1 membre et 8 invités en ligne
SELECTIONNEZ VOTRE ACTIVITÉ
Voir liste avancée
Je voulais revoir cette région de la France où enfant, j’ai passé quelques vacances d’été dans la maison de campagne de mes grands-parents, et où je n’étais plus retournée depuis. Le vélo est devenu pour moi le mode naturel  et évident de voyage ; la carte sous les yeux, je suis irrémédiablement attirée par les routes les plus petites et les plus sinueuses, qui doivent garder leur charme secret, à l’abri des circuits touristiques. Je voudrais les visiter toutes. Mais la réalité revient vers moi me dire qu’il va falloir faire un choix. Seule certitude, je partirai d’Aurillac au sud et arriverai à Clermont-Ferrand. Sept jours pour rejoindre ces deux villes étant plus que suffisant, j’ai le temps d’improviser et de m’écarter des itinéraires logiques. Le parcours s’est de fait, dessiné au fur et à mesure de ma remontée vers Clermont, selon la carte ou les paysages qui s’offraient à moi. J’ai découvert un Massif Central d’un vert profond et apaisant en cette saison, aux larges horizons sur les plateaux, habités par des villages de pierre oubliés de nos mémoires et pourtant  encore bien vivants, même si, des volets fermés ici et là, témoignent d’un exode rural qui rongera plus tard la vitalité de ces grands espaces. Le choix des petites routes blanches sur la carte, me réjouit et me fait croire à l’aventure. Tellement désertées, que j’ai dû attendre un jour que deux oies prenant le soleil au milieu du macadam, et défendant âprement leur territoire, me laissent enfin la voie libre. Les gens sont parfois étonnés de me voir passer chargée, et j’ai reçu beaucoup d’encouragements spontanés. Ici, il y a très peu de « vélos sacoches » (je n’en ai croisé qu’un en sept jours), et je pense peut-être naïvement, que les habitants ressentent un plaisir ou une reconnaissance de savoir que leur terroir « mérite » un intérêt ? Je ne peux m’empêcher de penser également, que l’isolement de ces plateaux et montagnes, un luxe de paix en cette saison, doit rudoyer ses habitants ou la faune l’hiver, qu’il doit falloir se forger un caractère résistant dont la vie, sans doute trop confortable de beaucoup d’entre nous, a lentement assoupi. Seul regret de ce voyage, je n’ai pas réussi à aller bivouaquer au sommet d’un volcan, pari que je m’étais fixé. Les volcans accessibles, en dehors du Puy de Dôme sur-fréquenté, ne le sont que par des sentes discrètes, impossibles à parcourir avec un vélo, même à la main.
Voir le carnet
Vue depuis le Puy Mary
Massif Central en vélo par les plus petites routes possibles
7 jours
306 km
par Stine
9
encore une trace perdue, a la recherche des géants. A la recherche de petits bonheurs. 
Voir le carnet
Au pied des Géantes : 1,5 jours d'itinérance entre France et Italie : Sortie du dimanche 16 aout 2020 par Ticaillou
Au pied des Géantes : 1,5 jours d'itinérance entre France et Italie : Sortie ...
1.5 jours
60.5 km
Voyage improvisé pour rendre visite à famille et amis, dans divers endroits de la moitié Sud de la France. Un projet de vélo Gravel est en cours, mais en raison de la pandémie mondiale sévissant, mon cadre n'est pas arrivé à temps. Du coup c'est avec mon vélo cargo que je décide de réaliser ce périple. Ma compagne ne pouvant être en congés en même temps que moi, c'est seul que je pars pour ce premier voyage à vélo et premier voyage en solitaire. Le premier objectif est de rallier Cognac à Gillonnay, pour rendre visite à ma famille. Parmi les options se présentant à moi, l'une d'elle serait de rejoindre la Véloroute mais les détours engendrés n'apportent pas un grand intérêt face au trajet le plus direct. Je décide donc de faire une traversée, au plus court, malgré le dénivelé positif conséquent. Je me laisse l'option de réaliser certaines étapes en train si nécessaire. La deuxième objectif consiste à descendre un bout de la ViaRhôna pour visiter un ami habitant à proximité d'Avignon. J'envisage cette deuxième portion beaucoup plus sereinement de part le dénivelé proche de 0. La troisième étape partira de Toulouse, rallié en train depuis les environs d'Avignon. J'ai pour objectif de rentre visite à une autre partie de ma famille, vivant à proximité d'Agen. Enfin, le retour jusqu'à Cognac s'effectuera en fonction de mon envie et de ma forme en train, en vélo ou bien en mêlant les deux. D'un point de vue matériel le vélo est un vélo cargo de chez Omnium, monté en 1x11 vitesses, totalisant 20kg dans sa configuration actuelle. Mes bagages sont à 14 kg (hors eau) ce qui comprend : - matériel de bivouac tente, sac de couchage, matelas... - cuisine : réchaud Ferzil, popote, verre, couverts... - nourriture : 7 petit-déjeuners et 8 repas du soir, plus les en-cas pour 6 jours. - affaires de rechange. Je dispose d'un bidon de 750mL que je rempli au fur à et mesure de la journée grâce à une vache à eau pouvant contenir au maximum 10L (contenance très utile pour les soirs de bivouac). Physiquement je roule tous les jours, en moyenne 10 à 15km par jour. Je n'ai pas fait de sortie en vélo de longue durée depuis plus d'un an. Je n'étais pas inactif en revanche, j'ai réalisé de nombreux treks pendant ce laps de temps permettant de rester en bonne forme d'un point de vue général.
Voir le carnet
Les tournesols sont un arrière plan de choix.
Petit demi tour de France en vélo cargo
14 jours
886 km
par Thekzn
2
Il Depuis de nombreuses années, j’épuise mon bilan carbone par des allers / retours réguliers pour rendre visite à ma belle famille à Libourne depuis Montbéliard, en ce mois d’octobre, la maman de Christine souhaite fêter ses 85 ans, pour une fois j’irai en vélo. Habituellement, je pratique l’itinérance plutôt en VTT sans me soucier des dénivelés par les chemins et sentiers, or comme cette fois je pars en solo, j’opte pour des tracés plus traditionnels en vélo de voyage, lourd mais apparemment solide et prêt à recevoir des sacoches remplies. Pour l’itinéraire, 3 solutions : la plus directe en traversant le massif central, inconvénient peu de pistes cyclables et quelques ascensions difficiles avec les bagages La plus longue mais un tracé balisé presque tout du long par l’EV6 et la Velodyssée Un peu plus courte que la précédente avec une majorité de tracé hors circulation, Je choisi la 3ème solutions qui me permettra également de rendre visite à mon fils Cédric à Nîmes et des amis sur Montpellier, je peaufine donc l’itinéraire, ce sera donc l’EV6 pendant 120km et ensuite la forêt de chaux et les petites routes dans le Jura et l’Ain avant de rejoindre la via-Rhôna et le canal du midi, ensuite on verra, soit je rejoins Libourne directement, soit je retrouve au passage des amis qui tiennent un camping aux portes de la Dordogne  Combien de temps pour ce périple, 15 jours, 100km par jour est-ce possible ?, je ne peux donc pas prévoir maintenant toutes mes étapes, les contacts avec les warmshowers se feront donc au fur et à mesure. Concernant les bagages, c’est difficile de faire des choix, l’expérience me rappelle que l’on peut voyager très léger, d’autant que je n’ai pas prévu de bivouaquer, je prend donc l’indispensable pour la réparation et les équipements électriques. Concernant la selle qui supporte en permanence le poids du corps, il ne faut pas se tromper, après quelques essais je ne suis toujours pas fixé entre une smp et une Brooks, la première offre un trou sous le périnée et un rembourrage, la deuxième un cuir façonné à mon anatomie par 4000 km.
Voir le carnet
Voyage léger ?
En vélo du nord de la Franche comté à Bordeaux
15 jours
1373 km
par Crouve
9