1 membre et 21 invités en ligne
SELECTIONNEZ VOTRE ACTIVITÉ
Voir liste avancée
Avant le voyage, nous consultons les blogs des cyclos voyageurs, nous construisons un itinéraire à l’aide du logiciel basecamp et nous vérifions le dénivelé avec openrunner. Notre choix va se porter sur les Highlands, en privilégiant la côte ouest pour son côté sauvage et sa grande variété de paysages. Nous utilisons deux GPS garmin et nous avons reporté notre circuit sur une carte OSM, téléchargée gratuitement. Nous suivrons une bonne partie de la mythique North Coast 500 à partir de l’île de Skye et jusqu’à Scourie, dans le sens des aiguilles d’une montre, ce qui nous permettra d’avoir globalement des vents favorables (sud Ouest). Cette route est classée parmi les six plus belles routes côtières du monde ! Nous serons 4 (2 femmes et 2 hommes). Ne pas être plus nombreux s’avèrera un bon choix car sur les « single tracks » écossais, nos 4 vélos vont déjà créer des embouteillages. Nos montures : 2 VTC et 2 VTT, équipés de sacoches, car nous voyageons en autonomie. Les 2 VTC, de marque Farrad sont équipés de dynamos dans le moyeu de la roue avant et d’un équipement permettant de recharger des batteries en roulant et notamment, les piles des GPS. Lors de la préparation, la première belle découverte, c’est que nous pouvons prendre l’avion pour Inverness. Notre circuit va donc débuter et se terminer à Inverness, ce qui nous évite de devoir prendre le train et nous laisse plus de temps pour pédaler. Distance totale parcourue : 1 009 km Dénivelé : 13 200 m
Voir le carnet
Sourire au sommet
Voyage à vélo dans les Highlands (Ecosse)
15 jours
38
Un voyage à vélo, chaque année, entre amis, est devenu incontournable. Pour 2020, c’est décidé, nous ne prendrons pas l’avion. L’idée de suivre la via Claudia Augusta entre Allemagne, Autriche et Italie fait son chemin. L’accès en train avec des vélos semble compliqué depuis Lyon. Nous voulons éviter le démontage des vélos imposé par le train et nous choisissons donc finalement d’utiliser les cars Flixbus. Notre voyage vélo débutera à Munich, ville desservie par Flixbus. Nous sommes 4 au départ de Lyon. L’un de nous devra décaler son départ d’une journée car le bus ne transporte que 3 vélos. Jean-Paul qui part de Metz avec un Flixbus, n’aura pas de problème pour coordonner son arrivée avec la nôtre. Nous serons donc 5 cyclos (3 femmes et 2 hommes de 67 à 73 ans) avec le projet de faire une boucle d’un peu plus de 1000 km au départ de Munich La via Claudia Augusta, ancienne voie romaine, permet de traverser les Alpes du nord au sud, au départ de Donauworth en Bavière. Elle rejoint Venise ou la plaine du Po. Nous l’emprunterons jusqu’à Feltre, en Italie. Nous rejoindrons en suite un autre itinéraire cyclable (Via Alpina) pour retourner à Munich. Nous utilisons des GPS et nous emprunterons des traces trouvées sur internet, en particulier sur le site Visu GPX : Stuttgart - Venise par la Via Claudia Augusta Pour notre retour à Munich par le col du Brenner, Innsbrück, nous utiliserons la trace trouvée sur my trip : https://www.expemag.com/carnet/traversee-munich-venise-en-velo Cet itinéraire emprunte la ciclovia Munich-Venise, plus alpine, qui a fait l'objet d'un topo guide :De Munich à Venise et piste cyclable des Dolomites. Nous avions également un guide allemand pour la Via Claudia : Bikeline Radtourenbuch (distribué par Cartovelo)
Voir le carnet
Boucle Munich
Boucle Munich
17 jours
1099 km
12
Descente du Rhin en kayak de mer Escapade en solitaire depuis la gare de Valendas-Sagogn, en Suisse, jusqu'au Harvinglievt, aux Pays-Bas, aux portes de la mer du Nord. Périple effectué du 05 au 25 mai 2019. Cette expédition d'un peu moins 1 200 km, m'a conduit à la frontière de 6 pays : Suisse, Liechtenstein, Autriche, Allemagne, France, Pays-Bas. La navigation s'est déroulée dans les gorges du Rhin antérieur, jusqu'à la confluence avec le Rhin postérieur, entre Bonaduz et Tamins. Le Rhin alpin ainsi formé dévale jusqu'au lac de Constance que j'ai traversé par la rive sud, pour rejoindre ensuite les fameuse chutes du Rhin, en aval de Schaffhouse. Le voyage se poursuit au rythme des barrages,  des portages et des bivouacs jusqu'après Strasbourg. Le dernier barrage franchit, la navigation se prolonge jusqu'à Pannerden au nord (Pays-Bas) et Milligen aan de Rijn au sud (Pays-Bas), là où le fleuve se scinde en deux. Vers l'ouest c'est le Waal, que j'ai suivi, et au nord ouest c'est le canal de Pannerden. Puis le Waal devient la Boven-Merwede (Merwede supérieure), à Woudrichem, puis la Nieuwe Merwede (Nouvelle Merwede) et enfin la Hollands Diep, à peu près au niveau de la confluence avec l'Amer, avant les ponts de Moerdijk, pour enfin devenir le Haringvliet. A partir de Bâles, et ce jusqu'à la séparation entre la Beneden Merwede et la Nieuwe Merwede, j'ai fait face à un trafic intense et incessant, jour et nuit. Les transporteurs de plus de 100 mètres, voire plus de 200 mètres, étaient légion, transportant sable, béton, charbon, minerais divers, gaz, voitures, tracteurs, camionnettes, containers par centaines. Je me suis ainsi rendu compte que le Rhin n'a pas usurpé sa réputation et qu'il est bien l'une des voies navigables les plus fréquentées au monde.
Voir le carnet
Valendas - Sagogn (CH). En aval après la gare.
Descente du Rhin en kayak de mer
21 jours
1188 km
par Rikou
11