1 membre et 40 invités en ligne
SELECTIONNEZ VOTRE ACTIVITÉ
Voir liste avancée
28 Août 2021, nous voilà partis "père et fils" pour un 1/4 de tour de France cyclocamping. Depuis 5 ans, mon père et moi avons effectué quelques périples en cyclocamping  : tour de Corse (2016) , une boucle Annecy-Lac de Come (2017) et un dernier trip dans les Alpes du Sud (2018). L'année dernière, notre projet de tour de Suisse a été annulé. Depuis sa retraite en 2012 et excepté l'année dernière (COVID), mon père a fait la même chose en solitaire et sur une durée de 21 jours.   Cette année, l'idée de base était : - de se rejoindre dans le Jura à la fin du 1er jour (mon père partant de Thônes (74) et moi de Lyon (69)) - de sillonner les routes du Jura et d'Alsace. Quand, vers Noël, j'ai vu que le projet de parcours allait jusqu'à la côte d'Opale puis contournait Paris par l'ouest avant de redescendre par la Bourgogne, je me suis dit qu'on n'était plus vraiment qu'en Alsace. Il dépassait en plus largement ce que j'avais prévu en terme de congés...et durait 21 jours ... Au final, l'alignement des planètes (familiale et au travail) a fait que j'ai pu avoir la possibilité de faire le parcours en entier.   Nos objectifs sont les suivants :  - passer du temps ensemble - faire des kms tout en passant par quelques points clés (route des crètes des Vosges Verdun, quelques tronçons mythiques de Paris Roubaix, la baraque à frites de Berck, la côte d'Opale) - ajouter des cols à ma liste (car celle de mon père est déjà bien remplie)   Les étapes sont prévues à l'avance mais les campings ne sont pas réservés. Nous visons au maximum 8h30 heures entre chaque point d'hébergement.   Niveau matériel (on ne recherche pas l'ultra léger mais plutôt le confort ...)   Bivouac (entre autre) 1 tente Quechua + 1 Jamet dolomite 4000 1 réchaud Jetboil + popote  2 tabourets pliants (quand on dit qu'on ne recherche pas l'ultra léger ...)    Vélos VSF Fahrradmanufaktur T-Randonneur  + 4 sacoches Vaude Aqua   Randonneuse montée à façon "lesvelosdepatrick.com" + 5 sacoches Vaude Karakorum Powerbank rechargés en camping + par  Chargeur E-Werk pour 1 vélo et panneaux solaires sur l'autre (Powertech 6.5W - Au top vu les conditions météo - entre 5 et 8A/jour) Au final, nous avons parcouru : - 2480km pour mon papa (23680m de d+) - 2340km pour moi  (21060m de  d+) avec plus de 7h10 de pédalage par jour (9h00 pauses comprises). Remarque : le dénivelé indiqué par la carto "mytrip" est, sur certaines étapes, plus bas que ce qui est donné par nos GPS et par openrunner.com. Nous avions un peu sous-estimé la difficulté du parcours car nous nous sommes fiés à nos habitudes de randonnées dans les Alpes (ratio distance / denivelé) à savoir des montées souvent longues et des récup en descente. Nous avons été confrontés à de nombreuses côtes assez raides mais courtes et des descentes du même genre durant lesquelles le temps de récupération n'était pas très long ... Au final, pas énormément de dénivelé mais la difficulté était bien là. Nous avons été très chanceux au niveau météo car, même si on était dans le nord de la France (vive les clichés), nous n'avons eu que 2 x 30 min de pluie lors des 2 premières semaines et 2 grosses nuits d'orage en fin de parcours. Nous avons vu de nombreux paysages différents, fait quelques rencontres d'autres cyclocampeurs mais nettement moins que lors de nos précédents périples. Comme à nos habitudes, les tâches sont bien réparties avec chacun nos "spécialités" : - pour mon père : la préparation des étapes, la gestion des timings et surtout le tempo cycliste (élevé quelquefois :)), la préparation du plat principal du soir - pour moi : la gestion GPS et des variantes éventuelles (volontairement ou non), la salade de tomates du soir, l'épluchage des pommes du matin (un peu moins les jours de pompotes), la vaisselle et la gestion du jetboil. Petite info "médicale" par rapport aux fréquences cardiaques : - Fréquences cardiaques moyennes (début / fin de parcours): - de 116 à 72 pour mon père - de 130 à 100 pour moi Bilan : - ravis d'avoir partagé ce trip ensemble - sentiment d'avoir vécu 20 jours intenses et très enrichissants. - envie de revenir visiter certains lieux plus en profondeur Grande fierté d'avoir mené ce projet à son terme de cette manière et la sensation d'avoir fait 20 jours de cyclocamping sportif.
Voir le carnet
Jura, Alsace et... allons jusqu'à la Cote d'Opale et retour (cyclocamping)
Jura, Alsace et... allons jusqu'à la Cote d'Opale et retour (cyclocamping)
21 jours
2606 km
5
Un beau voyage à vélo de 3 semaines en Arménie avec nos 3 enfants de 6, 9 et 11 ans, à la découverte d'une terre sauvage, accueillante et riche en histoire. Alternance de sommets, de hauts-plateaux, de lacs et de plaines, le tout ponctué de nombreux monuments chargés d'histoire et d'un accueil incroyablement chaleureux du peuple arménien. Notre séjour s'est décomposé en 5 grandes étapes : Du lac Akna au monastère de Géghard : au programme, montagne, "randonnée vélo" dans les hauteurs, visite du superbe monastère rupestre de Geghard classé à l'Unesco. De Géghard à Noravank, en passant par Khor Virap et la plaine de l'Ararat : deux sites magnifiques, au pied de l'Ararat pour l'un, dans un superbe cirque de falaises pour le second. De Noravank à Dilidjan en passant par le plateau de Sevan : la découverte du col de Selim et de son caravansérail, puis le lac Sevan, l'un des plus grands lacs d'altitude au monde, avant de passer deux nuits reposantes dans la petite Suisse arménienne de Dilidjan. De Dilidjan à Erevan, en passant par le haut-plateau de l'Aragatsotn : la découverte du superbe monastère d'Haritchavank, puis l'immersion au sein d'une Arménie rurale et accueillante. Quelques jours de visite à Erevan : capitale de contraste haute en couleur et en histoire. Au bilan : - 400 km parcourus à vélo, 200 km en stop ou fourgon  - Un pneu éclaté en raison de la chaleur, 2 crevaisons, une dizaine de plaquettes de freins changées (!), pas de casse matérielle - De bonnes averses et quelques orages, notamment dans les Geghamas et sur le plateau de Sevan - Une bonne dizaine de pastèques offertes sur le bord des routes, des tomates, des prunes, et autres fruits ! Les points positifs : - Des dizaines et des dizaines de rencontres avec des Arméniens nous accueillant comme des membres de leur famille - Des échanges qui nous ont convaincu de la force de caractère des Arméniens, dans un contexte de guerre et d'incertitudes sur l'avenir : quel exemple d'espérance et de courage ! - Une terre riche de paysages magnifiques, des territoires préservés et sauvages - Un pays qui ne connait pas encore tourisme de masse et ses ravages  - Les monuments historiques superbes et variés qui ont ponctué notre itinéraire - Un pays attractif pour les enfants, à la fois en raison des visites, mais aussi des paysages et de l'accueil de la population - La facilité à trouver des lieux de bivouac dans les zones sauvages - L'accès à des points d'eau et à de petits commerces dans tous les villages - et beaucoup d'autres encore ! Les points négatifs : - Une présence de chiens un peu trop nombreuse au goût des enfants (même si nous n'avons jamais eu de vraie frayeur) - Quelques ondées sur le plateau de Sevan, mais bien équipés ça n'est pas un problème - Difficultés à se ravitailler en matériels/pièces pour le vélo (il suffit de prévoir un minimum de pièces d'usure!) - Donc, au final, pas grand chose ! -------- Mais surtout, l'Arménie, c'est un pays au patrimoine incroyable, aux paysages saisissants et grandioses. C'est un pays à l'histoire mouvementée qui a façonné un peuple doté d'une grande espérance et d'une grande générosité. Un voyage en Arménie, c'est un voyage qui ne laisse pas indifférent et que l'on garde en mémoire toute sa vie. N'hésitez pas à me contacter si vous projetez un voyage en Arménie, je vous répondrai avec plaisir! Merci aux familles TSAGA et Dagicour, à Cansucre et d'autres encore, qui nous ont tant inspirés !
Voir le carnet
Au coeur de l'Arménie en famille
Au coeur de l'Arménie en famille
21 jours
653 km
par Elac
31
Biodivercyclos : une famille en voyage en vélo/sac à dos pour une année, à la rencontre de nouvelles cultures et de projets de conservation de la biodiversité, en Afrique , Amérique du sud et Asie centrale. https://biodivercyclos.wixsite.com/accueil Si ce voyage se passe en effet de justification, nous nourrissons quelques objectifs Un voyage que vous voulons aventureux, rempli émerveillements et de +/- belles surprises , mais aussi un voyage à l'école de la vie, formateur, fondateur, engagé, partagé, pour éveiller nos consciences environnementales, comprendre les problématiques sociales et politiques propres à chaque pays, au travers d'échanges avec des personnes ou des organisations inspirantes qui œuvrent pour un monde positif. Occuper pleinement l’instant présent dans cette parenthèse de vie, libres d’espace et de temps Eveiller tous nos sens:           Voir Observer Contempler                     ...les gens dans leur vie quotidienne (habitudes de vie, situations cocasses, attitudes)                     ...des grandioses paysages, animaux et plantes exotiques, forets , déserts, montagnes, côtes                    et océans           Ressentir                    ... le froid et le silence (luxes du 21e siècle), la plénitude des grands espaces,                     ...le foisonnement des villes, la chaleur moite des zones tropicales           Ecouter                     ...le silence des grands espaces, la mélodie de la jungle sauvage ou urbaine, le vacarme des                      torrents, du vent, les subtilités des langues dont nous ferons l'effort d'apprendre les                      rudiments           Sentir                     ...Les odeurs plus ou moins sympathiques de la rue                     ...les éléments sur nos corps ( vent pluie soleil froid )           Déguster                     ...les saveurs exotiques des fruits, les plats typiques de chaque région   Aller à la découverte de nouvelles cultures et de nouveaux environnements. - Apprendre/étudier/comprendre                  ...l’équilibre fragile de la vie sauvage, l’interdépendance des êtres vivants animaux et végétaux                  ...constater les effets et mettre en lumière les solutions au dérèglement climatique.                  ...les ressources, organisations sociales et politiques, la culture, l’histoire, les aspirations des                     pays visités   Méditer, observer et canaliser nos émotions pour cultiver notre paix intérieure, indispensable pour rester sereins ensemble dans l’adversité, la rudesse possible des conditions du voyage, la fatigue. Cultiver ainsi notre esprit  en conservant certes un mental affuté pour gérer les situations au quotidien, mais aussi "lâcher prise" pour mieux rester présents, confiants et ouverts à ce qui nous entoure.
Voir le carnet
Kyrgyzstan : photo souvenir à Sary Chelek
Biodivercyclos
365 jours
13863 km
2
Allez cette année on fait un break, une pause, pour refaire le plein de rencontres, de paysages et d'idées toutes fraiches !! ... Pour tout dire, c'est surtout d'un gros gros break que j'avais besoin, de ceux dont on revient different, dans un univers devenu trop souvent incomprehensible, et pour lequel je n'avais plus les bonnes cles. La maladie, puis le deces subit de mon pere debut mars 2020, a seulement 69 ans, a peu pres a l'age de ma future retraite, ont ete declencheurs.  L'envie de changer d'air est devenue prioritaire, la decision d'un break a ete prise lors du solitaire deuxieme confinement, en novembre 2020, apres une enieme journee de teletravail, confortable mais tellement anesthesiante.   Alors un vieux reve d'ado a trouve l'opportunite trop belle pour revenir sur le devant de la scene, tout simplement "Aller en Mongolie a velo". Il a pris toute sa place, les planetes se sont alignees, et mon chef de service a accepte un conge sabbatique de 11mois jusqu'au 2 janvier 2023. Donc l'idee de depart est assez simple : partir en velo de chez moi, fermer la porte et aller en Mongolie. Par voie terrestre uniquement, y compris le retour. De facon plus detaillee, atteindre la vallee d'Orkhon, ou je suis deja alle en 2016, une dizaine de jours en itinerance a cheval.  Pour le retour prendre le train Transsiberien au lac Baikal, et rentrer via Moscou et Bruxelles. A ce jour, la situation geopolitique m'empeche de depasser sereinement la mer Caspienne. Aussi les frontieres terrestres de la Mongolie sont encore fermées. Ma direction reste donc cette fameuse vallee, je surveille l'evolution geopolitique regulierement, et croise les doigts. Parfois je me disperse, l'itineraire s'egare dans des contrees touristiques comme la cote amalfitaine, j'y passe du temps et prends du retard... l'option train-bus est prevue pour accelerer la marche si la route mongole s'ouvrait a nouveau, notamment dans l'immense et difficilement contournable Kazakstan. Un coup de pedale apres l'autre, les paysages defilent, et ces 5 mois passés sont pour moi une grande réussite :)
Voir le carnet
Enrico m'a fait bosser la mise en scene de mes photos.... alors quand en plus le paysage du lac de Bolsena s'illumine.... :) 
ça commence à faire couverture de magazine
Ensemble en 2022, on pédale plus loin !
200 jours
7202 km
52
Je viens de terminer un tour d’Europe de plus de quatre mille kilomètres, seule. Ceci avec un vélo de route sur lequel a été ajoutée une assistance électrique afin de prendre en charge le poids important des bagages étant donné que je suis une quinquagénaire sans entraînement avec des genoux déjà un peu fatigués. "Ahhh, mais tu as un vélo électrique!" - "Non, j'ai une batterie que j'économise pour avoir la possibilité d'aller loin et qui m'aide pour soulager mes genoux et gérer le poids des bagages". L'aventure - c'est quoi en fait? N’est-ce pas un ensemble d'activités et d'expériences qui comportent une forme de risque et qui vous mettent face à l'imprévu à et à vous-même ? A chacun sa façon de se dépasser. Il n'est pas nécessaire de grimper l'Everest, un tour d'Europe avec un vélo acheté sur le Bon Coin seule sans connaissances particulières en mécanique avec juste une tente, un téléphone et quelques cartes suffit. Et quoi qu'il arrive - avec ou sans aide - il faut pédaler et assurer... Ainsi je suis partie en 2020 de Bordeaux en passant par la VélOdyssée, la Vélo Francette puis l’Eurovélo 6 jusqu’au lac de Constance. Vu que j’ai adoré ce type de voyage je suis repartie en août 2021 pendant deux mois et demie de Stuttgart en suivant l’Eurovélo 6 jusqu’à Negotin en Serbie. Le retour vers la France a été une odyssée rocambolesque à travers la Bulgarie, la Grèce et l'Italie incluant des transports en commun locaux de tous genres et le déplacement à vélo dans des lieux parfois bien hostiles... Du vrai voyage, quoi. Celui qui vous fait et non le contraire…
Voir le carnet
Une femme, un vélo, un tour d'Europe: partie 1/2
Une femme, un vélo, un tour d'Europe: partie 1/2
116 jours
1621 km
par Mica
5
     A Caroline et Gaël   De Besançon au Cap Nord… Chiche !   Partir en solitaire, un défi pour un si long voyage ! Ce sera mon plus long voyage. Si je cumule tous les kilomètres que j’aurai faits depuis mon premier coup de pédale il y a déjà quelques années, j’aurai bouclé environ 65000 km soit 60% du tour de l’Equateur.  J’ai traversé dix pays de Saint-Nazaire à Constanta en Roumanie, j’ai suivi le Rhin d’Andermatt à Rotterdam, j’ai fait deux fois le tour de Bourgogne dont l’un avec mon petits-fils, j’ai rejoint la côte atlantique par la Camargue, le canal des Deux Mers puis remontée jusqu’à Saint-Nazaire et terminée par L’Eurovelo6 jusqu’à Besançon. Et début avril, en guise de reprise d’entraînement, j’ai aussi fait le tour d’Alsace, petite balade de 700 km… Enfin, pour ne pas perdre les bons réflexes et les muscles, petits moteurs qu’il faut indispensablement garder en forme, j’ai pris l’habitude de me rendre à vélo chez mes amis à Strasbourg, en Suisse… Et maintenant, quand Gaël m’accompagne, grand garçon de 5 ans, c’est dans sa remorque à vélo à pédales. Vertigineux ! Tous ces voyages ont été l’occasion de faire des rencontres magiques, découvrir des paysages magnifiques, avoir des surprises émouvantes. Quand je pédale, j’éprouve un grand sentiment de liberté. Je deviens philosophe, poète, artiste. Je partage mes réflexions et mes sentiments, mes efforts aussi, avec les cyclotouristes qui m’accompagnent quelquefois sur des dizaines de kilomètres. Quelques-uns me disent que croiser une dame de mon âge -j’ai 68 ans- seule, partant si loin, les aide et les motive. Moi aussi je suis très motivée et je continue, le nez au vent et les sourires dans mon baluchon. Quand je rejoins mon point de chute, je retrouve quelques-unes de ces rencontres et je découvre d’autres cyclotouristes avec qui nous échangeons sur nos expériences. Mais le plus amusant et un peu flatteur aussi je l’avoue, c’est de lire dans le regard de certains l’étonnement, l’admiration et le respect. Parfois même, on me perçoit comme une personne perchée à l’âme romantique. Mais tous font preuve d’humanité, ils sont accueillants, aimables, généreux et surtout admiratifs ! Certaines amies m’ont attribué le terme de jeunior. D’autres sont subjuguées, rares sont celles qui me regardent d’un air circonspect voire dubitatif. Ma fille Caroline, qui sait que je n’outrepasserai pas mes capacités physiques, me fait confiance et c’est important. De cette façon, je pars tranquille, l’esprit léger.  Quant à Gaël, mon petit-fils, adepte de cyclotourisme depuis nos échappées complices,  il sera penché sur les cartes à tracer mon parcours et à dessiner des campings et des restaurants ! Mais je sais qu’au fond de lui, il aimerait partir avec moi parce qu’il est sûr que je vais voir le Père Noël au Cap Nord ! Cette année, j’ajoute à ma famille et mes amis, les résidents de l’Ehpad « Le village de la Croix Blanche » et les jeunes de l’association Paris de Besançon qui me suivront assidûment. Enfin, pour mon retour, fin août 2022, je sais que quand je prendrai l’avion à Alta, mes sacoches, mon cœur, ma tête -mes jambes aussi- seront pleins de souvenirs de rencontres, de paysages, de saines fatigues qui me rendront heureuse et fière d’avoir fait ce que j’aurai fait en 3 mois ½.   
Voir le carnet
Vive le vélo
De Besançon au Cap Nord à vélo en 2022. Pérégrinations de Jacqueline
95 jours
51