escalade et ski dans la vallée blanche

par hugues dans En France à la journée ou pour un week-end 06 juin 2006 mis à jour 30 oct. 2012 16356 lecteurs Soyez le premier à commenter (partager)

La vallée blanche est d’une des façons les plus agréables de pénétrer dans le domaine de la haute montagne et de découvrir de l’intérieur le massif du Mont Blanc. Cette course, internationalement réputée, est la grande classique de ski à Chamonix lorsque le printemps arrive : l’arête de descente de l’aiguille du Midi étant équipée de mains courantes (très sécurisantes) au moment des vacances de février ; par ailleurs le cumul de neige étant à son maximum en Mars, les glaciers sont bien bouchés.
Néanmoins la vallée blanche se parcourt en janvier, au cœur de l’hiver ; l’ambiance y est plus intime : l’arête n’est pas équipée et une bonne maîtrise du cramponnage et des techniques d’assurage en mouvement est alors nécessaire pour atteindre l’épaule où l’on chausse les skis. En outre, les glaciers sont relativement ouverts et le cheminement entre les crevasses peut être un peu tordu … ce louvoiement ne permet pas du « grand » ski mais a aussi bien du charme.


Les itinéraires classiques sont fréquentés, voire très fréquentés pour le passage le moins raide, qui reste à mon avis, le plus beau et le plus varié pour les paysages. Malgré l’apparente facilité du ski lorsque les nombreux passages ont damé une piste, cet itinéraire nécessite de se munir du matériel adéquat : arva, pelle, sonde bien sûr, et baudriers, corde (30m), et pour chaque participant, le kit minimum pour réaliser un sauvetage en crevasse ou s’assurer dans un passage exposé : 2 broches, une grande sangle avec plusieurs mousquetons, 2 « ficellous » pour réaliser des auto bloquants et éventuellement des mini poulies en plastiques, afin d’optimiser l’efficacité d’une manœuvre de mouflage.

Itinéraire de la vallée classique :
On prend la benne de l’Aiguille du Midi à Chamonix ; parfois il faut réserver (voir infos pratiques) tant l’affluence peut être grande. On sort des installations par le tunnel de gauche et la grotte de glace où la plupart des alpinistes s’équipent de leurs crampons. On descend l’arête est jusqu’à une grande plateforme vers 3700m d’altitude où l’on chausse les skis. On traverse ensuite la grande combe sous la face sud de l’Aiguille du Midi puis on se dirige vers le gros rognon 3415m dont on franchit le col pour basculer vers la pyramide du Tacul. On laisse alors la pyramide à main droite pour effectuer une grande courbe à gauche. On enchaîne en rive gauche du glacier pour franchir le passage des séracs et atteindre le niveau du refuge du Requin. On traverse alors vers la rive droite du glacier en contrebas du refuge (crevassé) et on atteint le grand replat 2400m baptisé la salle à manger. On continue au milieu du glacier en laissant à main droite la jonction avec le glacier de Leschaux. On peut alors prendre une télécabine qui remonte au train du Montenvers (dernier train à 17h10, mais lors des périodes d’affluence, les dernières descentes sont retardées); si l’enneigement est suffisant (souvent jusqu’à fin Mars) on dépasse le Montenvers et on skie jusque sous l’épaule des Mottets. On déchausse pour gagner le chalet des Mottets en un gros quart d’heure de marche, puis on redescend sur Chamonix par le chemin jusqu’à la piste des Planards, piste réservée au débutant où il conviendra de skier lentement et prudemment pour le respect des autres pratiquants, notamment des enfants !

L’Envers du Plan :


L’itinéraire de l’Envers du Plan est plus raide que la vallée blanche classique ; il est également plus crevassé.
On débute par l’arête Midi-Plan puis on bascule sur le versant vallée blanche par une courte section raide avoisinant les 40° sur une cinquantaine de mètres. On reste alors en rive gauche en prenant garde aux multiples zones de séracs. Vers l’altitude 3100m on a alors deux options :
• Le petit envers
On coupe à droite du petit rognon et on rejoint la vallée classique.
• Le grand envers


On continue par le glacier d’Envers du Plan pour sortir à gauche sous la dent du requin. On continue par des sections raides (35°/40° sur 150m) mais larges (attention tout de mêmes aux dalles et à l’apparition de glace) pour finir par le couloir central (35°) permettant de rejoindre la Mer de Glace.

Les possibilités sont très nombreuses au départ de l’aiguille du midi. Lorsque la vallée blanche est skiable, il peut être très agréable de combiner une petite course et de redescendre en ski en fin de journée ; le mieux étant évidemment lorsque l’on peut regagner Chamonix sans porter ou prendre le train du Montenvers. Typiquement les goulottes du Mont Blanc du Tacul se prêtent parfaitement à ces enchaînements. Pour ce qui est de l’escalade rocheuse, les créneaux sont plus difficile à trouver en Mars ou Avril car les nuages masquant le soleil nous rappellent vite que la température de l’air est négative… néanmoins les journées ensoleillées, la pointe Lachenal ou la face sud de l’Aiguille du Midi seront très agréables.
Nous vous conseillons quelques itinéraires classiques dont les ascensions sont réalisables en une grosse demi-journée.

• Goulotte Chéré


Classique d’initiation, méprisée par certains l’ayant gravi sous les chutes de glace avec cinq cordées au dessus d’eux, cette ligne reste un très bel itinéraire. Souvent saturé en période de pics de fréquentation de la vallée de Chamonix, il est tout de même possible de le gravir en toute quiétude, ne vous laissez pas décourager par les rumeurs.
La goulotte se gravit en cinq grandes longueurs ; il est alors possible de redescendre en rappel, ce qui explique son succès en plus de la commodité d’approche. Il est également possible de continuer jusqu’au sommet du Mont Blanc du Tacul, en gravissant en 5 longueurs supplémentaires le haut du triangle du Tacul. Ce n’est plus la même course ! Il faut encore compter 2 à 3 heures jusqu’au sommet puis négocier la voie normale du Tacul, à ne fréquenter qu’en bonnes conditions de neige stabilisée en prenant garde aux immenses crevasses.



• Goulotte Gabarrou Albinoni
Superbe goulotte en face est du Mont Blanc du Tacul. Les cordées descendent en rappel à la fin des difficultés. La sortie au sommet du Tacul par l’arête est change la nature de l’entreprise. Les difficultés sont progressives ; d’abord des pentes de neige au dessus de la rimaye puis des goulottes se raidissant jusqu’à la dernière longueur : la plus belle, on ne vous en dit pas plus…

• Escalade à la pointe Lachenal


De très nombreux itinéraires sont possibles en fonction du niveau ; la voie Contamine est le plus homogène dans le niveau 5+. Il faut néanmoins savoir se protéger avec des coinceurs et des friends.
On attaque dans une plaque raide, par une fissure juste à droite d’un dièdre. Il faudra négocier la rimaye avec prudence, car celle-ci peut être masquée par un pont de neige. Nous avons pris l’option de la traverser en ski en s’assurant, mais se rétablir sur une vire les skis aux pieds était plutôt scabreux. On tire alors vers la droite jusqu’à une vire de quartz par des systèmes de fissures. Il faut suivre les vieux pitons et autres sangles et ne pas se faire attirer par les beaux spits des voies modernes (ce qui n’est pas toujours facile !...) On gagne l’arête que l’on suit jusqu’à une terrasse. De là, on traverse à gauche pour rejoindre un mur rayé d’une ligne de fissure. C’est le crux de la voie. Le mur surmonté en deux longueurs, on suit l’arête jusqu’au sommet.
La descente se fait en rappel dans la face ; on trouvera une ligne quelques dizaines de mètre vers le sud ouest, le long de l’arête. En descendant, on cherchera à tirer vers l’est pour rejoindre le départ de la voie.

Le but de ces suggestions est essentiellement une invitation à découvrir les richesses de la vallée blanche, tant en glace qu’en rocher. Pour ce faire, on consultera avec intérêt le « Neige, glace et mixte » de François Damilano aux éditions Ice Connection (la première édition en attendant le tome 2 de la nouvelle mouture) et le tome 2 du topo du massif du Mont Blanc de Michel Piola.

Accès au triangle du Tacul :
Des installations de l’Aiguille du Midi, descendre l’arête est puis au niveau du replat bifurquer vers l’ouest pour longer en contrebas la face sud de l’aiguille du midi (et son magnifique pilastre rocheux). On gagne en une demi heure le col du géant ; le triangle du Tacul est en face ; la voie normale du Mont Blanc du Tacul monte en diagonale à droite dans les pentes de neiges entrecoupées de murs de glace ; la goulotte Chèré est la seule ligne de glace continue sur le côté droit du triangle.
Pour un accès à ski en vue de la redescente par la vallée blanche, prévoir le matériel de randonnée, principalement les peaux de phoque.

Accès à la base de la pointe Lachenal et la goulotte Gabarrou Albinoni :
De l’Aiguille du Midi, suivre la descente de la vallée blanche jusqu’au col du Gros Rognon ; descendre sur le glacier du Géant et longer à droite la base de la Pointe Lachenal. On se trouve alors au pied de l’éperon sud est et de la voie Contamine qui attaque à droite d’un dièdre-cheminée, par une petite fissure dans une dalle lisse, juste au dessus du glacier.
Pour la goulotte, passer la pointe Lachenal ; un peu plus loin la base d’un grand pilier (le pilier Martinetti) que l’on longera à la montée, en peaux de phoque, pour atteindre plus loin un replat au pied du couloir menant aux goulottes Gabarrou Albinoni et Modica Noury.

Office de Haute Montagne :
Pour se renseigner sur les refuges, les itinéraires et les conditions en montagne.
04 50 53 22 08
www.ohm-chamonix.com: on trouve sur le site une page sur les conditions du moment et un cahier de course en ligne.

Météo :
Prévisions en Haute Savoie : 08 92 68 02 74
Et du 15 décembre eu 30 avril, les prévisions nivo logiques : 08 92 68 10 20

Téléphérique de l’aiguille du Midi :
04 50 53 12 54
Pour réserver un numéro de cabine, lors des périodes de grande affluence: 08 92 68 00 67

Secours :
Numéro international depuis un mobile : 112.
PGHM de Chamonix : 04 50 53 16 89 (à enregistrer dans son portable lorsqu’on fait du ski/alpinisme dans le massif du Mont Blanc).

Commentaires