Kayak Catchiky

par olivier dans canoë kayak mis à jour 30 oct. 2012 26958 lecteurs 1 commentaires

Kayak de mer Catchiky de Plasmor

Kayak de mer Catchiky

Kayak en fibre, monoplace 
Longueur : 535cm
Largeur : 54cm
Poids : 26 kg
Volume : N.C.
Durée et lieu du test : 1 mois dans toutes sortes de conditions en Méditerranée
Construction : joli kayak, long et fin. Livré par défaut avec un petit hiloire, moins agréable que les plus grands car on ne peut pas plier les jambes (lors de longues navigations par exemple). De plus, il n’est pas aisé d’entrer dans le Catchiky. L’avantage du petit hiloire est d’être plus étanche, le joint de jupe est moins grand et la surface de cette dernière étant plus petite, elle a moins tendance à faire des poches où l’eau des déferlantes va s’accumuler. De plus un petit hiloire permet d’avoir plus de place sur le pont pour disposer du matériel (par ex. le porte-carte). Nous conseillons cependant de le prendre avec l’option hiloire en trou de serrure, plus spacieux. Le Catchiky est plutôt destiné aux gabarits petits à moyen (max 1m80, cuisses moyennes, on nous signale des utilisations heureuses de personnes mesurant plus d’1m90 mais en ce qui nous concerne, on a eu du mal à y faire entrer un de nos copains de 1m82 avec de grosses cuisses de footballeur).
Finition : bien. Les passages pour la ligne de vie, directement dans la masse du kayak, sont solides. Le Catchiky est livré avec une dérive manœuvrable avec les deux mains : pas agréable en mer formée car on ne peut plus se stabiliser avec la pagaie pendant la manœuvre. La dérive n’est pas auto-rétractable (si on passe accidentellement sur un caillou par exemple). Le Catchiky ainsi que le Kialivak gagneraient à utiliser le même genre de dérive rétractable que celles utilisées par Polyform. Il est vrai que ces dernières ont tendance à se bloquer avec le sable, mais si cela arrive, un autre kayakiste peut facilement la débloquer en secouant directement la dérive.
Volume de chargement : le Catchiky se charge bien, mais moins qu’un Bélouga 1. Il reste un kayak fin.
Stabilité : pas très stable surtout non chargé. Il est en revanche très facile à esquimauter. Le Catchiky demande un peu de maîtrise du kayak de mer. C’est plutôt un kayak d’expédition car il a un bon comportement une fois chargé. Avec de l’entraînement, on parvient à remonter dedans sans aide, voir la vidéo de la démo de Johanna avec le Catchiky non chargé :-).
Comportement marin : le Catchiky navigue bien ; on se fait vraiment plaisir avec, il est vif et rapide. Il passe bien mieux les vagues et le clapot qu’un bélouga 1.
Vitesse : kayak très rapide. Une faible énergie de pagayage le propulse très vite à sa vitesse de croisière.
Avis subjectif : un super kayak avec lequel on se fait plaisir et avec lequel on a envie de progresser. Sans être indispensable pour voyager avec ce kayak, la maîtrise de l’esquimautage permettra de partir plus serein. La facilité à le faire avancer, sa finesse et sa beauté en font un kayak bien adapté pour une femme. Je trouve dommage que le Catchiky soit un peu délaissé au profit du Kialivak, car c’est à mon sens un meilleur kayak.
Tarif : dépend des options, voir le site du constructeur.
Site du constructeur : www.plasmor.fr

Voir également le comparatif de kayaks de mer rigides
Voir également l'article générique sur le kayak de mer
Voir les photos et la vidéo

 

 

Tasmanie

par Johanna dans Dans le monde mis à jour 30 oct. 2012 18939 lecteurs Soyez le premier à commenter 1

Trek, vélo et kayak

Texte : Lucille Verbaere
Photos : Benoît Verbaere

Article publié dans Carnets d'Aventures n°4 (n° épuisé).


Avec plus de 20 000 km de chemins de rando et un cinquième de sa superficie protégé en parcs nationaux, la Tasmanie est un petit paradis pour les amateurs de nature vierge et de sports de plein air. Comme la plupart des îles montagneuses, elle possède une grande diversité de paysages : des plages désertes de sable fin de la côte est aux à-pics de Cradle Mountains ou Frenchman’s cap, en passant par les forets primitives du sud-ouest, on peut y faire un séjour très varié, sans avoir à avaler les kilomètres, ce qui est plutôt rare en Australie...

Vélo et escalade en Sardaigne

par Johanna dans Récits mis à jour 30 oct. 2012 41606 lecteurs 2 commentaires

Velo en Sardaigne

Parcourir la Sardaigne à vélo à la découverte de divers sites d'escalade, voilà le petit voyage sympathique qu'Olivier, Jean (55 ans) et Johanna (de la rédaction de Carnets d'Aventures), Stéphane et Kévin (12 ans) ont effectué en avril 2005. Un peu de matériel d'escalade dans les sacoches, et les voilà partis, tantôt pédalant, grimpant ou bivouaquant au pied des falaises ou dans les prés, souvent en compagnie de nombreuses vaches, brebis et aussi cochons élevés sur l'île.
Les joies du vélo sur des petites routes pittoresques et peu fréquentées, celles de l'escalade sur des falaises majeures, le tout dans le joli cadre naturel d'une île située pas loin de chez nous…

 

Texte : Johanna Nobili
Photos : Carnets d'Aventures et Stéphane Egly

Prijon

par olivier dans canoë kayak mis à jour 30 oct. 2012 28979 lecteurs Soyez le premier à commenter

Kayaks Prijon

prijon kayaks Nous avons testé 3 kayaks de chez Prijon (le Seayak , le Kodiak et le Barracuda ) lors d’un trip d’une dizaine de jours de voyage itinérant sur la côte ouest de la Corse au mois d’octobre 2007. Les tests ont donc été effectués avec des kayaks chargés pour la randonnée avec bivouac. Nous avons testé le Barracuda, le Seayak et le Kodiak. Ces kayaks ont des comportements bien différents. Notre préférence est allée sans hésitation vers le Seayak. Le Kodiak étant trop « péniche », et le Barracuda pas significativement plus rapide pour une instabilité à notre sens inutile et plutôt moins maniable que le Seayak, à cause de la longueur de coque qui trempe.
Le plastique des Prijon est très particulier ; en effet ce fameux HTP est un plastique très résistant qui donne une rigidité supérieure à celle des kayaks utilisant du polyéthylène « classique ». La résistance aux rayures est également supérieure et les Prijon donnent une impression de solidité. Les Prijon sont, sans doute pour ces raisons, utilisés par de nombreuses expéditions...

Voir aussi le comparatif kayak et l'article générique sur le kayak de mer

Réchauds

par olivier dans Réchauds mis à jour 30 oct. 2012 36846 lecteurs Soyez le premier à commenter

Test réchauds : 33 réchauds à la loupe

Rechauds-p01-02.jpg

Grand dossier réchaud de 19 pages dans Carnets d'Aventures n°11 + 5 pages sur la cuisine au feu de bois. (commander ce numéro)

Comparatif de 33 réchauds mais aussi informations générales sur les divers combustibles, l'autonomie, le poids des différentes solutions dans la durée, l'optimisation, etc.

4 grands types de combustibles abordés : le gaz, l'essence, l'alcool et le bois. Leurs avantages, leurs inconvénients.

Beaucoup de boulot pour ce dossier, voici un petit aperçu de l'article, vous trouverez également quelques annexes à ce dossier sur le site :

Comparatif réchauds à gaz
Comparatif réchauds à essence
Compratif réchauds multi-carburants
Comparatif réchauds à bois
Comparatif réchauds à alcool

GPS Garmin Colorado 300

par Pac dans GPS mis à jour 30 oct. 2012 21419 lecteurs 1 commentaires

Avec un marché du GPS automobile qui explose et donc des constructeurs de GPS qui se focalisent dessus, l’utilisateur du GPS outdoor pouvait se sentir lésé. Là ou les GPS routiers se renouvellent quasi 2 fois par an, les GPS outdoor ont une durée de vie beaucoup plus longue d’au moins 2 ans !
Heureusement les deux principaux acteurs du marché ont annoncé en 2007 le lancement de nouveaux GPS outdoor haut de gamme, le Colorado chez Garmin et le Triton chez Magellan.
Le Triton subissant un lancement raté (ce qui était prévisible au vu des problèmes aux USA et du peu de motivation de la marque pour l’Europe), c’est le Colorado 300 qui est arrivé le premier dans nos mains.

Abonnement + frontale Fuel

par Johanna dans Actualités mis à jour 30 oct. 2012 7310 lecteurs Soyez le premier à commenter

Lampe frontale Fuel

Nous avons mis en place un partenariat avec Princeton tec pour vous offrir une frontale à 3 leds, la Fuel, avec l'abonnement 12 numéros, en rajoutant simplement 5 € pour les frais de port au prix de l'abonnement. La Fuel est performante et légère : 75g avec ses piles. Elle dispose de 3 niveaux d'éclairage + un clignotant. Pour info, son prix public est d'environ 25€. Un abonnement à Carnets et une frontale à ce prix-là, ce serait dommage de ne pas en profiter !
Voir l'offre

 

Les derniers commentaires