5 invités en ligne
SELECTIONNEZ VOTRE ACTIVITÉ
Voir liste avancée
Un récit écrit et photographique d’une aventure en mobilité douce pour découvrir le parc national des Cinque terre en Italie. Cette aventure a été partagée avec mon compagnon, Raphaël.  Nous sommes adeptes des micro-aventures, le temps d’un week end, 2 jours ou une journée, nous arpentons les sentiers de randonnée de notre belle région Rhône-Alpes et ses alentours en quête de l’instant idéal. Une occasion de prendre son temps, observer, contempler et vibrer avec la nature. Pour aller plus loin dans notre approche de l’aventure nomade, nous voyageons en transport en commun. L’utilisation de la mobilité douce a de nombreux apports bénéfiques ; moins de pollution, on prend du temps pour se reposer, cartographier nos itinéraires, finaliser nos micro-aventures. On lâche prise en se laissant transporter et on s’abandonne au vertige de la contemplation des paysages défilant à travers la fenêtre.  Pour ce voyage, nous décidons de passer la frontière française et explorer un site classé au patrimoine de l’Unesco en Italie, les Cinque Terre. En pleins mois d’août certes, mais éviter la vague de touristes est simple. Il suffit de se lever tôt le matin pour explorer les villes et prendre de la hauteur via des sentiers pittoresques. ça tombe bien c’est dans nos habitudes. Donc, chaque matin, de très bonne heure, nous avions rendez-vous avec le soleil, comme un rituel. Nous descendions les ruelles de Riomaggiore encore dans la pénombre. Arrivés à la plage de galets, nous commençons par un moment de méditation, du yoga pour préparer le corps à effort. Dès que le soleil pointait son nez à l’horizon, c'était le moment de se jeter à l’eau. Puis en sortant, un café à l’italienne, du thé et des petits gâteaux nous attendaient.  Après cela, nous allions chaque jour à la découverte de cette « côte des merveilles », Monterosso, Vernazza, Corniglia, Manarola et Riomaggiore, reliés entre eux par des sentiers enchanteurs.
Voir le carnet
Escapade dans le parc national des Cinque Terre
Escapade dans le parc national des Cinque Terre
8 jours
par ceiluna
Voyage dans une vallée tout près de chez soi. Voyage à vélo, ou randonnées en montagne pour cet été ? La  situation sanitaire incongrue de cette année était peu propice à la préparation mentale du voyage à vélo en Espagne que je mûris depuis quelques temps ; et le besoin de passer du temps en montagne me titillait. Et bien cette année, je ne trancherai pas ; ce sera montagne avec approche vélo. Habitant dans la périphérie de Grenoble, partir en montagne non seulement n’a rien d’exceptionnel, mais est une habitude, un réflexe du week-end : on s’appelle quelques jours avant, on fixe un RV le samedi ou dimanche matin tôt, et on part en voiture pour revenir le soir après sa course. Et on recommence le lendemain ou la semaine suivante. C’est ainsi qu’on la pratique usuellement, lorsque l’on a de la chance d’habiter dans les zones montagneuses. J’avoue que je me lasse de cette pratique, même si c’est la plus simple ; un aller-retour dans la journée avec du temps passé en voiture n’est pas apaisant. J’ai besoin de m’immerger davantage, et le recours systématique à la voiture me pèse. Convaincue et adepte depuis longtemps de la mobilité douce, j’ai voulu essayer de franchir un cap de plus dans cette démarche, me dire que ce n’était pas une utopie. Cette fois je descendrai de la maison (en Chartreuse) avec mon vélo chargé d’un peu de matériel de montagne, et prendrai le train qui me déposera en Maurienne à Modane. A moi d’enchaîner les trajets en vélo pour passer d’une vallée à l’autre, poser ma tente, et tenter l’ascension de sommets ou randonnées repérés sur la carte. Il y aura donc des journées de vélo à part entière qui seront dédiées à la migration d’un site de bivouac à l’autre, et il y  aura des journées consacrées aux randonnées en montagne. Un rythme différent, loin de la consommation maximale de sa passion favorite en un minimum de temps. J’avoue avoir eu des doutes jusqu’au bout. Non seulement je n’avais pas réussi à convaincre un seul de mes proches dans cette démarche, mais en plus du matériel de voyage à vélo habituel, il faudrait prévoir un peu de matériel adapté à la montagne (petite paire de crampons, bâtons,….). Cela va-t-il passer ?? En fait très bien ! Mes deux sacoches arrières habituelles et un petit sac par-dessus ont largement suffi. Je n’ai jamais de sacoches avant. Il est vrai aussi, que j’avais fait une croix sur le matériel d’escalade, n’ayant pas réussi à embarquer d’autres grimpeurs dans cette aventure. En revanche, des randonneurs étaient prêts à me rejoindre ponctuellement sur site, ce qui m’a permis de partager avec d’autres, plusieurs ascensions de sommets.
Voir le carnet
Je ne peux m'empêcher de grimper sur les moindres promontoires
Atteindre la Maurienne en train et vélo pour la parcourir à pied
14 jours
107 km
par Stine
encore une trace perdue, a la recherche des géants. A la recherche de petits bonheurs. 
Voir le carnet
Au pied des Géantes : 1,5 jours d'itinérance entre France et Italie : Sortie du dimanche 16 aout 2020 par Ticaillou
Au pied des Géantes : 1,5 jours d'itinérance entre France et Italie : Sortie ...
1.5 jours
60.5 km