11 invités en ligne

Ouvrir un voie

ManonM
par ManonM
16 déc.
102 lecteurs
Lecture 2 min.

Ouvrir une voie
Emmanuel Faber

Mais que vient faire chez Guérin un ouvrage écrit par un homme dont le parcours professionnel l’emmène très vite dans les hautes sphères internationales de la finance et du business, jusqu’à des postes de direction chez Danone où il officie une vingtaine d’années ? Eh bien justement.
À travers son parcours et ses prises de positions souvent militantes, décalées et engagées, l’auteur évoque le leadership nécessaire à la conduite d’une entreprise comme à celle d’une cordée. Il s’exprime sur des sujets assez divers, sociaux, écologiques, économiques, comme la rémunération des dirigeants, la justice sociale – souvent envers et contre tout, il exige de faire baisser sa rémunération, renonce à sa retraite chapeau qui servira à financer l’accès à l’actionnariat des salariés du groupe – , l’héritage – une bonne partie de ses revenus est cédée à des causes utiles, et, d’un commun accord, ses enfants renoncent à un important héritage (cf. Extraterrestre CA41 « La fin de l’héritage : un progrès social majeur ? »). Ou encore ses actions pour collaborer au – vaste mais crucial – projet de redéfinir en profondeur les règles du jeu du « système » (notamment l'économie) en intégrant en son cœur le vivant. Pour cela, après son départ de Danone, il a récemment rejoint l’ISSB (organisme international nouvellement créé pour développer des normes d'information financière relatives au développement durable) et le fameux Club de Rome.
Sa vie personnelle et les valeurs qui l’animent sont au cœur de son parcours pour le moins atypique. On le découvre à travers son enfance (dans les Hautes-Alpes), son frère malade, ses enfants, ses nombreuses amitiés… Voici donc un livre qui parle aussi d’humanité, de partage, de transmission de valeurs, et bien sûr (eh oui) de montagne, d’escalade (qu’il pratique, margé un emploi du temps surchargé, à bon niveau), de grand air, de bivouac et de connexion avec la nature.
Oui, un patron de multinationale peut aussi être un gars comme vous et moi, qui va grimper avec ses copains le week-end, un gars sensible, concerné par le sort d’autrui et celui de la planète, qui aime profondément la montagne et la nature. De quoi positiver un peu, et peut-être changer certains de nos points de vue parfois un peu trop simplistes ou manichéens…

Éd. Guérin.
169p.
15x21cm.
21€

[Recension par Johanna Nobili]