-etait-dans-ma-tete-depuis-plusieurs-annees-tres-peu-mediatise-en-france-il-a-pourtant-attire-mon-attention-lorsque-je-suis-tombe-sur-le-blog-d-un-cyclotouriste-ayant-passe-5-semaines-la-bas-ses-photos-sont-magnifiques-j-ai-du.html
Voir le carnet
Le Kirghizistan en solo
Le Kirghizistan en solo
20 jours
par Nuage
4