2 membres et 29 invités en ligne
SELECTIONNEZ VOTRE ACTIVITÉ
Voir liste avancée
Avant le voyage, nous consultons les blogs des cyclos voyageurs, nous construisons un itinéraire à l’aide du logiciel basecamp et nous vérifions le dénivelé avec openrunner. Notre choix va se porter sur les Highlands, en privilégiant la côte ouest pour son côté sauvage et sa grande variété de paysages. Nous utilisons deux GPS garmin et nous avons reporté notre circuit sur une carte OSM, téléchargée gratuitement. Nous suivrons une bonne partie de la mythique North Coast 500 à partir de l’île de Skye et jusqu’à Scourie, dans le sens des aiguilles d’une montre, ce qui nous permettra d’avoir globalement des vents favorables (sud Ouest). Cette route est classée parmi les six plus belles routes côtières du monde ! Nous serons 4 (2 femmes et 2 hommes). Ne pas être plus nombreux s’avèrera un bon choix car sur les « single tracks » écossais, nos 4 vélos vont déjà créer des embouteillages. Nos montures : 2 VTC et 2 VTT, équipés de sacoches, car nous voyageons en autonomie. Les 2 VTC, de marque Farrad sont équipés de dynamos dans le moyeu de la roue avant et d’un équipement permettant de recharger des batteries en roulant et notamment, les piles des GPS. Lors de la préparation, la première belle découverte, c’est que nous pouvons prendre l’avion pour Inverness. Notre circuit va donc débuter et se terminer à Inverness, ce qui nous évite de devoir prendre le train et nous laisse plus de temps pour pédaler. Distance totale parcourue : 1 009 km Dénivelé : 13 200 m
Voir le carnet
Sourire au sommet
Voyage à vélo dans les Highlands (Ecosse)
15 jours
38
En avril 2016, des amis qui ont 2 enfants du même âge que les nôtres, nés fin 2013 et fin 2015, annonçaient qu'ils partaient faire le tour du monde en vélo avec les enfants. L'idée qu'il était possible de partir plusieurs mois en voyage cycliste avec 2 enfants en bas âge ne nous aurait jamais traversé l'esprit sans cette annonce... Et une fois l'idée intégrée dans notre petit esprit, impossible de l'en chasser ! RDV pris pour un départ dans l'été 2017. Le projet a mûri pendant un an, le temps de lire Carnets d'Aventures pour s'enrichir de retours d'expériences, consulter de nombreux blogs pour ne pas faire d'erreur dans le matériel et trouver les bons rapports qualité-prix, prendre les dispositions nécessaires avec nos emplois, gérer la vacance de notre appartement (nous l'avons loué), changer 10 fois d'avis sur l'itinéraire, faire des essais de quelques jours. Nous arrêtons une durée de 4,5 mois de début juillet à mi novembre. La dimension écologique était essentielle à nos yeux mais il fallait que ça reste pas trop galère. Nous avons cherché des aménagements cyclables. Nous avons également pris en compte le facteur météo pour ne pas avoir trop chaud, ni trop froid. Nous voulions aussi pratiquer des langues. Nous avons donc opté pour la Grande-Bretagne (*) en été, puis la péninsule ibérique à l'automne. Pour le départ, nous avons pris un vol Genève - Liverpool avec en soute nos 2 vélos, la carriole, un système "follow-me" et nos sacoches. C'était déjà un premier défi que d'emballer, transporter, embarquer, remonter les vélos. A l'hôtel de Liverpool, nous nous sommes fait livrer un vélo enfant. Nous avons sillonné le Pays de Galles et les Cornouailles pendant 2 mois. Nous avons ensuite pris un ferry Plymouth - Santander. Et depuis, nous suivons le camino del Norte qui mène à Saint-Jacques de Compostelle. Ensuite, nous descendrons la côte portugaise pour finir en Andalousie. Nous ne savons pas exactement comment nous reviendrons chez nous. Nous faisons en moyenne 35 km par jour, ce qui correspond à notre estimation. Nous nous arrêtons beaucoup : dans les aires de jeux, les parcs, les plages, les musées (les enfants ont adoré les musées anglais où il y a toujours des activités prévues pour les petits). Le "follow-me" permet une certaine liberté aux garçons : être sur le vélo ou dans la carriole. A notre grande surprise, Elouan a commencé à l'utiliser à 22 mois. Il est capable de bien communiquer, donc de dire s'il fatigue, s'il veut s'arrêter. Pour l'hébergement, nous avons beaucoup demandé en Grande-Bretagne aux gens qui avaient un jardin, un carré d'herbe pour planter la tente et de l'eau, ce qui nous a permis de faire de superbes rencontres. Nos hôtes nous offraient éventuellement une douche, nous partagions parfois le repas avec eux et de temps en temps ils nous proposaient même une chambre. Nous avons aussi trouvé quelques hôtes par le site WarmShowers. Nous ne prenions des B&B ou des campings que dans les grandes villes ou quand le temps était très mauvais. Nous avons aussi fait quelques bivouacs. En Espagne, nous avons aussi fait étape dans quelques auberges de pèlerins. Nous racontons nos aventures sur une page Facebook : @pedalonslavie (*) Le Royaume-Uni possède un réseau cyclable bien développé, consultable sur www.sustrans.org
Voir le carnet
Liverpool - Grenade avec 2 enfants de 3,5 et 1,5 ans
Liverpool - Grenade avec 2 enfants de 3,5 et 1,5 ans
140 jours
1291 km
par marisa
Retour d'expérience d'un choix de vie basique et itinérant, sans durée de temps. Il est question de vivre le plus librement possible. Vaste affaire. Plus je cherche à l'être, et plus je me rend compte que je ne le suis pas ! Pourtant, je ne possède plus qu'un vélo, et du matériel de bivouac. Mais, j'ai un compte en banque avec quelques milliers d'euros dedans. En voila une piste : l'argent ! Et si on comprennait vraiment  son réel rapport à l'argent ? Sans se mentir. Nous rend t-il libre, ou bien esclave ? Pourquoi ressentir le besoin d'en gagner tous les mois ? D'ou sort cette boulimie, cette peur ? ... Alternative aux charges mensuelle ? ... Deusieme piste : l'ego. C'est lui qui aime le train-train quotidien. Qui veut être rassurer. Mais à quel prix ? Faut t'il faire péter le compteur de l'âge en vivant une vie asceptisé, sans réellement vivre (au cas ou, on sait jamais... puis t'as vu, le monde il est dangereux...) ou réelement vivre en s'adaptant puis on verra. Qui peut se venter de connaître le futur ? Pourquoi faire des plans précis sur x années ? L'autre partie de l'ego : "la vision que j'ai de moi" et "la vision que je crois que les autres ont de moi" est aussi passionnante. Ce qui nous amène à la... Troisième piste : on entre dans les "pressions sociales". Les croyances, normalité, notion manichéenne, ...humm... là il y a du "lourd" aussi. Ça vient de partout, vraiment partout... Même de nous après coup. On reprend le flambeau sans même y réfléchir... Quatrième et dernière piste pour le moment : l'écoute et la connaissance de soi. Ça commence à mon sens tout bêtement en s'analysant. Pourquoi cette émotion, que veut elle me signaler ? Puis en faisant des expériences hors norme, pour se découvrir. Quand on a plus aucune contrainte de temps, il y a plus que nous avec nous même. A savoir : je me pose, j'avance... Je reste avec ces gens, je vais en rencontrer d'autres.... Plus aucune excuse de temps ou autre. Juste écouter son envie. Et bien pour ma part, c'est pas toujours clair. D'autant plus quand la notion d'ego et de normes / pressions sociales diminuent petit à petit... Bref, il y a de quoi faire... voilà rapido sur quoi je veux /vais échanger avec vous. Ça vous branche ? ---------- Dans les grandes lignes, je suis parti CAP vers l'EST. Sans autre plan pour ne pas m'auto parasiter. (Je me donne quelques années histoire de rassuer mon ego, mais j'en sais rien...). Je suis sans compteur (EXIT le culte de la perf) pour ne pas nourrir mon cher et tendre encore fragile. Avec une auto contrainte financière pour ne pas m'abrutir avec la carte bleue et faire place à l'adaptation, l'alternative (j'avou, accessoirement aussi car je ne suis pas libre du point de vu financier, et oui, j'ai besoin d'en avoir de côté encore à l'heure actuelle). A savoir que l'expérience de l'alternative me met un pied sur le bon chemin je pense. Je suis parti de Bordeaux le 15 octobre 2017 et je suis actuellement en Croatie, à Biograd. Encore pour quelques jours, semaine... enfin, on verra quoi ;-) Au plaisir. (Je compte aussi communiquer via Facebook ici : https://www.facebook.com/apressedman/ mais il y a pas le feu hein... Puis j'apprends le montage vidéo doucement...)
Voir le carnet
A pressed man - CAP  vers l'EST - Sans retour prévu
A pressed man - CAP vers l'EST - Sans retour prévu
1001 jours
1708 km
par ima
7