Abri Golite Shangri La 2

par olivier dans Tentes mis à jour 30 oct. 2012 34780 lecteurs Soyez le premier à commenter
Golite Shangri La 2Abri modulable très léger. Il s’agit d’un simple toit très englobant, par défaut sans tente intérieure ni tapis de sol. On peut dire que c’est un « tarp » très élaboré. La structure est réalisée par 2 bâtons de marche télescopiques (non fournis évidemment). 6 sardines maintiennent la toile (sardines livrées avec, croisillons 3 pans en alu, efficaces mais assez lourdes et donc « optimisables »).
L’abri a 2 ventilations en moustiquaire sur le haut. Elles sont protégées par un auvent. Il y a des boucles de sangle pour le haubanage. (2 boucles au faîte et 6 boucles en bas de la toile pour ajouter des sardines ou accrochage par ficelles. 2 petites poches en mesh se trouvent à l’intérieur de l’abri.
Les matériaux utilisés et la finition sont de très bonne qualité. Le volume intérieur est excellent. On dormira facilement à 2 avec le matériel. On peut se tenir confortablement assis à 3 personnes. On peut dormir bien éloigné des bordures ce qui garantit de rester au sec dans la plupart des conditions de pluie. Il aurait été possible de dormir à 3 mais les bâtons gênent le dormeur central (possibilité enfant ?).
La toile descend bien au ras du sol évitant les courants d’air et les projections d’eau. La tenue au vent est plutôt bonne. Les bâtons de marche étant bien plus résistants que des arceaux traditionnels, la structure résultante est très solide. Nous l’avons laissée montée plusieurs jours par fort vent et pluie : aucun souci.
La mise en place de l’abri très rapide et aisée. L’abri est modulaire, on peut lui rajouter un tapis de sol (« Floor », vendu séparément) dont les bords remontent. Le tissu utilisé est assez épais et donc paraît solide, il y a des renforts pour mettre les pointes des bâtons. Le poids rajouté est dans ce cas de 545g tout de même. Ce tapis de sol protégera les dormeurs d’un sol humide (montage après la pluie par exemple), cependant le poids rajouté est conséquent. Une petite bâche en tyvek est une bonne solution alternative économique et nettement plus légère (100g environ). On peut aussi lui adjoindre un habitacle en moustiquaire (non testé), dans ce cas on se retrouve avec une véritable tente double-toit, avec un poids qui reste certes léger mais on trouve des tentes double-toit plus légères. Un excellent produit qui vous protégera bien des intempéries par rapport à son poids plume.


Test Thermos

par olivier dans Hydratation mis à jour 30 oct. 2012 58710 lecteurs 7 commentaires

Comparatif Thermos (bouteilles isothermes)

Test thermos Les nouvelles générations de bouteilles isothermes (appelons-les thermos) sont construites autour de deux couches d’inox avec un vide qui va faire isolation thermique. On peut voir les deux couches comme deux poupées russes emboîtées l’une dans l’autre. Un vide relatif est créé entre les cloisons, le vide absolu ne conduit pas la chaleur par conduction et convection. Le vide n’est pas complet et une petite partie de la chaleur s’échappe par ce pseudo vide mais c’est surtout au niveau du bouchon et par conduction au niveau de la jonction entre les deux bouteilles que la chaleur s’échappe (ou entre). On le voit bien avec une caméra thermique, la chaleur s’évacue par le haut de la bouteille. L’avantage de cette construction est le gain en compacité et en poids par rapport aux thermos d’antan. L’inconvénient est une qualité isolante inférieure et une fragilité importante. Si avant, le verre pouvait se casser, maintenant il suffit d’un petit choc qui emboutit la bouteille pour qu’il se crée un pont thermique qui réduit considérablement ses capacités isolantes.

Lire la suite de ce dossier Thermos

Maintenance

par olivier dans Actualités mis à jour 30 oct. 2012 271 lecteurs Soyez le premier à commenter

La maintenance du site est terminée !

Toutes les rubriques remarchent, y compris les abonnements et commandes.
Merci de votre patience !

Si toutefois vous constatez un dysfonctionnement, n'hésitez pas à nous envoyer un message à contact AROBASE expemag.com

L'équipe de Carnets d'Aventures

Sac à dos Golite Men's Quest

par olivier dans Sacs à dos mis à jour 30 oct. 2012 8262 lecteurs Soyez le premier à commenter

Men’s Quest de Golite

Sac à dos Golite QuestVoilà encore un sac à dos qui aurait pu entrer dans notre dossier sac à dos d’au moins 60 litres et de moins de 2kg (Carnets d’Aventures n°14). Et il aurait été un concurrent intéressant à en juger par ses qualités. Le Men’s Quest est très léger mais confectionné dans des matériaux de qualité ; les parties les plus exposées sont en tissu relativement fort ce qui est rare sur ce type de produit. Donc la philosophie de conception semble être « léger et durable », on ne peut qu’approuver. Les zips semblent eux aussi de bonne qualité et solides. Et malgré tout, le poids reste tout à fait contenu et il se place parmi les sacs les plus légers du test avec un rapport portage/poids excellent. Le rapport accessorisation/poids est lui aussi excellent. La vaste poche frontale est très pratique, les deux poches latérales stretch sont très bien aussi pour glisser des objets facilement accessibles (comme une bouteille d’eau par ex.)
Portage : il ne se comporte pas mal au niveau du portage avec une charge de 18 kg, mais il n’excelle pas non plus. Le dos manque peut-être un peu de rigidité et la ceinture pourrait être plus confortable. Il se place donc dans la moyenne des sacs du test. En revanche, il convient très bien pour des portages plus légers.
Bilan : un sac léger, bien accessoirisé, pratique, robuste avec un portage correct, il s’avère un excellent choix pour les personnes qui savent qu’elles vont porter entre 10 et 15 kg. Pour des poids supérieurs, un sac avec un dos plus rigide sera plus agréable mais porter occasionnellement une vingtaine de kilos avec ce sac reste possible.
Équipement du sac : 2 porte-piolet en position frontale. 2x2 sangles de compression latérales pouvant être utilisées en porte-skis. 2 poches latérales non fermées (resserrées par un élastique) où l’on peut mettre une bouteille par exemple. Sangle de compression sommitale. Accès au volume principal via une jupe à serrage par cordon. Large poche frontale s’accédant via un zip à double curseur. Boucle de sangle et crochet pour fixer des choses sous le sac (tente par ex.). Compartiment intérieur pour poche à eau avec sortie pour le flexible. Poche sommitale réglable en hauteur, un seul compartiment accessible via un zip simple curseur. Ceinture ventrale avec deux petites poches zippées. Sangle pectorale réglable en hauteur avec boucle sifflet. Rappel de charge sur les bretelles. Rigidification du dos par une structure en plastique moulé + 2 baguettes en alu.

Poids : 1387g (1290g sans la poche sommitale)
Volume : 60-70 litres
Prix approximatif : 170€

Voir la discussion associée

Notes données sur 10 ci-dessous :

Salon Destinations Nature 2010

par Johanna dans Actualités mis à jour 30 oct. 2012 3551 lecteurs Soyez le premier à commenter

salon destinations nature 201026, 27 et 28 mars 2010 à Paris, Porte de Versailles, hall 6

Le salon des randonnées, des sports et voyages nature

26e édition ; toujours sur le thème de la randonnée et du trek au sens large : à pied, à vélo, à cheval, sur l’eau, voyages, randonnées thématiques. Stands, conférences, animations diverses, professionnels du matériel, du voyage, offices de tourisme, documentations, etc.
Comme les années précédentes, Carnets d’Aventures sera présent sur ce salon, stand B53

http://www.randonnee-nature.com/

Stages de survie CEETS

par Johanna dans Actualités mis à jour 30 oct. 2012 4793 lecteurs Soyez le premier à commenter

Stages de survie en pleine nature

ceets logoLe Centre d'Etudes et d'Enseignement des Techniques de Survie (CEETS) est un centre d’expertise sur les situations d’urgence, de crise et de catastrophe en milieu naturel et urbain.
Animé par une équipe de spécialistes pluridisciplinaires, le CEETS a pour mission de diffuser, auprès des publics intéressés, informations, conseils et techniques permettant de prolonger la vie face à des situations extrêmes.

Il publie la revue semestrielle en ligne et gratuite Carcajou dans laquelle sont abordés 5 grand thèmes liés à la survie :
- Survie nature (techniques, trucs, astuces) ;
- self protection et self défense ;
- premiers secours ;
- matériel outdoor et de survie (choix, tests, analyses) ;
- environnement (respect de, éducation à).

Le CEETS organise par ailleurs des stages de survie en pleine nature, souvent encadrés par David Manise (cf. www.davidmanise.com et la chronique Vie Sauvage / Survie de Carnets d’Aventures).

Voir le calendrier de ces stages pour en savoir plus et vous inscrire :
http://www.ceets.org/calendrier.php

 

 

Doudoune Triple Zéro Antza

par olivier dans Vêtements mis à jour 30 oct. 2012 14754 lecteurs Soyez le premier à commenter

Doudoune ultra-légère

Le gonflant est excellentJoli tour de force pour cette doudoune à capuche bien isolante et ultralégère. Elle est encore plus légère que l’Ama présentée dans le dossier doudounes de Carnets d’Aventures n°14. Un rapport isolation/poids vraiment excellent.
Malgré sa faible charge en duvet d'oie (80g pour la version avec manches et 50g pour le gilet, 800 cuin minimum), elle est très « gonflante » grâce à l'excellente qualité de la matière première. Elle peut s’utiliser jusqu’à des températures légèrement négatives (j’ai utilisé la version avec manches jusqu’à -8°C lors d’une marche de nuit avec du vent fort et ça allait plutôt bien) et nous paraît idéale pour le voyage nature en milieu tempéré en 3 saisons et même en plein hiver si vous ne faites pas des choses extrêmes.
La capuche est un gros plus. Elle est très protectrice et remonte bien sur le bas du visage. Elle est réglable via un élastique placé sur l’arrière de la capuche qui fait le tour du haut du visage. Un réglage simple mais suffisant.
Le tissu polyamide (nylon) microfibre est déperlant et coupe-vent (il est comme plastifié sur sa face interne). La fabrication est très soignée. La doudoune est compartimentée : c’est-à-dire qu’il y a un cloisonnage qui limite fortement les ponts thermiques contrairement aux coutures traversantes que l’on trouve habituellement sur les doudounes dans ces gammes de poids. Les cloisons sont cependant un peu étroites par endroits. Il y a 35 compartiments sur la doudoune avec manches et 20 pour la version gilet + zip court.
Il n’y a pas de rabat derrière le zip principal (petit pont thermique). Serrage élastique aux poignets non réglable (le tour des manches du gilet est aussi resserré par un élastique), poches placées haut et fermées par un zip étanche, garnissage des deux côtés de la poche mais surtout sur la cloison interne. Serrage à la taille par un élastique réglable. La coupe descend bien dans le bas du dos.
Elle se décline en plusieurs modèles : avec ou sans manches, zip complet ou partiel, avec ou sans poches ce qui permet de l’adapter exactement à ses besoins et gagner du poids. Les manches sont ajustables en longueur gratuitement. Triple Zéro est un fabricant artisanal qui ne vend qu’en direct. Les produits qu’il conçoit sont de très bonne qualité avec un rapport isolation/poids inégalé. En tout cas on n’a pas trouvé mieux… Vous l’avez compris, on aime beaucoup.

Kayak de mer Marlin de Goltziana

par olivier dans canoë kayak mis à jour 30 oct. 2012 19524 lecteurs Soyez le premier à commenter

Marlin de Goltziana

Mise à jour après notre voyage en Norvège de l’été 2010.
Goltziana Marlin : un kayak suffisamment  stable pour pouvoir jouer à l'équilibistre ;-)Conditions du test : 15 jours de navigation itinérante en Norvège. Divers types de mer et de vent qui nous ont donné un bon aperçu sur ce kayak. Merci à Kayak Attitude pour le prêt du Marlin.
Le Marlin est un kayak joueur, très sympa à utiliser et plutôt rapide. Il est un peu moins stable que le Nomura à vide mais chargé il est plutôt stable. Je me suis même amusé à tenir debout (précaire). Il a une belle allure et donne envie de naviguer avec. Son comportement marin est très sain.
Les 3 compartiments se ferment par des bouchons kajak-sport (bouchons finlandais que nous avons sur d'autres kayaks et qui ont bien tenu le coup depuis 2002 malgré des sorties relativement fréquentes). L’hiloire en trou de serrure est bien pratique. Le Marlin est équipé d'une dérive escamotable et actionnable d'une main. Sans dérive il lofe un peu ; et la dérive entièrement sortie contre complètement le lofe (j'ai même l'impression qu'il abat alors légèrement). Le volume de chargement est très correct. Avec toutes les conditions de vent que nous avons eues, nous n’avons jamais été gênés par une tendance au lof ou à l’abattée.
Un bon kayak de voyage, très séduisant à un prix attractif pour un fibre.

VTT Commencal Meta 55 Carbon

par Johanna dans Vélo mis à jour 30 oct. 2012 27215 lecteurs Soyez le premier à commenter 1

Meta 55 Carbon CommencalNous voulions trouver un VTT bien adapté à la pratique du VTT BUL , c’est-à-dire du VTT itinérant où on porte tout le matériel de bivouac et de quoi manger quelques jours mais avec un poids global très restreint afin de faire du vrai VTT, pour profiter (vraiment profiter) des descentes techniques sur « single track » en montagne et des jolis bivouacs le soir venu. Bref concentrer les plaisirs dans une même activité.
VTT BUL, c’est pour VTT Bivouac Ultra Léger en inspiration directe des MUL (marcheur ultraléger). Au niveau du matériel de bivouac, on commence à bien optimiser et on se retrouve avec 5kg sur le dos pour 4 jours d’autonomie et on va encore réduire... Au niveau du vélo, il nous fallait donc un modèle qui soit léger, mais avec des débattements importants pour se faire vraiment plaisir à la descente, parce qu’un vélo avec du débattement et une architecture adaptée à la descente, eh bien ça change tout. Le cahier des charges était donc assez sévère, par rapport à nos attentes* ; nous avions repéré quelques VTT dans la catégorie AM (All Mountain), une catégorie qui sous-entend que ses représentants sont des vélos taillés pour la descente mais complètement aptes à monter du dénivelé, bref de vrais vélos tout-terrain. Dans cette catégorie, nous avions repéré le Commencal, mais aussi le Zesty de Lapierre et le Nerve AM de Canyon ; bon il y a bien entendu d’autres candidats possibles, mais nous avions retenu ces modèles après nos recherches.
Voici donc nos impressions après quelques sorties à la journée du Meta 55 Carbon en attendant une vraie virée BUL prévue pour le mois de mai.

Le Meta 55 Carbon est un vélo All Mountain, c’est-à-dire qu’il se situe entre un vélo Cross Country et un VTT de descente. Son poids est contenu grâce au cadre en carbone** et aux éléments de qualité qui l’équipent. Sa maniabilité est excellente, la position sur le vélo est agréable et donne l’impression de piloter un petit jouet, la souplesse et l’amorti des suspensions donnent la sensation de descendre sur du velours. L’architecture confère beaucoup de souplesse à l’arrière du vélo (rien à voir avec mon ancien tout suspendu, un Décathlon 9.2 de 2006). À la montée, il se comporte vraiment bien, la position assez relevée est très confortable ; on peut bloquer la fourche, et la suspension arrière a une position « pro-pedal » censée améliorer les performances à la montée. En tout cas, il monte bien ce vélo ; personnellement je trouve qu’il monte mieux que mon ancien VTT pourtant plus orienté cross-country (le 9.2, effet placebo ?).
Bref, un vélo avec lequel on se fait vraiment plaisir et qui donne envie de partir loin et longtemps à VTT itinérant.

* Pour la pratique du VTT BUL, un vélo plus typé cross-country conviendrait assez naturellement, mais nous nous sommes déjà tellement fait plaisir dans les longues descentes sur sentiers qu’on s’est dit qu’un vélo vraiment joueur serait un pur bonheur. Alors peut-être qu’un AM est un peu moins rentable en terme de distance et de dénivelé mais quel plaisir à la descente… C’est un peu comme le ski de rando, on peut prendre des skis super-légers orientés montée ou des skis plus larges orientés descente. Tout est histoire de compromis et chacun placera le curseur où bon lui semble…


** Attention, un cadre carbone peut casser suite à des impacts de pierre violents. Il est sage de protéger le tube diagonal et le boitier du pédalier. Après 600km nous avons noté la trace d'impacts et, suite aux conseils de Commencal, nous avons protégé le dessous du cadre avec plusieurs couches de vinyle (plastique épais que l'on trouve dans les magasins de moto). L'ajout de poids est négligeable (50g env.). On peut aussi mettre du néoprène dense.Voir aussi les conseils dans la discussion associée (conseils de Rowel)

Voir la discussion associée

Kayak pliant Klondike de Feathercraft

par olivier dans canoë kayak mis à jour 30 oct. 2012 20757 lecteurs Soyez le premier à commenter

Kayak pliant biplace

Kayak pliant Feathercraft Klondike Nous avons pu tester le Klondike d’un couple d’amis dans diverses situations. 3 jours le long de la côte varoise au printemps 2009, et 16 jours l’été dernier en Croatie. Nos amis sont actuellement en Nouvelle-Zélande, achevant un périple de 3 mois avec de nombreuses itinérances en kayak sur quelques jours, dont une qui a consisté à descendre une rivière avec quelques rapides (bon, là, c’est osé parce que tout Feathercraft qu’il soit, un pliant n’aime pas prendre des chocs, surtout bien chargé). Ils ont pu prendre l’avion avec. Ils font toutes leurs itinérances avec leur enfant de 6 ans. La suite de leur voyage, c’est un mois de navigation maritime en Nouvelle-Calédonie, 1 mois sur les lacs américains, et 1 mois sur la mer de Cortès en Basse-Californie (Mexique).
Feathercraft c’est un peu la Rolls du pliant. Ce fabricant canadien construit des kayaks de grande qualité mais malheureusement pour un prix plutôt relevé. Il est importé en Europe par quelques vendeurs.
Le Klondike est un kayak très stable, très sûr et cependant rapide. Sa vitesse de croisière est supérieure (avec deux pagayeurs) à celle de nos monoplaces rigides (Laser et Bélouga 1). Son comportement est très proche de celui d’un biplace rigide de même gabarit. On peut l’utiliser en 3 places – 2 adultes + un enfant qui ne pagaie pas –, en 2 places, ou même en monoplace. Il existe un pont amovible pour chacune de ces configurations (1, 2 ou 3 trous d’homme). Par défaut, le Klondike est livré avec le pont pour 2 pagayeurs. Le pont pour 2 pagayeurs + un enfant est un peu plus cher. Il est aussi possible de l’utiliser en mode canoë, sans pont. Les sièges sont gonflables et donc ajustables en souplesse.
L’armature du kayak est en tube alu de qualité, pas de problème de corrosion. Le montage demande un peu de pratique mais peut être réalisé seul (une heure environ avec l’habitude). Il y a des codes couleurs pour faciliter la manœuvre. Le Klondike est muni de deux boudins latéraux gonflables. Son volume est important et l’on peut y stocker pas mal de choses (mais le matériel pour 3 personnes prend de la place et un peu plus de volume serait plus confortable dans cette configuration). 2 trappes permettent de faciliter l’accès au volume de stockage. L’étanchéité est réalisée par une sorte de cheminée qui se roule. Un capot en tissu étanche se fixe au-dessus de la cheminée pour parfaire la fermeture. Le tube du faîte du kayak barre les trappes, c’est dommage.
Le Klondike est livré avec un gouvernail rabattable de bonne qualité. C’est un accessoire indispensable sur ce kayak.
Au bilan, peu de reproches à lui faire à part le prix, un volume de chargement un peu plus élevé serait plus confort lorsqu’on est 3. C’est un kayak très bien adapté au voyage en petite famille, certainement le meilleur choix en pliant pour cet usage. On peut imaginer un kayak encore plus long et un peu plus étroit, avec un nez un peu plus relevé pour moins taper dans le clapot. Mais ce serait un autre kayak ?…

Voir la discussion associée

Les derniers commentaires