2 invités en ligne
SELECTIONNEZ VOTRE ACTIVITÉ
Voir liste avancée
Je voulais revoir cette région de la France où enfant, j’ai passé quelques vacances d’été dans la maison de campagne de mes grands-parents, et où je n’étais plus retournée depuis. Le vélo est devenu pour moi le mode naturel  et évident de voyage ; la carte sous les yeux, je suis irrémédiablement attirée par les routes les plus petites et les plus sinueuses, qui doivent garder leur charme secret, à l’abri des circuits touristiques. Je voudrais les visiter toutes. Mais la réalité revient vers moi me dire qu’il va falloir faire un choix. Seule certitude, je partirai d’Aurillac au sud et arriverai à Clermont-Ferrand. Sept jours pour rejoindre ces deux villes étant plus que suffisant, j’ai le temps d’improviser et de m’écarter des itinéraires logiques. Le parcours s’est de fait, dessiné au fur et à mesure de ma remontée vers Clermont, selon la carte ou les paysages qui s’offraient à moi. J’ai découvert un Massif Central d’un vert profond et apaisant en cette saison, aux larges horizons sur les plateaux, habités par des villages de pierre oubliés de nos mémoires et pourtant  encore bien vivants, même si, des volets fermés ici et là, témoignent d’un exode rural qui rongera plus tard la vitalité de ces grands espaces. Le choix des petites routes blanches sur la carte, me réjouit et me fait croire à l’aventure. Tellement désertées, que j’ai dû attendre un jour que deux oies prenant le soleil au milieu du macadam, et défendant âprement leur territoire, me laissent enfin la voie libre. Les gens sont parfois étonnés de me voir passer chargée, et j’ai reçu beaucoup d’encouragements spontanés. Ici, il y a très peu de « vélos sacoches » (je n’en ai croisé qu’un en sept jours), et je pense peut-être naïvement, que les habitants ressentent un plaisir ou une reconnaissance de savoir que leur terroir « mérite » un intérêt ? Je ne peux m’empêcher de penser également, que l’isolement de ces plateaux et montagnes, un luxe de paix en cette saison, doit rudoyer ses habitants ou la faune l’hiver, qu’il doit falloir se forger un caractère résistant dont la vie, sans doute trop confortable de beaucoup d’entre nous, a lentement assoupi. Seul regret de ce voyage, je n’ai pas réussi à aller bivouaquer au sommet d’un volcan, pari que je m’étais fixé. Les volcans accessibles, en dehors du Puy de Dôme sur-fréquenté, ne le sont que par des sentes discrètes, impossibles à parcourir avec un vélo, même à la main.
Voir le carnet
Vue depuis le Puy Mary
Massif Central en vélo par les plus petites routes possibles
7 jours
306 km
par Stine
9
Voyage dans une vallée tout près de chez soi. Voyage à vélo, ou randonnées en montagne pour cet été ? La  situation sanitaire incongrue de cette année était peu propice à la préparation mentale du voyage à vélo en Espagne que je mûris depuis quelques temps ; et le besoin de passer du temps en montagne me titillait. Et bien cette année, je ne trancherai pas ; ce sera montagne avec approche vélo. Habitant dans la périphérie de Grenoble, partir en montagne non seulement n’a rien d’exceptionnel, mais est une habitude, un réflexe du week-end : on s’appelle quelques jours avant, on fixe un RV le samedi ou dimanche matin tôt, et on part en voiture pour revenir le soir après sa course. Et on recommence le lendemain ou la semaine suivante. C’est ainsi qu’on la pratique usuellement, lorsque l’on a de la chance d’habiter dans les zones montagneuses. J’avoue que je me lasse de cette pratique, même si c’est la plus simple ; un aller-retour dans la journée avec du temps passé en voiture n’est pas apaisant. J’ai besoin de m’immerger davantage, et le recours systématique à la voiture me pèse. Convaincue et adepte depuis longtemps de la mobilité douce, j’ai voulu essayer de franchir un cap de plus dans cette démarche, me dire que ce n’était pas une utopie. Cette fois je descendrai de la maison (en Chartreuse) avec mon vélo chargé d’un peu de matériel de montagne, et prendrai le train qui me déposera en Maurienne à Modane. A moi d’enchaîner les trajets en vélo pour passer d’une vallée à l’autre, poser ma tente, et tenter l’ascension de sommets ou randonnées repérés sur la carte. Il y aura donc des journées de vélo à part entière qui seront dédiées à la migration d’un site de bivouac à l’autre, et il y  aura des journées consacrées aux randonnées en montagne. Un rythme différent, loin de la consommation maximale de sa passion favorite en un minimum de temps. J’avoue avoir eu des doutes jusqu’au bout. Non seulement je n’avais pas réussi à convaincre un seul de mes proches dans cette démarche, mais en plus du matériel de voyage à vélo habituel, il faudrait prévoir un peu de matériel adapté à la montagne (petite paire de crampons, bâtons,….). Cela va-t-il passer ?? En fait très bien ! Mes deux sacoches arrières habituelles et un petit sac par-dessus ont largement suffi. Je n’ai jamais de sacoches avant. Il est vrai aussi, que j’avais fait une croix sur le matériel d’escalade, n’ayant pas réussi à embarquer d’autres grimpeurs dans cette aventure. En revanche, des randonneurs étaient prêts à me rejoindre ponctuellement sur site, ce qui m’a permis de partager avec d’autres, plusieurs ascensions de sommets.
Voir le carnet
Je ne peux m'empêcher de grimper sur les moindres promontoires
Atteindre la Maurienne en train et vélo pour la parcourir à pied
14 jours
107 km
par Stine
Voir le carnet
Modane Menton 13 jours de traversée
Modane Menton 13 jours de traversée
13 jours
250 km
2
Un trip autonome en Kite buggy... 
Voir le carnet
Les cascades de Khaoui Naam
Les cascades de Khaoui Naam
2 jours
190 km
Randonnée de 7 jours dans les Pyrénées au niveau de la vallée d'Aspe. La location des 2 ânes s'est faite à Etsaut (https://garbure.net/). Le transport au départ de la rando a été effectué par les propriétaires. Les 2 ânes ont servi au transport du matériel et de la nourriture sur les 3ers jours. A partir du 4ème jour, un des ânes portait de temps en temps les enfants à tour de rôle sur les chemins pas trop escarpés. Rando bivouac en autonomie alimentaire, même si nous avons fait finalement un petit complément de repas frais (légumes/fruits) à Lescun car on passait devant une épicerie. Il y a de nombreux points d'eau ce qui n'est pas un problème. Mais une vache à eau de 10L est bien pratique si le bivouac n'est pas à proximité d'une source. Les participants à la rando sont : Sébastien / 42 ans Perrine / 41 ans Maëlie / 10ans 1/2 Sarah / 9 ans Selyan / 6 ans 1/2 Chaque section correspond à une journée et la dernière est la description du matériel et des aliments pris pour les repas. La rando avec les ânes et les enfants se fait bien. Dans notre cas heureusement que les enfants marche bien car les Pyrénées ça grimpent (plus que le Vercors fait il y a deux ans) et il n'était pas possible pour eux de monter dessus car les ânes étaient chargés au début. Bien évidemment avec moins d'enfants, il y a moins de repas et d'eau à porter donc ce serait possible. A chacun de voir en fonction de l'âge et du poids des enfant et de leur nombre. Par contre 1 âne = 1 adulte pour les diriger. Souvent quand on évoque l'âne, on pense à tête de mule :-) Oui et non. Ils sont souvent de bonne composition, et s'ils n'avancent pas c'est qu'il y a une bonne raison. Une chose que nous avons compris, c'est qu'ils préfèrent marcher à la fraiche. Les après-midi sous la chaleur étaient souvent galère surtout si ça montait. Ils faisaient 20m et s'arrêtait dans la pente. Autant dire que ça casse sérieusement le rythme et que c'est fatiguant ! Ils sont aussi très gourmand et passe leur temps à croquer la moindre touffe d'herbe même en randonnant. Les rappels à l'ordre sont donc récurrents. L'avantage c'est qu'ils sont autonome, pas besoin de transporter de nourriture, éventuellement quelques friandises suivant les propriétaires. Et surtout il serait impossible sans eux de faire la même chose, car la charge portée n'est pas négligeable. Pour plus d'info et trouver un spot pour en faire, allez sur le site de la fédération française des ânes de randonnées : https://www.ane-et-rando.com/
Voir le carnet
2022-07-Rando pyrénnée avec 2 ânes
2022-07-Rando pyrénnée avec 2 ânes
7 jours
65.7 km